Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2019

"Heu-reux !"

Ce cousinage là aurait tellement fait plaisir à mon père ! Pensez-donc, lui qui l'appréciait tant, cousiner à la 6ème génération avec Fernand Raynaud (1926-1973) ! Pas normand de naissance puisque l'artiste est né à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), mais des ancêtres dans le village qui ont vu naître tant de membres de notre famille !

fernand raynaud.jpg

Personne n'a oublié l'humoriste qu'était Fernand Raynaud ! Ni ses sketches,  pour certains toujours dans nos mémoires comme "Le 22 à Asnières", "Restons Français" ou bien encore "Le plombier". Ni ses chansons qui ont marqué à jamais son époque : "Et v'lan passe moi l'éponge", "Avec l'ami bidasse", "Lena", "Telle qu'elle est". Certaines de ses expressions sont aussi restées célèbres comme: « Bourreau d'enfant », « Y a comme un défaut », « C'est étudié pour », « Ça eût payé », « Tiens ! Voilà l'hallebardier ! », « C'est l'plombier ! », « Allô ! Tonton ? Pourquoi tu tousses ? », « Ingénieur à Grenoble » et bien sûr le fameux « Heu-reux ! ».

Franqueville ND.jpg

Église Notre-Dame de Franqueville (Seine-Maritime)

Comme toutes les belles histoires, elle commence par un mariage, celui de Marin ADAM (mon sosa 146), (1720-1795), Compagnon Charpentier puis Charpentier, dont la famille, depuis le début du XVIe siècle, est originaire du village de Notre-Dame de Franqueville, cité normande du département de la Seine-Maritime. En 1752, il épouse à l'église Notre-Dame de Criquiers, village du canton de Gournay-en-Bray, situé à environ 58 km de chez lui, Marguerite VARIN (1733-1784). Les jeunes époux reviennent s'installer à Notre-Dame de Franqueville et six enfants, six filles dont 2 décéderont en bas-âge, naîtront de leur union. Fernand Raynaud est un descendant de Marguerite, l'aînée. Mon père est un descendant de la quatrième, Marie Madeleine.

fernand raynaud 2.jpg

 

* Généalogie descendante simplifiée de Marin Hierosme Adam (mon sosa 146), (1720-1795) x Marie Marguerite Varin (1733-1784) :

˃ ˃Marguerite Adam (1753-?) x Jacques Lemonnier (1748-?) ˃Jacques Nicolas Lemonnier (1791-1837), Toilier, x Françoise Marguerite Bradechard (1793-1838) ˃ Jacques Ambroise Lemonnier (ca 1818-?) Débitant de liquides-Molleteur, x Rose Célestine Benet (1823-1888) ˃ Célestin Ernest Lemonnier (1861-?) Molleteur-Graveur, x Caroline Ernestine Droin (1870-1945) ˃ Alice Louise Lemonnier (1889-1953) x Auguste Raynaud (1883-1969) Contremaître à l'Usine Michelin ˃ Fernand Raynaud (1926-1973).

˃˃ Marie Madeleine Adam (1761-1815) x Nicolas Pellerin (1760-1849), Maître-Toilier ˃ Jacques Nicolas Pellerin, (1783-1844), Toilier-Rentier x Marie Magdelaine Monique Cordonnier (1787-1833) ˃ Jacques Désiré Pellerin (1809-1891) Plâtrier-Entrepreneur, x Geneviève Françoise Bizet (1814-1897) ˃ Lucie Stéphanie Pellerin (1844-1926) x Constant Etienne Boulangé (1842-1918) Plâtrier ˃ Paul Fernand Boulangé (1877-1950) x Alexandrine Augustine Damamme (1881-1967) ˃ Albert Camille Edouard Boulangé (mon père).

 

Merci à Généanet et Généastar de m'avoir fait découvrir ce cousinage !

17/03/2019

Hamburger normand

C'est un emblème de la culture et de la cuisine américaine et pourtant il est né en Allemagne !

hamburger 0.jpg

En effet, le hamburger a pour origine le "steak de Hambourg", spécialité culinaire de steak de bœuf haché servi dans du pain brioché aux ouvriers dans les cantines allemandes. A noter qu'il est courant en Allemagne de nommer les spécialités culinaires selon leur ville d'origine : le Berliner (beignet fourré de confiture), le Frankfurter (hot-dog) et le Bremer (sorte de pain au poisson dénommé en anglais Fishburger), respectivement originaires de Berlin, Francfort-sur-le-Main et Brême, en sont trois autres exemples.

