Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

PASSION GENEALOGIE, HISTOIRES de NORMANDIE et d'AILLEURS - Page 12

  • Quand une jolie normande sauve une principauté...

    Tout commence par une belle histoire d'amour. Une histoire de prince et de bergère... ou presque. Le prince, c'est Louis Grimaldi, le fils unique du prince régnant de Monaco Albert Ier (1848-1922). Il est né le 12 juillet 1870 à Baden-Baden (grand-duché de Bade). La bergère, c'est Juliette Louvet, une jeune normande née à Pierreval (Seine-Maritime), le 9 mai 1867 d'un père contrôleur aux Oomnibus et d'une mère au foyer. Le 6 octobre 1885 elle a épousé le photographe Achille Delmaet (1860-1914) surtout connu pour ses clichés de nus. Le couple a deux enfants.

    louvet marie juliette.jpg

    Marie Juliette Louvet (1867-1930)

    Comment les amoureux se sont-ils rencontrés ? Nul ne le sait vraiment. Après son divorce prononcé le 14 janvier 1893, on retrouve Juliette à Paris. Elle est hôtesse de cabaret et modèle de photographie d'art... Puis elle s'exile en Algérie. La voici à Constantine, lingère dans la caserne du Prince Louis, le 3ème régiment de chasseurs d'Afrique. Peut être sont-ils arrivés ensemble ?

    MONACO LOUIS II.jpg

    Louis II Prince de Monaco ( 1870-1949)

    Quoi qu'il en soit, le 30 septembre 1898, la belle donne naissance à une petite fille qu'on prénomme Charlotte Louise Juliette. De retour d’Algérie, l’année suivante, le prince installe sa compagne et leur fille à Luzarches, au nord de Paris, dans une jolie maison de style Art nouveau qu'il baptise "Villa Charlotte". A l'aube de ses 30 ans, l'héritier souhaite se fixer et envisage sérieusement d'épouser la mère de sa fille. Un projet auquel son père, le prince Albert Ier, oppose un veto formel : la fiancée ne présente pas vraiment à ses yeux le profil idéal d’une future souveraine. La romance entre le prince et la bergère va alors s'étioler... En 1906, pour complaire au souverain, Charlotte est éloignée de sa mère et son éducation confiée à des religieuses. « Pensionnée » par la principauté, dont elle n'aura pourtant jamais les honneurs ni ne recevra aucun titre, Juliette se partage désormais entre Londres, Paris et Biarritz et n'entretient plus qu'une relation épistolaire avec sa fille.

    MONACO PRINCESSE CHARLOTTE.jpg

    Princesse Charlotte de Monaco (1898-1977)

    De son côté, Louis s'occupe avec tendresse de Charlotte. En 1911, pour elle, il obtient de son père une reconnaissance semi-officielle assortie du titre de « Mademoiselle de Valentinois ».

    A l'abri du Palais familial durant la Grande Guerre, l'adolescente va gagner ses « galons de princesse » dans les hôtels de Monaco transformés en hôpitaux. Aux chevet des blessés, elle force l'admiration de ses compatriotes... et celle de son grand-père qui lui donne finalement rang dans l'ordre de succession au trône. Une décision tout de même un peu contrainte par les clauses du « traité d'amitié franco-monégasque » de juillet 1918. A cette époque, après le prince héréditaire Louis, quinquagénaire et encore célibataire, l'héritier en second du trône monégasque n'est autre que Guillaume de Wurtemberg, duc d'Urach et éphémère roi de Lituanie sous occupation germanique. Une succession bien entendu inenvisageable pour l’État français.

    En 1919, Charlotte est légitimée par adoption et titrée princesse de Monaco, duchesse de Valentinois. Sur ses épaules repose l'avenir de la dynastie. De son union avec le comte Pierre de Polignac (1895-1964) vont naître la princesse Antoinette de Monaco (1920-2011) et le prince Rainier III de Monaco (1923-2005), père de l'actuel prince Albert II.

