Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/05/2015

Montgomery et Rommel : deux ennemis aux racines normandes

 La généalogie peut se montrer malicieuse et révéler des surprises étonnantes. Comme celle qui « relie » deux soldats de la Seconde Guerre Mondiale, deux ennemis, qui se sont combattus loyalement mais férocement.

Montgomery.jpg

 Bernard Montgomery (1887-1976)

Le premier, l'anglais Bernard Montgomery (1887-1976), le célèbre « Monty ». Le 13 août 1942, il prend le commandement de la 8ème armée de son pays en Afrique du Nord. En novembre de la même année, il livre à l'ennemi l'une des plus grandes batailles de la Seconde guerre mondiale, celle d'El-Alamein. L'offensive décisive qu'il va mener, repoussant l'Afrika Korps et les forces italiennes jusqu'en Libye, est considérée aujourd'hui par beaucoup d'historiens comme un des tournants de la Seconde Guerre mondiale.

 

Rommel.jpg

 Erwin Rommel (1891-1944)

Face à lui, le second, Erwin Rommel (1891-1944). Surnommé « « le renard du désert », il dirige l'Afrika Korps ce corps expéditionnaire allemand d'Afrique du Nord. 

Mais saviez-vous que les ancêtres de ces deux hommes sont originaires de Normandie ?

L'anglais descend d'une branche irlando-normande de Roger II de Montgomery (1030-1094) dit « Roger le grand ». Ce Sire d'Alençon (Orne) était l'un des plus puissants barons anglo-normand et l'un des proches collaborateurs de Guillaume le Conquérant (1027-1087), duc de Normandie et roi d'Angleterre. En tant que compagnon de Rollon, son père, Roger Ier de Montgommery a reçu les terres de Ste-Foy et de Germain auxquelles il donnera les noms de Ste-Foy-de-Montgommery et St-Germain de-Montgommery, deux communes situées à proximité de Vimoutiers dans le département du Calvados.

Montgomery armes.jpg

 

« Montgommery » signifie « le mont de Gommery ou Gomery », un nom de personne germanique basé sur les éléments « guma » signifiant « homme » et « rik » signifiant « puissance ».

C'est grâce à la puissante famille de Montgomery que ce nom va passer en Grande-Bretagne au moment de la conquête normande.

Quant à l'allemand, l'un des rares généraux de son pays à n'avoir commis ni crime de guerre, ni crime contre l'humanité, il serait issu d'une famille ornaise protestante qui aurait émigré en Prusse après la Révocation de l’Édit de Nantes en octobre 1685. Un drame pour tout le royaume de France et pour la Normandie que cette décision d'un roi mal conseillé ! Son royaume va perdre d'un coup une large partie de ses habitants, parmi les plus instruits, les plus dynamiques et les plus industrieux.

Ironie du sort, le 17 juillet 1944, la voiture de Rommel sera mitraillée par deux avions alliés sur la route menant de Sainte-Foy-de-Montgomery à Vimoutiers. Sérieusement atteint, le blessé sera transporté dans le coma dans une pharmacie à Livarot, puis soigné à l'hôpital de campagne allemand de Bernay.

 

Biblio. « L'Almanach du Normand 2001 ».

20/05/2015

Le "trou aux lépreux" de l’Église Notre-Dame de Dives-sur-Mer

Connue depuis la plus haute antiquité notamment en Chine et en Inde, la lèpre s'est développée en Europe Occidentale dès les premiers siècles de l'ère chrétienne. Sa plus forte endémicité y a été atteinte entre le XIe et le XIVe siècle.

Dès le VIe siècle, plusieurs conciles vont interdirent aux lépreux de vaquer librement parmi la population saine afin de ne pas semer la contagion autour d'eux. Ainsi, quand ils se déplaçaient, ils devaient porter des signes distinctifs et ne pas s'approcher de la nourriture ou des points d' eau destinés à la population saine.

 

eglise de dives lepre.jpg

 

La plupart des léproseries françaises furent fondées entre le XIIe et le XIVe siècle. Si, en principe, chacune était dotée d'une chapelle, pour celles qui n'en disposaient pas, il était souvent créé dans le mur de l'église la plus proche un trou dit « aux lépreux » qui permettait de suivre les offices de l'extérieur. Large à l'extérieur, cette petite fenêtre se rétrécissait à l'intérieur de manière à ne plus former qu'une petite fente par laquelle seuls deux ou trois lépreux pouvaient regarder les homélies.

