Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/12/2016

Grandes oeuvres et petits secrets

La science, l'histoire ou simplement l'observation dévoilent à "nos yeux qui ne voient rien" de petits secrets d'artistes dont la curieuse que je suis est assez friande*...

Vincent Van Gogh (1853-1890) a été déclaré fou en 1888 après qu'il se soit auto mutilé en se tranchant l'oreille droite. Des médecins contemporains, après avoir examiné la description des symptômes telle que consignée par l'artiste lui-même, ont conclu qu'il souffrait en fait de crises d'épilepsie partielle (ou épilepsie du lobe temporal), probablement aggravées par sa consommation d'alcool et notamment d'absinthe. À l'époque, l'épilepsie était soignée avec de la digitale, plante responsable d'un trouble de la vision appelée "xanthopsie". Il a la particularité de donner une teinte jaune uniforme à tous les objets. Voilà de quoi expliquer pourquoi cette couleur prédomine dans nombre de tableaux de l'artiste...

secrets oeuvre Van Gogh.jpg

La maison jaune de Vincent Van Gogh


Le célèbre portrait réalisé par Léonard de Vinci (1452-1519), entre 1503 et 1507, celui de la Joconde, représente, de l'avis de la plupart des spécialistes, la florentine Lisa Gherardini, épouse du riche marchand italien Francesco del Giocondo. En 2004, un examen scientifique du tableau a révélé des détails inattendus, à commencer par une gaze transparente dont le corps de Monna Lisa paraît enveloppé et qui déborde sur son épaule gauche. Il faut savoir qu'au début du XVIe siècle, un tel voile était porté par les femmes enceintes ou venant d'accoucher. De même, celles-ci se coiffaient souvent d'un bonnet, dont la trace est apparue sur la toile grâce aux infrarouges. Voilà pourquoi, les experts ont établi que vraisemblablement,  ce tableau a été peint pour célébrer la naissance du deuxième fils de Monna Lisa.

secrets oeuvre La Joconde.jpg

La Joconde de Léonard de Vinci


Dernier exemple... Enfin pour aujourd'hui bien sûr... On doit au Titien (1488-1576), alors au sommet de son art, ce portrait du roi François Ier (1494-1557).

secrets oeuvre francois Ier.jpg

Au fait de sa gloire, le puissant monarque est représenté plein de fierté et de vitalité avec une certaine bonhommie dans le regard... Or, on sait aujourd'hui qu'il ne s'agit pas d'un portrait fidèle à la réalité mais de celui d'un roi tel que l'artiste l'imaginait. Car le maître n'a jamais vu son auguste modèle ! Il a réalisé son œuvre d'après une médaille, ce qui explique d'ailleurs la pose retenue pour peindre le roi.

 

* D'après "Les vérités de l'histoire" - Sélection du Reader's Digest - 2007.

 

03/08/2014

Descendre de Noé : une généalogie digne d'un roi !

Et si François Ier (1494-1547) descendait de Noé ? Comme leurs majestés aimaient à s'inventer des origines prestigieuses, ils s'entouraient d'érudits qui avaient pour mission de leur chercher des ancêtres de qualité et pas n'importe lesquels !...

C'est ce qu'à fait un normand, Guillaume Postel, né le 25 mars 1510 dans le hameau de la Dolerie sur la paroisse de Barenton, dépendant du diocèse d'Avranches, dans l'actuel département de la Manche. Orientaliste, philologue et théosophe français de confession catholique, personnalité originale à tous égards, ses grandes connaissances linguistiques et sa connaissance de l'Orient vont le faire admettre dans le cercle des humanistes qui entourent le roi. En 1538, il est nommé lecteur royal pour les langues orientales.

 

 Guillaume Postel.jpg

 Guillaume Postel (1510-1581)

 

Auteur d'« une soixantaine d'ouvrages en latin, français et italien sur l'histoire, la géographie, la politique, l'astronomie, les langues », il publie notamment en 1552, une « Histoire mémorable des expéditions, depuis le déluge, faites par les Gauloys ou Françoys, jusqu'en Asie ».

 

françois premier.jpg

François Ier (1494-1547)

 

En 1543, il prétend avoir reconstitué l'arbre généalogique du roi François Ier à l'aide de documents antiques. En lisant les prophéties, il commence par annoncer que le roi a été donné par le ciel à Louise de Savoie (1476-1531), sa mère, grâce aux prières de François de Paule (1416-1507). Ensuite, d'après ses recherches, il annonce que le souverain descend de Noé ! Il explique que le Patriarche aurait été le véritable fondateur de la Gaule. Il l'aurait léguée, après le déluge, à sont arrière-petit-fils Samothès. Les rois gaulois auraient ensuite transmis leur sang biblique aux dynasties mérovingienne, carolingienne puis capétienne ! Cqfd !

