Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/03/2015

Maillets, Maillotins, Maillot

Saviez-vous que la Porte Maillot, l'une des huit portes que comptait l'enceinte du Bois de Boulogne, réalisée sous le règne de Henri II (1519-1547), a été baptisée ainsi à partir du XVIe siècle en souvenir de la révolte des Maillotins, l'une des plus graves révoltes populaires qui éclatèrent dans tout le royaume de France au Moyen-âge, à l'image de celle de la Harelle en Normandie ?

revolt des maillotins 0.jpg

Le roi Charles VI (1368-1422) est arrivé au pouvoir en 1380. Il n'a que 12 ans. Ses oncles, Jean de Berry et Philippe II de Bourgogne, assurent la régence du royaume. Sa minorité est troublée par les querelles des régents et des ducs d'Anjou et de Bourbon, aussi ses oncles, qui se disputent le pouvoir et s'enrichissent sur le dos de la population accablée par le rétablissement d'anciens impôts iniques dès janvier 1382. À cette époque, comme écrit Jean Froissart (1337-1405), dans ses « Chroniques », « Les seigneurs sont vêtus de velours et de fourrures : nous sommes vêtus de pauvres draps. Ils ont le vin, les épices et les bons pains : nous avons le seigle, la paille et l'eau. » Aussi, en réaction à la misère et aux poids des impositions, partout dans le royaume de France, on assiste à des soulèvements populaires. A Paris, la révolte éclate le 1er mars 1382, lorsque le duc d’Anjou rétablit de force une taxe sur les denrées de première nécessité.

Ce jour-là, les bourgeois de Paris, marchands, artisans et notables, rejoints par les ouvriers et les paysans sont dans la rue. A l'hôtel de ville et à l'Arsenal, ils s'emparent d'environ 2 000 lourds maillets de plomb, d'où leur nom, entreposés là dans l'attente d'une éventuelle attaque. Ainsi armés, ils saccagent et tuent en s'en prenant notamment aux collecteurs d'impôts dont ils brûlent leurs registres et aussi aux juifs.

 

revolt des maillotins.jpg

La révolte des Maillotins durera plusieurs mois avant que le pouvoir royal ne parvienne à reprendre la situation en main. Car pendant ce temps là, le roi est en campagne en Flandres contre les révoltés flamands qu'il écrase le 27 novembre 1382 à Roosebeke.

 

revolte des maillotins 2.jpg

Les Maillotins sortant de Paris pour recevoir Charles VI

C'est donc à la tête de son armée victorieuse qu'il marche sur Paris. « Lorsque le roi arriva, écrit Michelet, les bourgeois, pour le mieux fêter, crurent faire une belle chose en se mettant en bataille. Peut-être aussi espéraient-ils, en montrant ainsi leur nombre, obtenir de meilleures conditions. Ils s'étalèrent devant Montmartre en longues files; il y avait un corps d'arbalétriers, un corps armé de boucliers et d'épées, un autre armé de maillets ; ces maillotins, à eux seuls, étaient vingt mille hommes ». Hélas, sans chefs, les parisiens ne surent pas se défendre. Ils laissèrent pénétrer dans leurs murs le roi qui y entra avec ses troupes par une brèche, comme dans une ville conquise. »

Les bourgeois furent ensuite désarmés, et l’esprit de révolte fut étouffé dans les supplices. Le souverain ne montra aucune faiblesse Les émeutiers, notamment les meneurs, sont décapités ou pendus sans autre forme de procès. En 1388,le roi va reprendre en main les affaires du royaume en chassant ses oncles prévaricateurs et en rappelant les sages conseillers de son père.

 

25/02/2015

Le Pont de Normandie a 20 ans !

Le Pont de Normandie, symbole d'une Normandie réunie, vient de fêter ses 20 ans ! Ce magnifique ouvrage, enjambant avec grâce l'estuaire de la Seine entre la Côte d'Albâtre et la Côte Fleurie, a relevé tous les défis, aussi bien techniques qu'esthétiques ! S'il est aujourd'hui en cinquième position , il a longtemps été le plus long ouvrage à haubans au monde.

pont de normandie 2.jpg

 

Troisième pont à dominer la basse Seine, après ceux de Tancarville et de Bretonne, gigantesque construction d'une extrême légèreté, ce monstre d'acier et de béton a nécessité pas moins de 300 ingénieurs et plus de 6 ans de travaux, soit 2 190 jours de travail, un millier d'ouvriers œuvrant souvent dans des conditions particulièrement difficiles.

pont de normandie 0.jpg

 

Grâce à ses 284 haubans, son tablier de béton de plus de 2 km, dont la travée centrale fait 856 m, est suspendu au-dessus de la Seine à plus de 60 m de hauteur. Capable de résister à des vents de 440 km/h, et aux chocs des plus gros cargos, sa construction a coûté 2 milliards de francs soit 304 millions d’euros.

