Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

camembert

  • Tourte normande aux poireaux et camembert

    Originaire du Moyen-Orient, le poireau a traversé les siècles pour être aujourd’hui le neuvième légume le plus consommé par les Français.

    tourte poireaux.jpg

    Et le saviez-vous, la Normandie est la première région française productrice de ce légume avec 27 % du volume national. Elle en fournit chaque année 40 000 tonnes aux marchés hexagonaux. Cultivé principalement sur la côte ouest de la Manche et sur trois bassins de production, le Mont-Saint-Michel, la côte Ouest et le Val de Saire, notre roi des légumes y bénéficie du climat océanique des zones littorales.

    tourte poireaux val de saire.jpg

    Culture du poireau en Val de Saire (Manche)

     

    Récolté à partir d’août, pour les plus variétés les précoces, et jusqu’à mai de l’année suivante, pour les plus tardives, on peut le savourer tout au long de l’année bien que son cœur de saison se situe entre septembre et avril.

    Pour vous, amis gourmands aux babines alléchées, voici aujourd'hui la recette d'une tourte normande aux poireaux et camembert* qui devrait vous faire saliver.

    tourte normande.jpg

    Pour 4 personnes, prévoir 1/2 camembert, 1 pâte feuilletée, 2 petits poireaux, 4 petites pommes de terre "Charlotte", 1 oignon, 1 jaune d’œuf, 2 cuillères à soupe de crème fraîche épaisse, 1 noix de beurre et du poivre.

    Nettoyer les poireaux et éliminez le vert. Pelez les pommes de terre et l'oignon. Coupez tous les légumes en morceaux. Les faire cuire 10 minutes dans une sauteuse avec le beurre et 5 cl d'eau. Poivrez. Hors du feu, ajoutez la crème fraîche et le demi camembert sans la croûte et coupé en dés.

    Préchauffez le four th. 6 (180° C.) Partagez la préparation en 4 parts égales et répartissez-la dans des cocottes individuelles. Découpez 4 disques de pâte feuilletée un peu plus grands que le diamètre des cocottes. Délayez le jaune d’œuf avec un peu d'eau. Badigeonnez chaque disque de pâte et déposez-les sur les cocottes. Appuyez sur la pâte du bout des doigts pour la faire adhérer. Enfournez 20 minutes. Servir chaud accompagné d'une salade verte.

    Bon appétit !

     

     

    * Recette issue de "Fondue savoyarde et recettes au fromage des meilleurs ouvriers de France" - Ed. Prisma, 2015.

  • Gratin normand au camembert

    Quand on parle "gratin", on pense immédiatement au traditionnel "gratin dauphinois". Officiellement mentionné pour la première fois à l'aube de la Révolution française, le 12 juillet 1788, à l'occasion d'un dîner offert aux officiers municipaux de la ville de Gap, fleuron du Dauphiné, par Jules Charles Henri de Clermont-Tonnerre (1720-1794), duc de Clermont-Tonnerre, alors lieutenant général de ladite province.

    gratin 1.JPG

    Le gratin dauphinois

    Quant à l'origine de ce plat, il remonterait à l'introduction en pays de Savoie du tubercule, l'ancêtre de la pomme de terre. Apparu en Italie en 1565, il s'est diffusé d'abord en Suisse à partir de 1589, puis au-delà des Alpes, dans cette province du Dauphiné, rattachée au royaume de France en 1349 et apanage du fils aîné du roi de France qui prend, dès sa naissance, le titre de Dauphin.

    gratin recolte pdt.jpg

    La Récolte des pommes de terre, - J.-F. Millet (1855)

    Aujourd'hui, amis gourmands aux babines alléchées, sans vouloir nullement déprécier ce sacro-saint gratin, je vous propose sa version "normande" au camembert.

     

    gratin normand,gratin dauphinois,camembert

    Pour ce gratin normand et pour 6 personnes, prévoyez 1,5 kg de pommes de terre à chair ferme, 200 g de lardons, 1 camembert, 20 g de beurre, 20 g de crème fraîche, 2 oignons, 1 gousse d'ail, 1 brin de persil, sel et poivre.

    Préchauffez le four th. 6 (180° C). Pelez, lavez et coupez les pommes de terre en très fines tranches (au robot si possible pour avoir des tranches régulières et fines). Pelez et émincez les oignons.

