Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2017

« Bon Dieu ! Mais c'est… Bien sûr ! » ...

« Bon Dieu ! Mais c'est… Bien sûr ! » ... Les plus anciens d'entre-nous se souviennent de cette réplique culte ! Remontons ensemble le temps. 1958 : En ce premier janvier, à 20h15, quelques français privilégiés découvrent en noir et blanc, sur l'unique chaine de leur écran de télévision "La Clé de l'énigme ", tout premier épisode de la première série policière de la télévision française : les "Cinq Dernières Minutes"! C'est là l'unique fois où l'inspecteur Bourrel s'appelle l'« inspecteur Sommet » et où il enquête seul.

cinq dernieres minutes.jpg

Ce personnage est interprété par Raymond Souplex (1901-1972), aidé de son adjoint Dupuy, alias Jean Daurand (1913-1989). A chaque épisode, leur enquête les mène dans un milieu professionnel ou social nouveau et inconnu d'eux.

cinq dernieres minutes 1 (2).JPG

Créée par Claude Loursais (1919-1988), réalisateur, scénariste et producteur, pionnier de la télévision française. la série totalisera 155 épisodes répartis sur 3 générations. La première, de 56 épisodes, dont les cinq dernières en couleur, est diffusée du 1er janvier 1958 au 7 novembre 1973 sur RTF Télévision puis sur la Première chaîne de l'ORTF. Après une période transitoire comprenant 4 épisodes de 90 minutes diffusés du 19 juillet 1974 au 16 janvier 1975 sur la Première chaîne de l'ORTF, une deuxième série en 72 épisodes de 90 minutes en couleur sera diffusée de 1975 à 1992 sur Antenne 2, puis une troisième de 17 épisodes de 1993 à 1996 sur France 2.

À ses débuts, il s'agissait d'une émission-jeu, qui, tournée en studio, était diffusée en direct. Deux téléspectateurs sélectionnés assistaient au tournage et devaient deviner qui était le coupable de l'intrigue, au moment du célèbre : « Bon Dieu ! Mais c'est… Bien sûr ! » de l'inspecteur Bourrel.

cinq dernieres minutes 2.jpg

L'émission rencontrera un énorme succès populaire jusqu'à la disparition de son interprète principal. Par égard pour son interprétation, les commissaires incarnés par les acteurs suivants ne se nommeront plus Bourrel, mais Le Carré, Cabrol et Massard. Quant à l''indicatif musical du générique, il s'intitule "Arsenic Blues" et a été composé par Marc Lanjean (1903-1964).

04/01/2017

Le timbre-poste français

C'était il n'y a pas si longtemps pourtant... Un premier janvier, celui de l'année 1849 ! Ce jour-là, apparaît le premier timbre-poste français. Le "20 centimes noir dit Cérès" est destiné à affranchir les lettres jusqu'à 7,5 grammes circulant entre deux bureaux de poste. Pour les approvisionner tous, plus de 40 millions d'exemplaires de cette petite vignette ont été édités. L'impression en noir, un mélange de noir de fumée, de bleu de fer, le tout broyé dans un vernis de lin, était un choix technique. A l'époque, c'était la seule couleur que l'on pouvait appliquer avec régularité de jour comme de nuit. Or, l'atelier d'impression, où l'on travaillait sans répit 24 heures sur 24, était éclairé par des becs de gaz. L'arrivée en France du timbre est l'un des éléments, sans doute le plus voyant, d'une réforme postale portée par la IIe République. Bien qu'en gestation depuis 1839, il a été finalement créé par décret du 24 août 1848.

 

premier timbre.jpg

 

Car, comme beaucoup d'innovations du XIXe siècle, le timbre-poste nous vient d'Angleterre. Le « 1 penny noir » à l'effigie de la jeune reine Victoria fut émis le 6 mai 1840. A cette époque, Louis-Napoléon Bonaparte (1808-1873), qui sera élu Premier Président de la République Française le 11 décembre 1848, se trouve en exil à Londres. Ayant mesuré à quel point le timbre-poste pouvait servir la popularité d'un chef d'État en diffusant partout son portrait, le neveu de Napoléon 1er ne tardera pas à y afficher le sien...