    Marie Juliette Louvet est ma cousine au 8ème degré. Nos ancêtres communs, Jean Portrait (ca 1606-1687) et Jeanne Levesque (ca 1609-1687) vivaient à Préaux (Seine-Maritime). Marie Juliette Louvet descend de leur fils Noël (ca 1658-1734) et de son union avec Marie Orel (ca 1660-1681) célébrée le 4 février 1681 à Préaux (Seine-Maritime). Je descends de leur fils Jean (ca 1653-1734) et de son union avec Geneviève François (ca 1659-1724) célébrée dans la même église le 14 février 1684.

     

    Biblio. « La saga des princesses de Monaco » - Point-de-Vue-Histoire n°8 – Juin 2011.

  • Quand Chicago s'inspire de la cathédrale de Rouen...

    La « Tribune Tower » de Chicago est l'un des plus célèbres gratte-ciel des États-Unis et le préféré des Chicagoans. Située sur le Michigan Avenue, elle fut jusqu'en 2018, le siège du « Chicago Tribune », le journal de la ville fondé en 1847, l'un des plus importants tirages au monde.

    Tribune-Tower01.jpg

    La « Tribune Tower » de Chicago (Illinois)

    Son histoire débute il y a tout juste un siècle. En 1922. Le président de la société d'édition « Tribune Compagny »», un magnat des journaux de Chicago, propriétaire du « Chicago Tribune », Robert Rutherfort dit le Colonel McCormick (1880-1955), décide, pour fêter le 75ème anniversaire de son journal, de lancer un concours d'architecture international en vue de la construction du "plus bel édifice au monde » pour abriter son journal.

    La récompense, un prix de 50 000 $, attire plus 260 participants. Le concours est remporté par les architectes américains John Mead Howells (1868-1959) et Raymond M. Hood (1881-1934).

    Tribune-Tower 05 (2).jpg

    A droite la tour de Beurre de la Cathédrale Notre-Dame de Rouen - A gauche la tribune Tower de Chicago

    Leur projet consiste en une tour de style néogothique, à l'image d'une cathédrale, avec des sculptures de gargouilles et ses arcs-boutants rappelant le gothique flamboyant. Ils s'inspirent de « la cathédrale française de Rouen », puis explicitement de la tour de Beurre de la Cathédrale Notre-Dame de Rouen.

    Cet édifice date du XVe siècle. Commandé par l'archevêque Robert de Croismare (vers 1445-1493), conçue et bâti par l'architecte et maître maçon rouennais Guillaume Pontifs (décédé en 1497) puis par Jacques Le Roux, il est destiné à rééquilibrer la façade occidentale de la cathédrale flanquée au nord par la tour Saint-Romain construite au début du XIIe siècle et au sud par la chapelle de la paroisse Saint-Étienne accolée à la nef. La couronne octogonale qui coiffe ladite tour est achevée en 1506. Quant à son nom de tour de Beurre, pour certains, il est dû à la couleur jaune de la pierre employée pour la construire. Pour d'autres, il a pour origine les aumônes collectées par le chapitre auprès des riches fidèles qui ne souhaitaient pas faire maigre durant le carême et qui ont servi à financer l'édifice.

    Mais revenons à notre "Tribune Tower" inaugurée en 1925 après 4 années de travaux. Fière de ses 36 étages et de ses 141 mètres de hauteur, elle est aujourd'hui l'un des plus beaux monuments néogothiques de la ville et l'un des plus visités.

    Tribune-Tower.jpg

    Pour l'anecdote, à la demande du directeur de la tribune, la base du building est incrustée d’une centaine de pierres ou d’éléments décoratifs récupérés par les grands reporters du Journal sur les monuments les plus célèbres de la terre comme le Parthénon, le Colisée, le Taj Mahal, le Kremlin, la Grande Muraille de Chine, la Maison Blanche, Notre-Dame de Paris... et bien sûr une pierre de la tour de Beurre de notre belle cathédrale Notre-Dame de Rouen !

     

    Biblio. « Guide secret de Rouen et de ses environs » de A. Degon – Ed. Ouest-France, 2017.

