Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2018

La Normandie, havre de paix de France Gall

Une pensée attristée aujourd'hui pour celle qui est partie rejoindre les siens au paradis blanc... France Gall et Michel Berger aimaient la Normandie où ils avaient passé une partie de leur voyage de noces.

france gall 5.jpg

Dans les années 70, ils y avaient acquis une propriété pour laquelle ils avaient eu un vrai coup de cœur. Située dans le Pays d'Auge, à Vasouy (Calvados), commune d'une centaine d'âmes, associée aujourd'hui à Honfleur, leur villa, "Le Clos Saint-Nicolas, se trouve à deux pas de la cité portuaire, sur la Route départementale 513, qui mène à Trouville en longeant la côte. Un havre de paix secret, au creux duquel l’ar­tiste aimait se réfu­gier dans la discrétion depuis plus de quarante ans.

france gall 2.jpg

C'est au Clos Saint-Nicolas que, selon la légende, Michel Berger aurait composé le célèbre titre "Résiste". Et c'est là aussi que France Gall a travaillé avec son équipe à la comédie musicale du même nom.

france gall 3.jpg

"Comme elle le confiera à Laurent Boyer le 25 avril 1993, dans l’émission Fréquence Star, cette maison était pour elle « un endroit merveilleux pour se reposer »...

 

19/11/2017

L'âne normand

Parmi les richesses de notre belle province, il trône en bonne place ! Qui ? Mais l'âne normand normand bien sûr ! Il est de nouveau bien présent sur son terroir et peut être avez-vous eu la chance lors d'une promenade, au détour d'un petit sentier, de le croiser sur votre chemin. Son histoire est intimement liée à l’activité laitière de notre région.

Originaire principalement de la Sarthe et de la Mayenne, l'âne normand est plus petit que ses frères le baudet du Poitou et le Grand Noir du Berry. Il mesure de 1,10 m à 1,25 m au garrot à 4 ans. Large du dos, son encolure est forte et épaisse, sa crinière droite ou tombante.Quant à sa robe et à sa queue, elle est nécessairement baie ou bai brun avec une bande en forme de croix de Saint-André et un ventre gris blanc. La présence de zébrures sur les membres est aussi possible.

 

Ane normand 2.jpg

L’âne Normand

 

Il y a un siècle et plus, avec le cheval, ils étaient les éléments indispensables de toute ferme normande qui se respectait. Mais, si le cheval héritait des tâches nobles, comme tirer la charrue ou les lourdes charrettes de gerbes dorées, l’âne se contentait de transporter la fermières et les « chanes » de lait lorsqu’elle revenait de traire dans les champs. Le fermier, quant à lui, l’utilisait pour porter les sacs de grain au moulin. Des tâches humbles mais efficaces ! L’âne pouvait porter près de 200 kg, presque l’équivalent de son poids.

 

 

ANE COTENTIN.jpg

L’âne du Cotentin

 

Notre âne normand a un cousin, l’âne du Cotentin, d’un tempérament doux et câlin, plus grand d’une dizaine de centimètres. Sa robe est gris cendré, gris bleuté ou gris tourterelle, avec également une bande cruciale brune, un ventre gris-blanc et la possibilité de zébrures sur les pattes. Mais son bout du nez est noir ou gris foncé, alors qu’il est gris blanc chez l’âne normand. Contrairement à son cousin, l’âne du Cotentin était également utilisé pour les travaux dans les champs, sur de petites parcelles, ou encore pour la pèche à pied, ramenant à la ferme huitres, palourdes ou bigorneaux. Ces différences quant aux utilisations d’autrefois expliquent certainement pourquoi les ânes du Cotentin présentent une taille plus importante que les ânes normands.

