Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/06/2018

Bonne chance à tous les candidats de la session 2018 !

C'est un vieux monsieur de 210 ans qui fait toujours tourner les têtes et est régulièrement remis en question ! Demain 18 juin, débutent les épreuves du bac, cuvée 2018.

bac 3.jpg

Né d'un décret impérial de Napoléon du 17 mars 1808, du latin médiéval "baccalarius" ("apprenti chevalier") et "laureatus" ("couronné de lauriers"), il fait en réalité suite au grade de capacité universitaire décerné depuis le Moyen-âge par l'Université de Paris. Sous l'Empire, il devient un grade d’État qui sanctionne, comme encore aujourd'hui, la fin des études secondaires et donne l'accès aux études supérieures.

bac 2 1.jpg

Une classe de Bacheliers en 1864

La première session du baccalauréat se déroule un an plus tard, en 1809, et ne réunit que... 31 bacheliers. Il est accessible aux jeunes garçons âgé de 16 ans et consiste en un oral d'une quarantaine de minutes.

C'est en 1830, qu'une première épreuve écrite est introduite et c'est 10 ans plus tard, qu'un règlement normalise les épreuves en introduisant la notion de programme, de listes d'auteurs et de questions possibles à poser par le jury.

bac 2.jpg

Diplôme décerné à Jules Michelet (1798-1874) en 1817

Les femmes ont été longtemps exclues du baccalauréat L'égalité ne sera réalisée qu'avec la réforme de 1924 uniformisant l'enseignement secondaire pour les deux sexes. La première femme a être diplômée en 1861, Julie Victoire Daubié, a dû batailler dure pour l'obtenir : malgré son succès aux épreuves, le Ministre de l'Instruction Publique de l'époque, refusera dans un premier temps de valider son diplôme au titre que cela "ridiculiserait le ministère". Il faudra les interventions conjointes d'Eugénie et de Napoléon III pour qu'il s'exécute.

L'an dernier, 729 600 candidats, y compris des formations agricoles, se sont présentés au Baccalauréat, 641 700 l'ont obtenus, soit un taux de réussite global de 87,9 %.

 

 

Biblio. et documents  "A l'origine du baccalauréat" - Article de Sonia Darthou - Revue "Historia" n° 834 - Juin 2016.

10/06/2018

Le livre de raison au service de la généalogie

Voici, en généalogie, un outil bien précieux : le livre de raison. "Du latin "liber rationis" ou "liber rationum", c’est-à-dire « livre de comptes », il s'agit en fait d'un registre de comptabilité domestique comportant également des notations à caractère familial ou local. Le plus ancien connu date de 1313 mais ils se développèrent aux XVIe et XVIIe siècles. Tenu par le père de famille, s'il constituait un aide-mémoire pour l’auteur, il était principalement destiné à renseigner ses héritiers qui, à leur tour, se le transmettait de génération en génération...

Les auteurs de ces livres de raison sont en général des gentilshommes, des marchands, des hommes de loi, parfois des prêtres, rarement des artisans.

Leur contenu est varié : de la gestion du patrimoine familial , en passant par la généalogie et l'histoire familiale, la santé et les maladies de chaque membre de la famille, la météorologie ou bien encore les évènements importants du royaume.

livre de raison 3.jpg

Statue de Fraimbault de Lassay

 

Voici deux extraits du livre de raison du normand Robert Des Landes, écuyer, sieur du Bois Jousselin et de Surlandes.*

livre de raison 1.jpg

"Nous fusmes mariés ma femme et moy et espousés par le sieur Thoumin, curé de Saint Frainbault de Lassay, le 27 novembre 1651 et (un mot barré, et dans l'interligne : avons heu) pour enfants que je prie Nostre Seigneur et la Saincte Vierge de benir.

(dans la marge : premièrement). Et le 17e septembre viron 2 heures de matin (barré : l'an se) l'an 1652, ma femme acoucha de Jean qui fut nommé par mon frère Des Landes et madamoiselle de la Tousche, ma belle mere, et babtisé a Sainct (barré : Fraibaut) Frainbault de Lassay, peu de temps après sa naissance, et a vescu 10 sebmaines."

