Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/10/2020

Ce que les rois de France doivent à un saint normand...

Mais pourquoi donc les rois de France depuis Louis X le Hutin (1289-1316), au lendemain de leur sacre dans la cathédrale de Reims, se rendaient-ils à Corbeny, une petite cité située à quelques lieues de là, afin de s'incliner devant le tombeau de Saint-Marcoul, un saint bien normand ?

st marcoul.jpg

Saint Marcoul - Chapelle Saint-Michel de Clermont-en-Auge (Calvados)

Saint-Marcoul ou Marcouf (490-558) naquit à Bayeux (Calvados). Après s'être dépouillé de ses biens au profit des pauvres, il vécut près de l'évêque de Coutances (Manche) qui l'ordonna prêtre. Il évangélisa toute la région du Cotentin et fonda l'abbaye de Nanteuil où il mourut en le 1er mai 558. Quelques siècles plus tard, à la fin du IXe siècle, chassée par les invasions vikings, toute la communauté monastique de Nanteuil trouva refuge auprès du roi Charles III le Simple (879-929) dans sa résidence royale de Corbeny (Aisne). Comme les religieux avaient pris soin de transporter avec eux les précieuses reliques de leur saint fondateur, le roi fit bâtir un prieuré afin de les y abriter. Une fois la menace écartée, seuls les moines rentrèrent en Normandie...

st marcoul écrouelles.jpeg

A l'image de tous les bienheureux, Saint-Marcoul possédait le don de soulager les malades. Comme son nom décomposé donnait "mal" (Mar) au cou (coul), on lui avait attribué la vertu de guérir d'une façon générale toutes les affections de types furonculeux localisées au niveau du cou et notamment celles des écrouelles, ces "fistules purulentes localisées sur les ganglions lymphatiques du cou". C'est en remerciement au roi de France qui avait protégé sa communauté et hébergé ses reliques qu'il lui aurait transmis ainsi qu'à ses successeurs cette grâce miraculeuse.

Dès lors, et à partir de Philippe Ier ( 1052-1108), au lendemain de leur sacre, après s'être recueilli à Corbeny devant les reliques du saint homme, dans l'église ou la cour du palais carolingien, chaque roi de France perpétuait la pratique des pouvoirs thaumaturges. Pour accomplir le miracle à la fois royal et divin de soulager ses sujets scrofuleux, le souverain touchait directement le malade avec un signe de croix en prononçant ces paroles "le roi te touche, que Dieu te guérisse", sans omettre de lui remettre au passage quelques pièces d'argent destinées à améliorer sa condition de vie et à faciliter sa convalescence. Ainsi, les 2% ou 3% de patients qui guérissaient ou entraient en rémission le devaient à leur bon roi. À partir de Louis XIV (1638-1715), le roi ne se rendit plus en pèlerinage à Corbeny, les reliques de saint Marcoul venaient à la basilique Saint-Rémi et le toucher se faisait dans le jardin. Louis XVI (1754-1793) aurait touché plus de 2000 patients, et en 1825, Charles X (1757-1836) en toucha encore 120, dont cinq ont guéri !

st marcoul 03.JPG

Oratoire de St-Marcoul - Corbeny (Aisne)

 

Pour la petite histoire, il paraît qu'il existait deux autres possibilités pour se débarrasser des écrouelles : faire prononcer une formule sacrée en latin par des vierges complètement nues ou s'adresser au septième fils d'une famille qui n’avait eu que des garçons...

 

 

Biblio. : "Les Saint qyu guérissent en Normandie" d'H. Gancel - Ed. Ouest-France, 2006.

"Toutes les drôles d'histoires de notre histoire" de D. Chirat - Ed. La Librairie Vuibert, 2018.

10/11/2019

Le passé normand de l'Hôtel Matignon

Le rouennais Édouard Philippe, notre Premier ministre, devrait se sentir doublement chez lui à Matignon. Pourquoi doublement ? Parce que cet hôtel particulier est, depuis 1935, non seulement  la résidence officielle et le lieu de travail du chef du gouvernement français mais aussi parce que, à l'image du Palais de l’Élysée, construit en 1720 pour Louis-Henri de La Tour d'Auvergne (1674-1753), comte d'Évreux et de Tancarville, l'Hôtel Matignon est, à son origine, la propriété d'une famille normande.

hotel matignon 3.jpg

Hôtel de Matignon aujourd'hui

Voici l'histoire. En 1722, Christian-Louis de Montmorency-Luxembourg (1675-1746), prince de Tingry et Maréchal de France, commande la construction d'un Hôtel particulier sur un terrain qu'il avait acquis trois ans plus tôt à l'architecte Jean Courtonne (1671-1739). Mais voilà, les travaux s'avèrent si couteux que le prince de Tingry est obligé de vendre son hôtel avant son achèvement. Le 23 juillet 1723, Jacques III de Goyon, sire de Matignon et de la Roche-Goyon, comte de Torigny, en devient l'heureux propriétaire et lui donna son nom.