 

 

 

ANE CONTENTIN.jpg

Si, à la fin du XIXe siècle, on comptait environ 400 000 ânes en Normandie, Normands et Cotentins confondus, et on exportait massivement vers l’Espagne ou le Portugal, le développement de la motorisation l’a progressivement écarté sans le supprimer complètement. De nos jours, il est réapparu, principalement utilisé pour des activités de loisirs. La race de l’âne normand a été reconnue par le Ministère de l’Agriculture le 20 août 1997. Actuellement, son effectif est d’environ 4 500 têtes.

 

 

Biblio : "L'âne normand" de G. Nédellec - Almanach du Normand - 2006.

 

08/10/2017

La faïence de Rouen

Savez-vous que Rouen est considéré comme le plus important et le plus ancien centre de céramique de France ? Que le savoir-faire rouennais en la matière a eu une influence notable sur la faïencerie française ? Et que le premier Grand Maître céramiste de notre pays était un normand ?

FAIENCE ROUEN 1.JPG

Pot de pharmacie - Faïence de Rouen - Fin XVIe siècle

Il s’appelait Masseot Abaquesne. Originaire de Cherbourg, où il serait né vers 1500, il est cité dès 1526 comme habitant de la paroisse Saint-Vincent de Rouen. Il y dirigeait une importante entreprise sise dans cette ville, rue d’Elbeuf, au faubourg Saint-Sever qui restera le quartier des potiers. 20 ans avant Bernard Palissy, c’est là qu’il va produire de magnifiques carreaux de céramique à destination architecturale en s’inspirant du goût italien de la Renaissance. Car c’est en Italie qu’il avait complété sa formation, auprès des maîtres italiens de Faenza, la petite ville italienne qui a donné son nom à la « faïence ». Ses décors sont des scènes historiées, des motifs d’arabesque, des emblèmes et armoiries. Son chef-d’œuvre est l’ensemble des carreaux produits pour décorer le château d’Ecouen, propriété du Connétable de France Anne de Montmorency, entre 1540 et 1548. Son entreprise ne survivra pas à sa mort à Sotteville-lès-Rouen, dans la proche banlieue de Rouen, en 1564, et ce, malgré les efforts de sa veuve et de son fils Laurent pour prendre la relève.

FAIENCE ROUEN 2.JPG

         Assiette en faïence de Rouen (Fabrique Louis ou Michel Poterat - Fin XVIIe siècle

C’est un siècle plus tard que la faïence fait son retour à Rouen avec le monopole accordé en 1644 par la Régente Anne d’Autriche à Nicolas Poirel, sieur de Grandval, qui engage Edmé Poterat. Ce dernier lance le fameux décor bleu à lambrequins ou broderies également dans la veine des techniques et des décors italiens de l’époque, eux-mêmes d’inspiration chinoise. Cette décoration, d’abord sobre et limitée à la périphérie des objets, deviendra progressivement de plus en plus recherchée et recouvrira l’ensemble des pièces.

Les Poterat vont continuellement chercher à créer et à innover. Et c’est dans cet esprit qu’ils   mettent au point en France la porcelaine tendre.  

FAIENCE ROUEN 3.JPG

Pots à feu en faïence de Rouen - XVIIIe siècle

Si, jusqu'en 1710, la faïence de Rouen est essentiellement en camaïeu bleu, au fil des ans, le décor s’enrichit cependant d’une touche de polychromie.

En 1720, la ville de Rouen compte 13 fabriques. A côté des articles de prestige, sont produits des volumes considérables de faïences bon marché, aux formes rustres et au décor très succinct.

Pourtant, à l'aube de la Révolution française, malgré l’importance, la variété et la qualité de leur production, les faïenciers de Rouen vont cesser l’un après l’autre leur activité.  La faïence de Rouen décline, frappée par l’évolution des goûts de la clientèle plus attirée par la palette de couleurs, la variété des décors et la finesse de la porcelaine et par la concurrence des produits anglais, avant de s’éteindre définitivement sous Napoléon III, vers 1885.

 

Biblio. Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.