Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/04/2016

« S'il vous plaît… dessine-moi un mouton ! »

C'était un 6 avril, le 6 avril 1943. Ce jour-là, à New-York, de l'imagination d'Antoine de Saint-Exupéry (1900-1944), l'écrivain aviateur, reporter et poète, auteur notamment de "Vol de nuit" (1931) et de "Terre des hommes" (1939), naît le "Petit Prince". Sous l'apparence d'un livre pour enfants, ce conte poétique et philosophique, deviendra phénomène éditorial. Il est aujourd'hui l’ouvrage de littérature française le plus lu et le plus connu dans le monde. Traduit en environ 270 langues et dialectes, c'est aussi l'un des meilleurs messagers de la langue française.

saint exupery 4.jpg

Selon les propres dires de son auteur, l'histoire trottait dans sa tête depuis 7 ans déjà quand, en 1942, il cède à l'insistance de ses éditeurs américains et écrit ce récit destiné au jeune public. D'Eaton's Neck (Northport), aux États-Unis, sa terre d’exil et d’accueil depuis janvier 1941, celui qui aimait tant multiplier les défis, se met au travail. Il ne connaîtra jamais l’incroyable destinée de cet ouvrage qui deviendra son succès le plus populaire.... Il dessine lui-même le portrait de son héros et va lui créer un univers à la fois unique et reconnaissable par tous. Comme lui, le narrateur est un aviateur. Alors qu'il est en panne dans le Sahara, il rencontre un petit prince qui s'interroge sur l'absurdité du monde des adultes.

 

saint exupery 2.jpg

Extrait du manuscrit du Petit Prince

 

Le livre sera réédité à plusieurs reprises aux États-Unis, tant en langue française qu’en traduction anglaise, et ce, avant même sa parution en France. Car ce n’est qu’après-guerre, en avril 1946, que la maison Gallimard, en contrat avec Saint-Exupéry depuis 1929, va le publier.

saint exupery.jpg

Antoine de Saint-Exupéry (1900-1944)

Après la sortir de son ouvrage, Saint-Exupéry quitte l’Amérique. Tourmenté d’être séparé des siens et de son pays, désespéré d’être coupé de l’action et du combat, « Mon premier tort est de vivre à New York quand les miens sont en guerre et meurent », il a hâte de retrouver ses camarades du Groupe de reconnaissance « II/33 » qu'il a quittés après sa démobilisation en juillet 1940. Il rejoint l'Algérie en mai 1943, réintègre son escadre de rattachement et reprend, en dépit de son âge, son activité de pilote. Le 31 juillet 1944, il s'envole, à bord de son Lightning P38, de l'aérodrome de Borgo, en Haute-Corse, pour une mission de reconnaissance en Savoie. Il ne regagnera jamais sa base : son avion disparaît à jamais au-dessus de la Méditerranée ...