 

Noé.JPG

Noé fait sortir une colombe de l'arche, mosaïque de la basilique Saint-Marc de Venise (XIIe siècle)

 

Suspecté d'hérésie et déclaré fou, Postel est emprisonné durant quatre ans. Libéré en 1559, après une période d'errance, il est finalement interné en 1562 au cloître de Saint-Martin-des-Champs de Paris, l'actuel Conservatoire National des Arts et Métiers. Il décède le 6 septembre 1581.

Biblio. Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

18/06/2014

Beaucoup d'or pour rien !

L’entrevue entre le Roi de France François Ier (1494-1547) et le roi Henri VIII d’Angleterre (1491-1547), le souverain aux six épouses, a lieu du 7 au 24 juin 1520 dans la plaine de Flandre. Deux rivalités, deux orgueils démesurés vont s’évaluer durant trois semaines de festivités, de repas somptueux, de tournois et autres combats à mains nues.

Le premier souhaite obtenir le soutien du second contre son rival de toujours, l’Empereur Charles Quint (1519-1558),  neveu du second.

Outre les deux souverains, seront présents trois reines, des princes et princesses, des ducs et des duchesses. Cette rencontre donne lieu à une telle débauche de luxe que le campement, établi près de Calais, entre le château d'Ardres, possession française, et celui de Guînes, possession anglaise, fut baptisé « le Camp du Drap d’Or ». 

François Ier et Henri VIII.jpg

Les rois Henri VIII d'Angleterre et François Ier de France 

 

Cinq mille ouvriers vont participer aux travaux d’aménagement, deux villages sont construits, 2 800 tentes installées, toutes recouvertes de velours ou de drap d’or, parées aux armes des futurs occupants et surmontées à leur sommet d’une pomme d’or.

Face au « Palais de cristal » de 10 000 m2 du roi d’Angleterre, la tente de François Ier « est aussi haute que la plus haute tour connue. »  

Le camp du drap d'or.jpg

 Le Camp du drap d’or - Huile sur toile de 1545

 

Le 7 juin, François Ier porte un manteau de drap d’or sur un justaucorps orné de diamants, rubis et émeraude et son bonnet de velours rouge est garni de brillants et de plumes blanches. De son côté, Henri VIII est vêtu de damas argents à côtes, parsemé de pierres précieuses.

Les récits de Martin Du Bellay (1495-1559), l’historien français, lieutenant général en Normandie, et prince d' Yvetôt sur la description du camp ou celui de Robert III de la Marck dit Fleuranges (1491-1536) sur les habits d’apparat témoignent du déploiement des richesses.

 

 « Le Roy et le roy d’Angleterre, montez sur chacun un cheval d’Espagne, s’entre-abordèrent, (…) et estimez les deux plus beaux princes du monde. (…) Je n’ay que faire de dire la magnificence de leurs accoustremens. Ce faicts, le roy d’Angleterre festoya le Roy, (…) en un logis de bois où y avoit quatre corps de maison, qu’il avoit faict charpenter en Angleterre, et amener par mer toute faicte ; et estoit couverte de toille peinte en forme de pierre de taille, puis tendue par dedans des plus riches tapisseries qui se peurent trouver, (…) Le lendemain, le Roy devoit festoyer le roy d’Angleterre (…), où il avoit faict dresser un pavillon ayant soixante pieds en quarté le dessus de drap d’or’ frizé, et le dedans doublé de velours bleu, tout semé de fleurs de lis de broderie d’or de Chypre, et quatre autres pavillons aux quatre coings, de pareille despense et estoir le cordage de fil d’or de Chypre et de soye bleue turquine, chose fort riche. » 

camp 2.jpg

Au final, c’est un cuisant échec pour le roi de France qui a fait preuve, et c’est le moins qu’on puisse dire, d’une très grande maladresse en affichant sa supériorité, sa puissance et ses largesses devant celui qui n’a pas le tiers de ce qu’il possède, ni en argent, ni en armée ! Blessé, vexé et frustré, Henri VIII choisira finalement de rallier le camp de son neveu…sans signer aucun traité ! Ces festivités inutiles auront tout de même coûté cents mille livres à l’État français !

 

Biblio. « Brèves de l’Histoire de France et autres raccourcis » de M. et H. Deveaux – Tallandier 2012