Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

PASSION GENEALOGIE, HISTOIRES de NORMANDIE et d'AILLEURS

  • Quand le melon se récoltait en Normandie...

    En Normandie, sur les coteaux les mieux exposés au soleil, autour de Lisieux, de Honfleur et d'Orbec, dans la plaine de Falaise et jusqu'à Évreux, avant 1914, on cultivait le melon !

    melon honfleur 2.jpg

    Melons normands au catalogue "Le Paysan" de 1937*

    Oblong, à peau lisse marbrée de vert et à chair orangée, la variété la plus célèbre, le "melon de Honfleur" venait à maturité à la fin de l'été. Protégé des dernières gelées du printemps à l'aide d'une cloche à melon, sorte de tunnel fait d'une armature en bois léger recouverte d'un papier huilé, son poids à terme variait entre 10 et 18 livres. Dès le début du mois de septembre, on le retrouvait au côtés de ses cousins les melons de Lisieux ou de Notre-Dame de Courson, sur les étals des marchés et grandes foires aux melons du Pays d'Auge dont la plus célèbre était celle de "La Saint-Gourgon" à Saint-Julien de Mailloc (Calvados).

    Servis aux repas de fête, crus ou parfois en compote, c'était alors le régal de la saison ! Dans "L'Almanach du père Lajoie", édition 1934, on en trouve même la recette : "Cuit avec un peu de beurre, du sel, de la cannelle et des clous de girofle, le melon forme une compote d'un goût relevé, qu'on peut servir avec des viandes."

    melon honfleur 4.jpg

    "Jour de marché, vendeurs de melons" Photographie de Fr. Bidet (1864-1953)*

    La foire de Saint-Gourgon, comme la culture du melon en pays d'Auge, a pris fin avec la Première Guerre mondiale. La variété "melon de Honfleur" n'a plus été produite et les labours de plein champ ont accueilli à sa place du blé. D'autres espèces de la même époque mais moins réputés, ont perdurés comme le "Prescott à fond blanc", le melon de "Bellegarde" ou le "Noir des Carmes".

    Pour vous, amis gourmands aux babines alléchées, cette recette normande de Confiture de melon de Honfleur aux zeste de citron vert**".

    melon honfleur 1.jpg

    Pour 4 pots, prévoir 1 kg de chair de melon (environ 3 pièces), 1 citron vert, 450 g de fructose, 1 sachet de Vitpris.

    Prélever lez zestes du citron. Couper les melons en deux et ôter les graines et la peau. Couper la chair en morceaux. Prendre soin de récolter le jus. Dans une casserole, verser le jus du melon, les zestes de citron et le fructose mélangé au Vitpris. Porter à ébullition. Ajouter les morceaux de melon et poursuivre la cuisson encore 25 minutes. Verser dans des pots et essuyer les possibles coulures. Dans du papier sulfurisé, découpez des petits ronds de la taille de l'ouverture du pot et les tremper dans de l'eau-de-vie avant de les déposer à la surface de la confiture. Fermer les ports avec leur couvercle et les conserver à l'abri de la lumière.

    Bon appétit !

    * Illustrations : Revue "Patrimoine Normand" n° 42 6 2002.

    ** Recette extraite de "Normands en Cuisine" n° 9 - 2015.

  • De la politique au théâtre

    Marius Escartefigue : un nom qui sent bon la Provence, le Vieux-Port de Marseille et bien sûr Marcel Pagnol (1895-1974). C'est en 1929 que "naît" sous sa plume "Marius", premier acte d'une trilogie théâtrale qui fera l'objet d'une adaptation cinématographique en 1931. Pierre Fresnay (1897-1975) et Paul Dullac (1882-1941) en sont les interprètes. Le premier incarne Marius Ollivier, le fils de César propriétaire du bar de la Marine, qui, bien qu'amoureux de Fanny, décide de partir à l'aventure sur les océans. Le second prête ses traits à Félix Escartefigue, mari honteusement trompé et capitaine du « ferry-boite » lequel effectue des allers-retours dans le Vieux-Port plusieurs fois par jour.

    escartefigue 08.JPG

    Paul Dullac dans le rôle d'Escartefigue

     

    "Squarciafichi" qui a donné "Escartefigue" en provençal, est un patronyme d'origines ligures-génoises que l'on peut traduire par "déchirer les figues". Il peut s'agir soit d'un lieu-dit soit d'un sobriquet. En effet, en dialecte ligure, le mot "figue" désigne également le sexe féminin et, en Provence, être qualifié "d'Escartefigue", c'est être un conjoint déshonoré.

    escartefigue 06.JPG

    Marius Escartefigue (1872-1957)

     

    Savez-vous que Marius Escartefigue a réellement existé ? Cet ingénieur civil, né à Marseille, le 2 novembre 1872, fut élu, malgré une réputation souvent mise à mal, maire de la ville de Toulon de 1904 à 1909 et Président du Conseil Général du Var durant deux mandats, de 1928 à 1932 puis de 1936 à 1940. Epinglé à de multiples reprises pour des montages financiers qualifiés d'« acrobatiques », condamné pour escroquerie au préjudice de l'Etat en avril 1916, traînant de surcroît, au sortir de la Première-Guerre Mondiale, une casquette de déserteur, il entreprendra avec succès la reconquête de sa mairie. Après avoir voté en Juillet 1940 en faveur de la remise des pleins pouvoirs au Maréchal Pétain, il sera démis de son mandat départemental en novembre de la même année.

