Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/11/2018

La tarte au cidre

« La nature est prévoyante : elle a fait pousser la pomme en Normandie

sachant que c'est la région où l'on boit le plus de cidre. »

Henry Monnier (1799-1877)

Si étonnant que cela puisse paraître, le cidre n'est pas né en Normandie ! (Ni en Bretagne d'ailleurs !!! Ouf !) Mais dans le Sud, sur les rives de la Méditerranée, chez les Hébreux, les Égyptiens et les Grecs. Arrivé en France, a-t'il été en premier produit par les Basques, comme le prétendent certains, ou chez nous en Normandie ? Qu'on se rassure, en l’état actuel des connaissances, aucun document ne prouve l’antériorité du cidre normand sur le cidre basque.

tarte au cidre.JPG

Par contre, sa diffusion en Normandie, principalement dans les vallées de la Touque et de la Risle, remonte bel et bien à l’an 1082 , c'est à dire bien avant la Bretagne qui ne commence à se couvrir de pommiers qu’au XIVe siècle ! D'ailleurs, le mot "cidre" au sens de « jus de pommes fermenté » est attesté pour la première fois en langue d'oïl dans les années 1130 chez le poète Normand Wace (1100-1174/1183) dans sa "Conception de Nostre-Dame ".

tarte au cidre 2.jpg

Affiche folklorique sur le cidre datant de 1850

Voilà pour l'histoire. Maintenant, place à la gastronomie ! Amis gourmands aux babines alléchées, prenez un tout petit quart d'heure de votre temps et confectionnez pour ceux que vous aimez (et pour vous même bien sûr) cette délicieuse tarte au cidre* !

tarte au cidre 3.jpg

Pour 6 personnes, elle ne vous réclamera que 300 g de pâte brisée, 40 g de farine, 3 œufs, 70g d'amandes en poudre, 80 g de sucre semoule, 3 pommes un peu acides comme la Reinette, 12 cl de cidre doux, 12 cl de lait, du sucre cassonade, 1 pincée de sel... et 20 minutes de cuisson dans un moule d'environ 22 cm de diamètre.

Préchauffez le four à 180° C. (th.6). Beurrez le moule. Étalez la pâte en un grand cercle et déposez-la dans le moule. Formez des bords, piquez légèrement le fond avec une fourchette.

Épluchez les pommes, coupez-les en quatre et ôtez le cœur et les pépins. Râpez-les.

Dans un saladier, fouettez le œufs avec le sucre semoule, le sel et la farine. Versez peu à peu le lait et le cidre dans la pâte, puis ajoutez les pommes râpées. Versez ensuite la garniture aux pommes dans le moule. Placez au four environ 35 minutes. Servez tiède en saupoudrant d'un peu de sucre cassonade.

Vous pouvez, selon votre goût parfumer le mélange crémeux de la garniture d'une cuillère à café d'eau-de-vie de pomme.

Bon appétit !

 

* Recette issue de "Recettes secrètes et insolites de nos régions" de L. et G. Laurendon - Ed. Ouest-France, 2012.

02/09/2018

Un soupçon de cannibalisme ...

A qui doit-on le croque-monsieur ? Pour Frédéric Chef*, tout commence à Paris, Boulevard des Capucines, à deux-pas de l'Opéra, un soir de 1910.

croque monsieur bd capucine.JPG

Le boulevard des Capucines au début du XXe siècle

 

Là se tient un café, "Le Bel Age" que son propriétaire, Michel Lunarca, vient d'acquérir. L'homme est ambitieux et rêve de ne faire qu'une bouchée de ses concurrents jaloux. En réponse, ceux-ci lui taille très vite une réputation de cannibale !

croque monsieur.jpg

Ce soir-là, à l'heure de la sortie des théâtres, il y a foule au "Bel-Age". La clientèle est si nombreuse que la baguette fait défaut. Comment dans ces conditions satisfaire l'habitué et retenir le badaud ? Le patron se creuse la tête et. finit par remplacer l'élément manquant par du pain de mie. Il y emprisonne le jambon entre deux tranches carrées, le couvre généreusement de fromage, enfourne le tout pour lui donner du croustillant et sert sa nouvelle spécialité aux clients intrigués. Qu'y a t’il dans votre sandwich lui demande t'on alors ? En plaisantant, le patron répond : "De l'homme ! Du Monsieur !" Et voila, le croque-monsieur est né ! Quant au croque-madame, la version féminisée du croque-monsieur, on a tout simplement ajouter un œuf au plat qui "coiffe" la mie passée au four.

