Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

PASSION GENEALOGIE, HISTOIRES de NORMANDIE et d'AILLEURS - Page 8

  • La tarte Éléonore

    « Des quartiers de pommes minutieusement compotés au beurre et au sucre vanillé offrent une texture fondante à la tarte Éléonore. À la douceur de la garniture vient se marier avec finesse le feuilleté croustillant d'une pâte travaillée avec soin pour un doux moment de dégustation. »

     

    La tarte Éléonore, c'est une spécialité emblématique du pâtissier normand Gaston Lenôtre (1920-2009) innovateur dans l’histoire de la pâtisserie. Ce gâteau, il l'avait créé en hommage à sa maman Eléonore. « Nonor, c'est ainsi que j'appelais maman, avait confié cet ambassadeur mondial du goût, Éléonore de son prénom. Elle m'a tout appris. Les sablés avec la peau de lait cru, les gâteaux de riz..."

    tarte eleonore g lenotre.jpg

    Gaston Lenôtre (1920-2009)

    Né à Saint-Nicolas-du-Bosc, un petit village du département de l'Eure, le 28 mai 1920, son père, Gaston Lenôtre, chef saucier au Grand-Hôtel de Paris et sa mère, Éléonore Beauvais, l'une des premières chefs-cuisinières françaises au service des barons Pereire et de Rothschild, sont tous deux originaires de ce coin de Normandie. Son Certificat d’Études en poche, le jeune garçon qu'il était choisit d'apprendre le métier de pâtissier à Bernay (Eure). Terminant premier de son C.A.P. passé à Caen, un concours qui, dira t'il le marquera « autant que la Légion d'honneur », il « fera ses classes » à Pont-Audemer (Eure), « chez les Tison », où il apprend la confection des fameux macarons. Mis à la porte par un patron « pas facile », il décide de rejoindre Paris, « son cahier de recettes attaché sur le porte-bagages ».

    tarte eléonore,gaston lenôtre,tarte aux pommes

    Église de Saint-Nicolas-du-Bosc (Eure)

    De retour à Pont-Audemer en 1947, il y installe sa première pâtisserie au numéro 8, rue Gambetta. Il la vendra 10 ans plus tard pour ouvrir une nouvelle boutique cette fois dans la capitale, au 44 rue d'Auteuil. C'est le début d'une aventure mondiale ! Gaston Lenôtre, chef d'entreprise, auteur de plusieurs livres de cuisine, l'homme qui a renouvelé l’art du dessert, exportera son savoir-faire dans pas moins de 13 pays.

    tarte facon eleonore.jpeg

    Pour vous, amis gourmands aux babines alléchées, cette recette facile et rapide de tarte aux pommes façon Éléonore**

    Pour 4 personnes, prévoir 1 pâte à tarte feuilletée, 100 g de compote de pommes (acidulée), 5 pommes golden (voire 6), 50 g de sucre glace, 50 g de beurre.

    Garnissez la pâte à tarte d'une fine couche de compote de pommes acidulées. Pelez les Goldens et coupez-les en 8 quartiers. Disposez ces quartiers en cercle à plat sur la compote en serrant bien.

    Saupoudrez avec du sucre glace. Parsemez de noisettes de beurre. Faire cuire à 240°C pendant 20 mn. 5 mn avant la fin, saupoudrez avec le reste du sucre glace pour faire briller les fruits.

    Servez encore tiède.

     

    * Site Web lenotre.com

    **Recette et image - www.cahierdecuisine

    Biblio. « Je suis normand mais je me soigne » de J .-J. Lerosier – Ed. Héliopoles, 2021 -

  • Entre cousin cousine

    La généalogie est source de surprises. L'histoire que je vous rapporte aujourd'hui commence au XVIe siècle à la Neuville-Chant-d'Oisel, une commune à la frontière de la Seine-Maritime et de l'Eure. Une commune née de la réunion des paroisses de « La Neufville » et du « Chant d’Oisel » lesquelles, en 1263, donnent naissance à « La Neufville du Chandoysel » qui deviendra « La Neufville Chandoysel ». Rebaptisée à la Révolution, « La Neuville Champ d'Oisel », la commune ne reprendra son nom initial de « La Neuville-Chant-d’Oisel » qu'en juin 1962.

    Epoux Delamare eglise n d.jpg

    L’église Notre-Dame consacrée en 1258 par Eudes Rigaud

    La Neuville, la « ville neuve », doit son nom à son origine, le pays construit au fur et à mesure des défrichements de la forêt de Longboël, ou « long bois » et au chant des oiseaux qui s'y faisaient entendre.

    Dans les années 1530/1580, c'est là que vivait mon ancêtre Jehan Hubert avec son épouse Benoîte Revel et leurs 5 enfants Michel, Geneviève, Mathieu, Toussaint et Laurens ( 1573 - vers 1628). Jehan Hubert était l'un des trois Sergents Verdiers de cette «  forest de Longboël ». Nommé par le roi, il était une sorte d'officier des Eaux et Forêts ayant sous sa responsabilité un territoire boisé sur lequel il avait « pouvoir, juridiction et connaissance première des délits qui s'y commettaient ». Une charge héritée de son père, qu'exercera après lui son fils aîné Michel (né vers 1552 - décédé vers 1622) dont je suis une descendante.