    Faites chauffer une poêle à blanc et faites-y rissoler les lardons, puis égouttez-les sur du papier absorbant. Coupez la gousse d'ail en deux et frottez-en l'intérieur d'un plat à gratin, puis beurrez-le.

    Faites plusieurs couches de pommes de terre, d'oignons émincés, parsemez de lardons, nappez de crème fraîche, salez légèrement, poivrez, puis ajoutez le camembert au centre. Enfournez et faites cuire 1 heure environ.

    Lavez, séchez, effeuillez et ciselez le persil. Vérifiez la cuisson des pommes de terre avec la lame d'un couteau, elle doit s'enfoncer facilement. Le gratin doit être bien doré. Parsemez de persil. Sevez dès la sortie du four.

     

    Bon appétit !

     

    * Recette issue de "Fondue savoyarde et recettes au fromage des meilleurs ouvriers de France" - Ed. Prisma, 2015.

  • Tartiflette ? Et pourquoi pas normande ?

    Car, n'en déplaise à nos amis savoyards, la tartiflette n'est ni un plat traditionnel montagnard, ni une recette ancestrale de leurs grands-mères ! D'ailleurs, ils n'en n'ont entendu parler que lorsqu'elle est arrivée sur les menus des restaurants, dans les stations de sports d'hiver, véhiculant avec elle une image de convivialité, d'authenticité et de gastronomie de terroir ! Si son nom de tartiflette dérive bien de « tartiflâ » signifiant « pomme de terre » en patois savoyard, son histoire date seulement des années 1980 !

     

    tartiflette.jpg

     

    Elle a été « inventée » et lancée à cette époque par le très actif Syndicat Interprofessionnel du Reblochon pour doper les ventes de ce fromage originaire des Pays de Savoie et fabriqué dans les Avaris et la Val d'Arly. Faite de pommes de terre coupées en lamelles, d'oignons émincés, de lardons blanchis fondus à la graisse de canard, de vin d'Apremont, le tout nappé de Reblochon et de crème fraîche, disposé dans un plat frotté d´ail et chemisé au beurre et gratiné au four, cette recette s'inspirerait toutefois d'un plat traditionnel paysan et rustique appelé « la péla » ou « fricassée de reblochon ». Originaire des Aravis, une chaîne de de montagnes située dans les pré-alpes à cheval entre la Haute-Savoie et la Savoie, c'était un plat de pommes de terre non épluchées coupées en cubes, rissolées à l'huile, auxquelles on ajoutait lardons, oignons et des reste de fromage de reblochon. Le tout était placé dans une poêle à manche très long appelée « péla » c'est-à-dire « pelle » en arpitan ou franco-provencal, et cuisait dans l’âtre.

    tartiflette 2.jpg

     

    Imaginez maintenant que vous remplaciez les pommes de terre par de belles pommes normandes, les lardons par de fines tranches d''andouille de Vire, le reblochon par un savoureux camembert et le vin par du Calvados, vous obtiendrez une délicieuse tartiflette normande* ? Ça vous tente ? Alors, amis gourmands aux babines alléchées, suivez la recette !

     

    tartiflette 3 (2).jpg

     

    Pour 4 personnes, il vous faut 10 pommes, 1 andouille de Vire, 1 camembert de Normandie au lait cru, 30 cl de crème fraîche et 20 cl de Calvados.

    Épluchez les pommes. Coupez en cubes 8 de ces pommes. Faites-les revenir dans du beurre. Quand elles ont bien fondu, flambez-les au Calvados et ajoutez la crème. Mélangez et laissez refroidir. Beurrez très légèrement un plat allant au four et y disposez les pommes.Coupez l'andouille et les 2 pommes restantes en fines tranches et recouvrez-en les pommes cuites en alternant les couches. Finissez par une couche de pommes. Ouvrez le camembert en deux et recouvrez-en les pommes. Mettez au four (th.8) pendant 10 minutes. Bon appétit !

     

    * Recette extraite de « La cuisine normande de Mamie » de F. Rose et A. Faurie – Ed. Marivole, avril 2015.

    Images : merci au site www.france-montagnes.com et www.delcampe.net