Aujourd'hui le "croque" se cuisine à toutes les sauces, y compris normande ! Pour vous, amis gourmands aux babines alléchées, cette recette de croque-monsieur ou madame normand **. Son originalité : la traditionnelle tranche de jambon y est remplacée par des blancs de poulet émincés marinés au cidre.

croque monsieur 3.jpg

Pour la marinade : prévoir 2/3 de tasse de cidre brut, 1/3 de tasse d'huile d'olive, 3 cuillères à soupe de jus de citron, 2 cuillères à soupe de vinaigre de cidre de pomme, 3 cuillères à soupe de basilic frais haché, 3 cuillères à soupe de persil frais haché, 2 gousses d'ail hachées, sel et poivre. Laisser tremper les blancs de poulet crus émincés une dizaine d'heures dans cet appareil bien mélangé avant de le poêler ou de l'enfourner.

Pour les croques, prévoir une tranche de pain de mie beurrée pour le dessus, un dessous ou un dessus pas trop fin de camembert (croûte vers le bas), du poulet mariné cuit, 2 ou 3 rondelles de tomate et une tranche de pain de mie beurrée pour le dessus, crème fraîche épaisse.

Empiler les ingrédients dans l'ordre, écraser avec la paume de la main. Enfourner pour dorer.

Mélanger des miettes de camembert (congelé, il se râpe) dans la crème épaisse, bien fouetter pour incorporer, laisser reposer, tartiner le dessus du croque de ce mélange (qui doit être épais) avant d'enfourner.

Cuire un œuf au plat et le poser sur le croque chaud si on préfère un croque-madame.

Bon appétit !

 

* Biblio : "Michel Lunarca, l'inventeur du Croque-Monsieur" de Frédéric Chef in "Les gourmands mémorables" - Edit. Prisma, 2015.

** Recette issue du "Petit traité du Camembert" de P.-B. Lebrun - Ed. Le Sureau, 2017.

15/07/2018

Les brochettes normandes

C'est l'été ! C'est dimanche ! Il fait beau, il fait chaud et, dehors, le barbecue attend... Que diriez-vous pour ce midi, amis gourmands aux babines alléchées, de griller quelques belles brochettes ? Mais des "brochettes normandes*", il va sans dire, que vous servirez très chaude accompagnées d'un cidre bouché bien frais.

brochettes normandes.jpg

Pour la petite histoire (et aussi pour se cultiver un peu...), la première apparition du terme "brochette" remonte au Moyen Âge. A cette époque, il désignait uniquement l’accessoire métallique, terminé en son bout par une pointe acérée. Ce n'est qu'à la fin du XIVe siècle qu' on va rencontrer le terme pour la première fois dans une acception culinaire.

Mais revenons à notre recette... Pour 8 personnes, prévoir 1 kg de gigot d'agneau désossé (ou la même quantité de bœuf ou de veau à condition de ne pas les mélanger, eu égard à leurs temps de cuisson différents), 2 oignons, 8 petites pommes de reinette, 1 c. à soupe de thym séché et 2 feuilles de laurier émiettées, sel et poivre concassé, huile, 1 grand verre de cidre, quelques gouttes de Calvados.

brochettes normandes 3.jpg

Peler les oignons et les émincer finement. Couper la viande en morceaux réguliers, de préférence cubiques et pas trop gros. Les mettre dans une terrine avec les oignons, ajouter le thym et le laurier. Arroser de cidre. Ajouter le Calvados et plusieurs pincées de poivre concassé. Mélanger et laisser mariner deux heures.

Laver les pommes, les essuyer, les couper en quartiers en retirant le cœur et les pépins sans les peler. Enfiler les morceaux de pommes et les morceaux de viande égouttés sur les brochettes.

brochettes normandes 2.jpg

Badigeonnez légèrement d'huile les brochettes. Les faire griller une dizaine de minutes, sur un gril chauffé et huilé, mais sur feu moyen et en les retournant souvent. Saler en fin de cuisson.

 

Bon appétit !

 

* Recette et image : "Cuisines régionales de France - Normandie" de S. Girard - Ed. du Fanal, 1994.