 

premier timbre 2.gif

 

Dès sa parution, l'usage du timbre sur la lettre va être "imposé" par l'Administration par un tarif préférentiel par rapport à l'envoi en port dû. C'est là un changement important dans la tradition française car, auparavant, lors de la distribution du courrier, la taxe était perçue par le destinataire. Désormais elle le sera auprès de l'expéditeur et avant son départ. Or, si faire payer le destinataire était jugé de bon ton, à l'inverse, affranchir son courrier était considéré comme une faute de goût : on signalait ainsi au destinataire qu'il n'avait pas les moyens de payer son courrier.

 

premier timbre 3.jpg

 Jacques-Jean Barre (1793-1855) par son fils Jean-Auguste Barre

 

La fabrication de ce premier timbre-poste s'est mise en place sous la tutelle de la commission des Monnaies et Médailles. Le dessin et la gravure ont été confiés à Jacques-Jean Barre (1793-1855) et leur impression à Anatole Hulot. Celle-ci eut lieu dans l'Hôtel de la Monnaie à Paris. Les gouvernants de la IIe République s'étant refusés à y faire figurer une allégorie coiffée d'un bonnet phrygien, ce bonnet rouge qui rappelait trop l'époque de la Terreur, on choisit donc une représentation de la déesse romaine de l'agriculture, des moissons et de la fécondité, couronnée d'épis de blé. 

Le 20 centimes noir sera retiré définitivement de la vente le 29 octobre 1850.

 

Biblio. « Le patrimoine du timbre-poste français » - Ed . Flohic 1998 », « Histoire de la Poste en France » d'Y. Lecouturier – Ed. Ouest-France, 2011, « Le Musée idéal de l'Histoire de France » de T. Sarmant – Ed. Télémaque 2011.

28/12/2016

Grandes oeuvres et petits secrets

La science, l'histoire ou simplement l'observation dévoilent à "nos yeux qui ne voient rien" de petits secrets d'artistes dont la curieuse que je suis est assez friande*...

Vincent Van Gogh (1853-1890) a été déclaré fou en 1888 après qu'il se soit auto mutilé en se tranchant l'oreille droite. Des médecins contemporains, après avoir examiné la description des symptômes telle que consignée par l'artiste lui-même, ont conclu qu'il souffrait en fait de crises d'épilepsie partielle (ou épilepsie du lobe temporal), probablement aggravées par sa consommation d'alcool et notamment d'absinthe. À l'époque, l'épilepsie était soignée avec de la digitale, plante responsable d'un trouble de la vision appelée "xanthopsie". Il a la particularité de donner une teinte jaune uniforme à tous les objets. Voilà de quoi expliquer pourquoi cette couleur prédomine dans nombre de tableaux de l'artiste...

secrets oeuvre Van Gogh.jpg

La maison jaune de Vincent Van Gogh


Le célèbre portrait réalisé par Léonard de Vinci (1452-1519), entre 1503 et 1507, celui de la Joconde, représente, de l'avis de la plupart des spécialistes, la florentine Lisa Gherardini, épouse du riche marchand italien Francesco del Giocondo. En 2004, un examen scientifique du tableau a révélé des détails inattendus, à commencer par une gaze transparente dont le corps de Monna Lisa paraît enveloppé et qui déborde sur son épaule gauche. Il faut savoir qu'au début du XVIe siècle, un tel voile était porté par les femmes enceintes ou venant d'accoucher. De même, celles-ci se coiffaient souvent d'un bonnet, dont la trace est apparue sur la toile grâce aux infrarouges. Voilà pourquoi, les experts ont établi que vraisemblablement,  ce tableau a été peint pour célébrer la naissance du deuxième fils de Monna Lisa.

secrets oeuvre La Joconde.jpg

La Joconde de Léonard de Vinci


Dernier exemple... Enfin pour aujourd'hui bien sûr... On doit au Titien (1488-1576), alors au sommet de son art, ce portrait du roi François Ier (1494-1557).

secrets oeuvre francois Ier.jpg

Au fait de sa gloire, le puissant monarque est représenté plein de fierté et de vitalité avec une certaine bonhommie dans le regard... Or, on sait aujourd'hui qu'il ne s'agit pas d'un portrait fidèle à la réalité mais de celui d'un roi tel que l'artiste l'imaginait. Car le maître n'a jamais vu son auguste modèle ! Il a réalisé son œuvre d'après une médaille, ce qui explique d'ailleurs la pose retenue pour peindre le roi.

 

* D'après "Les vérités de l'histoire" - Sélection du Reader's Digest - 2007.