Ainsi, pas moins de 11 enfants vont naître de cette union entre 1651 et ce jour fatidique du 26 juillet 1668...

livre de raison 2.jpg

"Et le 26 juillet jour Saincte Anne a viron 9 heures du soir en l'année 1668, Scolastique Rallu, ma paouvre chere femme mourut (barré : et f) estant grosse d'une petite (barré : enfant) fille de trois mois ou viron que l'on trouva dans son corps, estant ouverte pour recongnoistre la cause de son deceds ;l'on remarqua le poulmon offencé, le fois eschauffé et le mesentere, soubs lequel mesentere s'estoit formé un apsès par la longueur du temps qu'elle avoit esté infirme, affligée d'un toussement qui l'avoit faict amegrir depuis trois ans et demy ou viron qu'elle heut au temps de Pasques une grande pleuresie qui luy causa et laissa le mal dont en fin elle est decedée et a esté inhumée en l'église Nostre Dame de Domfront dans la chappelle des apostres ou avoient esté inhumés mon père, ma mère, mon frere Des Landes et quelqun de mes enfans."

Du fait de leur intérêt historique, plusieurs dizaines de ces livres de raison, qui sont toujours estampillés "archives privées", ont été publiés par des sociétés savantes locales. Un recensement, toutefois incomplet, de ceux conservés dans des établissements publics (archives départementales ou municipales, bibliothèques) a été entrepris en 1954 et a permis d’en repérer plus de 1200. Aux Archives Départementales de la Seine-Maritime, ils sont classés en Série J.

 

* Document travaillé le 29/05/2018 à l'Atelier de Paléographie des Archives Départementales de la Seine-Maritime dirigé par Marie Groult, que je remercie.

03/06/2018

Un verbe normand dans le Larousse 2019 !

Depuis le 23 mai 2018, la Normandie pavoise ! Pensez-donc, un monument de son patrimoine linguistique vient d'entrer par la grande porte dans le Larousse 2019 ! Le verbe normando-normand "se boujouter" y figure désormais en bonne place !

boujou 0.jpg

"Se boujouter" - Photo Boris Maslard - Paris-Normandie

Le mot "boujou", un mot plein d'ingéniosité, d'origine cauchoise, est peut être le mot le plus caractéristique et le plus vivace du vocabulaire de notre terroir ! Généreux, il a plusieurs sens. Petit cours de normand appliqué rien que pour vous !

boujou 3.jpg

Tout d'abord, notre "boujou" signifie aussi bien bonjour qu' au revoir.  De cette caractéristique, sont nées  des expressions savoureuses du genre "boujou pi des bobons" qui équivaut à l'argot "à la r'voyure". Ou bien "dis-y boujou", une formule pratique pour faire passer le bonjour à quelqu'un. Ou bien encore "allez, boudou !" qui signifie plutôt "au revoir, à la prochaine". Sans oublier, le "boujou bin", notre "bien le bonjour !"

boujou000.jpg

Il y a aussi le "boujou Luc !" pour marquer l'étonnement devant un évènement, une révélation, ou la fin inopinée de quelque chose. Quant au "Boujou Berthe ! ", on l'emploie pour signifier "chapeau !", "c'est le pompon !" comme "c'est fichu !".

Et pour s'embrasser ou "se boujouter", on a le choix entre "se faire ueune boujoute" ou "un boujou à pincettes", soit un "tit bec" ou "bécot" que l'on se donne en pinçant doucement les joues de l'autre ! Attention tout de même à ne pas exagérer car dans ce cas on devient un "boujouteux" ou une "boujouteuse", c'est-à-dire quelqu'un qui embrasse souvent, voire un peu trop.

Allez, c'est pas l'tout, faut qu'y aille : boudou !

 

Biblio. "Le parler rouennais" de G. Larchevêque - Ed. Le Pucheux, 2007.

Image : "Bienvenue chez les Normands !" de N. Sterin - Ed. De Borée, 2011.