Le steak de Hambourg est un des plats servis à bord des bateaux qui relie Hambourg à New York. Avec les vagues successives de l'immigration européenne sur le Nouveau Monde au XIXe siècle, le hamburger va "débarquer" sur le sol américain où il va connaître un réel succès. Initialement vendu "à la sauvette" au coin des rues new-yorkaises par des marchands ambulants, il devient, avec l'avènement de la société de consommation, un enjeu économique pour les chaînes de restauration rapide qui vont s'en emparer comme White Castle, la première en 1921, out plus tard, en 1952, le géant McDonald's.

hamburger 1.jpg

Le plus ancien McDonald's en activité du monde créé en 1953, à Downey en Californie.

Le hamburger est aujourd'hui connu partout dans le monde. En France, en 2016, il est devenu le sandwich préféré des français devant notre charismatique jambon-beurre.

Comme il se customise aisément, je vous propose aujourd'hui, amis gourmands aux babines alléchées, le recette du Hamburger normand* ! Pour épater vos amis, il vous faut prévoir par invité un dessus ou un dessous de camembert écrouté, une petite escalope de veau hachée, quelques tranches d'andouille de Vire, de la mâche et un petit pain frais de chez le boulanger.

hamburger 2.jpg

Pour remplacer la mayonnaise ou le ketchup, on peut aussi préparer une sauce normande : un oignon blondi au beurre avec de la farine, mouillé au cidre, travaillé au beurre-froid, le tout complété de crème fraiche allongée de jus de citron.

Poêler au beurre l'escalope de veau hachée (reconstituée en steak haché). Poser la tranche de camembert sur la moitié inférieure du pain, la laisser quelques minutes dans le four chaud éteint. (Pour débarrasser facilement un camembert de sa croûte, il suffit de le congeler 30 à 40 minutes avant de la trancher.)

La sortir et la recouvrir de mâche, poser par-dessus le veau, tartiner de sauce normande, disposer les tranches d'andouille, ajouter un peu de sauce, refermer le pain.

Bon appétit !

 

* Recette issue du "Petit traité du Camembert" de Pierre-Brice Lebrun (que je salue, félicite et remercie au passage) - Ed. Le Sureau, 2017.

10/03/2019

L'arbre des vices et des vertus du Calendrier des Bergers

"La pédagogie et l'apprentissage ont depuis toujours appel à la mémoire visuelle. Au XIIe siècle, considéré comme une période de véritable renaissance intellectuelle, alors que l'enseignement connaît un renouveau avec le développement des écoles urbaines, l'arbre devient un outil efficace de diffusion des connaissances.

Racines, tronc, branches, feuilles... sont utilisés comme supports aux subdivisions de la connaissance. C'est là, plus qu'ailleurs, que se trouve l'origine de la prédilection de l'Occident pour la figure de l'arbre étendue à la généalogie.

Le classement des vices et des vertus est l'un des sujets les plus plus précocement mis en arbre, dès la fin du VIe siècle.

Au XVe siècle, paraît "Le Calendrier des bergers", l'almanach le plus célèbre de la fin du Moyen-âge. Édité pour "enseigner la science des bergers qui est science de l’âme, du corps, des astres, de la vie et de la mort", ils sont en fait des compilations à usage pratique et moral destinées à un public laïc. Le premier compost des bergers fut imprimé à Paris par Guy Marchant en 1491 avant d’être réédité à de nombreuses reprises dans les décennies suivantes. Sur un double page, il offre un petit traité de morale.

arbre vertus 1.jpg

A gauche, l'arbre sec et mort des vices qui s'enracine dans "l'Orgueil" et culmine en "Luxure". il se ramifie en chacun des sept péchés capitaux qui donnent chacun naissance à sept défauts secondaires aux extrémités de petits rameaux. Les branches de vices pendent tristement, sans feuille, vers le sol.

arbre vertus 2.jpg

A droite, fleurit l'arbre des vertus, fécond et feuillu. "L'Humilité" est sa racine. Son tronc se développe avec quatre branches de vertus cardinales ("Justice et Force", "Prudence" et "Tempérance") avant de culminer dans les vertus théologales en deux branches "Foi "et "Espérance" et dans la cime "Charité". De chacune des branches des sept vertus sort un bouquet de sept vertus secondaires.

arbre vertus 3.jpg

A la fin du même traité de moral, une autre image classe les vertus. La tour de la sapience ou de sagesse, à laquelle on accède par un escalier de vertus, est portée par les puissantes colonnes des vertus principales. Chaque pierre, fenêtre et créneau de l'édifice porte le nom d'une vertu.

 

 

Biblio - Texte et images : "Mille ans d'histoire de l'Arbre Généalogique en France" de M.-E. Gautier - Ed. Ouest-France, 2008.