     

    escartefigue 01.JPG

    "Cherbourg éclair" - Journal du 19 avril 1916

     

    Durant toutes ces années, l'homme fait régulièrement la une de la presse. C'est, semble-t'il, le bruit médiatique fait autour de son nom qui inspira à Marcel Pagnol les patronymes de ses héros.

     

     

    Biblio. "L'Evêque Cauchon et autres noms ridicules de l'histoire" de B. Fuligni - Ed. Les Arènes, 2017.

  • Une ou deux pièces ? That is the question !

    Dès que le soleil montre le bout de son nez, les voilà qui fleurissent dans toutes les vitrines des boutiques de mode, de lingerie et de prêt-à-porter et qui s'affichent à la une des magazines féminins. Au fil des années, ils se sont faits plus petits, beaucoup plus petits, plus seyants, beaucoup plus seyants et surtout beaucoup beaucoup plus sexy. Pour en arriver à ce que quelques centimètres carrés de tissu seulement suffisent à "montrer tout ce qu'on veux cacher"...

     

    maillot de bain,costume de bain,bikini

    Le maillot de bain est né du costume de bain. Dans le royaume de France, du Moyen-âge jusqu'à la fin du XVIIe siècle, la mer fait peur. La croyant vecteur de maladies, on ne s'en approche surtout pas. Ce sont les médecins anglais, à titre thérapeutique, qui seront les premiers à prescrire à leurs patients de brèves immersions en eau de mer. L'ordonnance va traverser la Manche. Dieppe s'inscrira alors comme la première station balnéaire française. Une étiquette qu'elle doit à Marie-Caroline de Bourbon-Siciles (1798-1870), duchesse de Berry. La belle fille du roi Charles X (1757-1836) va prendre goût aux bains de mer et véritablement "lancer" la plage de Dieppe. Elle entraîne à sa suite nombre d'aristocrates très argentés. A l'époque, on se baigne entièrement vêtu. On ne laisse rien voir de son corps. Le "costume de bain" se compose d'un pantalon bouffant jusqu’aux genoux, d'une chemise large en jersey de laine ou de coton, d'une ceinture, d'un bonnet et parfois même de bas et de chaussures.

    maillot de bain 3.jpg

    Annette Kellerman (1886-1975)

    Cependant, petit à petit, pour libérer les mouvements de celles qui le portent, le costume de bain va s'alléger. Alors que les femmes se baignent toujours en robe et pantalon avec chapeau de rigueur, au début du XXe siècle, Annette Kellerman (1886-1975) fait scandale. Championne de natation, elle ose s'afficher bras nus dans un maillot de bain moulant qu'elle porte cependant avec des bas épais qui cachent ses jambes.

    Après la Première-Guerre mondiale, le maillot de bain s'émancipe : les épaules comme les jambes se dévoilent et le décolleté se creuse. En 1932, le couturier Jacques Heim (1899-1967) lance le premier maillot de bain deux pièces. Composé d’un soutien-gorge drapé ou noué sur la poitrine et d’une culotte short souvent faite de volants, il est cependant encore un peu trop osé pour l'époque. L'arrivée des congés payés en 1936 va changer les choses. Désormais, nombre de français partent en vacances à la plage avec dans leur valise, un maillot de bain en 3"L" (Lycra, Lurex et Latex) qui les moule à la façon d'une seconde peau.

    maillot de bain 2.jpg

    En 1946, le fabriquant français de costumes de bains Louis Réard (1897-1984) lance sa "bombe anatomique". Un maillot de bain deux pièces si petit (deux triangles et une mini culotte qui laisse les fesses et les hanches nues) qu'il peut tenir dans une simple boîte d'allumettes ! Il le baptise "Bikini", du nom de l'atoll américain où vient de se dérouler un essai nucléaire. Aussitôt, certains pays, comme l'Espagne ou l'Italie, l'interdisent sur leurs plages. Mais le temps passant, au début des années 60, des stars de cinéma comme Brigitte Bardot ou Ursula Andress vont le rendre populaire. Symbole de la femme libérée, adopté par la majorité d'entre-elles, synonyme de séduction voire de sex-appeal, le bikini est aujourd'hui le maillot de bain le plus vendu au monde. Et ce malgré la mise sur le marché du monokini laissant les seins nus et du microkini fait d'un simple string.