Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2016

La forêt cathédrale d'Eawy

Notre belle Normandie renferme des trésors ! En voici un parmi tant d’autres : la forêt d’Eawy !

Foret Eawy.jpg

Située entre les vallées de la Varenne et de la Béthune, au cœur du Pays-de-Bray, à proximité de Neufchâtel-en-Bray et de Saint-Saëns, à ½ heure de Rouen et de Dieppe, la forêt d’Eawy (prononcez «  e-a-vi ») est l’une des plus belles hêtraies de France et la seconde du pays en superficie,  plus de 7 000 hectares !

Tirant son nom du substantif « eve, ewe », ancienne forme du vieux français « eau », provenant du latin « aqua »  synonyme d’ « humide », elle, qui n’est pourtant traversée par aucun cours d’eau, doit son terrain frais à l’argile à silex qui recouvre la craie qui compose son sol.

EAWY.jpg

Vestige des grandes forêts couvrant notre région avant le premier millénaire, elle a été propriété des Ducs de Normandie dès le règne de Guillaume le Conquérant avant d’appartenir à la couronne de France après la conquête de la Normandie par le Roi Philippe Auguste (1202-1204) jusqu’à sa confiscation à la Révolution et sa déclaration ensuite en Forêt Domaniale.

 Hetre.jpg

Composée principalement de hêtres, on y trouve aussi des chênes, des charmes, des merisiers, des frênes, des érables sycomores et autres alisiers. Et, cerise sur le gâteau, cette magnifique « forêt cathédrale* » est traversée du nord au sud par une majestueuse « allée des Limousins » percée au XVIe siècle, long ruban taillé au cordeau de 14 km de long et de 20 mètres de large.

Source d’une forte activité économique, si elle a fait vivre pendant longtemps tous les villages alentours, elle est aujourd’hui un paradis pour les promeneurs amateurs d’air pur, de flore et de faune sauvages, qui empruntent pour leur plus grand plaisir le «  chemin des écoliers », circuit pédagogique de deux heures de marche, heureuse initiative de l’Association des Amis de la forêt d’Eawy.

*Expression de Jean-Yves Picard, Président de l’Association des Amis de la forêt d’Eawy -  Photos « eawy-tourisme »

 

27/04/2016

La disparition de Mademoiselle de Fontenailles

En ce jour du 26 avril 1902, ce qui devait arriver arriva : Mademoiselle de Fontenailles s'écroula...

L'histoire se passe à Longues-sur-Mer, un petit village normand du Calvados situé près de Bayeux. Ici, au fil du temps, la falaise, faite de roche calcaire ébouleuse, est inexorablement dévorée par les assauts de la Manche, au point d'être aujourd'hui hors d'atteinte de celle-ci dans un site sauvage et apprécié des touristes, baptisé "le chaos".

demoiselle-fontenailles-3.jpg

Au cours des siècles, à raison d'un recul d'environ 50 centimètres par an, la falaise a laissé devant elle trois impressionnants rochers hauts de 20 mètres, évoquant des figures humaines. On les avait baptisées les "Demoiselles de Fontenailles" du nom du lieu-dit, hameau du village.

demoiselle fontenailles 3 (2).jpg

Plusieurs légendes se sont chargées de rapporter leur histoire. Comme celle-ci, celle de trois jeunes filles et d’un amour brisé. Elles attendaient sur le rivage le retour de leurs fiancés quand elles « les virent à bord de leur bateau, mais celui-ci se jeta sur les récifs et les marins se noyèrent », laissant les trois fiancées pétrifiées de terreur.

 

demoiselle-fontenailles-4.jpg

Au début du siècle dernier, deux d'entre-elles ont déjà disparu. Et c'est donc la dernière, encore rattachée à la terre ferme en 1743, qui vient de s' crouler à 70 mètres du rivage, victime d'une nouvelle tempête. On avait pourtant pris soin de la soutenir d'une béquille en maçonnerie...

Il n’est pas impossible qu’une remplaçante apparaisse un beau jour sur le rivage. Déjà, à la fin du XIXe siècle, un bloc se détacha de la falaise mais cette « Jeune demoiselle » là s’effondra à son tour en 1939.

 

 

Biblio. "L'Almanach de la Normandie" de B. et C. Quétel - Larousse 2002.

Merci au site http://www.histoirenormande.fr

20/04/2016

Un centre peut en cacher un autre...

Qu'ont donc en commun les villages normands de Lorey dans le département de la Manche, celui de Sées dans l'Orne, d'Ancretiéville-Saint-Victor dans la Seine-Maritime et de La Houblonnière dans le Calvados ? Je vous aide : à l'image de Sées et Ancretiéville-Saint-Victor dans leur département respectif, le petit village normand de Le Lorey, d'environ 600 âmes, situé entre le Saint-Lois et le Coutançais, détient le privilège d'être tout comme eux le centre du sien.

la houblonniere stele le lorey.jpg

Table indicative devant la mairie de Le Lorey (Manche)

Après la réunification de la Normandie et d'après les calculs savants des experts de l’Institut géographique national (IGN), le centre géographique de notre région affichant désormais une surface de 30 113 km2 se situe au beau milieu d'un champ entouré de haies. Ce terrain, qui fait partie du haras des Monceaux, un domaine de 280 hectares, appartient au petit village de La Houblonnière situé dans le département du Calvados, au cœur du Pays d'Auge, dans le canton de Mézidon-Canon, à une trentaine de kilomètres à l'est de Caen, entre Lisieux et Crèvecœur-en-Auge.

la houblonniere chateau.jpg

Château de de La Houblonnière (Calvados)

Quant au centre de la France, en fonction des calculs réalisés et des hypothèses prises en compte (avec ou sans la Corse, avec ou sans les petites îles côtières, etc), plusieurs communes des département du Cher et de l'Allier revendiquent ce titre honorifique et notamment Vesdun, dans le Cher, et Nassigny, dans l'Allier. Si l'on prend en considération la seule France continentale, la première, Vesdun, a été reconnue officiellement comme "Centre de la France" en 1984. Mais par contre, si les calculs sont faits en prenant en compte l'Île de beauté, alors le centre se déplace un peu plus vers l'Est, et c'est finalement la commune de Nassigny, dans l'Allier qui bénéficie de cet honneur, un calcul confirmé par l'IGN en 1993.

la houblonniere Nassigny.jpg

Centre de la France à Nassigny (Allier)

Le Centre de la France peut aussi être défini comme le centre du plus petit cercle incluant tout le territoire de la France continentale. Dans ce cas, c'est la commune de Tranzault (Indre) qui est désignée. Ce cercle circonscrit présente un rayon d'environ 543,7 km. Il passe par 3 extrémités : au N-O. près de Trémazan (commune de Landunvez (Finistère), au N-E. la forêt domaniale de Lauterbourg (Bas-Rhin) et au S-E. près de Menton (Alpes-Maritimes).

Le centre du plus grand cercle entièrement inclus dans le territoire de France continentale, dont le rayon est d'environ 291,3 km, désigne quant à lui la commune de Saint-Palais (Cher). Il passe par 3 points rentrants : au N-O. près de Benerville-sur-Mer (Calvados), au S-O. l'embouchure de la Sèvre niortaise près de Charron (Charente-Maritime) et à l'E. à Chapelle-des-Bois (Doubs).

 

Biblio. "Manche, 100 lieux pour les curieux" de B. Rudloff et R. Boudet - Ed. C. Bonneton, 2016.

Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.