Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/03/2018

C'est l'histoire d'un mec... Son nom ?... Coluche !

Mais le prénom de notre homme est Jean Baptiste. Grenadier dans l’armée napoléonienne, grognard du 17ème de ligne, il doit sa célébrité à un épisode survenu après la bataille d’Ebersberg (Autriche) le 3 mai 1809 où s'affrontèrent les troupes françaises et autrichiennes.

coluche 1.jpg

Jean Baptiste Coluche (30 mars 1780-2 mai 1867)

(Estampe d'après un croquis de Pauline Viardot en 1846)

 

Le soldat était de garde devant la maison où logeait Napoléon (1769-1821) avec la consigne de ne laisser entrer ou sortir personne qui ne soit pas accompagné d’un officier d’état-major. Voyant approcher un homme vêtu d’une redingote il s’écria : « on ne passe pas ». Mais l'interpelé, perdu dans ses pensées, ne s'arrêta pas... Ajustant son arme, Coluche cria : "Si tu fait un pas de plus, je te fous ma baïonnette dans le ventre !"

coluche 3.jpg

Cet homme distrait n’était autre que Napoléon lui-même, préparant le plan de sa prochaine bataille. S'étant fait reconnaître, il demanda son nom à la sentinelle. L'homme lui répondit qu'il se nommait Coluche et qu'il était originaire de Gastins, un village du département de la Seine-et-Marne. Loin d’être puni pour avoir ainsi défié l’Empereur, ce dernier le décora de la Légion d’honneur pour avoir monté la garde avec tant de zèle.

Après une carrière militaire bien remplie, il avait participé à de nombreuses campagnes militaires entre 1805 et 1814, le vigneron retourna dans son village natal de Gastins où il ouvrit une auberge, avec pour enseigne "On ne passe pas". C'est là qu'il est mort, en 1867, à l'âge de quatre-vingt-deux ans.

coluche 4.jpg

Napoléon III (1808-1873), neveu de l'Empereur, avait voulu faire sa connaissance. Nullement intimidé, Coluche lui aurait déclaré : "J'ai bien connu votre oncle. Nous avons beaucoup voyagé ensemble..."

04/03/2018

"Remède pour le foix gaté"...

"Pomme du matin éloigne le médecin" assuraient nos grands-mères normandes ! L'expression date d'un temps, bien avant la création de notre Sécurité Sociale (1945), où on avait recours au médecin uniquement dans les cas graves, voire totalement désespérés... Pour les petits maux de tous les jours, on se soignait notamment en consommant des aliments qui avaient la réputation de garder en bonne santé. Et en Normandie bien sûr, on mangeait des pommes, ce fruit dont les vertus nombreuses sont bel et bien reconnues de nos jours par tout le corps médical !

pommes.jpeg

Parmi ses qualités diététiques, il est prouvé que la pomme fait baisser le taux de mauvais cholestérol. Or, les calculs biliaires se forment dans le foie lorsque notre corps est trop chargé en cholestérol, car ce dernier empêche que la bile joue correctement son rôle...

Voici un "Remède pour le foix gaté", une recette médicinale d'un apothicaire normand du XVIIe siècle*, toujours d'actualité semble-t’il !

pomme recet medicin.jpg

"Il faut prendre unne pomme nommé melo appio ou autre,

i faire unne fosse avec un couteau ôtant unne partie

dedans de manière que le trou ne passe pas d'outgre en outre ;

mettez dans cette fosse 3 ou 4 grains d'encens mâle, ensuite

recouvrez la dite fosse du morceau qui en sera sortie et la

cuire ainsy sous les cendres chaudes de manière qu'elle ne bouent

et qu'elles deviennent tendrettes ; ensuite la couper en quatre avec

ce qui est dedans et la menger (n'importe si c'est à jeun)."

pommes eure et son passe.jpg

 

* Publiée par l'Académie paléographique de l'Eure" d’Évreux en 1986.

25/02/2018

Quelle aventure !

Toujours dans la quête de prénoms originaux, celui-ci rencontré chez plusieurs de mes ancêtres du XVIIe siècle : Bonaventure ! (Tout un programme !)

Il s'agit là d' un ancien nom de baptême mystique qui invoquait à l'avance la protection divine. Ses racines se trouvent en Italie au XIIe siècle, avec l'histoire de Giovanni da Fidanza. Le jeune-homme est né à Bagnorea (actuelle Bagnoregio, près de Viterbe, Italie) en 1217-1218 ou 1221 et est mort empoisonné à Lyon dans la nuit du 14 et 15 juillet 1274 alors qu'il préparait le IIe Concile de cette ville.

bonaventure 3.jpg

Bagnorea (actuelle Bagnoregio, près de Viterbe, Italie

Selon une tradition du XVe siècle, gravement malade, il aurait été apporté à François d'Assise, lequel se serait écrié en le voyant : « O buona ventura! » (« quelle chance ! »)

bonaventure 2.jpeg

C'est en entrant dans les ordres qu'il prit ce nom de Bonaventure. Théologien du XIIIe siècle, archevêque, cardinal, Docteur de l'Église, ministre général des franciscains, il est l'un des piliers de la théologie chrétienne au Moyen Âge. Surnommé le « Docteur séraphique », il a été canonisé en 1482 et reste connu sous le nom de « saint Bonaventure ».

bonaventure 4.jpg

Bien entendu, Bonaventure est également devenu un patronyme pouvant aussi être issu du surnom donné à un homme chanceux au jeux de hasard et/ou favorisé par les événements de la vie...