 

eglise de dives trou lepreux.jpg

 

Il existe encore aujourd'hui une ouverture ce ce type dans l'église Notre-Dame de Dives-sur-Mer dans le département normand du Calvados. Érigée au XIe siècle et agrandie ensuite aux XIVe et XVe siècles, le « trou aux lépreux » de ce bel édifice roman se trouve au fond de l'église et à droite. Il a été conçu de telle façon qu'il guidait le regard des malades vers le Christ miraculeux situé au cœur de l'église.

 

compagnons.jpg

 

Le « trou aux lépreux » n'est pas la seule particularité de l'église Notre-Dame de Dives-sur-Mer. L'historien et archéologue Arcisse de Caumont (1801-1873) y a fait placer, au-dessus des portes d'entrée principales de la nef, une plaque commémorative sur laquelle figure les noms des 475 compagnons qui, en 1066, aux côtés de Guillaume le Conquérant (1028-1087), sont partis du port de Dives-sur-Mer pour conquérir l'Angleterre !

 

Biblio. « Normandie insolite et secrète » de J-C. Collet et A. Joubert – Ed. Jonglez 2013.

 

Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

17/05/2015

Et si elle s'était appelée la Tour Bönickhausen ?

Saviez-vous que notre Tour Eiffel a bien failli, à quelques années près, s'appeler la Tour Bönickhausen  ? Car ce nom de Eiffel, mondialement célèbre, est en réalité un surnom, porté dans la famille de Gustave Eiffel depuis le début du XVIIIe siècle. Il renvoie sans doute à l'Eifel, un massif Sud-Ouest allemand de moyennes montagnes situé au cœur du massif schisteux rhénan, principalement en Rhénanie-Palatinat et en Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

 

eiffel 0.png

 

Carte de localisation schématique des principales subdivisions du massif schisteux rhénan

Le vrai nom de la famille des Eiffel est Bönickhausen, toponyme qui pourrait correspondre à la commune de Bönninghausen. En 1710, c'était celui de Jean René Bönickhausen, un tapissier venu d'Outre-Rhin s'établir à Paris, dans le Marais. Comme ses clients avaient quelques difficultés à se souvenir de son nom de famille, il choisit d'y ajouter celui d'Eiffel qui avait le double avantage de se prononcer plus facilement et de lui rappeler sa province natale.

Ce nom d'Eiffel que porteront tous ses descendants, ne deviendra le seul patronyme officiel de la famille qu'en 1870, soit 10 ans avant l'inauguration de notre tour Eiffel !

François Alexandre (1795-1879), l'arrière petit-fils du tapissier et le père de Gustave, fit campagne dans les armées de Napoléon en qualité d'Adjudant du 15ème Régiment de Chasseurs à cheval. En garnison à Dijon, il y épousa Catherine Mélanie Monneuse (1799-1878), fille d'un marchand de bois de la ville. Après huit ans d'union, leur fils unique, qu'ils vont prénommer Alexandre Gustave, naîtra le 15 décembre 1832.

 

eiffel 2.jpg

 Gustave Eiffel par Nadar

 

La suite, c'est tout le génie et le talent de cet homme, véritable « géant du fer ». A son actif, la construction de ponts prestigieux comme celui de Bordeaux, de Capdenac dans le lot, de Floirac sur la Dordogne, de Bayonne sur la Nive, de gares comme celles de Verdun ou celle de La Paz en Bolivie, mais aussi la conception en 1879 de la structure métallique de la Statue de la Liberté de Bartholdi à New-York, le viaduc de Garabit en 1884 et bien sûr, son triomphe, la Tour Eiffel !

eiffel 1.JPG

 

Prévue pour l'Exposition Universelle de 1889 à Paris, sa construction durera 26 mois. Inaugurée le 31 mars 1889, elle ne sera ouverte au public que le 15 mai suivant.

Gustave Eiffel est mort le 27 décembre 1923 à l'âge de 91 ans.

 

Biblio. « Tout sur tout – Petit dictionnaire de l'insolite et du sourire » - Cl. Gagnière – France-Loisirs 1986.