Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2017

Huitres tièdes au pommeau de Normandie

Les fêtes de fin d'année approchent à grands pas ! Aussi, pour vous, amis gourmands aux babines alléchées, voici une recette d'Huitres tièdes au pommeau de Normandie*.

huitre pommeau.jpg

Saviez-vous qu'une huître sur quatre consommée en France est originaire de Normandie ? Première région conchylicole de France, elle produit des huîtres appréciées des connaisseurs pour leur finesse, leur parfum iodé et leur goût corsé. Consommées tout au long de l’année, elles sont toujours les reines de nos tables de fêtes.

huitre Normandie.jpg

Quant à notre Pommeau, mélange de jus de pomme et de Calvados, s'il s'utilise principalement en apéritif, il est aussi fréquemment invité dans la réalisation de sauces qu'il parfume agréablement.

huitre pommeau 2.jpg

Pour 4 personnes, prévoir une douzaine d'huitres par personne, 3 échalotes, 3 pommes reinette, 30 g de beurre, 20 cl de pommeau, 4 cuillerées à soupe de crème épaisse, poivre.

Préchauffer le four en position gril. Ouvrir les huîtres en laissant la chair dans la coquille et récupérer leur première eau. Réserver au frais.

Éplucher et hacher finement les échalotes. Peler, épépiner et tailler finement les pommes.

Dans une casserole, blondir les échalotes dans le beurre. Ajouter les pommes et le pommeau. Laisser cuire à feu doux pendant 5 minutes.

Verser dans la sauce l'eau des huîtres, la crème et laisser frémir environ 5 minutes. Passer au chinois.

Verser dans chaque huître de la sauce, puis enfourner jusqu'à coloration.

Bon appétit !

 

* Recette extraite de "La cuisine de Normandie" de J. Thomas - Ed. Les chemins de la mémoire, 2011.

17/09/2017

Le gâteau fouetté de Saint-Lô : un péché de gourmandise !

La recette que je vous propose aujourd'hui, amis gourmands aux babines alléchées, est celle du Gâteau fouetté de Saint-Lô*.

SAINT LO 3.jpg

Cette ville normande, entourée de remparts, Préfecture du département de la Manche et située en son centre, doit son nom à Laud, évêque de Coutances au VIe siècle. A noter qu'à l’époque gallo-romaine, elle portait le nom de "Briovera" dit en français "Briovère", ce qui signifie « pont sur la Vire » (en langue celtique, de bri(v)a, pont et Vera, la Vire).

st lo 1.jpg

Saint Lô guérissant une femme aveugle, Courcy

Bien que dotée d'un climat doux océanique, caractérisé par des hivers doux et des étés tempérés, les précipitations y sont importantes. C'est le cas en cette fin d'été grise et froide dans toute notre belle région ! Alors, pour se réchauffer, je vous offre "tout le parfum du Calvados enfermé dans un gâteau !"

ST LO 2.jpg

Pour 8 personnes, prévoir 100 g de beurre demi-sel, 125 g de farine, 125 g de sucre roux, 15 g de levure du boulanger, 4 jaunes d’œufs, 1 cuillère à soupe de crème fraîche et 1 cuillère à soupe de Calvados.

Mélanger dans une terrine farine et sucre. Ajouter les jaunes d’œufs battus, puis la levure mélangée dans un peu de lait.

Ajouter le beurre fondu, crème et calvados. Bien mélanger pour obtenir une pâte onctueuse.

Verser dans un moule assez haut, la pâte ne doit pas remplir plus de la moitié du moule (en hauteur).

Disposer dans un endroit tiède pour laisser pousser du double.

Une fois bien levé, mettre au four chaud 25 à 30 minutes.

Tout le parfum du Calvados enfermé dans un gâteau !

 

Bon appétit !

 

* Recette extraite de "Cuisine Normande d'hier et d'aujourd'hui" de M. Bruneau – Ed. Ouest-France, 2001.

20/08/2017

Le Roussin de la Hague, le plus normand des moutons !

Il est originaire de Normandie, de la Manche, et plus précisément du nord-ouest du Cotentin dans la région de La Hague. Il doit son nom à la couleur brune aux reflets roux de sa tête et de ses pattes. Cette race d’herbage est particulièrement bien adaptée au climat océanique de son environnement local, très exposé à la pluie et au vent.

roussin de la hague,mouton,navarin de mouton du cotentin

Le Roussin de la Hague est une race ovine française présente sur le sol normand depuis le XVIIIe siècle. Comme toutes les races de l’Ouest de la France, elle est née d’une population traditionnelle locale croisée avec des races anglaises comme la Dishley et la Southdown, dans le courant du XIXe siècle. Au XXe siècle, de nouveaux croisements ont été réalisés notamment avec des béliers Suffolk, dans le seul but de développer la taille et les formes bouchères de l’animal.

roussin de la hague,mouton,navarin de mouton du cotentin

En 1982, le ministère de l’Agriculture reconnaissait officiellement la race qui est célébrée depuis chaque année en août lors d’une foire annuelle à Jobourg, petite cité située à l'extrême nord-ouest de la péninsule du Cotentin.

Et maintenant, amis gourmands aux babines toujours alléchées, que diriez-vous d’une délicieuse recette de Navarin de Mouton du Cotentin*?

roussin de la hague,mouton,navarin de mouton du cotentin

Pour 4 personnes il vous faut 800 grammes de collier de mouton de pré salé, 2 cuillers d’huile, 2 cuillers de beurre, 100 grammes de lard de poitrine, 3 oignons, 2 cuillers de farine, 1 dl de vin blanc et autant d’eau, 3 cuillers de concentré de tomate, 1 bouquet garni, 300 g de carottes, 2 navets, 500 g de pommes de terre.

Détailler le collier en morceaux de 80 g à 100g ; prendre une cocotte, y faire fondre le beurre et joindre l’huile ; faire revenir le collier avec les oignons, en quartiers, le lard blanchi en dés. Quand le tout sera coloré, saupoudrer de la farine ; mélanger à la spatule. Mouiller avec l’eau, le vin blanc pour arriver à mi-hauteur des viandes. Ajouter le bouquet, le concentré de tomate, sel, poivre. Couvrir ; laisser mijoter une heure à feu doux. A mi-cuisson, ajouter les carottes et navets en rondelles. Laisser cuire 25 minutes. Ajouter les pommes de terre taillées en grosses gousses. Cuire 20 minutes. Dégraisser la sauce. Servir sur assiettes très chaudes.

Bon appétit.

 

* Recette issu du «Grand livre de la cuisine normande» de R. Compas – J-P. Delarge, Editions Universitaires, 1976.

Biblio. «Les Races Normandes» de F. Callu et N. Vermeulen – Ed. C. Corlet – 2004.

Merci aux images et aux pages Wikipédia.