Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/06/2018

Un verbe normand dans le Larousse 2019 !

Depuis le 23 mai 2018, la Normandie pavoise ! Pensez-donc, un monument de son patrimoine linguistique vient d'entrer par la grande porte dans le Larousse 2019 ! Le verbe normando-normand "se boujouter" y figure désormais en bonne place !

boujou 0.jpg

"Se boujouter" - Photo Boris Maslard - Paris-Normandie

Le mot "boujou", un mot plein d'ingéniosité, d'origine cauchoise, est peut être le mot le plus caractéristique et le plus vivace du vocabulaire de notre terroir ! Généreux, il a plusieurs sens. Petit cours de normand appliqué rien que pour vous !

boujou 3.jpg

Tout d'abord, notre "boujou" signifie aussi bien bonjour qu' au revoir.  De cette caractéristique, sont nées  des expressions savoureuses du genre "boujou pi des bobons" qui équivaut à l'argot "à la r'voyure". Ou bien "dis-y boujou", une formule pratique pour faire passer le bonjour à quelqu'un. Ou bien encore "allez, boudou !" qui signifie plutôt "au revoir, à la prochaine". Sans oublier, le "boujou bin", notre "bien le bonjour !"

boujou000.jpg

Il y a aussi le "boujou Luc !" pour marquer l'étonnement devant un évènement, une révélation, ou la fin inopinée de quelque chose. Quant au "Boujou Berthe ! ", on l'emploie pour signifier "chapeau !", "c'est le pompon !" comme "c'est fichu !".

Et pour s'embrasser ou "se boujouter", on a le choix entre "se faire ueune boujoute" ou "un boujou à pincettes", soit un "tit bec" ou "bécot" que l'on se donne en pinçant doucement les joues de l'autre ! Attention tout de même à ne pas exagérer car dans ce cas on devient un "boujouteux" ou une "boujouteuse", c'est-à-dire quelqu'un qui embrasse souvent, voire un peu trop.

Allez, c'est pas l'tout, faut qu'y aille : boudou !

 

Biblio. "Le parler rouennais" de G. Larchevêque - Ed. Le Pucheux, 2007.

Image : "Bienvenue chez les Normands !" de N. Sterin - Ed. De Borée, 2011.

20/12/2015

Ah, these Norman ! They are everywhere*...

*Ah, ces normands ! Ils sont partout... et plus encore qu'on ne le croit ! Tenez, l'anglais, la langue de Shakespeare, cette langue "internationale", celle des affaires et de l'informatique, l'une des plus parlées au monde, cette langue dominante qui s'impose partout... et bien, en réalité, elle est parsemée de milliers de mots normands, soit une bonne moitié de son lexique !

 

anglais dans le monde.jpg

Carte des pays de langue anglaise dans le monde

"Le normand, variété particulière du gallo-roman, autrefois parlé en Normandie, fait partie des langues d'oïl. Elle s'est modifiée au contact de l’anglo-saxon en intégrant des mots et tournures issus de l’anglais. Cela a  donné naissance au dialecte appelé l’anglo-normand." Et c'est celui-ci qui est aujourd'hui encore parlé en Angleterre".

Un exemple ? Le mot "pocket" (poche en français) est un emprunt du mot normand "pouquette" désignant une petite "pouque", un sac en toile de jute, cousu sur 3 cotés, de plus ou moins grande résistance, qu'on utilisait principalement pour stocker puis  livrer les pommes à cidre et qui, à l'occasion, servait aussi de vêtement aux mendiants.

anglais Guillaume le Conquérant.jpg

Guillaume le Conquérant (1028-1087)

C'est au début du IIème millénaire que tout a commencé, lorsque le duc de Normandie, Guillaume le Conquérant (1028-1087), vainqueur de la bataille d’Hastings, est devenu Guillaume Ier d'Angleterre en recevant la couronne anglo-saxonne le 25 décembre 1066 dans l’abbaye de Westminster. La langue du nouveau roi devient celle du pouvoir. A cette époque, de l'autre côté de la Manche, on parle le "vieil anglais" mélange de northumbrien, anglien, saxon et kentois et de certaines langues celtiques comme le gallois, le cornique, l'écossais et le cambrien. Ce "vieil anglais" va s'effacer et, durant trois cents ans, la langue normande, synonyme de prestige et de culture, va s'imposer à la Cour comme dans toute l'aristocratie du pays, mais aussi dans le commerce, les tribunaux, l’administration et même l'éducation. Ainsi, au XIIIe et XIVe siècles, en application des règlements des Universités d’Oxford et de Cambridge, les étudiants ont le droit de parler entre eux soit en latin soit en normand, mais l'anglais leur est formellement interdit !

anglais et parlement.jpg

La reine et le duc d’Édimbourg, lors de l’ouverture de la session parlementaire

 

Après la mort en 1135 d'Henri 1er Beauclerc, dernier fils de Guillaume le Conquérant, et l'arrivée de la dynastie des Plantagenêt, le normand cède le pas au français. Toutefois, la cour d’Angleterre va en maintenir l’usage. C'est pourquoi, aujourd’hui encore, le Parlement de Londres continue à avoir recours à des expressions anglo-normandes. Ainsi, en cas d'absence de la Reine, le greffier, qui a la responsabilité d’indiquer qu’elle est d’accord avec les lois qui ont été votées, le fait avec ces mots "La Reyne le veult". Autre témoignage de la place autrefois occupée par le normand puis le français au sein du pouvoir royal anglais, les armoiries de la couronne britannique portent toujours la devise officielle « Dieu et mon droit », de même que la devise de l’ordre de la Jarretière, le plus élevé des ordres de chevalerie, celui de « Honi soit qui mal y pense » (avec un seul « n »).

 

Merci aux pages Wikipédia sur le sujet et au site https://languenormande.wordpress.com/tag/pocket.

12/03/2014

Une expression bien normande : mettre au rancart

Saviez-vous que l’expression « mettre au rancart », signifiant mettre de côté voire au rebut, serait issue de notre patois normand ?

mettre au rancart.jpg

A noter que l'orthographe exacte du mot est bien "rancart" avec un « t » final. Il ne faut pas le confondre avec l’argotique "rancard", son homonyme, peut être issu du verbe « rencarrer », qui désigne un "renseignement confidentiel" ou bien encore avec l'expression populaire "filer un rancard", c’est-à-dire un rendez-vous...

mettre au rancart.2jpg.jpg

En Normandie, on disait « mettre au récart ». Dans notre patois, le verbe "récarter" voulait dire, au milieu du XVIIIe siècle, « épandre » en parlant du fumier. 

De ce verbe, et toujours en Normandie, est ensuite né le mot "récart". Il désignait bien évidemment le lieu où l’on met les objets au "rebut" comme un fumier pour les denrées avariées...

Et c’est ce mot qui, au fil du temps, s’est déformé en "rancart"….Cqfd !

norrois 2.JPG