Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/08/2016

Ratatouille à la Normande

Spécialité culinaire traditionnelle de Provence et plus spécifiquement de l'ancien Comté de Nice, composée de légumes et d'épices revenus dans de l'huile d'olive, la ratatouille, dont le mot est issu de l'occitan "ratatoulha", est à l'origine, c'est-à-dire vers 1778, qu'un pauvre ragoût hétéroclite.

L'abréviation « rata » désigne d'ailleurs un mélange de haricots et de pommes de terre, puis de légumes variés, de pain et de viande grasse. Le "rata" constitue alors la cantine de base du prisonnier comme celle du militaire. Ainsi, dans le "Dictionnaire provençal-français" de Simon Jude Honnorat (1783-1852), publié en 1817, la ratatouille se trouve entre "ratatiné" et "ratière" et est qualifiée de "soupe pour les rats" !

ratatouille 1.jpg

De même, dans le "Journal des sciences militaires des armées de terre et de mer" publié en 1831 il est indiqué que "Le repas du soldat se compose de la ratatouille, c'est-à-dire d'un plat de légumes très délayés, parmi lesquels flottent ça et là quelques côtes décharnées de veau ou d'un mauvais mouton". Ce n’est qu’au cours du siècle dernier que le mot ratatouille va prendre le sens que nous lui connaissons de nos jours. Il semble que la première recette de "ratatouille niçoise" apparaisse dans le courrier des lecteurs d'un numéro du magazine "La vie du rail" de 1952.

ratatouille 3.jpg

Si notre ratatouille a de nombreuses "cousines", comme "la bohémienne", originaire du Comtat Venaissin, ou bien "la piperade", spécialité du pays basque et même la "caponata" venue de Sicile, aucune, je dois bien l'avouer, venue de Normandie ! Pourtant, j'ai trouvé une recette régionale de ratatouille aux œufs *. C'est celle que je vous propose aujourd'hui, amis gourmands aux babines alléchées.

ratatouille 2.jpg

Pour 6 personnes, il vous faut 6 œufs, 950 g de tomates, 250 g de courgette, 250 g d'aubergines, 3 gros oignons, 6 cuillerées à soupe d'huile, 1 bouquet garni, sel et poivre.

Dans une grande cocotte, mettez l'huile à chauffer. Ajoutez les oignons épluchés et émincés grossièrement. Laissez 5 bonnes minutes à feu moyen. Ajoutez les aubergines coupées en rondelles, laissez également cuire 5 minutes. Enfin, ajoutez les tomates coupées en 4. Salez, poivrez, ajoutez le bouquet garni. Couvrez et laissez cuire 1h30 doucement. Versez ensuite le tout dans un plat à gratin. Pratiquez 6 trous dans votre ratatouille. Cassez-y vos 6 œufs et mettez à four chaud pendant 5 minutes après avoir légèrement salé et poivrez. Bon appétit !

 

Recette extraite de "Connaissance de Dieppe et de sa région" - Revue n°252 - 2005.
Un merci particulier au site http://lavraierecette.fr/

13/07/2016

Couronne de pommes du château de Vendeuvre

Exemple d'une demeure de campagne normande aristocratique du XVIIIe siècle, le château de Vendeuvre, situé sur la commune du même nom, entre Saint-Pierre-sur-Dives et Falaise, est un joyau de Normandie. 

vendeuvre 0.jpg

Il a été construit entre 1750 et 1752 par Alexandre Le Forestier (1695-1781), seigneur d'Osseville, d'Appeville, de Vendeuvre, de Claids et autres lieux, descendant d'une des plus vieilles familles de Normandie, qui souhaite une résidence d'été moderne et au goût du jour. Aujourd'hui, cette "maison des champs" a conservé son décor d'origine ainsi qu'une grande partie de son mobilier de l'époque.

vendeuvre 1.jpg

Il abrite outre le musée du mobilier miniature, une collection unique de niches à chien et animaux de compagnie. Ainsi, niche de voyage, niche-tabouret, niche de plage, niche à trois compartiments, niches assorties au reste du mobilier, canapé en bois doré,… prouvent que les petits chiens et chats furent l'objet de soins attentifs comme l'atteste le raffinement et la variété des logements qu'on leur destinait. Ces niches étaient nombreuses dans les appartements du roi et des princes.

