Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2018

Les 10 ans du Pont Flaubert de Rouen !

10 ans déjà ! 10 ans que, malgré les nombreuses polémiques qu'il a généré et qu'il génère encore, il a fini par se fondre dans le paysage en contribuant aujourd'hui pleinement à l'identité même de notre belle ville de Rouen ! Marquant la limite accessible aux navires maritimes, d'une portée de 120 mètres et d'une hauteur totale de 86 mètres, composé de deux tabliers pesant chacun 1300 tonnes supportés par quatre pylônes en béton jumelés par deux implantés dans le lit même du fleuve, c'est là le petit dernier des six ponts franchissant la Seine à Rouen. Baptisé du nom de l'écrivain normand Gustave Flaubert (1821-1880), il a été mis en service après quatre ans de travaux, le 25 septembre 2008 et officiellement inauguré quatre jours plus tard.

pont flaubert rouen3.jpg

Le Pont Flaubert est venu prêter main forte aux cinq ponts rouennais en usage alors. Les trois premiers, le Pont Boïeldieu, seul ouvrage à être riveté et non soudé, le Pont Corneille et le Pont Jeanne d'Arc, ont tous les trois été ouverts dans les années 50. Le pont Guillaume le Conquérant a été mis en service quant à lui en 1970 et le Pont Mathilde dans les années 1980.

pont flaubert 1.jpg

Parce que bien souvent en la matière, le chemin est long du "projet à la chose", il faut rappeler que ce nouveau franchissement de la Seine a nécessité la bagatelle de 34 ans de réflexion et d'études de faisabilité ((l'inscription au schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme date de 1972 !) et pas moins de 4 ans de travaux effectifs. Le tout pour un budget total, accès routiers compris, de 137 millions d'euros. Si l'objectif était principalement de décharger les autres ponts de la ville dont le trafic était arrivé à saturation, sa construction ne devait pas non plus entraver le passage des bateaux de croisière ni celui des voiliers de l'Armada. Le choix s'est donc porté sur un pont levant à la technique audacieuse, lequel, grâce à son système de contrepoids, est capable de s'élever jusqu'à 55 mètres au-dessus du fleuve. Il est le fruit d'une collaboration étroite entre Michel Virlogeux, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées et concepteur du pont de Normandie et du Viaduc de Millau, et l'Architecte - Grand prix de Rome, Aymeric Zublena.

pont flaubert rouen 2.jpg

Défiant les lois de l'apesanteur, le Pont Flaubert a tenu la place de plus haut pont d'Europe jusqu'à la mise en service du Pont Jacques Chaban-Delmas de Bordeaux qu'il l'a détrôné en 2013. Depuis sa construction à ses pieds, un parc urbain a été aménagé sur la presqu'île Rollet qu'on appelait autrefois "l'Ile noire" car c'est à cet endroit qu'on stockait le charbon de la ville.

 

Biblio. "100 clés pour comprendre La Seine Normande" d'A. Duclert - Ed. des Falaises, 2017.

16/09/2018

La jeunesse normande de Pierre de Coubertin

"Il est des lieux magiques qui portent en eux légende et mystère"... Le château de Mirville est de ceux-ci. Mirville, c'est cette petite commune normande du département de la Seine-Maritime située à cinq kilomètres de Bolbec.

coubertin chateau 2.jpg

Le château de Mirville

Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, son château, aujourd'hui inscrit à l'inventaire des monuments historiques, une noble demeure du XVIe siècle typiquement normande, maçonnée de briques roses et de silex taillés, ornementée de fenêtres à meneaux, est occupé par Charles de Fredy, baron de Coubertin et par son épouse Marcelle Gigault de Crisenoy, petite-fille de Pierre Marie Alexandre Eudes de Catteville, marquis de Mirville (1768-1848), dont elle à hérité du domaine. Le baron de Coubertin est un artiste peintre originaire d'Ile-de-France. Il est très vite conquis par la lumière des paysages alentours. Le couple s'y installe donc et c'est là que leurs quatre enfants, une fille et trois garçons, dont le dernier, Pierre, celui à qui l'on devra la création des Jeux Olympiques modernes, passeront leur enfance, leur jeunesse et leurs vacances estivales.

coubertin pierre.jpg

Pierre de Coubertin (1863-1937)

Il faut savoir qu'autrefois Mirville était dénommée "Milleville", nom provenant de son plus ancien toponyme latin connu, celui de "Milonis Villa", soit "l'aire ou le manoir de Milon". Et c'est bien là toute l'ironie de l'histoire ! Car le le personnage le plus titré et le plus renommé des Jeux Olympiques antiques se nomme justement Milon. Milon de Crotone. Lutteur d’exception, l'homme a accumulé, au VIe siècle av. J.-C., le plus extraordinaire des palmarès sportifs ! Multiple champion olympique, il est également un chef de guerre et membre éminent de la communauté pythagoricienne.

mirville,château de mirville,pierre de coubertin,milon de crotone,jeux olympiques

Statue représentant Milon de Crotone - Pierre Puget (1620-1694)

 

Car c'est une force de la nature cet athlète grec qui a obtenu son premier titre olympique de lutte en 540 av. J.-C. lors des 60e jeux olympiques !

