Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/03/2017

Le grand jeu de Mademoiselle Lenormand !

27 mai 1772 : Marie Anne Adélaïde Lenormand voit le jour à Alençon, au domicile de ses parents, des bourgeois drapiers qui habite la Grande Rue. Orpheline à 5 ans, elle est placée chez les Sœurs Bénédictines puis chez les Visitandines. Studieuse, apprenant vite, elle s’amuse pendant les récréations à prédire l’avenir de ses camarades de classe. Elle fait déjà état d’une grande imagination et de qualités qualifiées de « pénétration psychologique ».

 

MA LENORMAND.jpg

 Portrait de Marie Anne Lenormand

 

Dès lors, la jeune fille va s’employer à développer ce « don de voyance », non sans risque puisque, à cette époque, les pratiques « magiques », l’occulte et l’énigmatique ne sont guère acceptés. Elle en fait la triste expérience à Paris, en 1786, où elle est arrêtée après avoir tiré les cartes. Pour se faire oublier, elle s’exile à Londres durant quelques mois et en profite pour y prendre des leçons de chiromancie.  

En 1790, de retour en France, elle installe son cabinet de consultation au cœur du Faubourg Saint-Germain, au 115 de la rue de Tournon. Elle va très vite y prophétiser le tout-Paris et surtout le gotha de la Révolution, parmi lesquels Danton, Desmoulin et Robespierre. Elle lit les lignes de la main, manie les cartes avec adresse, consulte le plomb fondu, les miroirs brisés, le cristal de roche, les cendres soufflées et jette même les aiguilles.  

 

MA LENORMAND 2.jpg

 Le salon de consultation de Melle Lenormand

 

Talentueuse, utilisant avec habilité son image publique, elle écrit, parallèlement à ses activités de prophétesse,  des livres et des pièces de théâtre, et fait même paraître quelques numéros d’un journal intitulé « Le mot à l’oreille ».

En 1793, elle devient l’amie et la confidente de Joséphine de Beauharnais. C’est lors d’une visite à la Malmaison, le 2 mai 1801, que la pythonisse lui prédit le célèbre « Vous serez plus que reine… »

Si la Révolution l’a fait connaître, sa vraie notoriété viendra de l’Empire qui fera d’elle la plus célèbre cartomancienne du XIXe siècle… et aussi sa fortune. Elle s'éteint célibataire et sans enfant le 25 juin 1843. Après ses obsèques à St Jacques du Haut Pas à Paris devant une foule immense, elle est inhumée au cimetière du Père-Lachaise. Sa fortune ira à ses neveux qui hériteront notamment de propriétés acquises à Alençon, sa ville natale.

MA LENORMAND 3.jpg

Ce n'est qu'après sa mort que va paraître le « Grand jeu de Melle Lenormand », un jeu de tarot de 54 cartes, fondé sur la  Mythologie grecque, qui est toujours autant plébiscité de nos jours.

 

Biblio ; « Hommes et cités de Normandie » de J. Cathelin et G. Gray – Ed. du Sud et A. Michel – Paris 1965.

« Pays de Normandie » n°67 – Hiver 2009-2010

 

19/03/2017

La Normandie : l'autre pays des cigognes !

Le saviez-vous, les cigognes aiment la Normandie! Et notamment les marais du Bessin et ceux de la Dives en Basse-Normandie. Mais on les rencontre également en Haute-Normandie, dans le département de l'Eure, en baie de Seine, au cœur du Marais Vernier, l'une des douze réserves naturelles de notre belle province.

cigogne blanche.jpg

C'est en 1973 que le marais de Mannevilles, est acquis par le ministère de l'Aménagement du territoire et de l'Environnement. Classé en 1994 sous le nom de « Réserve naturelle nationale des Manneville », le site est réuni en février 2013 au marais de Bouquelon, propriété du Parc naturel régional des Boucles de la Seine normande et devient ainsi la « Réserve naturelle nationale du marais Vernier ».

