Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2018

Douze ans et 1 mois !

Sur le registre paroissial des baptêmes, mariages et inhumation de l'église Saint-Valéry Meulers, paroisse normande située près de Dieppe, on découvre cette union où la mariée n'a que 12 ans ! Cette enfant épouse le frère de son beau-père, de dix ans son aîné !

lefebure charles .jpg

"Le mardi 28ème février 1702 a été célébré en l’Église de Meulers par Discrette personne Me René Chartier, Prestre Curé dudit lieu, le mariage entre Charles Lefebure, âgé d'environ 22 ans, de la paroisse de Bures, fils de défunt Charles Lefebure et de Susanne Vassel d'une part et Caterine Leprestre, aagée de douze ans accomplis et un mois suivant l'extrait de son baptistère, fille de défunt Nicolas Leprestre et de Catherine Delaunay de ladite paroisse de Meulers d'autre part. Les dites parties aiant été fiancées le 25 dudit mois et an et un banc de mariage ayant été publié au prône de la messe paroissiale dudit Meulers et Bures le dimanche 26 dudit mois et an, lesdites parties ayant obtenu la dispense de Monseigneur l’Archevêque de Rouen par les deux autres bans signée par Messieurs les Vicaires Généraux (...) sans aucune opposition ou empêchement auxdits fiançailles, bans et mariage lequel a été célébré comme dit est présence de Susanne Vassel mère de l'époux, François Lefebure frère dudit époux et père en loi de ladite épouse, Catherine Delaunay, mère de l'épouse..."

lefebure charles 2.jpg

Il faut savoir qu'en France, jusqu'à la Révolution, l'âge nubile était de 12 ans pour les filles et de 14 ans pour les garçons. Cette "nubilité", l'âge minimum pour se marier, diffère de la majorité matrimoniale, l'âge à partir duquel un individu peut se marier sans l'accord de ses parents ou tuteurs légaux.

meulers-eglise.jpg

La législation révolutionnaire du 20 septembre 1792 fit évoluer l'âge nubile à 13 ans pour les filles et 15 pour les garçons. Douze ans plus tard, la création du code civil par Napoléon Bonaparte et la loi du 1er Germinal an XII (1er avril 1804) le fixe à 15 ans pour les filles et 18 pour les garçons (art. 144 du Code Civil). La dernière modification de l'âge nubile date du 4 avril 2006 : elle passe à 18 ans pour les filles. L'amendement a été voté dans le cadre de deux propositions de loi contre les violences conjugales. C'est à cette occasion seulement que, pour la première fois de l'histoire française, la nubilité des filles est devenue identique à celle des garçons. Toutefois, des dispenses peuvent être accordées pour « motifs graves ».

Impossible hélas de savoir ce qu'il est advenu de cette jeune épousée et si elle a eu des enfants... Douze ans plus tard, l'époux devenu veuf se remariera le 6 novembre 1714 au Val-du-Roy (Seine-Maritime) d'une jeune veuve de 6 ans sa cadette.

29/10/2017

Ce que nous apprend la généalogie...

... Et notamment celle de nos rois de France, est souvent source de réflexion ! Comment ne pas s'interroger en effet lorsqu'on découvre ainsi que sur les 64 quadrisaïeuls (arrières-arrières-arrières-grands-pères) du roi Louis XVI (1754-1793), dernier roi de France à avoir bénéficié des fastes du Château de Versailles et aussi le seul à avoir été décapité Place de la Concorde à Paris, on ne compte que 8 français contre 34 germaniques et 16 polonais ! Un réel européen en sorte !

aaaa2.jpg

"Et comme les mêmes malheurs proviennent souvent des mêmes incapacités", ce malheureux roi aurait dû être plus méfiant, lui qui descend deux fois de l'infortunée Marie Stuart, souveraine du royaume d’Écosse du 14 décembre 1542 au 24 juillet 1567, reine de France du 10 juillet 1559 au 5 décembre 1560, morte exécutée le 8 février 1587.

aaaa1.jpg

Le roi Louis XVI (1754-1793)

D'autant qu'il descend aussi une fois de Charles Ier, roi d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande, qui a fini lui aussi décapité le 30 janvier 1649. Et je ne vous parle pas de son ancêtre Christian II, roi de Danemark, Norvège et Suède, emprisonné durant 27 ans par son peuple dans une prison où il a fini ses misérables jours le 25 janvier 1559 !

aaaa3.jpg

Catherine II la Grande (1729-1796)

Et nous, amis généalogistes, pourquoi ne pas espérer trouver dans notre arbre un ascendant prestigieux ou mieux encore un bel aristocrate, quand on sait que le roi des Belges, comme l'ex-roi de Roumanie, sont tous les deux issus d' un modeste cultivateur et que la plupart des familles princières d'aujourd'hui descendent d'une simple servante balte...

 

Biblio. "La généalogie" par P. Durye - PUF, collection "Que sais-je", 1971.

15/10/2017

Un marchand de parapluies qui a plié le sien...

PAI ET SON PERE_0001.jpg

"Du treizième jour d'avril, l'an mil huit cent trente huit à huit heures du matin. Acte de décès de Pierre Beis trouvé hier à six heures du matin noyé dans une mare en cette commune où il est tombé par accident dans la nuit, profession de marchand de parapluies, âgé de soixante quatre ans huit mois, né à Saint-Julien aux Bois département de la Corrèze, demeurant en la commune d'Yébleron, canton de Fauville...*"

parapluies 2.jpg

Ypreville-Biville et Yèbleron sont deux petites communes du département de la Seine-Maritime, situées près de Fécamp. Notre brave marchand-colporteur, originaire de Corrèze, le village de Saint-Julien aux Bois, situé à près de 700 km de là, s'était installé à Yébleron avec sa femme. Le nom de ce village bien normand est issu du vieux norrois et signifie "verger de pommiers", preuve s'il en est besoin de l'ancienneté de la culture de ce fruit chez nous !

Il faisait le commerce des parapluies (souvent, il faut bien le reconnaître, les bienvenus en notre belle province). En France, c'est au XIXe siècle que l'usage du parapluie s'est développé. Si la plus ancienne référence d'un parapluie dans une source écrite remonte à la Chine et à l'empereur Wang Mang, fondateur de la dynastie Xin, lequel au Ier siècle aurait inauguré un parapluie-parasol démontable, avec des articulations lui permettant de s’agrandir et de se rétracter et fixé sur un chariot lors d’une cérémonie religieuse, le premier parapluie pliant a été créé quant à lui à Paris au début du XVIIIe siècle.

Nos voisins britanniques ont longtemps boudé cet ustensile pourtant bien utile, synonyme à leurs yeux, de condition sociale modeste. En effet, par temps de pluie, un anglais chic devait faire appel à une voiture. Seule, la personne qui ne pouvait pas s'en offrir une, s'abritait sous un parapluie...

parapluies 1.jpg

Mais revenons à notre cauchois d'adoption et à sa mésaventure fatale. Un malheureux accident qui lui a fait "plier son parapluie à jamais..."

 

 * Source : Archives Départementales 76 - NMD de la commune de Ypreville-Biville - Année 1838.

Biblio.  Revue Généalogique Normandie - N°131 - 2014.