Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/06/2016

Ceci est un arbre généalogique !

Un vrai sac de nœuds cet objet ! Et pourtant, cette pelote en fibre de bourre de coco n'est autre... qu'un arbre généalogique !

ceci est un arbre genealogique 1.jpg

L'objet, actuellement présenté au musée parisien du quai Branly, exposition  "Mata Hoata. Art et société aux îles Marquises", raconte l'histoire des familles de ces îles, en marquisien "Fenua Enata" ou "Terre des Hommes" L'archipel océanique, qui abrite environ 9500 Marquisiens, est l'un des plus isolés au monde. Proche de l’Équateur, il est situé en Polynésie. Découvertes en 1595, devenues françaises en 1842, ces îles forment aujourd'hui l'une des collectivités d'outre-mer de notre République.

ceci est un arbre genealogique 0.jpg

Dans la société marquisienne stratifiée,  il faut savoir que la généalogie décide de la place qu'occupe  l'individu dans la société, sa position avec les ancêtres divinisés, les "etua", et avec le grand chef, le "harakiri". Chacun doit être capable d'énumérer sa généalogie et de la réciter. Cela se dit "mata têtau" soit "conter les yeux et les visages" de ses ancêtres.

ceci est un arbre genealogique 2.jpg


Dans les cérémonies protocolaires, deux femmes âgées scandent alternativement les noms des hommes et des femmes de chaque génération." Pour les y aider, cet aide mémoire, véritable objet mnémotechnique, datant du XIXe siècle, est constitué de cordelettes tressées. Sur chacune d'elles, se trouvent plusieurs nœuds. Chacun de ces nœuds correspond a une génération. La multitude de cordelettes et de nœuds renvoie à l’idée d'une généalogie profonde, remontant aux origines mythologiques de la Terre.



Biblio. Merci au site www.en-attendant-nadeau.fr/2016/05/30/exposition-marquises

29/05/2016

Un air de famille

2 juin 1953. Londres. Celle qui vient de fêter le 21 avril dernier ses 90 printemps, est couronnée reine à l'abbaye de Westminster. Elle est le 40e monarque d'une lignée royale qui remonte au normand Guillaume le Conquérant (1027-1087), né à Falaise, une petite ville située à une cinquantaine de kilomètres de Caen et devenu maître du pays après avoir défait l'anglo-saxon Harold II (1022-1066) lors de la bataille de Hastings, en 1066.

couronnement elisabeth 3.jpg

La Reine Elizabeth II lors de son couronnement

Si 31 générations séparent les deux souverains il faut savoir que, de la date du couronnement à Westminster le 25 décembre 1066 de Guillaume 1er, duc de Normandie devenu Guillaume Ier d'Angleterre, à aujourd'hui, le pays a connu une constante dynastique. Elizabeth II, comme tous les souverains qui se sont succédé sur le trône avant elle, descend du chef normand qu'elle considère comme son ancêtre.

couronnement guillaume.jpg

Couronnement de Guillaume Ier d'Angleterre

Elizabeth n'était pas née pour régner. Mais, quinze mois après le décès de son père le George VI, à seulement 25 ans, elle devient la sixième femme à siéger sur le trône et la première depuis le décès de la reine Victoria (1819-1901). Le jour de son couronnement, sur sa toilette de satin blanc et à sa demande, tous les symboles du Commonwealth, qui regroupe les États associés à la couronne, sont évoqués : la rose pour l'Angleterre, le chardon pour l'Écosse, la feuille d'érable canadienne, les fleurs de lotus d'Inde et de Ceylan, etc. Mais en plus, sur un côté, très discrètement, les couturières ont également brodé un porte-bonheur : un minuscule trèfle à 4 feuilles...

La couronne d’or, ornée de 13 diamants et pierres précieuses du sacre de Guillaume était, aux dires d'un chroniqueur du temps, "semblable au firmament, qui, les nuages dissipés, étincelle du feu des étoiles". Elizabeth quant à elle en coiffera successivement trois. A son arrivée, elle porte le diadème d'apparat de George IV, puis elle est sacrée avec la couronne de Saint Edward, un joyau de deux kilos orné de plus de 400 pierres précieuses. Enfin, elle fera sa sortie solennelle avec la couronne impériale d'État, plus légère, brillant de mille éclats avec le saphir des Stuart, le rubis du prince Noir et le fabuleux Cullinan II, un diamant de 300 carats.

couronne jackie.jpg

Jacky Bouvier Kennedy (1929-1994)

Pour la petite histoire, Jacky Bouvier (1929-1994), pas encore Madame John Fitzgerald Kennedy, avait été est chargée par le Times Herald de Washington de couvrir l'évènement.

 

Merci aux sites http://www.lepoint.fr/monde/les-dix-secrets-du-couronnement-d-elizabeth-ii et aux nombreuses pages sur le sujet et http://genealogistes-associes.ca

28/10/2015

« Tué sous son harnois » ou la mort d'un homme d'armes

  « Sire, ainsi ces cheveux blanchis sous le harnois,

Ce sang pour vous servir prodigué tant de fois.... » 

 (Corneille, Cid, II, 9)

Il n'y a pas de bonne ou d'agréable façon de perdre la vie. En ce 6 juillet 1733, Valognes, pompeusement qualifiée de « Versailles normand », est une riche cité, la principale du Cotentin. Prospère, « fertile en beaux esprits », on y conçoit de grands projets et parmi eux celui de la construction d'une place royale sur lequel planchent déjà les ingénieurs du Roi.

Château de Valognes.jpg

 Vue en élévation du château de Valognes avant destruction, conservé à la 

Bibliothèque de Pont-Audemer

Mais c'est en ce jour d'été, sur la place du château, que Jacques Bourguaise, un normand de la paroisse voisine de Bricquebec est tué « sous son harnois ». Comment est-il mort ? De qui ou de quoi a t'il été victime ?

 valognes_0001 (2).jpg

 Acte de sépulture – Valognes

Était-ce un simple accident comme inscrit en marge par le vicaire ou un crime comme le laisse supposer le «  tué sous son harnois » indiqué dans l'acte ? A cette époque, le harnois ou harnais, (« harnois » correspond à l'ancienne prononciation de Paris et de la Picardie et « harnais » à celle de la Normandie et de l'Ouest) désignait l'armure complète d'un homme d'armes, d'un chevalier, son uniforme en quelque sorte.

 

valognes 2.jpg

 État de la place du château et du logis du gouverneur vers le milieu du XVIIIe siècle

 

C'est de là qu'est née l'expression « blanchir sous le harnois » que nous traduisons aujourd'hui par «exercer longtemps le même métier et donc acquérir une expérience reconnue dans le domaine ».  Mais le sens premier de cette expression, née au XVIIe siècle, était simplement "vieillir dans le métier des armes" puisqu'elle signifiait mot à mot, "passer un long moment sous l'armure". Par extension, le métier est devenu quelconque et le vieillissement a été assimilé à l'acquisition d'expérience.

 

 

Merci au CGRSM et aux membres de l'atelier de paléographie moderne qui m'ont fait découvrir ce texte.

Merci au site closducotentin.over-blog.fr pour les images du château.