Situé dans un ancien méandre de la Seine, au nord-ouest du plateau crayeux du Roumois, le marais Vernier s'étend sur 4 500 hectares. Il est entretenu majoritairement par un troupeau de Highlands et de chevaux de Camargue.

marais vernier.jpg

Et parmi les oiseaux nicheurs ou migrateurs qu'il abrite au sein des roselières, des iris des marais et des orchidées, la Cigogne blanche, symbole de fidélité et de fécondité mais aussi symbole de l'Alsace depuis des décennies, y nidifie avec succès depuis 1993. Elle bénéficie de nids artificiels construits à dessein pour favoriser son retour. Car, pour construire son nid, la cigogne doit travailler une bonne semaine. La base est constituée de branches, mêlées à des mottes de terre, des herbes..., puis à des matériaux plus fins comme du foin, de la mousse et même des papiers ou des chiffons. Mais si elle occupe un ancien nid, elle va n'avoir de cesse que de l'agrandir. C'est ainsi qu'un nid tout neuf mesurant environ 80 cm de diamètre pour 40 cm d'épaisseur, pourra atteindre avec le temps, plus de 2 m de diamètre et de hauteur et dépasser les 500 kilos !

cigogne en normandie,marais vernier,réserve naturelle de mannevilles

La réserve nationale du Marais Vernier se visite d'avril à novembre. Elle vous attend !

 

Biblio. « Fier d'être Normand – 100 bonnes raisons » de C. Lablancherie – Ed. Ouest-France 2013,

Merci aux pages dédiées aux réserves naturelles de Normandie.

12/03/2017

Cuisses de grenouille au cidre

Si, de tous les européens, les français sont les plus gros consommateurs de cuisses de grenouille, il semble bien que, contrairement à l'idée reçue, ils ne soient pas les premiers à les avoir appréciées. En effet, des archéologues britanniques ont récemment découvert au cours de fouilles que leurs ancêtres en mangeaient déjà plus de 8000 ans avant que ce mets ne fasse son apparition sur les tables de l’hexagone ! Un vrai pied de nez à ceux qui sont réputés pour en avoir horreur et qui, de surcroît, nous taxent volontiers de ce surnom de «  Frog-eaters », des  mangeurs de grenouilles ! Pour la petite histoire, on raconte qu'en 1908, Auguste Escoffier (1846-1935) aurait fait sensation en servant au Prince de Galles, sans qu'il le sache, des cuisses de grenouille pochées au vin blanc avec une sauce chaud-froid au paprika, de couleur aurore, baptisées pour l'occasion « Nymphes a l'Aurore »...

 

cuisse de grenouille.jpg

 

Chez nous, depuis le XIIe siècle, la grenouille fait partie des festins médiévaux. La plus ancienne recette, une simple friture, provient du « Mesnagier de Paris », le livre manuscrit d'économie domestique et culinaire écrit entre juin 1392 et septembre 1394. Pourtant, si l'on en croit Alexandre Dumas (1802-1870), « Bien des médecins du Moyen Âge se sont opposés à ce qu'on mangeât cette viande qui cependant est blanche et délicate et contient un principe gélatineux plus fluide et moins nourrissant que celui des autres viandes. » Il relève cependant qu'« au seizième siècle pourtant, les grenouilles étaient servies sur les meilleures tables. »

 

le_menagier_de_paris.jpg

 

Bien entendu, au fil du temps, le mode de préparation des cuisses de cet amphibien a évolué. Aujourd'hui, on les accommode principalement au beurre, ail et persil. Et, en Normandie, on y ajoute, devinez-quoi ? Du cidre ! Voici, comme d'habitude, pour tous les gourmands aux babines alléchées, la recette des Cuisses de grenouille au cidre* :

 

cuisse de grenouille 2.jpg

 

Pour 4 personnes, il vous faut 24 cuisses de grenouille, 100 g de beurre, 4échalotes, 1 gousse d'ail, 2 dl de cidre brut, 1 dl de bon bouillon de volaille, 125 g de crème fraîche, persil, ciboulette, cerfeuil (hachés menu ensemble), sel et poivre.

Hacher les échalotes, les faire revenir dans du beurre. Ajouter les cuisses de grenouilles avec l'ail haché. Les dorer rapidement puis verser le cidre et le bouillon. Saler et poivrer. Laisser les cuisses mijoter 10 minutes dans le liquide de cuisson, puis les ranger dans un plat de service. Les réserver au chaud. Faire réduire de moitié le liquide de cuisson, ajouter le beurre en petits morceaux en fouettant vivement. Incorporer la crème toujours en fouettant, puis les fines herbes. Réchauffer la sauce une minute sans la faire bouillir. En napper les cuisses de grenouille. Servir aussitôt.

 

 

Recette extraite de « Au cœur de la cuisine Normande » de B. et C. Drouin – Ed. Charles Corlet, 2001.

Biblio. « L'histoire à table » d'A. Castelot – Librairon Plon, 1972.