Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/06/2016

La Fête de la Musique

21 juin ! L'été est de retour... salué par la Fête de la Musique depuis maintenant 40 ans ! Car, si la première édition de cette manifestation a bien eu lieu le 21 juin 1982, si elle a été officiellement déclarée le 21 juin 1983, elle est en vérité née quelques années plus tôt, le 21 juin 1976.

fete de la musique.jpg

On doit l'initiative au musicien américain Joël Cohen qui travaillait alors pour Radio France – France Musique. Il y proposait des «Saturnales de la Musique» pour les deux solstices des 21 juin et le 21 décembre. C'est donc à sa demande qu'en ce premier jour d'été de l'année 1976, à Toulouse, des groupes de musiciens ont envahi la cité.

fete de la musique toulouse.jpg

Fête de la Musique à Toulouse...

 

En 1981, cette idée a été adaptée par le compositeur, journaliste et organisateur de festivals de musique contemporaine Maurice Fleuret (1932-1990) et mise en place en France par Jack Lang, alors Ministre de la Culture.

fete de la musique rouen 2012.jpg

... et à Rouen en 2012

Le concept est d'organiser une grande manifestation populaire de plein-air, se déroulant dans les rues, les places, les jardins publics, les cours d’immeubles, les halls de gare, etc., sans esprit ni but lucratif. Ouverte à tous les musiciens, amateurs de tous niveaux ou professionnels, on y célèbre la musique vivante en mettant en valeur l’ampleur et la diversité des pratiques musicales, ainsi que tous les genres musicaux.Contribuant à familiariser à toutes les expressions musicales les jeunes et les moins jeunes de toutes conditions sociales, elle s’adresse à tous les publics.

Reprise dans 120 pays et plus de 340 villes dans le monde, la Fête de la Musique s'est aujourd'hui complètement internationalisée.

Chez nous, chaque année, elle est placée sous un thème différent. Après le «Vivre ensemble la musique» de l'an dernier, la 35ème édition, celle de 2016, fêtera « La musique plus forte que ... »

 

 

Merci au site http://fetedelamusique.culturecommunication.gouv.fr et aux pages Wikipédia sur ce thème.

15/06/2016

Le discours de Bayeux

16 juin 1946. Il y a 70 ans, c'est chez nous, en Normandie, à l'occasion des fêtes de commémoration de la Libération de Bayeux, que, répondant à l'invitation de la municipalité, Charles de Gaulle (1890-1970), l'homme de la France libre, qui s'est retiré le 20 janvier précédent du Gouvernement provisoire de la République française qu'il présidait, présente un réquisitoire contre la IVe République et le régime des partis.

discours de Bayeux.jpg

Deux ans après le débarquement de Normandie, dans cette ville symbolique, première de la France continentale a avoir été libérée par les Alliés, où il fit son entrée sur le territoire français en juin 1944, devant une foule nombreuse de sympathisants, en uniforme de général, il prononce à 55 ans un discours fondamental, l'un de ses plus importants de sa carrière.

discours de bayeux 2.png

Avec éloquence, c'est sur la place publique, ancienne place du château, rebaptisée depuis Place de Gaulle, située à proximité de la sous-préfecture, qu'il prend la parole. Avec style et solennité, il rappelle tout d'abord la Libération grâce à la victoire finale des alliés et de la France, ce qui permet dit-il la réapparition sur le sol des ancêtres de l’État légitime. « C’est ici que sur le sol des ancêtres réapparut l’État; l’État légitime, parce qu’il reposait sur l’intérêt et le sentiment de la nation ; l’État dont la souveraineté réelle avait été transportée du côté de la guerre, de la liberté et de la victoire, tandis que la certitude n’en conservait que l’apparence ; l’État sauvegardé dans ses droits, sa dignité, son autorité, au milieu des vicissitudes du dénuement et de l’intrigue ; l’État préservé des ingérences de l’étranger ; l’État capable de rétablir autour de lui l’unité nationale et l’unité impériale, d’assembler toutes les forces de la patrie et de l’Union Française, de porter la victoire à son terme, en commun avec les Alliés, de traiter d’égal à égal avec les autres grandes nations du monde, de préserver l’ordre public, de faire rendre la justice et de commencer notre reconstruction. » Ensuite, il revient sur le passé et sur une double faillite : celle des institutions de la IIIe République, qui « avaient, d’elles-mêmes, abdiqué dans la tourmente », et celle du régime de Vichy. Puis vient la dernière partie du discours, tournée vers l’avenir : « La nation et l’Union française attendent encore une Constitution qui soit faite pour elles ». Il présente son projet constitutionnel qui repose sur un Parlement bicaméral et un chef de l’État au pouvoir renforcé. "C'est donc du chef de L’État placé au-dessus des partis (...) que doit procéder le pouvoir exécutif"..." A ce chef de L’État de nommer les ministres, y compris le Premier, de prononcer la dissolution de l'Assemblée et, en cas de péril mortel pour L’État, d'intervenir comme "garant de l'indépendance nationale".

discours de bayeux 3.jpg

La "Constitution de Bayeux" est aujourd'hui considérée comme le texte fondateur des institutions de la Ve République (1958).

25/05/2016

Le Mans, la plus ancienne et prestigieuse des courses d'endurance pour automobile

Samedi 26 mai 1923 à 16 heures : le départ du premier « Grand Prix de Vitesse et d’Endurance » est donné sur le circuit de la Sarthe situé au sud de la ville du Mans et sur la commune de Mulsanne. En piste, 33 voitures, dont 3 étrangères. Le circuit de 17,262 km emprunte la nationale 158.

le mans 2.JPG

 

La course, qui portera plus tard le nom de "Vingt-Quatre Heures du Mans", a vu le jour, après seulement quelques mois de maturation, grâce au dynamisme de l’Automobile-Club de l’Ouest, à celle de son secrétaire général George Durand (1864-1941) et de Charles Faroux (1872-1957), ingénieur et journaliste de l’automobile, auteur du règlement de la course.

A la différence des grands prix où s'affichent des voitures de course, l'objectif est là d'éprouver durant 24 heures la solidité des véhicules de tourisme. Ils ont donc conservé une partie de leur équipement routier d’origine. Alors qu'une pluie battante les accompagne tout au long de la course, trois d'entre-eux seulement sont carrossés en conduite intérieure.

le mans 1.jpg

La première voiture victorieuse des 24 Heures du Mans

 La Chenard & Walcker Sport n°9 d'André Lagache et René Léonard (le 27 mai 1923, Musée des 24 Heures).

 

A l'arrivée, 30 concurrents sont toujours en piste. Le véhicule gagnant est une Chenard et Walcker 3 litres, marque d'automobile française créée par Ernest Chenard et Henry Walcker en 1899. Conduite par André Lagache (1885-1938) et René Léonard, elle a parcouru les 128 tours du circuit, soit près de 2 200 kilomètres à une moyenne de 92 km/heure. Cette marque est la première à inscrire son nom sur le livre d’or des 24 Heures.

le mans 3.png

La légende est dès lors en marche. Les 24 Heures constituent aujourd'hui le sommet du Championnat du Monde d’Endurance.

 

Merci aux sites http://www.sarthe.fr/la-legende-des-24-heures et http://chenardwalcker.free.fr