Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2017

Il fabriquait du chocolat à Rouen au XVIIIe siècle...

"Neuf personnes sur dix aiment le chocolat ;

le dixième ment."

John G. Tullins

 

Un de mes lointains ancêtres, Pierre Morin (mon sosa 216), était, à la fin du XVIIIe siècle, fabricant de chocolat à Rouen. Il demeurait au cœur de la ville, paroisse Saint-Maclou, rue Sarrasin. C'est d'ailleurs en l’Église de la paroisse qu'il avait épousé, le 25 septembre 1781, Marie de Manneville, dont il aura 6 enfants.

chocolat 3.jpg

Le chocolat , après avoir conquis l'Europe, l'Italie d'abord, arrive en France au début du XVIIe siècle. Du cacaoyer des Mayas, une civilisation apparue au Mexique vers 2000 ans avant Jésus-Christ, en passant par l'Espagne, Séville, où est envoyé en 1585 la première cargaison officielle de ses fèves, quel chemin parcouru ! Si, en épousant Louis XIII, Anne d'Autriche (1601-1666), fille du roi d'Espagne, introduit ce breuvage dans notre pays, c'est une autre espagnole, Marie-Thérèse (1638-1683), épouse de Louis XIV, qui l'imposera à la cour du roi Soleil. Car en effet, jusqu'aux années 1850, le chocolat n'est consommé qu'en boisson ! La tablette de chocolat au lait ne voit le jour en Suisse qu'à partir de 1831.

chocolat 1.jpg

Jusqu'à la moitié du XVIIIe siècle, de petits ateliers de transformation fabriquent le chocolat de façon artisanale. Dans des conditions de travail souvent difficiles, les fèves de cacao sont écrasées manuellement ou, au mieux, aux cylindres en fer. La presse hydraulique les remplacera en 1776. Le prix du chocolat, qui est encore une denrée chère, va progressivement baisser : sa démocratisation est en marche !

chocolat 4.jpeg

Comme toujours, amis gourmands aux babines alléchées, je vous propose, à la veille de ces fêtes de fin d'année, la recette délicieuse, facile et surtout normande, des Truffes noires Américao*, proposée par une grande famille de chocolatiers rouennais, la famille Auzou.

Pour 25 truffes, prévoir 300 g de chocolat noir (Américao) à 72% de cacao, 150 g de crème liquide de Normandie, 1/2 gousse de vanille Bourbon, 50 g de beurre, du cacao pur en poudre.

Faire chauffer doucement la crème dans une casserole avec la gousse de vanille fendue. Hacher le chocolat et verser la crème chaude dessus. Bien mélanger. Ajouter le beurre coupé en dés et mélanger à nouveau. Laisser refroidir environ 1h30 au réfrigérateur.

 

Bon appétit !

 

Biblio. "L'aventure du chocolat avec la famille Auzou", Normandie Junior Éditions, 2008.

12/11/2017

Huitres tièdes au pommeau de Normandie

Les fêtes de fin d'année approchent à grands pas ! Aussi, pour vous, amis gourmands aux babines alléchées, voici une recette d'Huitres tièdes au pommeau de Normandie*.

huitre pommeau.jpg

Saviez-vous qu'une huître sur quatre consommée en France est originaire de Normandie ? Première région conchylicole de France, elle produit des huîtres appréciées des connaisseurs pour leur finesse, leur parfum iodé et leur goût corsé. Consommées tout au long de l’année, elles sont toujours les reines de nos tables de fêtes.

huitre Normandie.jpg

Quant à notre Pommeau, mélange de jus de pomme et de Calvados, s'il s'utilise principalement en apéritif, il est aussi fréquemment invité dans la réalisation de sauces qu'il parfume agréablement.

huitre pommeau 2.jpg

Pour 4 personnes, prévoir une douzaine d'huitres par personne, 3 échalotes, 3 pommes reinette, 30 g de beurre, 20 cl de pommeau, 4 cuillerées à soupe de crème épaisse, poivre.

Préchauffer le four en position gril. Ouvrir les huîtres en laissant la chair dans la coquille et récupérer leur première eau. Réserver au frais.

Éplucher et hacher finement les échalotes. Peler, épépiner et tailler finement les pommes.

Dans une casserole, blondir les échalotes dans le beurre. Ajouter les pommes et le pommeau. Laisser cuire à feu doux pendant 5 minutes.

Verser dans la sauce l'eau des huîtres, la crème et laisser frémir environ 5 minutes. Passer au chinois.

Verser dans chaque huître de la sauce, puis enfourner jusqu'à coloration.

Bon appétit !

 

* Recette extraite de "La cuisine de Normandie" de J. Thomas - Ed. Les chemins de la mémoire, 2011.

17/09/2017

Le gâteau fouetté de Saint-Lô : un péché de gourmandise !

La recette que je vous propose aujourd'hui, amis gourmands aux babines alléchées, est celle du Gâteau fouetté de Saint-Lô*.

SAINT LO 3.jpg

Cette ville normande, entourée de remparts, Préfecture du département de la Manche et située en son centre, doit son nom à Laud, évêque de Coutances au VIe siècle. A noter qu'à l’époque gallo-romaine, elle portait le nom de "Briovera" dit en français "Briovère", ce qui signifie « pont sur la Vire » (en langue celtique, de bri(v)a, pont et Vera, la Vire).

st lo 1.jpg

Saint Lô guérissant une femme aveugle, Courcy

Bien que dotée d'un climat doux océanique, caractérisé par des hivers doux et des étés tempérés, les précipitations y sont importantes. C'est le cas en cette fin d'été grise et froide dans toute notre belle région ! Alors, pour se réchauffer, je vous offre "tout le parfum du Calvados enfermé dans un gâteau !"

ST LO 2.jpg

Pour 8 personnes, prévoir 100 g de beurre demi-sel, 125 g de farine, 125 g de sucre roux, 15 g de levure du boulanger, 4 jaunes d’œufs, 1 cuillère à soupe de crème fraîche et 1 cuillère à soupe de Calvados.

Mélanger dans une terrine farine et sucre. Ajouter les jaunes d’œufs battus, puis la levure mélangée dans un peu de lait.

Ajouter le beurre fondu, crème et calvados. Bien mélanger pour obtenir une pâte onctueuse.

Verser dans un moule assez haut, la pâte ne doit pas remplir plus de la moitié du moule (en hauteur).

Disposer dans un endroit tiède pour laisser pousser du double.

Une fois bien levé, mettre au four chaud 25 à 30 minutes.

Tout le parfum du Calvados enfermé dans un gâteau !

 

Bon appétit !

 

* Recette extraite de "Cuisine Normande d'hier et d'aujourd'hui" de M. Bruneau – Ed. Ouest-France, 2001.