Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/04/2020

Quand l'habit ne fait pas le moine, ni la particule le noble

Car non, mille fois non : la particule n'est pas systématiquement synonyme de noblesse. De nombreuses familles nobles n'en portent pas et de nombreuses familles non nobles en ont une. Parmi celles-ci, on peut citer la famille de Gaulle, une famille subsistante d'ancienne bourgeoisie française originaire de Châlons-en-Champagne.

noblesse charles de gaulle.jpg

Charles de Gaulle (1890-1970)

Jusque vers la fin du XIXe siècle et la mise en place des livrets de famille, les patronymes n'ont pas d'orthographe. Au fil du temps, l'écriture des noms va varier. Des habitudes vont être prises, Ainsi, si, par exemple, une famille La Place réussi à acquérir une terre à Manneville, elle va ajouter ce nom à son patronyme, s'appelant dès lors "La Place de Manneville". Un simple "signe extérieur de richesse"qui va engendrer cette "particule de courtoisie", utilisée autrefois à foison par les curés envers leurs paroissiens les plus influents, faisant de Jacques Dupré, Jacques de Dupré.

Nombre de familles avec un patronyme composé d'un nom de terre n'ont jamais été anoblies et, pour certaines, n'ont jamais ni prétendu, ni revendiqué de l'être. C'est le cas de la famille de Dominique de Villepin, une famille subsistante d'ancienne bourgeoisie française, originaire de Bourgogne, puis établie en Lorraine.

noblesse chateau d'estaing.jpg

Château d'Estaing (Aveyron)

D'autres familles de "fausse noblesse ont "aménagé" ou "rallongé" leur patronyme au cours des XIXe ou XXe siècle. C'est le cas des Giscard, devenus Giscard d'Estaing en 1922. Sa famille, une famille de la bourgeoisie est originaire de Lozère.

noblesse chirac.JPG

Jacques et Bernadette Chirac née Chodon de Courcel

Enfin, même doté d'une particule, depuis la Révolution française, et la suppression de la Noblesse décidée le 23 juin 1790, on ne peut se qualifier de noble mais seulement de descendant de noble. Encore faut-il, pour être considéré comme issu de la noblesse, descendre "en ligne directe" d'une famille autrefois anoblie et non grâce à une branche collatérale. Pour exemple, Alphonse Chodron de Courcel a été anobli en 1867 par Napoléon III. Madame Chirac, née Chodron de Courcel, descendante d'un frère de l'anobli, ne saurait se dire noble.

 

 

A suivre

Biblio. "Généalogie facile - réaliser son arbre" - Hachette Collections, 2008 - "Larousse de la Généalogie" 2002 -"Revue française de Généalogie" n° 163 - Avril-Mai 2006 - "Votre généalogie" n° 76, 77, 78 - 2017 - "Gé-Magazine" n° 218.

12/04/2020

L'histoire des valets de nos cartes à jouer...

... Ou pourquoi portent-ils les noms d'Hector, La Hire, Hogier et Lancelot? L'histoire débute au château de Wideville. Il  s'élève à un quinzaine de kilomètres de St-Germain-en-Laye, à la frontière des communes de Crespières et Davron, et a un lien avec la Normandie. En effet, son nom, "Wideville" pourrait provenir du patronyme d'un compagnon de Guillaume le Conquérant, Hugues de Guideville, lequel, au fil du temps, aurait perdu son "g" pour donner "Udeville" puis, vers 1366, "Videville".

La demeure a été bâtie de 1580 à 1584 sur l'emplacement d'un ancien manoir. En briques, avec encadrement des fenêtres en pierre, il est entouré d'un parc magnifique.

Valet Chateau de Wideville.png

Elle changea plusieurs fois de propriétaires avant d'échoir vers 1620 à Claude de Bullion (1569-1640), Garde-des-Sceaux puis Surintendant des finances du Roi Louis XIII, à qui l'on doit le "louis d'or" en 1640. En 1870, le château est la propriété du Comte de Galard qui y entreprend de sévères restaurations, intérieures comme extérieures. Tout en haut du toit, sont installés deux petits chevaliers de pierre, portant chacun un fanion où apparaît un carreau semblable à celui des cartes à jouer. Il s'agit là d'un hommage au plus illustre des Galard, Hector de Galard de Brassac (1415-1475), Chevalier de l'ordre de Saint Michel, Chambellan de Louis XI, nommé en septembre 1474 Capitaine de la compagnie des Cent-vingt gentilshommes de l'hôtel du Roi, Maréchal des camps et logis du roi.

