Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2016

La disparition de Mademoiselle de Fontenailles

En ce jour du 26 avril 1902, ce qui devait arriver arriva : Mademoiselle de Fontenailles s'écroula...

L'histoire se passe à Longues-sur-Mer, un petit village normand du Calvados situé près de Bayeux. Ici, au fil du temps, la falaise, faite de roche calcaire ébouleuse, est inexorablement dévorée par les assauts de la Manche, au point d'être aujourd'hui hors d'atteinte de celle-ci dans un site sauvage et apprécié des touristes, baptisé "le chaos".

demoiselle-fontenailles-3.jpg

Au cours des siècles, à raison d'un recul d'environ 50 centimètres par an, la falaise a laissé devant elle trois impressionnants rochers hauts de 20 mètres, évoquant des figures humaines. On les avait baptisées les "Demoiselles de Fontenailles" du nom du lieu-dit, hameau du village.

demoiselle fontenailles 3 (2).jpg

Plusieurs légendes se sont chargées de rapporter leur histoire. Comme celle-ci, celle de trois jeunes filles et d’un amour brisé. Elles attendaient sur le rivage le retour de leurs fiancés quand elles « les virent à bord de leur bateau, mais celui-ci se jeta sur les récifs et les marins se noyèrent », laissant les trois fiancées pétrifiées de terreur.

 

demoiselle-fontenailles-4.jpg

Au début du siècle dernier, deux d'entre-elles ont déjà disparu. Et c'est donc la dernière, encore rattachée à la terre ferme en 1743, qui vient de s' crouler à 70 mètres du rivage, victime d'une nouvelle tempête. On avait pourtant pris soin de la soutenir d'une béquille en maçonnerie...

Il n’est pas impossible qu’une remplaçante apparaisse un beau jour sur le rivage. Déjà, à la fin du XIXe siècle, un bloc se détacha de la falaise mais cette « Jeune demoiselle » là s’effondra à son tour en 1939.

 

 

Biblio. "L'Almanach de la Normandie" de B. et C. Quétel - Larousse 2002.

Merci au site http://www.histoirenormande.fr

20/04/2016

Un centre peut en cacher un autre...

Qu'ont donc en commun les villages normands de Lorey dans le département de la Manche, celui de Sées dans l'Orne, d'Ancretiéville-Saint-Victor dans la Seine-Maritime et de La Houblonnière dans le Calvados ? Je vous aide : à l'image de Sées et Ancretiéville-Saint-Victor dans leur département respectif, le petit village normand de Le Lorey, d'environ 600 âmes, situé entre le Saint-Lois et le Coutançais, détient le privilège d'être tout comme eux le centre du sien.

la houblonniere stele le lorey.jpg

Table indicative devant la mairie de Le Lorey (Manche)

Après la réunification de la Normandie et d'après les calculs savants des experts de l’Institut géographique national (IGN), le centre géographique de notre région affichant désormais une surface de 30 113 km2 se situe au beau milieu d'un champ entouré de haies. Ce terrain, qui fait partie du haras des Monceaux, un domaine de 280 hectares, appartient au petit village de La Houblonnière situé dans le département du Calvados, au cœur du Pays d'Auge, dans le canton de Mézidon-Canon, à une trentaine de kilomètres à l'est de Caen, entre Lisieux et Crèvecœur-en-Auge.

la houblonniere chateau.jpg

Château de de La Houblonnière (Calvados)

Quant au centre de la France, en fonction des calculs réalisés et des hypothèses prises en compte (avec ou sans la Corse, avec ou sans les petites îles côtières, etc), plusieurs communes des département du Cher et de l'Allier revendiquent ce titre honorifique et notamment Vesdun, dans le Cher, et Nassigny, dans l'Allier. Si l'on prend en considération la seule France continentale, la première, Vesdun, a été reconnue officiellement comme "Centre de la France" en 1984. Mais par contre, si les calculs sont faits en prenant en compte l'Île de beauté, alors le centre se déplace un peu plus vers l'Est, et c'est finalement la commune de Nassigny, dans l'Allier qui bénéficie de cet honneur, un calcul confirmé par l'IGN en 1993.

la houblonniere Nassigny.jpg

Centre de la France à Nassigny (Allier)

Le Centre de la France peut aussi être défini comme le centre du plus petit cercle incluant tout le territoire de la France continentale. Dans ce cas, c'est la commune de Tranzault (Indre) qui est désignée. Ce cercle circonscrit présente un rayon d'environ 543,7 km. Il passe par 3 extrémités : au N-O. près de Trémazan (commune de Landunvez (Finistère), au N-E. la forêt domaniale de Lauterbourg (Bas-Rhin) et au S-E. près de Menton (Alpes-Maritimes).

