14/09/2014

Le jaune d'Evreux

On connaît le fameux bleu de Chartres ! Mais en Normandie, nous avons l'extraordinaire jaune d’Évreux. Peut être moins connu, certes, mais qui a cependant fait la renommée de la cathédrale de la capitale euroise, bâtie vers l'an 912, puis détruite à plusieurs reprises et finalement reconstruite sous le règne de Louis XI (1423-1483).

 

EVREUX 1.JPG

 Cathédrale Notre-Dame d’Évreux - Lithographie du XIXe siècle

Au début du XIVe siècle, un maître-verrier de celle-ci utilise pour la première fois le jaune d'argent. Et c'est sa qualité et son éclat qui vont le faire passer à la postérité sous le nom de jaune d'Evreux.

Il s'agit d'un mélange de sels d'argent (chlorure, sulfure,...) et de cément (ocre ou argile calcinée). Connu des céramistes égyptiens et mozarabes depuis le Ve siècle, il réapparaît en Occident, entre 1310 et 1320 et va entraîner une véritable révolution dans l'art du vitrail et de la peinture sur verre.

D'une part, il enrichit la palette des couleurs des vitraux se limitant jusqu'alors principalement au bleu, rouge et vert. De nouvelles teintes, claires et éclatantes, allant du jaune clair à l'orangé voire au vert en le plaçant sur du bleu, vont éclaircir des verrières qui deviennent dès lors plus limpides en laissant passer plus de lumière.

 

evreux-stained-glass.jpg

 

Et d'autre part, comme la substance s'applique au pinceau avant cuisson sur la face externe du verre, on peut désormais ajouter cette couleur jaune sur le verre sans être obligé de souder des pièces différentes par du plomb. Ainsi, l 'artiste n'a plus besoin, comme cela se faisait auparavant, de couper et de sertir de plomb les parties les plus délicates, comme une chevelure blonde autour d'un visage ou l'étoffe d'un manteau. Dès lors, le jaune d'argent va colorer les chevelures, les bijoux, les couronnes, les sceptres, … c'est-à-dire tout ce qui est jaune ou blond dans la réalité.

Parmi les 70 verrières de la cathédrale euroise, celles considérées comme les plus belles se situent dans le chœur et dans la chapelle Saint-Louis.

 

EvreuxCND83b_SaintLouis.jpg

 Petits panneaux du XIIIe siècle dans la verrière de la chapelle Saint-Louis

 

Biblio. « Eure – 100 lieux pour les curieux » de D. Camus – Ed. Bonneton 2013.

Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

10/09/2014

La soupe à l’échalote d’Avranches

La soupe à l’échalote est "LA" spécialité de la ville d’Avranches, cette jolie localité normande située sur le littoral sud du département de la Manche et qui fait face à notre magnifique Mont-Saint-Michel.  

soupe avranches 1.jpg

Originaire d’Asie centrale, du Turkestan, l’échalote ou « oignon d’Ascalon », porte le nom de la ville de Judée, aujourd’hui Ashkelon en Israël,  enlevée aux Egyptiens par les Croisés Francs en l’an 1099. C’est eux qui l’auraient ramenée dans leurs bagages à l’issue de leur première croisade. Cultivée là-bas depuis l’Antiquité, les Palestiniens vénéraient cette plante qu’ils consommaient, tout comme les Perses et les Egyptiens,  durant leurs rituels religieux.  

echalote jersey.jpg

« L’escaluigne » ou « l’eschalogne » va faire son apparition dans les jardins bretons et ceux du Val de Loire à partir du XIIe siècle. Et ce n’est qu’au XVIe siècle, sous l’influence du latin « ascalonia caepa », oignon d’Ascalon, qu’elle prendra son nom actuel.

Il existe plusieurs variétés de ce petit légume à la saveur bien plus expressive que l’oignon. Parmi celles-ci, l’échalote grise ou « griselle » originaire du Midi de la France, et l’échalote de Jersey dite « la rose ».

Mais assez d'histoire ! Voici pour tous les gourmands aux babines alléchées qui l’attendent, la fameuse recette de la soupe à l’échalote d’Avranches*, une bonne soupe d’hiver, goûteuse, peu onéreuse, facile et rapide !

Il vous faut 10 échalotes, 3 belles pommes de terre, 1 cuillère de farine, un peu de crème fraîche, croûtes de pain grillées, sel, poivre et beurre. 

soupe avranches 2.jpg

Faire revenir les échalotes hachées avec le beurre et les pommes de terre coupées en petits dés. Laisser un peu roussir et ajouter la farine. Bien mélanger et laisser cuire suffisamment pour obtenir un roux assez foncé. Ajouter l’eau. Saler, poivrer fortement. Laisser cuire une trentaine de minutes.  Délayer la crème avec un peu de bouillon pas trop chaud. Verser le tout sur les croûtons. Servir bien chaud.

Bon appétit !

* Recette issue de « Gastronomie normande d’hier et d’aujourd’hui » de S. Morand – Ed. Flammarion – 1970.

Biblio. merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

07/09/2014

Le syndrome de Stendhal

Savez-vous que Stendhal (1783-1842), l'auteur du «  Rouge et Noir » et de « La Chartreuse de Parme », a laissé son nom à un syndrome appelé aussi « syndrome de Florence ».

stendhal1.jpg

 Stendhal (Henri Beyle) -(1783-1842)

Il s'agit là d'un trouble psychique passager qui touche certaines personnes « à la contemplation de trop de beauté »... . Pour Stendhal, ce fut l'abondance d’œuvres d'art de la Basilique Santa Croce de Florence !

syndrome de stendhal,syndrome de florence,syndrome du voyageur

 Basilique de Santa Croce, Florence

Il a lui-même explique ce qu'il avait ressenti dans ses carnets de voyage «  Rome, Naples et Florence » publiés en 1826 : « J'étais dans une sorte d'extase, par l'idée d'être à Florence, et le voisinage des grands hommes dont je venais de voir les tombeaux. Absorbé dans la contemplation de la beauté sublime, je la voyais de près, je la touchais pour ainsi dire. J'étais arrivé à ce point d'émotion où se rencontrent les sensations célestes données par les Beaux Arts et les sentiments passionnés. En sortant de Santa Croce, j'avais un battement de cœur, la vie était épuisée chez moi, je marchais avec la crainte de tomber. »

stendhal3.JPG

Le syndrome de Stendhal a été décrit et nommé en 1990 par une psychiatre de Florence, le docteur Graziella Magherini. Entre 1980 et 1990, celle-ci a recensé une centaine de victimes présentant des états de folie, de confusion mentale et de souffrances psychiques diverses : vertiges, perte du sentiment d'identité et du sens de l'orientation, violentes douleurs à la poitrine, suffocations, tachycardie, hallucinations,... D'après elle, les causes de ce trouble sont " une personnalité impressionnable, le stress du voyage et de la rencontre avec une ville comme Florence », au patrimoine artistique si riche !

 

Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.