    Epoux Delamare garde de J Hubert.jpg

    La garde de Jehan Hubert

    Le fils puîné de Michel, Laurens Hubert (1753-vers 1628), laboureur de son état, épousa Catherine Le Tellier dont il eut au moins 4 enfants : Pierre, Laurent, Marie et Mathieu. De la descendance de leur second fils, Laurent (1604-1670), ils auront une arrière-arrière petit-fille, Marie Anne Dorothée Hardy (1725-1808), qui épousera le 30 juin 1750 en l'église de Boissay (Seine-Maritime) un laboureur de Catenay (Seine-Maritime), Marin Couturier (1721-1800). Leur arrière-petite-fille, Delphine Couturier (1822-1848), se mariera le 7 août 1839 à Blainville-Crevon (Seine-Maritime) avec Eugène Delamare (1812-1849), un officier de Santé de Ry (Seine-Maritime), ancien élève d'Achille Flaubert (1784-1846), chirurgien en chef de l’Hôtel-Dieu de Rouen et père du romancier normand Gustave Flaubert (1821-1880). L'histoire de leur couple inspirera ce dernier pour l'écriture de son roman « Madame Bovary » paru en 1857.

    epoux Delamare stéles.jpg

    Plaque commémorative – Ry (Seine-Maritime)

    Mais ce que sûrement tous ignoraient, c'est qu'Eugène Delamare descend lui aussi du couple formé par Laurens Hubert et Catherine Le Tellier, par leur quatrième et dernier fils Mathieu (ca1609-1684), ce qui fait le lui le cousin de son femme.

     

     

    Merci au site : http://laneuvillechantdoisel.over-blog.com

  • Comment peut-on perdre trois fois la même jambe ?

    C'est pourtant ce qui est arrivé au normand René Georges le Pelley de Pléville, né à Granville (Manche), le 18 juin1726. Issu d'une très ancienne famille de la bourgeoisie granvillaise qui a fait fortune dans les armements maritimes, c'est à la mort de son père en 1739 qu'il embarque comme volontaire sur un morutier. Un an plus tard, il rejoint Le Havre pour s'engager comme enseigne sur un bateau à destination du Quebec.

    le pelley de pleville 01.jpg

    René Georges le Pelley de Pléville (1726-1805)

    Il n'a seulement que 14 ans et pour lui l'aventure commence ! En 1744, quand éclate la guerre avec l'Angleterre, il sert sur un corsaire havrais. Et c'est lors d'une attaque qu'un boulet de canon ennemi lui arrache la jambe droite. Amputé à la scie à tout juste 18 ans, il va désormais marcher avec un pilon. Qu'importe, à peine rétabli, il reprend la mer. Moins d'un an plus tard, un boulet emporte... sa jambe de bois ! Ouf !.... « Le boulet s'est trompé, dit-il, il n'a donné de l'ouvrage qu'au charpentier ! »

    le pelley de pleville 02 (2).jpg

    En 1748, après la signature du traité d'Aix-la-Chapelle, la paix un temps revenue, le voici à 23 ans plus jeune capitaine de la marine de commerce française. Les années passent puis les hostilités avec l'Angleterre reprennent de plus belle. Il commande « L'Hirondelle » quand, le 8 avril 1762, affrontant trois navires corsaires de la Compagnie anglaise des Indes, un boulet vient à nouveau fracasser sa jambe de bois. « C'est la troisième fois que je perds la même jambe » dit-il en riant. Et heureusement ce sera aussi la dernière !

    le pelley de pléville,corsaire normand,ministre de la marine

    Sculpture de Serge Santucci - Roc de Granville

    En 1762, il est fait Lieutenant de frégate de la Marine royale puis Capitaine de port à la Martinique, avant d'être affecté au commandement du port de Marseille.

    Après la Révolution, il est nommé auprès du ministre de la Marine avant de devenir à son tout Ministre de la Marine et des Colonies en 1797, un poste qu'il va conserver sous le Consulat avant de prendre à l'âge de 72 ans le commandement des armées et des ports de la République de la mer Adriatique. Le 3 nivôse an VIII (24 décembre 1799), le premier Consul le nomme dans la liste des soixante premiers sénateurs et, le 9 vendémiaire an XII (2 octobre 1803), dès la création de la Légion d’honneur, il est fait chevalier de l'ordre avant d'être promu ensuite Grand-Officier le 25 prairial an XIII (14 juin 1805) .

    C'est couvert d'honneurs bien mérités que l'ancien corsaire granvillais, rescapé de plus de cent combats, s'éteint dans son lit à Paris le 2 octobre 1805.

     

     

    Biblio. « Histoire secrète de la Normandie » d' I. Bournier – Ed. Ouest-France, 2019.

    * Image centrale : Dessin d'E. Chaunu in "50 nouveaux portraits d'Illustres Normands" - Ouest-France, 2012.