matignon plan turgot.png

L'Hôtel de Matignon vers 1737 - Plan de Turgot

L'homme est issu de la branche aînée de la famille de Goyon ou Gouyon, des nobles originaire de Bretagne et dont la filiation suivie remonte à 1209. Les Goyon de Matignon se sont implantés en Normandie en 1421 à l'occasion du mariage de Jean Goyon avec Marguerite de Mauny, héritière de plusieurs grandes terres de Normandie, et principalement de la baronnie de Thorigny, que les descendants du couple vont conserver jusqu'au XVIIIe siècle. La famille de Gouyon portera en Normandie les titres de comte de Thorigny et de Gacé, et de baron de Saint-Lô.

matignon jacques 1er.jpg

Jacques Ier Prince souverain de Monaco

A la mort de Jacques III, le 14 janvier 1725, son fils Jacques (1689-1751), quatrième du nom, en hérite. Le 20 octobre 1715, il avait fait un beau mariage en épousant la princesse héritière de Monaco, Louise-Hippolyte Grimaldi (1697-1731). Celle-ci succèdera à son père après sa mort le 20 janvier 1731. Seulement, après 11 mois de règne, sa mort prématurée à l'âge de 34 ans, propulse son époux prince de Monaco sous le nom de Jacques Ier Grimaldi. Il va gouverner la principauté pendant deux années, le temps nécessaire pour que son fils Honoré III atteigne l'âge de 13 ans, majorité nécessaire pour régner, et abdiquer en sa faveur le 7 novembre 1733.

L'Hôtel de Matignon passera ensuite légitimement à ses descendants, les princes de Monaco. C'est pourquoi, l'actuel prince de Monaco, Albert II, porte parmi ses nombreux titres, celui de "sire de Matignon". Le prince souverain de Monaco est effet duc de Valentinois, marquis des Baux, comte de Carladès, baron de Calvinet et du Buis, seigneur de Saint-Rémy, sire de Matignon, comte de Torigni, baron de Saint-Lô, de la Luthumière et de Hambye, duc de Mazarin, duc de Mayenne, prince de Château-Porcien, baron de Massy, comte de Ferrette, de Belfort, de Thann et de Rosemont, baron d'Altkirch, seigneur d'Issenheim, marquis de Chilly, comte de Longjumeau et marquis de Guiscard.

 

Biblio : "Normands célèbres" de J.-P. Pichard - Edilivre, 2013.

15/09/2019

Art roman ou art normand ?

Saviez-vous que "l'architecture romane" est en Angleterre traditionnellement dénommée "architecture normande" ? Que ce terme désigne outre-Manche le style des constructions réalisées après l'invasion de leur pays en 1066 par le normand Guillaume le Conquérant (1027/1028-1087) et durant tout le XIIe siècle ?

Les Normands étaient des bâtisseurs exceptionnels ! Ces « Hommes du Nord », peuple de grands navigateurs originaires de Scandinavie, ont mené la dernière vague des grandes invasions qui ont façonné l’Europe médiévale avec la constitution de plusieurs « pays normands », en France mais aussi en Angleterre, en Sicile, dans l’Italie méridionale et de façon plus éphémère au Proche-Orient.

art normand cat de rouen.JPG

Cathédrale de Rouen (1030-1506) - Prototype de l'architecture romane normande

L'Abbaye Notre-Dame de Jumièges, l'Abbaye aux Hommes et l'Abbaye aux Dames de Caen, la Cathédrale de Bayeux ou celle de Rouen pour ne citer qu'elles en témoignent. Et ces mêmes normands, voyageurs et conquérants, ont exporté partout où ils sont allés, leur savoir et savoir-faire architectural. L'art normand ne s’exprime pas seulement à travers le caractère monumental de leurs constructions, mais aussi par la richesse des sculptures et la préciosité des peintures dont ils les ont dotées. En Angleterre, la très belle cathédrale de Winchester, la cathédrale de Bristol ou l'église du Village de Castel Rising en sont de magnifiques exemples.

art normand cat de durham.jpg

Cathédrale de Durham (Angleterre) - (1093-1133)

En France, cet "art normand" prend le nom "d'art roman". Ce nouveau concept, forgé en Normandie, distingue, en histoire de l'art, la période qui s'étend de 1030 à la moitié du XIIe siècle, plus précisément entre l'art préroman et l'art gothique. Ce qualificatif de "roman" date de 1818 et est passé dans l'usage courant à partir de 1835. On le doit au normand Charles Duhérissier de Gerville (1769-1853), un érudit, naturaliste et archéologue, originaire de Gerville-la-Forêt, une ancienne commune du département de la Manche.

art normand gerville.jpg

Charles Duhérissier de Gerville (1769-1853)

Issu d’un adverbe latin "romanice" signifiant « à la manière des romains », il qualifie à l'origine la langue romane, c'est-à-dire la « langue vulgaire », celle du peuple, la langue intermédiaire entre le « bas-latin » et le français du XIIIe siècle. Le choix du mot « roman » par Gerville implique une idée particulière du phénomène historique auquel on l'applique. l'historien établit ainsi un parallèle entre le développement artistique et l'évolution linguistique. De même que les langues romanes sont issues du latin, de même l'art roman a prolongé les traditions romaines jusqu'à la naissance du gothique.

Arcisse de Caumont (1801-1873), normand et lui aussi historien et archéologue, reprendra ledit terme de "roman" dans son "Essai sur l’architecture du Moyen Âge, particulièrement en Normandie" paru en 1824.

 

Biblio. "Normands célèbres" de J.-P. Pichard - Edilivre, 2013.