Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2020

Médard : un prénom défiant le temps !

« S'il pleut à la Saint-Médard, il pleut quarante jours plus tard,

à moins que Saint-Barnabé (fêté le 11 juin) ne lui coupe l'herbe sous le pied. »

 

Parmi les prénoms "originaux" rencontrés dans ma généalogie, celui de Médard ! Un nom "vieux-francique", qui a été latinisé en "Medardus". Si la finale "ard" («dur, solide») est claire, le radical peut-être soit les germaniques "meht" («pouvoir») ou "maed" («honneur») ou le celtique "mat" («bon»). Peu voire plus du tout populaire, ce prénom a donné les Med, Médie et Meddy d'aujourd'hui.

medard 0.jpg

Célébré le 8 juin, Saint-Médard est la plupart du temps représenté en évêque, avec la crosse épiscopale. Souvent aussi, il a la bouche entrouverte et montre ses dents, tout simplement parce qu'il était notamment invoqué contre les névralgies dentaires. Médard de Noyon, devenu Saint Médard, ou Saint Mard (456-545), ce qui est une évolution phonétique normale en français, fut évêque de Noyon (Oise). Né à Salency (Picardie), il est le fils de Nectar (ou Nectardus), un noble franc de la cour de Childéric Ier, et de Protagie (ou Protagia c'est-à-dire «première sainte» selon l'étymologie grecque), une noble gallo-romaine qui convertit son futur époux au christianisme en échange de son renoncement à la virginité. Le "martyrologe romain", c'est-à-dire la liste détaillée mais non exhaustive des saints, bienheureux et martyrs reconnus comme tels par l'Église, nous apprend que Godard, archevêque de Rouen et Médard, archevêque de Noyon, seraient en réalité frères jumeaux. Si l'on en croit "les tables" de l'église de Rouen, tous deux assistèrent Remi de Reims, Saint Remi ( 437-533) lors du baptême en 496 du roi Mérovingien Clovis (466-511).

médard 2.jpg

Baptême de Clovis par saint Rémi - Dernier quart du IXe siècle - Amiens, musée de Picardie -

Saint-Médard est le patron des personnes emprisonnées, des malades mentaux, des migraineux, des agriculteurs et des viticulteurs. "Saint-Pluvieux", il est invoqué contre le mauvais temps, pour ou contre la pluie et pour le bon déroulement de la moisson. C'est à lui qu'on doit l'institution de "la Rosière", la remise d'une couronne de roses à la jeune fille du village reconnue pour sa conduite irréprochable, sa vertu, sa piété et sa modestie.

medard roquigny.jpg

Un de mes ancêtres portait ce prénom assez rare : Médard Roquigny. Il était né le 20 juin 1657 à Saint-Mards, un petit village normand de Seine-Maritime, situé à une vingtaine de kilomètres de Dieppe, qui possède une église datant du XIe siècle, grandement remaniée au XVIème siècle, dédiée, devinez à qui... à Saint-Médard bien sûr !

 

31/05/2020

Auprès de ma blonde...

"Auprès de ma blonde,
Qu'il fait bon, fait bon, fait bon.
Auprès de ma blonde,
Qu'il fait bon dormir!"

 

"Auprès de ma blonde"... Voilà bien une chanson qu'on a tous en tête ! Qui figure au top 10 des plus grands tubs de tous les temps ! Qui caracole au premier rang du hit-parade de notre mémoire collective !... Et pourtant... C'est une vieille dame ! Née sous le règne du roi Louis XIV (1638-1715), à la suite du conflit qui opposait entre 1672 et 1678 notre pays à la Quadruple- Alliance, dont les Provinces-Unies des Pays-Bas. Bien sûr, elle a changé de nom car elle est apparue pour la première fois, telle que nous la connaissons aujourd'hui, dans un recueil de 1704, sous le titre "Le Prisonnier de Hollande".

aupres de ma blonde 0.JPEG

La légende raconte qu'on la doit à un jeune homme originaire de Bourgneuf-en-Retz (Loire-Atlantique) du nom d'André Joubert du Collet, lieutenant de la marine royale. En juillet 1674, notre militaire est capturé sur l'île de Noirmoutier, dans le golfe de Gascogne. Emprisonné deux ans à Amsterdam, loin de son pays, de sa famille, de ses amours, il aurait composé cette mélodie à sa libération pour remercier le Roi d'avoir payé sa rançon et pour rendre hommage à son épouse.

