Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/05/2020

Combien d’œufs pour votre omelette ? Fatale question...

Je ne vous ferai pas l'affront de vous expliquer comment faire une omelette (bien que celle-ci nécessite tout de même un certain tour de main). Ni même de vous demander combien d'oeufs il faut pour la confectionner. Un question toute simple au demeurant qui a cependant été fatale au mathématicien et philosophe des Lumières Nicolas de Condorcet (1743-1794).

Omelette cauchoise, Condorcet, Pommes Granny-Smith

En juillet 1793, condamné pour trahison, menacé d'arrestation, l'homme est contraint de se cacher. Alors qu'il se terre depuis neuf mois dans la capitale, ne s'y sentant plus du tout en sécurité, il décide de prendre la route de l'exil. En cette fin de journée du 25 mars 1794, il s'accorde une halte à l'estaminet de Louis Cresobet, rue Chef-de-Ville à Clamart (92). Il s'assied, commande une petite omelette pour son souper. « Combien d’œufs ? » lui demande la servante. L’illustre académicien et encyclopédiste, membre de l'Académie royale des sciences, l'ignore. A tout hasard, il répond : "douze". Une bévue qui le rend aussitôt suspect aux yeux des aubergistes. Dénoncé, il est arrêté, conduit devant la sacristie de l'église St-Pierre-St-Paul où siège le comité de surveillance, et écroué à Bourg-de-l'Egalilé (aujourd'hui Bourg-la-Reine). Deux jours plus tard, on le retrouve mort dans sa cellule. S'est-il empoisonné ? A-t'il été assassiné ? A t'il été victime d'un nouvel accident vasculaire cérébral (un premier avait été diagnostiqué deux ans plus tôt) ? La question n'a à ce jour jamais été tranchée et les circonstances de sa mort toujours aussi énigmatiques.

Omelette cauchoise, Condorcet, Pommes Granny-Smith

Pour vous aujourd'hui, amis gourmands aux babines alléchées, une savoureuse recette d'omelette cauchoise*. Pour 4 personnes, prévoir 8 œufs, 2 belles pommes acidulées (genre Granny-Smith), 2 cl de Calvados, beurre, du sel et du poivre.

omelette pommes.jpg

Faire sauter au beurre les pommes coupées en rondelles. Saler et poivrer. Lorsqu'elles sont dorées, les flamber au Calvados et les réserver.

Battre les œufs en omelette. Saler et poivrer. Ajouter une cuillère à soupe d'eau pour la légèreté.

Dans la poêle qui a servi pour les pommes, faire cuire l'omelette.

Au moment de la replier, ajouter les pommes au centre et refermer. Placer une noisette de beurre sous l'omelette, puis faire glisser celle-ci sur le plat de service.

Servir sans attendre accompagnée d'une salade assaisonnée au vinaigre de cidre.

 

Bon appétit !

 

* Recette issue de l'ouvrage de B. et Ch. Drouin "Au cœur de la cuisine Normande", Ed. Charles Corlet, 2001.

08/03/2020

Le soufflé : c'est gonflé !

Il a si mauvaise réputation que bon nombre de grands chefs l'ont soigneusement écarté de leur carte ! Car hélas, le résultat n'est pas toujours au rendez-vous !... D'ailleurs, le maître Antonin Carême lui-même (1784-1833) affirmait volontiers que le grand danger du soufflé résidait surtout dans  le " dessoufflage "!

soufflé aux crevettes 2.jpg

Antonin Carême (1784-1833)

Pourtant, sa recette est toute simple : de la sauce béchamel à laquelle on ajoute des jaunes d’œufs, une garniture de fromage, légumes, morceaux de viande ou poisson…, puis des blancs d’œufs battus en neige. Passé au four, l’air contenu dans les blancs d’œuf se dilate, entraînant le gonflement de l’ensemble. Il peut être servi comme plat principal accompagné d'une salade ou sucré en dessert.

