Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/01/2018

Soufflé au Pont-l'Evêque

Voici en ce second dimanche de janvier, une recette qui devrait égayer vos papilles, amis gourmands aux babines alléchées ! Confectionné en 20 mn, à base de bons produits normands bien sûr, voici un Soufflé au Pont-l'Evêque* à servir de préférence avec un poiré brut ou un vin blanc type Bourgogne-Saint-Aubin.

La première mention du soufflé, ce plat préparé avec des jaunes d'œufs combinés avec des ingrédients variés et auxquels on incorpore ensuite des blancs d'œufs montés en neige, est attribuée au chef Vincent de la Chapelle (1690 ou 1703 - 1745). Ce dernier a notamment œuvré chez Madame de Pompadour, la maîtresse du roi Louis XV de France, pour qui il créa une pâtisserie devenue traditionnelle, le "Puits d'amour".

soufflé 1.jpg

Page titre de la première édition en français (1735) du Cuisinier moderne de Vincent de la Chapelle

 

Au XIXe siècle, c'est un autre chef français, Marie-Antoine Carême (1784-1833), « le roi des chefs et le chef des rois », qui s'employa à développer et enrichir sa recette.

soufflé 2.jpg

Antonin Carême

 

Pour 4 personnes, prévoir un Pont-l'Evêque, 6 œufs, 1/2 litre de lait, 80 g de beurre, 60 g de farine, du sel et du poivre.

Préchauffer le four à 210°C (Th.7). Couper le Pont-l'Evêque en petits dés. Réserver.

Verser le lait dans une casserole et le faire bouillir.

Casser les œufs en séparant les blancs des jaunes, puis monter les blancs en neige.

Faire fondre le beurre dans une autre casserole, ajouter la farine et mélanger. Laisser cuire jusqu'à l'obtention d'une pâte à l'aspect "nid d'abeilles". Verser le lait chaud, mélanger puis assaisonner. Retirer la sauce du feu dès qu'elle nappe la cuillère, puis incorporer les jaunes d’œufs et délicatement les blancs en neige.

Ajouter les dés de fromage. Beurrer et fariner un moule à soufflé. Verser la préparation, sans dépasser les 3/4 de la hauteur du moule, puis enfourner 20 minutes.

soufflé 3.jpg

Servir bien chaud !

Bon appétit !

12/01/2018

La Normandie, havre de paix de France Gall

Une pensée attristée aujourd'hui pour celle qui est partie rejoindre les siens au paradis blanc... France Gall et Michel Berger aimaient la Normandie où ils avaient passé une partie de leur voyage de noces.

france gall 5.jpg

Dans les années 70, ils y avaient acquis une propriété pour laquelle ils avaient eu un vrai coup de cœur. Située dans le Pays d'Auge, à Vasouy (Calvados), commune d'une centaine d'âmes, associée aujourd'hui à Honfleur, leur villa, "Le Clos Saint-Nicolas, se trouve à deux pas de la cité portuaire, sur la Route départementale 513, qui mène à Trouville en longeant la côte. Un havre de paix secret, au creux duquel l’ar­tiste aimait se réfu­gier dans la discrétion depuis plus de quarante ans.

france gall 2.jpg

C'est au Clos Saint-Nicolas que, selon la légende, Michel Berger aurait composé le célèbre titre "Résiste". Et c'est là aussi que France Gall a travaillé avec son équipe à la comédie musicale du même nom.

france gall 3.jpg

"Comme elle le confiera à Laurent Boyer le 25 avril 1993, dans l’émission Fréquence Star, cette maison était pour elle « un endroit merveilleux pour se reposer »...

 

07/01/2018

Douze ans et 1 mois !

Sur le registre paroissial des baptêmes, mariages et inhumation de l'église Saint-Valéry Meulers, paroisse normande située près de Dieppe, on découvre cette union où la mariée n'a que 12 ans ! Cette enfant épouse le frère de son beau-père, de dix ans son aîné !

lefebure charles .jpg

"Le mardi 28ème février 1702 a été célébré en l’Église de Meulers par Discrette personne Me René Chartier, Prestre Curé dudit lieu, le mariage entre Charles Lefebure, âgé d'environ 22 ans, de la paroisse de Bures, fils de défunt Charles Lefebure et de Susanne Vassel d'une part et Caterine Leprestre, aagée de douze ans accomplis et un mois suivant l'extrait de son baptistère, fille de défunt Nicolas Leprestre et de Catherine Delaunay de ladite paroisse de Meulers d'autre part. Les dites parties aiant été fiancées le 25 dudit mois et an et un banc de mariage ayant été publié au prône de la messe paroissiale dudit Meulers et Bures le dimanche 26 dudit mois et an, lesdites parties ayant obtenu la dispense de Monseigneur l’Archevêque de Rouen par les deux autres bans signée par Messieurs les Vicaires Généraux (...) sans aucune opposition ou empêchement auxdits fiançailles, bans et mariage lequel a été célébré comme dit est présence de Susanne Vassel mère de l'époux, François Lefebure frère dudit époux et père en loi de ladite épouse, Catherine Delaunay, mère de l'épouse..."

lefebure charles 2.jpg

Il faut savoir qu'en France, jusqu'à la Révolution, l'âge nubile était de 12 ans pour les filles et de 14 ans pour les garçons. Cette "nubilité", l'âge minimum pour se marier, diffère de la majorité matrimoniale, l'âge à partir duquel un individu peut se marier sans l'accord de ses parents ou tuteurs légaux.

meulers-eglise.jpg

La législation révolutionnaire du 20 septembre 1792 fit évoluer l'âge nubile à 13 ans pour les filles et 15 pour les garçons. Douze ans plus tard, la création du code civil par Napoléon Bonaparte et la loi du 1er Germinal an XII (1er avril 1804) le fixe à 15 ans pour les filles et 18 pour les garçons (art. 144 du Code Civil). La dernière modification de l'âge nubile date du 4 avril 2006 : elle passe à 18 ans pour les filles. L'amendement a été voté dans le cadre de deux propositions de loi contre les violences conjugales. C'est à cette occasion seulement que, pour la première fois de l'histoire française, la nubilité des filles est devenue identique à celle des garçons. Toutefois, des dispenses peuvent être accordées pour « motifs graves ».

Impossible hélas de savoir ce qu'il est advenu de cette jeune épousée et si elle a eu des enfants... Douze ans plus tard, l'époux devenu veuf se remariera le 6 novembre 1714 au Val-du-Roy (Seine-Maritime) d'une jeune veuve de 6 ans sa cadette.