Est-il déraisonnable de croire que les exploits de cet homme, que la postérité retiendra comme le meilleur athlète de l'Antiquité et le témoin de la naissance du phénomène majeur de la culture occidentale qu'est le sport, soient arrivés jusqu'aux oreilles du jeune Pierre de Coubertin lors de ses séjours normands et qu'ils aient pu le faire suffisamment rêver pour le mener à sa destinée ?

 

 

Biblio. "Sportifs de Seine-Maritime en balades généalogiques 2" de C. Carpentier et E. Mardoc - Arcein, 2011.

09/09/2018

Un cousin spationaute : rien que ça !

Comme vous tous sûrement, j'aime les (bonnes) surprises ! Et, en ce domaine, la généalogie souvent me comble ! Pensez-donc, un cousinage avec le plus célèbre des spationautes, celui qui nous a fait rêver six mois durant, celui qui nous a passionné par ses photographies de notre bonne vieille terre, celui qui nous a fait trembler lors de son atterrissage il y a un peu plus d'un an, le 2 juin 2017 ! Thomas Pesquet ! Ce normand, né à Rouen le 27 février 1978, est mon cousin*, preuves à l'appui !

thomas pesquet 1.jpg

Le spationaute français Thomas Pesquet

Notre ancêtre commun s'appelait, et ça ne s'invente pas, Jean Champion ! Un nom prédestiné, n'est-ce-pas ? Ce patronyme de "Champion" est, somme toute, très fréquent en France. Au Moyen-âge, le mot, dérivé du mot bas-latin "campio" ou "campiōnis", désignait celui qui combattait en champ clos, notamment dans les duels judiciaires. C'est plus tard, par extension, qu'il a pris le sens qu'on lui connaît aujourd'hui, allant du combattant de grand mérite à l’athlète, en passant par la personne qui excelle dans une activité.

thomas pesquet rouen.png

Vue de Rouen depuis l'ISS - Photographie de Thomas Pesquet

Notre Jean Champion était né vers 1667 à Saint-Mards, une petite paroisse située près de Dieppe (Seine-Maritime). Journalier de son état, il avait épousé à sept kilomètres de là, à l'église de Lintot-lès-Bois, Marguerite Tavelet. Je suis descendante de leur fille aînée, Marie (1692-1752) et Thomas Pesquet de leur cinquième et dernier enfant, Françoise (1701-1770).

thomas pesquet normandie.jpg

La Normandie vue depuis l'espace - Photographie de Thomas Pesquet

* Généalogie descendante simplifiée de Jean Champion (mon sosa 326), (ca 1667-1747), Journalier x Marguerite Tavelet (1669-1701) :

˃ ˃ Marie Champion (1692-1752) x Jacques Le Houx (1682-1762) Tisserand → Margueritte Le Houx (1714-1775) Fileuse de Lin x François Damamme (1717-1775) Cordonnier - Cabaretier - Faiseur de sabots → Charles François Damamme (1740-1810) Faiseur de sabots de paille - Cordonnier x Marie Catherine Le Sout (1758-1839) Fileuse → Jean Baptiste Urbain Damamme (1802-1860) Berger x Marie Anne Joséphine Sevestre (1802-1860) Journalière Gilles Edouard Damamme (1834-1905) Maréchal Ferrant → Alexandrine Augustine Damamme (1881-1967) x Paul Fernand Boulangé (1877-1950) Plâtrier →Albert Camille Edouard Boulangé, mon père.

˃˃ → Françoise Champion (1701-1770) x Jean Bataille, Tisserand → Marie Rose Claire Bataille (1738-1810) Fileuse x Michel Ménard (1736-1801) Tisserand → Jean Baptiste Ménard (1768-1819) Journalier-Tisserand x Marie Marguerite Petit (1767-?)) Fileuse → Dorothée Marie Madeleine Ménard (1795-1878) Trameuse-Tisserande x Constant Antoine Benoist (?- 1866) Journalier-Tisserand → Justine Eoé Benoist (1828-1871) Tisserande x Pompée Eugène Pesquet (1827-1889) Domestique → Pierre Lambert Pesquet (1857-1924) Domestique x Catherine Clémentine Vauquelin (1863--?) →Joseph François Jules Pesquet (1894-1970) Cultivateur x Blanche Marie Clarisse Picard (1891-1965) → Henri Joseph Albert Pesquet (1921-1998) Agriculteur - Maire de Grainville-la-Teinturière (1983-1989) x Gisèle Maria Célina Affagard (1928-2007) → Benoît Pesquet x Chantal GossetThomas Pesquet.

Merci à Généanet et Généastar pour m'avoir fait découvrir ce cousinage !