Son histoire est semble t'il ancienne : les historiens le font remonter au Moyen-âge. A noter qu'au XVIIIème siècle,   le mot " soufflé " s'emploie pour désigner un degré de cuisson du sucre. Après avoir trempé une écumoire dans un sirop et "soufflé" à travers les trous, les bulles d'air devaient prendre la forme de flocons. Deux siècles plus tard, il qualifie une préparation sucrée ou salée qui, cuite au four, gonfle comme si on la soufflait.

soufflé aux crevettes 0.jpg

La recette normande que je vous propose aujourd'hui est celle du soufflé aux crevettes.* Pour 6 personnes, il vous faut 3 cuillerées à soupe de farine, 50 g de beurre, 1/4 de litre de lait, 300 g de crevettes décortiquées, 3 œufs, du sel et du poivre.

souffle aux crevettes 3.jpg

Avec beurre, farine et lait, faites une béchamel très épaisse. Salez et poivrez. Passez les queues de crevettes au hachoir ou au mixer et ajoutez-les à la béchamel. Ajoutez alors des jaunes d’œufs et mélangez-les bien. Battez les blancs d’œufs en neige et incorporez-les délicatement à la préparation. Beurrez un moule à soufflé et versez la pâte dedans. Faites cuire 40 minutes environ et servez aussitôt.

Bon appétit !

 

*Recette extraite de "Cuisine de Normandie" de C. Délu - Ed. Denoël, 1988,

12/01/2020

Saumon à la normande

"L'amour ne vaut pas à mes yeux

Un verre de Calvados vieux !...

Ce produit de la pomme

Est un délicieux régal

A tous les titres sans égal.

Une liqueur, en somme,

Que jalouse, en vain, l'Armagnac

Ainsi que le fameux Cognac."

A. Blacher

 

Or jaune de notre terroir, tous les Normands le savent : pour obtenir un bon calvados, il faut un bon cidre ! Et pour avoir un cidre de qualité, il faut de bonnes pommes, généralement de petite taille et riches en tanins ! Un litre de Calvados à 70° réclame pas moins de 14 litres de cidre à 5°, soit 18 kilos de pommes !

saumon a la normande 1.jpg

Le nom de "Calvados", donné à l'eau-de-vie de cidre, ne s'est répandu que pendant la seconde moitié du XIXe siècle. La distillation du cidre est bien plus ancienne. Elle existe depuis le milieu du Moyen-âge, à une époque où les eaux-de-vie de cidre et de poiré ont détrôné l'hydromel. Un gentilhomme du Cotentin, Officier des Eaux et forêts, Gilles de Gouberville, relate pour la première fois dans son journal du 28 mars 1553 la distillation du cidre en vue d'obtenir une eau-de-vie de bouche. Le premier écrit officiel d'une eau-de-vie de cidre vient de naître.


Au sortir de l'alambic, le calvados est incolore et titre à 72°. Il doit ensuite vieillir, au minimum pendant 2 ans, en futs de chêne ou en vieux foudres, des tonneaux de très grande capacité, équivalent à plusieurs barriques, afin de redescendre à 40-45° et acquérir cette belle robe ambrée qui lui sied si bien !

saumon a la normande 2.jpg

En cuisine, le calvados est un allié de poids. S'il se sert sec ou sur glace, en cocktail, en apéritif, en « trou normand » et en digestif, s'il s'accorde aussi parfaitement avec les fromages, les chocolats, les desserts, les crèmes au chocolat et les glaces. Il entre aussi dans la composition de nombreuses recettes normandes. Comme celle-ci, amis gourmands aux babines alléchées, celle du Saumon à la normande*.

saumon a la normande 3.jpg

Pour 4 pavés de saumon, prévoir 130 g de beurre, 4 échalotes, 1 bouquet de persil, 15 cl de Calvados, 4 pommes, 4 poireaux, sucre en poudre, sel, poivre blanc et un rouleur de papier d'aluminium.

Et pour la sauce, 40 cl de crème fraîche, 2 pommes et 25 cl de cidre.

Commercer par la sauce. Faire revenir les pommes coupées en petits dés dans une casserole avec du beurre. Flamber avec le Calvados. Ajouter le cidre puis laisser réduire. Ajouter la crème fraîche.

Pour les papillotes : couper les poireaux en julienne et les faire fondre à la poêle dans un peu de sucre. Couper les pommes en 4 quartiers puis en lamelles. Disposer sur chaque feuille aluminium préalablement beurrée, les pommes coupées en lamelles en les faisant se chevaucher. Déposer le pavé de saumon sur les pommes, puis sur le saumon un lit de julienne de poireaux, les échalotes hachées, le persil. Arroser avec un peu de Calvados. Saler et poivrer. Fermer les feuilles aluminium et mettre au four environ 1/2 heure.

Bon appétit  !

 

 

* Recette extraite de "La cuisine normande de Mamie" de F. Rose et A. Faurie - Ed. Marivole, 2015.

Biblio. "Vivre et mangers normands" de B. Leroux et Cl. Quétel - Ed. i-d-p. 1983.