valet de carreau.png

Bien des années auparavant, Hector de Galard aurait joué devant le roi Charles VII (1403-1461) un ballet où il représentait le valet de carreau, en compagnie d'Etienne de Vignolles (1390-1443), dit La Hire, compagnon de Jeanne d'Arc, qui figurait le valet de cœur. Deux autres acteurs jouaient quant à eux des héros de l'ancienne chevalerie : le chevalier danois légendaire Hogier de Danelarche dit Hogier le Danois pour le pique et celui du cycle des romans de la Table Ronde, Lancelot du Lac pour le trèfle.

valet lancelot.jpg

Comme c'était l'époque où les jeux de cartes à jouer faisaient leur apparition en France, les quatre noms, Hector, La Hire, Hogier et Lancelot, vont rester pour désigner les valets.

05/04/2020

Epidémies d'hier, fléaux d'aujourd'hui

"Nous sommes en guerre !" La crise sanitaire que nous vivons aujourd'hui est la plus grave depuis un siècle. Afin d'endiguer la pandémie, sur environ 7, 8 milliards d'êtres humains que compte la terre, plus de 3 milliards de personnes sont aujourd'hui contraintes de ne plus sortir de chez elles. Du jamais vu !

epidemie 0.jpg

Et pourtant... L'histoire nous apprend qu'avant nous, nos ancêtres ont connu eux-aussi de grandes épidémies. Elles sont nées dès l'Antiquité au rythme des conflits militaires et du développement des liaisons commerciales. Au XVIe siècle, c'est la peste qui fait trembler le Royaume de France. Elle se répand sur tout l'hexagone et au-delà, sur le continent européen, tuant sur son passage un tiers de la population. En cinq ans, 25 millions de victimes.

epidemie la peste en gascogne 1346.jpg

A ce terrible fléau, à partir de 1642, vont s'ajouter, se succéder, disparaître, réapparaître à intervalles irréguliers des épidémies de choléra, de variole, de typhus et de typhoïde.

Au-début du XVIIIe siècle, la dysenterie fait son apparition suivie, entre 1740 et 1742, de la grippe qui s'invite pour la première fois dans les foyers. Après que la fièvre jaune ait fait son entrée au début du XIXe siècle, c'est la tuberculose, la maladie de la pauvreté, qui entre en scène. Elle va tuer elle-aussi plus d'un quart de la population adulte européenne. A partir de 1814, apparaît la méningite cérébro-spinale. Elle sera suivie d'abord d'une épidémie de variole, responsable de 20% des décès de jeunes de moins de 24 ans, puis, dès 1885, de la 4ème pandémie de choléra.

Au début du XXe siècle, à l’automne 1918, la Grippe espagnole, considérée à ce jour comme l'épidémie la plus mortelle de l'histoire, fera près de 30 millions de victimes dans le monde, dont 250.000 dans l’Hexagone.

Notre XXIe siècle n'est pas vraiment épargné. Si l'on déplore encore dans le monde des épidémies de peste, de choléra et de grippe, on se bât aussi contre de nouvelles maladies comme le Sida et maintenant contre le Covid-19.

epidemies merci 2.jpg

Nos aïeux savaient que lorsqu'une épidémie se déclarait, il y allait avoir beaucoup de morts. Fatalistes, ils n'avaient que la religion pour leur venir en aide. Nos sociétés modernes peuvent faire preuve de plus d'optimisme, elles qui savent qu'elles peuvent compter à la fois sur les avancées de la médecine et sur celles de la science. Alors, un grand MERCI à tous les chercheurs mais aussi aux médecins, pharmaciens, infirmiers, aide-soignants, ambulanciers, brancardiers, pompiers,... c'est-à-dire à tous ceux qui, malheureusement quelquefois au prix de la leur, se battent pour notre vie. Un grand MERCI à tous ceux aussi qui, aujourd'hui, à leur poste de travail, sont mobilisés pour que nous puissions continuer à nous alimenter, nous chauffer, nous éclairer, nous informer et communiquer. Un grand, très grand MERCI !