Dans son livre "Aimer la cuisine de Normandie"*, Michel Bruneau présente cette recette de Couronne de pommes du château de Vendeuvre que je vous livre aujourd'hui, amis gourmands aux babines alléchées.

chateau vendeuvre recette (2).jpg

Pour 4 personnes, prévoir 3 œufs, 125 g de farine, 120 g de sucre, 100 g de beurre, 1yaourt nature non sucré, 1/2 paquet de levure chimique, 1 paquet de sucre vanillé, 1 ou 2 belles pommes (ou poires) en fonction de leur poids et 10 cl de Calvados.

Battre fortement le sucre et les œufs, ajouter le beurre, le yaourt et le sucre vanillé, terminer en ajoutant la farine et la levure.

Couper le fruit avec la peau (sans les pépins) en petits dés et les mélanger à la pâte.

Verser dans un grand moule à savarin beurré et sucré.

Laissez au-dessus du four chaud 15 minutes, puis enfourner à four chaud (180° à 200° - th 7-_) 40 à 50 minutes.

Déguster à la cuillère encore chaud ou laisser refroidir et démoulez.

Bon appétit !

 

*Éditions Ouest-France, 2001.

26/06/2016

Des pissenlits aux œufs durs

C'est vrai, lorsqu'il envahit nos belles allées et nos jolies platebandes, on a peu faire de ses bienfaits et vertus découverts dès l'Antiquité ! Cette plante vivace aux fleurs jaune d'or qu'est le pissenlit, sûrement la plus connue des plantes champêtre, tire d'ailleurs son nom de ses propriétés diurétiques... Utilisé dans le traitement du manque d'appétit et les troubles digestifs mineurs, il est connu également pour améliorer les fonctions hépatique, biliaire et urinaire.

pissenlit.jpg

Son nom botanique, "Taraxacum officinalis" vient du grec "ταράχη" qui signifie trouble et "άχος" forme du verbe guérir. Sans doute à cause de la découpe de ses feuilles, on l'appelle aussi « dent de lion », ce qui lui a donné son nom anglais "dandelion ".

La médecine chinoise en fait mention dès le 7e siècle après J.-C. Originaire semble t'il d'Europe de l'Ouest, le pissenlit s'est depuis longtemps installé un peu partout dans le monde. Il pousse à l'état sauvage sous les climats tempérés. Chez nous, il apparaît dès 1536 sous la plume du médecin, imprimeur et écrivain parisien Charles Estienne (1504-1564). Comme c'est également un excellent comestible, on le cultive sur une base commerciale en Europe et en Amérique.

pissenlit charles estienne.png

Charles Estienne (1504-1564)

En Normandie, les pissenlits de Criquebeuf, cité du département de l'Eure, sont réputés. Saviez-vous que lorsqu'ils sont ramassés dans les champs, ils sont plus "goûtés" dès lors qu' ils ont subi l'influence de la gelée ? Et comme d'habitude, pour vous tous amis gourmands aux babines alléchées, voici une recette normande facile et rapide de pissenlits aux œufs durs*.

pissenlit 3 (2).jpg

Pour 6 bons appétits, prévoyez 150 g de pissenlits, 7 œufs durs, de la vinaigrette et une cuillerée de crème.

Écraser un œuf dur et le travailler finement avec la crème. Ajouter la vinaigrette, petit à petit, et bien fouetter. En mettre un peu de côté. Mélanger les pissenlits avec la sauce. Décorer le dessus avec les œufs coupés en rondelles. Les arroser avec le restant de sauce. Bon appétit !

 

* Recette extraite de "Gastronomie normande d'hier et d'aujourd'hui" de S. Morand. Ed. Flammarion, 1970.