Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

HISTOIRE

  • La révolution postale est en marche !

    Dans le cadre d'une refonte de l'offre d'affranchissements de la Poste, depuis le 1er janvier dernier, plus de timbre rouge ! Fini le rectangle de papier qu’on lèche avant de le coller ! A sa place, une "e-Lettre" dématérialisée ou plus exactement un «timbre​ digital» se présentant sous la forme d’un code qu’il suffit de recopier sur son courrier.

    revolution postale 01.jpg

    Un événement qualifié de première mondiale  mais surtout une page qui se tourne ! C'est en Grande-Bretagne, le 6 mai 1840, qu'est né le premier timbre de l'histoire postale, le « Penny Black ». La France lui emboîtera le pas en 1849 avec un portrait de Cérès, Déesse des Moissons.

    revolution postale 02.jpg

    Au niveau mondial, si plusieurs milliers de timbres sont édités chaque année, seulement un quart du courrier nous recevons est affranchi de cette manière et le plus souvent grâce à un timbre « courant » du genre « Marianne ». La majorité des entreprises ou des administrations utilisent des affranchissements mécaniques ou autres lettres en port « payé ».

    revolution postale 03.jpg

    La question qui se pose c'est où s'arrêtera le « toujours plus de services numériques » de la Poste ? Va-t-on vers la disparition programmée des timbres-poste et par la même occasion de la philatélie ? Une discipline née en 1860 avec la parution du premier catalogue de timbres et des premiers albums de rangement. Il semble cependant que le monde des philatélistes reste stable bien que se tassant légèrement : une dizaine de milliers pour les clients réguliers des ventes, une vingtaine de milliers pour les visiteurs du Salon philatélique d'automne, environ 80 000 pour les membres des sociétés philatéliques réunies au sein d'une fédération nationale, etc. Loisir agréable voire instructif ou investissement plus ou moins rémunérateur, si toutes les collections de timbres sont loin de valoir une fortune, elles sont toutes un trésor pour qui se passionne.

  • Les quatorze chats du Cardinal

    Lucifer, Ludovic-le-Cruel, Rubis-sur-l'Ongle ? Des surnoms de dictateurs ou de truands ? Pas du tout mais ceux de trois des quatorze chats du Cardinal de Richelieu (1585-1642). Cet homme de pouvoir à la réputation de tyran, qui tenait le peuple en général et les femmes en particulier en piètre estime, débordait de tendresse pour tous ces félins dont il s'entourait et qui seuls réussissaient à le divertir et le délasser !

     

    CHATS DE RICHELIEU 01.jpg

    La distraction de Richelieu - Charles Édouard Delort (1841-1895)

    Pour se rapprocher du roi Louis XIII (1601-1643) qui résidait au Louvre et dont il était l'éminence grise, le prélat, pair de France et principal ministre, s’était aménagé une humble demeure dans l’actuel Palais-Royal connu à l’époque sous le nom de Palais-Cardinal. Attenante à sa chambre se trouvait la « chatterie », le domaine privé de ses félins. Chaque matin, avant d’attaquer un longue journée, il consacrait un peu de temps à jouer avec eux. Et le soir venu, c'est avec soin qu'il choisissait celles et ceux qui partageraient son repos.

    CHATS DE RICHELIEU 04.jpg

    Pour le bien être de ces animaux et leur surveillance, il avait recruté un médecin ainsi que deux domestiques qui leur était tout spécialement dévolus.

    CHATS DE RICHELIEU 02.jpg

    Tableau de Pollyanna Pickering

    Avant de succomber après de longues années de souffrance à une blennorragie, maladie sexuellement transmissible contractée pendant sa jeunesse, il prit soin d’inscrire ses 14 chats, en quelque sorte sa descendance, sur son testament. C'est ainsi que leurs noms vont rentrer dans l’histoire : Felimare, Gavroche, Gazette, Lucifer, Ludovic le Cruel, Ludoviska, Mimi-Paillon, Mounard le Fougueux, Perruque, Pyrame et Thysbé, Racan, Rubis sur l’ongle et Serpolet. Des noms plutôt inventifs et qu'ils devaient à leur fourrure ou à leur caractère. Ainsi, Lucifer était noir comme le jais, Ludovic-le-Cruel, tueur de rats invétéré et Rubis-sur-l'ongle buvait son lait jusqu'à la dernière goutte. Sans oublier sa favorite, Soumise, qu'il qualifiait de « chatte fort douce et fort caressante »….

  • Montauciel et le premier vol habité de l’histoire

    Vendredi 19 septembre 1783. 13 h. Versailles. Un coup de canon vient de retentir dans l'avant-cour du château royal. Le roi Louis XVI (1754-1793), féru de sciences, son épouse la reine Marie-Antoinette (1755-1793), la famille royale, toute la cour et une foule nombreuse retiennent leur souffle. Le moment est historique.

    montauciel 01.JPG

     

    Onze minutes après un premier coup de canon, un second coup annonce que l'expérience est prête à commencer. « Le Martial », un ballon grand comme une maison de six étages et gonflé à l'air chaud, la machine aérostatique des frères Joseph (1740-1810) et Étienne (1745-1799) Montgolfier, prend doucement son envol et s'élève dans le ciel sous les acclamations nourries d'un public ébahi. Il s'élève dans les airs emportant avec lui, enfermés dans une cage d'osier suspendue au bout d'une longue corde, trois passagers insolites : un coq, un canard et un mouton. Si ces animaux reviennent en vie, ils auront prouvé qu'il est possible de respirer à haute altitude !

    montaucien 002.JPG

    Joseph (1740-1810) et Étienne (1745-1799) Montgolfier

    Huit minutes plus tard, après une montée à 240 toises soit environ 470 m au-dessus du sol, poussés par un petit vent du sud, le ballon et son équipage survolent la forêt de Vaucresson. Huit minutes plus tard, endommagé par une déchirure, le voici qui entame sa descente. Il a parcouru quelque 1 700 toises soit environ 3,3 km quand quand il s'écrase au lieu-dit le Carrefour-Méréchal devant deux gardes-chasses qui n'en reviennent pas ! De la cage d'osier disloquée, s'échappent tout de même un peu étourdis le coq et le canard. Quant au mouton, à peine sur ses pattes, le voilà qu'il est allé se restaurer d'herbe fraîche.Les animaux sont recueillis par Jean-François Pilâtre de Rozier (1754-1785), physicien et futur aéronaute mais aussi future première victime d’un vol en montgolfière. La démonstration est un véritable succès. Elle ouvre la voie au premier vol humain, lequel sera réalisé à Paris le 21 novembre suivant du jardin de la Muette à la Butte-aux-Cailles.

    montauciel 03.jpg

    En guise de récompense, les animaux, véritables héros des airs, seront accueillis à la ménagerie de Versailles. La reine Marie-Antoinette se prendra de passion pour le flegmatique ovidé aux yeux et au pelage si doux. Baptisé « Montauciel », elle le fera transférer dans un panier tapissé de soie rose à la Bergerie du Petit Trianon, où il finira sa vie, la toison toute tressée de rubans multicolores, gavé par sa maîtresse de guimauve et de sucre candi.