Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/11/2016

Un fauteuil pour Monsieur Voltaire !

 Je suis tombé par terre, c'est la faute à Voltaire ...

Chanson de Gavroche - Les Misérables - V. Hugo

Comment le nom de Voltaire (1694-1778), ce polémiste satirique, historien et philosophe de génie, l'un des plus importants des Lumières, comment donc le nom de cet épistolier, conteur et auteur dramatique, au coup de plume piquant... est-il resté attaché à un objet de commodité courante ? Je veux parler du "Voltaire" bien-sûr, vous savez, ce grand fauteuil confortable à haut dossier incliné !

 

voltaire 0.jpg

 

Et bien, cela viendrait d'un portrait de lui datant de 1820 ! Il y est représenté alangui dans un haut fauteuil médaillon avec dossier en bois naturel apparent. Il est vrai que c'est fréquemment ainsi, c'est-à-dire assis dans un fauteuil bas, à dossier élevé et légèrement renversé en arrière, que les peintres représentait le grand homme. Était-ce là effectivement son habitude ?

voltaire 3.jpg

 

Ce type de fauteuil, mis à la mode sous Louis-Philippe, rappelait donc celui de Voltaire et c'est ainsi qu'on se mit à l'appeler "fauteuil à la Voltaire", puis, en 1876, "Voltaire" tout court.

 

voltaire.jpg

Fauteuil mortuaire de Voltaire. Charles-François Normand. Musée Carnavalet

Pour la petite histoire, Voltaire ne rendit pas son dernier soupir, le 30 mai 1778, comme le veut la légende, assis dans son fauteuil. Il en avait cependant un auprès de lui lorsqu il mourut. Un fauteuil d'une grande simplicité, confortable et commode, porté par quatre pieds légèrement cambrés montés sur roulettes afin d'assurer un déplacement aisé et dont la traverse arrière portait l'estampille du maitre-menuisier parisien Charles-François Normand.


Biblio. "petit dictionnaire des mots qui ont une histoire" de Gilles Henry Éd. Tallandier 1991 et 2012.

16/10/2016

Se faire appeler Arthur...

Certains prénoms se sont invités, allez savoir pourquoi, dans nos expressions quotidiennes. C'est le cas pour "Se faire appeler Arthur", qui signifie se faire gronder, réprimander. Pourquoi "Arthur" et pas "Paul" ou "Lucien" ? Quel est donc cet "Arthur" dont on risque de prendre le nom lorsqu'on a commis une bêtise ? S'agit-il du Roi Arthur ? Du poète Arthur Rimbaud ? De l'agronome Arthur Young ou du père de Sherlock Holmes, Arthur Conan Doyle ?

se faire appeler arthur 2.jpg

Le Roi Arthur - illustration  à partir d'une version de langue galloise Geoffrey de Monmouth - Historia Regum Britanniae, XVe siècle

 

Aucun d'entre eux ! Car le "Arthur" dont il s'agit n'est pas le prénom d'un homme, mais une heure ! L'histoire nous ramène au cours de la Seconde Guerre mondiale.

se faire appeler arthur 3.jpg

Une partie du territoire français est envahie par l'occupant allemand. Afin de tenter de prémunir au maximum la population des bombardements, les lumières de la ville donnant des points de repère à l’aviation alliée, mais aussi de limiter les activités clandestines de sabotage et de parachutage liées à la résistance, la défense passive prend de nombreuses mesures dont l'instauration d'un couvre-feu dès 8 heures du soir.

se faire appeler arthur 0.jpg

A l'heure dite, chacun doit être rentré à son domicile. Et les patrouilles allemandes qui patrouillent dans les rues pour y veiller, ne se gênent pas pour rappeler à l'ordre voire menacer vertement le ou les retardataires pris en flagrant délit. En leur indiquant leur montre, elles leur hurlent « acht Uhr ! » Car dans la langue de Goethe, 8 heures du soir se dit "Acht Uhr", prononcé "Artour". Le ton menaçant conjugué à la parfaite incompréhension de la quasi totalité de la population à la langue d’outre-Rhin a contribué à donner naissance à cette expression à connotation très négative.

 

18/09/2016

L'histoire du patronyme de Jean Le Rond d'Alembert

Au milieu du XVIIIe siècle, paraît la grande Encyclopédie de Diderot et d'Alembert. 18 000 pages de texte et 74 000 articles de culture, de sciences et d'idées nouvelles. Pourtant, celui qui, en 1749, écrit le magnifique "discours préliminaire" de cette première encyclopédie française et aussi la plupart des articles mathématiques, signe ses textes d'un énigmatique "O", non pas la lettre "O" mais un simple rond... Car c'est son nom !Jean Le Rond. Plus tard, il y ajoutera celui de d'Alembert.

d'alembert 03.jpg

Il naquit le 16 novembre de la 17ème année de ce début de siècle et mourra 17 ans avant sa fin. Comme la tradition le voulait alors, il reçu, au moment de son baptême, le nom de l'église devant laquelle des ouvriers le trouvèrent au petit matin du 17 novembre 1717 : l'église Saint-Jean-le-Rond.

d'alembert 01.jpg

Église Saint-Jean-le-Rond, à gauche de la tour nord de Notre-Dame de Paris

C'était une église de Paris dédiée à saint Jean-Baptiste et détruite en 1748. Elle était accolée à la tour nord de Notre-Dame de Paris, à l'emplacement actuel de la rue du Cloître-Notre-Dame. Enfant naturel, sa mère qui par la suite refusera tout contact avec lui, Claudine Guérin de Tencin (1682-1749), l'avait en effet abandonné et fait déposé la nuit de sa naissance par un serviteur dans une petite boîte en sapin, toutefois bien douillette, sur les marches de cette église.

d'alembert 00.jpg

J.-B. Le Rond d'Alembert (1717 -1783) - Quentin de la Tour, 1755.


Placé par les sœurs à l’hospice des Enfants-Trouvés, il fut ensuite rapidement confié à un nourrice, Madame Rousseau, née Étiennette Gabrielle Ponthieux (ca 1683 - 1775) qu'il aimera comme sa mère et chez qui il vivra jusqu’à ses cinquante ans. Probablement à la demande de son père biologique, le duc Léopold-Philippe d'Arenberg (1690-1754), l'homme de confiance de celui-ci, le chevalier Louis-Camus Destouches (1668-1726) veillera sur lui et sur son éducation en prenant à sa charge l'intégralité de ses études.

Brillant élève, le jeune homme obtient en 1735 le titre de maître ès-arts et choisit d'abord la voie du droit sous le nom de "Daremberg" qu'il changera ensuite en "D’Alembert" et qu’il conservera toute sa vie. Reçu avocat en 1738 , il entreprend des études de médecine qu'il abandonne pour se consacrer finalement aux mathématiques. Jean Le Rond d'Alembert fut à la fois un des plus grands théoriciens de son siècle, un remarquable praticien et un homme du monde.

 

 

Biblio. "Histoires de maths" de A. Deledicq et D. Izoard - Ed. du Kangourou - Paris, 2000.