 

pont de normandie 1.jpeg

C'est le 22 mars 1988 que Jacques Chirac, alors Premier ministre, pose la première pierre de ce géant reliant Le Havre (Seine-Maritime) à Honfleur (Calvados). Six ans plus tard, le 20 janvier 1995, l'ouvrage d'art, sans doute le plus spectaculaire de la fin du XXe siècle, est inauguré par Edouard Balladur, lui aussi Premier Ministre de l'époque. Ouvert à la circulation le 26 janvier, suivant, il est aujourd'hui emprunté par près de 20 000 utilisateurs quotidiens (moyenne calculée en 2014).

 

22/02/2015

L'entreprise normande de « l'élégant Marcel »

Il n'était pas normand de naissance mais a fait honneur à notre région ! Il s'appelait Marcel Berthet. Champion cycliste, c'est en 1907 qu'il entre dans la légende en remportant sur le vélodrome de Neuilly-sur-Seine (92) un premier record du monde de l'heure, 41 km 620, record qu'il remettra en jeu et battra à nouveau à deux reprises.

marcel berthet.jpg

Marcel Berthet (1888-1953)

Mais ce passionné de cyclisme est aussi à l'origine de l'évolution technique de la bicyclette. En 1913, en collaboration avec le pionnier de l'aviation Etienne Bunau-Varilla (1890-1961), il réalise un « vélo-torpille » doté d'un carénage destiné à améliorer l'écoulement de l'air autour du cycliste. Vingt ans plus tard, en collaboration cette fois avec l'ingénieur Marcel Riffard (1886-1981), il met au point le « Vélodyne », un vélo en aluminium, caréné de bois d'épicéa et de magnolia et revêtu d'une toile avec lequel, le 9 septembre 1933, il portera le « record du monde » de l'heure à 48km600.

 

marcel berthet 2.jpg

 

Après son mariage avec Jeanne, la fille de Jean-François Tron, le créateur à Paris en 1890 de la selle « Idéale », il se retrouve en 1931, à la mort de son beau-père, à la direction de l'entreprise. La marque est positionnée dans le haut de gamme et produit plus de 500 000 selles par an. En homme d'affaire avisé, profitant de sa notoriété, il choisit d'installer son atelier en 1900 dans une ancienne filature de Pont-Saint-Pierre, commune normande située dans la vallée de l'Andelle. Rebaptisée « Tron et Berthet S.A.3 », l'entreprise, déjà prospère, choisit de se développer maintenant à l'export. Employant une centaine d'employés, « l'élégant Marcel » vit très aisément avec sa famille près de là, dans un beau manoir d'une vingtaine de pièces, entouré d'un grand parc où coule l'Andelle.

 

marcel berthet 3.jpg

En 1942, il fait bien involontairement la une des faits divers. Depuis plusieurs années déjà, les médecins, plus de quarante-cinq consultés au total, le soignent pour une sorte de « maladie de langueur ». Malgré tous les traitements prescrits, les muscles de ce sportif continuent de s'atrophier. Il doit suivre un régime strict que sa cuisinière s'emploie à lui rendre agréable. Toutefois, très bizarrement, à chaque fois qu'il quitte sa propriété comme pour partir en vacances ou en cure, il reprend des forces. Mais il les reperd rapidement une fois rentré chez lui. Son fils William, soupçonnant un empoisonnement, demande au médecin de procéder à une analyse d'une mèche de cheveux de son père. Elle prouve immédiatement l’absorption d'une très grande quantité de poison de type « mort aux rats ». L'enquête de police finira par démontrer l'implication de Reine, la cuisinière. Depuis des années, elle l' empoisonnait petit à petit. Déclarée irresponsable, elle sera internée à l'hôpital psychiatrique de Navarre à Évreux où elle décédera sans avoir toutefois révélé la raison de son geste.

Le 7 avril 1953, Marcel Berthet s'éteint à Rouen à l'âge de 65 ans. Quant à son entreprise Pétripontaine, elle ferma définitivement ses portes en 1980.