Il se pourrait cependant que ce refrain soit plus ancien encore ! En effet, il existe une version du XVIe siècle où on entend : "Mon père a fait faire - Un petit bois joli - Le rossignol y chante - Et le jour, et la nuit - Il chante pour les filles - Qui n’ont pas d’amis - Il chante aussi pour moi - Car j’en ai un joli - Il n’est point dans la danse - Il est bien loin d’ici - Il est dans la Hollande - Les Hollandais l’ont pris".

aupres ma blonde denain.jpg

Bataille de Denain - Huile sur toile de Jean Alaux (1839)

Quoi qu'il en soit, cette marche militaire va devenir très populaire parmi les troupes. Elle fera partie des morceaux incontournables du répertoire des fantassins. On rapporte que les soldats du duc de Villars, maréchal de France du XVIIe siècle (1653 – 1734) la chantaient en Juillet 1712, lors de la bataille de Denain, près de Valenciennes (Nord), comme les grognards de Napoléon, l'armée française à leur arrivée à Tananarive en 1895 et comme plus tard les poilus de la Grande Guerre.

Avec le temps, les conflits s'étant apaisés, la marche va laisser place à une mélodie plus populaire, plus festive, plus conviviale qu'on va chanter dans les noces mais aussi dans les colonies de vacances. Pour cela, le « Au jardin de mon père/Les lauriers sont fleuris", symbole militaire par excellence, sera remplacé par le plus champêtre « Au jardin de mon père/Les lilas sont fleuris ».

auprès de ma blonde,marche militaire,chansons anciennes

En 1966, "Auprès de ma blonde" traverse l’Atlantique : Elvis Presley en interprétera une version anglophone, « I love only one girl », dans le film Double Trouble.

 

Biblio. Revue 'Historia" - juillet 2004.

24/05/2020

Combien d’œufs pour votre omelette ? Fatale question...

Je ne vous ferai pas l'affront de vous expliquer comment faire une omelette (bien que celle-ci nécessite tout de même un certain tour de main). Ni même de vous demander combien d'oeufs il faut pour la confectionner. Un question toute simple au demeurant qui a cependant été fatale au mathématicien et philosophe des Lumières Nicolas de Condorcet (1743-1794).

Omelette cauchoise, Condorcet, Pommes Granny-Smith

En juillet 1793, condamné pour trahison, menacé d'arrestation, l'homme est contraint de se cacher. Alors qu'il se terre depuis neuf mois dans la capitale, ne s'y sentant plus du tout en sécurité, il décide de prendre la route de l'exil. En cette fin de journée du 25 mars 1794, il s'accorde une halte à l'estaminet de Louis Cresobet, rue Chef-de-Ville à Clamart (92). Il s'assied, commande une petite omelette pour son souper. « Combien d’œufs ? » lui demande la servante. L’illustre académicien et encyclopédiste, membre de l'Académie royale des sciences, l'ignore. A tout hasard, il répond : "douze". Une bévue qui le rend aussitôt suspect aux yeux des aubergistes. Dénoncé, il est arrêté, conduit devant la sacristie de l'église St-Pierre-St-Paul où siège le comité de surveillance, et écroué à Bourg-de-l'Egalilé (aujourd'hui Bourg-la-Reine). Deux jours plus tard, on le retrouve mort dans sa cellule. S'est-il empoisonné ? A-t'il été assassiné ? A t'il été victime d'un nouvel accident vasculaire cérébral (un premier avait été diagnostiqué deux ans plus tôt) ? La question n'a à ce jour jamais été tranchée et les circonstances de sa mort toujours aussi énigmatiques.

Omelette cauchoise, Condorcet, Pommes Granny-Smith

Pour vous aujourd'hui, amis gourmands aux babines alléchées, une savoureuse recette d'omelette cauchoise*. Pour 4 personnes, prévoir 8 œufs, 2 belles pommes acidulées (genre Granny-Smith), 2 cl de Calvados, beurre, du sel et du poivre.

omelette pommes.jpg

Faire sauter au beurre les pommes coupées en rondelles. Saler et poivrer. Lorsqu'elles sont dorées, les flamber au Calvados et les réserver.

Battre les œufs en omelette. Saler et poivrer. Ajouter une cuillère à soupe d'eau pour la légèreté.

Dans la poêle qui a servi pour les pommes, faire cuire l'omelette.

Au moment de la replier, ajouter les pommes au centre et refermer. Placer une noisette de beurre sous l'omelette, puis faire glisser celle-ci sur le plat de service.

Servir sans attendre accompagnée d'une salade assaisonnée au vinaigre de cidre.

 

Bon appétit !

 

* Recette issue de l'ouvrage de B. et Ch. Drouin "Au cœur de la cuisine Normande", Ed. Charles Corlet, 2001.