  • Du latin de cuisine pour le prince des gastronomes

    « La littérature et la gastronomie sont inséparable, l'une est la fille de l'autre. La gastronomie est née le jour ou de grands écrivains ont consacré leur talent aux choses de la table. L'œuvre des cuisiniers n'a de raison de durer... qu’autant que les gourmets en parlent et en écrivent »

    Curnonsky, "Paris-Soir", 2 juin 1929

     

    Maurice Edmond Sailland est né à Angers (Maine-et-Loire), le 12 octobre 1872. Ce nom ne vous dit rien. Normal, car c'est sous le speudonyme qu'il s'est choisi de Curnonsky qu'il entrera dans l'histoire. Ce critique culinaire doit en réalité son "nom de scène" à la fois à un normand et au "latin de cuisine", cette imitation à but humoristique du latin, qui n’a avec le vrai que quelques assonances.

    curnonssky 04.jpg

    Archives Départementales du Maine-et-Loire" - Angers - 3ème arrondissement -

    Registre des naissances de l'année 1872

    Toute sa vie, l'homme s'attachera à défendre et à mettre en valeur la grande cuisine des terroirs. Son talent, son embonpoint et son appétit légendaire vont faire de lui une des grandes figures de la chronique gastronomique. Sa carrière, il l'a commence comme journaliste. En 1895, il devient l'un des nègres littéraire de Willy (1859-1931), le premier mari de Colette (1873-1954). C'est l'époque où il publie ses tous premiers romans tout en prêtant sa plume à la publicité et en rédigeant régulièrement des articles de presse.

    curnonssky 05.jpg

    Maurice Edmond Sailland dit Curnonssy (1872-1956)

    C'est aussi à cette époque, et plus exactement le 12 juin 1895, que pour la première fois dans le quotidien de presse "Gil Blas", il signe un article sous le pseudonyme de Maurice Curnonsky.

    Ce nom de plume, c'est le normand Alphonse Allais (1854-1905) qui lui aurait suggéré. "Pourquoi pas Sky", lui aurait-il soufflé, un nom "à la mode russe" qui colle bien à l'actualité de l'époque : la France et l'Empire russe sont alors en pleine négociation d'un accord de coopération, "l'Alliance Franco-Russe" qui restera en vigueur jusqu'en 1917. Le prenant au mot, Saillant qui, par ailleurs était un latiniste averti, se baptisa sur le champ "Curnonsky", "Cur" en latin signifiant "pourquoi" et "non" "pas". Plus tard, quand il traitera de gastronomie, il se contentera cependant de signer "Cur".

    Choisissant de se spécialiser dans la bonne chère, avec pour grand cheval de bataille la connaissance et la défense de la «cuisine régionale», il passe sa vie dans les restaurants et les cafés, de Paris et des quatre coins de la France. Au service d'une seule et même cause, celle d'une cuisine simple, sans fioritures, "quand les choses ont le goût de ce qu'elles sont", il publie à partir de 1921 avec Marcel Rouff (1877-1936) "La France gastronomique", une collection planifiée de 32 fascicules sur la cuisine régionale et les meilleurs restaurants de France, qui sera suivie en 1933, en collaboration avec Austin de Croze (1866-1937), du "Trésor gastronomique de France. Répertoire complet des spécialités gourmandes des 32 provinces françaises".

    curnonssky 03.jpg

    Recettes des Provinces de France - Édition 1962

    Le 16 mai 1927, la revue "Le bon gîte et la bonne table" lance l'idée d'une élection pour désigner "un Prince des Gastronomes". 3388 électeurs (gourmets fameux, chefs, hôteliers, membres de clubs et sociétés gastronomiques...) vont ainsi donner une majorité de voix à Curnonsky qui est alors un journaliste et auteur gastronomique aussi connu que reconnu".

    Poursuivant sa carrière, il lancera en juillet 1947 le mensuel "Cuisine de France" qui deviendra "Cuisine et Vins de France" en 1948 et qui donnera naissance en 1953 à un monumental ouvrage du même nom, "3000 recettes les plus réputées des régions de France", édité par Larousse, signé Curnonsky, réédité jusqu’en 1987.

    Décédé le 22 juillet 1956 d'une chute de la fenêtre de son appartement parisien au troisième étage du 14, Place Henri-Bergson, il est inhumé dans le cimetière de Beauchamp (Val-d'Oise).

    Ayant contribué grandement à la renommée de l'art culinaire, en 2010, lorsque le repas gastronomique à la française sera inscrit au patrimoine immatériel de l'humanité, un vibrant hommage lui sera rendu par l'acteur Gérard Depardieu.