Le centre du plus grand cercle entièrement inclus dans le territoire de France continentale, dont le rayon est d'environ 291,3 km, désigne quant à lui la commune de Saint-Palais (Cher). Il passe par 3 points rentrants : au N-O. près de Benerville-sur-Mer (Calvados), au S-O. l'embouchure de la Sèvre niortaise près de Charron (Charente-Maritime) et à l'E. à Chapelle-des-Bois (Doubs).

 

Biblio. "Manche, 100 lieux pour les curieux" de B. Rudloff et R. Boudet - Ed. C. Bonneton, 2016.

Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

20/03/2016

Ezy-sur-Eure : un passé qui décoiffe !

Ce n'est pas pour rien que cette petite cité normande de 3500 âmes est surnommée "la cité des peigneux" ! Située au au sud du département de l’Eure, entre Évreux et Dreux, à la frontière entre la Normandie et l’Ile de France, Ezy, devenue en 1932, Ezy-sur-Eure, est en effet LA capitale normande du peigne !

EZY SUR EURE 2.jpg

Si la première mention de fabrication de cet ustensile de toilette à Ezy remonte au début du XVe siècle, les témoignages d’un réel artisanat n'apparaissent réellement que deux siècles plus tard, c'est-à-dire au début du XVIIe siècle. Alors qu'ils cultivent durant la belle saison leurs champs et leurs vignes (le vignoble d'Ezy était très important dans le passé), les paysans locaux vont combler leur baisse d'activité en hiver et s'accorder un complément de ressources en fabriquant des peignes. Ils les sculptent tout d'abord dans les matériaux dont ils disposent : le buis, le bois d'alisier, la corne de bœuf ou le sabot du cheval. Mais la qualité et le raffinement de leur production vont vite être reconnu. Et, grâce à un savoir-faire d'exception, leur notoriété va dépasser rapidement les frontières régionales.

EZY SUR EURE 3.jpg

Il faut dire que la vallée permet une grande facilité de communications notamment vers Paris qui se trouve à seulement 80 km. Les ouvriers prennent l'habitude d'aller y livrer leur production, «du soleil au soleil», soit en une journée et une nuit. Vers 1820, conséquence de la mécanisation agricole qui libère des bras et de la crise du phylloxéra qui ruine les vignobles, la main d’œuvre afflue en masse. La production s'élargit parallèlement avec la fabrication notamment de peignes de chignons à grandes et larges dents de type espagnol pour tenir les mantilles, de diadèmes et même d'éventails. Pour satisfaire les grandes coiffeurs parisiens et les maisons de couture, les matériaux utilisés vont s'ennoblir. Bénéficie de l'arrivée du chemin de fer qui favorise l'exportation comme l'importation des matières premières, on travaille maintenant la corne de buffles argentins, l'écaille des tortues, la nacre et même l' ivoire.

Grâce à la force motrice de l'eau qui actionne les machines et les moulins fariniers reconvertis, l'artisanat devient au XIXe siècle une industrie à part entière employant une main d’œuvre nombreuse et peu coûteuse. Comme l'implantation de nouveaux lieux de production ne demandent qu'un faible investissement, ils se multiplient le long du fleuve, sous forme de petits ateliers jouxtant la maison du patron. On y fend la corne, la chauffe, l'aplatit avant de la polir dans une machine avec des billes de buis. On termine le travail en crantant les peignes. En 1830, le maire d'Ezy, Monsieur Jourdain met au point un procédé d'ouverture hélicoïdale de la corne qui permet d'obtenir un matériau plat de meilleure qualité. Une vingtaine d'années plus tard, un groupe d'artisans inventent une machine révolutionnaire, une scie circulaire, montée sur un chariot mobile qui coupe directement les dents dans la corne, travail jusqu’alors effectué à la main. Le marché s'étend maintenant à l'international, de l'Europe de l'Est au Maghreb.

Au début du XXe siècle, avec l'arrivée du plastique, la fabrication des peignes en corne, beaucoup plus coûteux, s’essouffle. Le véritable déclin intervient progressivement après la Seconde Guerre Mondiale, les manufactures se révélant incapables d'investir suffisamment et de choisir entre la voie de la consommation de masse à travers l'injection plastique et celle du luxe. La dernière des huit fabriques fermera ses portes au début des années soixante.

EZY SUR EURE 1.jpg

Pour honorer cette industrie locale, en 1984, y fut inaugurée la manufacture-musée du peigne et des parures.

 

Biblio : "Normandie, 500 coups de cœur" de M. Le Goaziou et M-C. Colignon - Ouest-France, 2011.
Merci notamment au site http://hist-geo.ac-rouen.fr