Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/07/2017

Inauguration du pont de Tancarville : le 25 juillet 1959 !

Ce jour-là, c'est le Président Coty (1882-1962), originaire du Havre, qui inaugure en personne le pont de Tancarville, un pont suspendu qui enjambe la Seine entre le village de Tancarville en Seine-Maritime et le Marais-Vernier dans l'Eure. L'évènement est d'importance car, jusqu'à ce jour, la liaison entre les deux rives du fleuve à cet endroit n'est assurée qu'à l'aide de bacs. La réalisation de ce pont, une prouesse technique et esthétique à la fois, met Le Havre à 55 kilomètres d'Honfleur et permet de réduire de 102 km la distance routière entre la ville du Havre et celle de Caen.

pont de tancarville 0.jpg

Pourtant, qu'il a été long le chemin du projet à la chose... Car, si la nécessité de sa construction est apparue dès 1870, il faudra attendre 1933 pour que soit réalisée la première étude officielle de l' ouvrage à venir ! Bien sûr, sept ans plus tard, le Maréchal Pétain (1856-1951) signe à Vichy la décision de sa construction, mais, la guerre retarde les travaux qui ne débuteront finalement que le 16 novembre 1955, pour une mise en service "payante" le 2 juillet 1959.

pont de tancarville.jpg

Bâti au pied du château de Tancarville, à 25 km du Havre, l'ouvrage, qui a coûté 94 millions de francs aux contribuables, traverse la Seine d'une seule portée. Long de 1 420 mètres, ses deux pylônes de béton armé de 125 mètres de hauteur suspendent, en laissant une hauteur libre au-dessus de l'eau de 48m, son tablier suspendu d'une longueur de 608 m. Cela fait de lui, jusqu'en 1993, le plus grand pont suspendu d'Europe !

pont de tancarville  1.jpg

Emprunté par entre 15 et 20 000 véhicules chaque jour, il est cependant rapidement engorgé. C'est pourquoi, en 1971, la C.C.I. du Havre décide de construire un deuxième pont : ce sera le pont de Normandie, inauguré en 1995.

 

09/07/2017

L'inauguration de la basilique Sainte-Thérèse de Lisieux

11 juillet de l'année 1937. En présence d'une foule de 200 000 fidèles, le Cardinal Pacelli (1876-1958), futur Pape Pie XII, procède à la bénédiction solennelle de la basilique Sainte-Thérèse de Lisieux (Calvados) dont le dôme est pour l'heure encore inachevé.

inauguration lisieux 3 (2).jpg

Sainte Thérèse (1873-1897) est, à l'instar de Jeanne d'Arc, patronne de France. Le pèlerinage spontané des fidèles a hâté la béatification de cette "petite sœur" emportée par la tuberculose à l'âge de 24 ans, après 9 années passées au Carmel de Lisieux. Sa réputation de sainteté s'étant répandue à travers le monde, il fallait en toute nécessité édifier une église à sa gloire.

basilique de lisieux 1.jpg

La vaste basilique de style romano-byzantin, en forme de croix latine, qui a été réalisée, est l'une des plus grandes du XXe siècle. Un architecte du nord de la France, Louis-Marie Cordonnier (1854-1940), à la réputation internationale, en dessina les plans. Les travaux d'édification, entièrement financés par des dons et souscriptions spécifiques venus du monde entier, débutent en 1929 et le 30 septembre de la même année, la première pierre de l’édifice est officiellement posée. Fait de granit de Vire, du marbre et de béton armé, le monument de 104 mètres de long couvre une superficie de 4500 m2 avec un dôme haut de 95 mètres. Elle peut accueillir jusqu'à 4000 pèlerins. A l'intérieur, un reliquaire, don du pape Pie XI qui avait canonisé Thérèse le 17 mai 1925 et qui la considérait comme l’Étoile de son pontificat, contient les os du bras droit de la sainte.

basilique de lisieux 0.jpg

Le monument, qui ne fut terminé qu'après la guerre, fut consacré le 11 juillet 1954 par l'archevêque de Rouen, Mgr Martin (1891-1976) en présence du légat du pape, archevêque de Paris, Mgr Feltin (1883-1975). C'est aujourd'hui le deuxième lieu de pèlerinage en importance en France après celui de Lourdes. Labellisée « Patrimoine du XXe siècle », la basilique de Lisieux a été inscrite au titre des monuments historiques le 14 septembre 2010 puis classée le 7 septembre 2011.

 

Biblio. "L'Almanach de la Normandie" de B. et Cl. Quétel - Larousse, 2002.

02/07/2017

Ver-sur-Mer en Normandie/New-York : la première liaison aéropostale transatlantique

Ver-sur-Mer, Côte de Nacre, Calvados, 1er juillet 1927, 2h32. Après avoir erré de longues heures dans un ciel de France exécrable, en pleine nuit, en panne de carburant, le monoplan Fokker C-2 baptisé "America", est contraint de se poser en catastrophe. Malgré les mauvaises conditions météorologiques, le pilote, le Commandant Richard E.Byrd (1888-1957), réussit son amerrissage en Normandie.

L'appareil avait décollé de New-York (U.S.A.) le 29 juin à 5 h24 avec à son bord quatre hommes d'équipage, un drapeau américain et un important sac de dépêches confié par la poste américaine avec la mission de le transporter jusqu'à l'aéroport de Paris-Le Bourget.

 

crash america 2.jpg

Après 42 heures de vol, durant lesquelles il a fallu se battre contre des vents violents, des pluies diluviennes, le brouillard et un épais plafond de nuages, alors que la panne sèche menace, le commandant aperçoit enfin la lumière du phare de Ver-sur-Mer. Il pique droit dans sa direction et réussit à amerrir à 200 mètres du rivage à basse mer. Le choc est assez violent. Néanmoins, l'équipage, à bout de forces, est sain et sauf. L'avion a souffert : queue pliée, train d'atterrissage arraché, hélices brisées ainsi qu'une large ouverture sur le fuselage.

crash america 0.jpg

Pour gagner la rive, les quatre aviateurs embarquent sur un léger canot de sauvetage en caoutchouc. Ils emportent avec eux le précieux sac postal de 70 kg de missives sauvées de la noyade qu'ils vont remettre sans tarder à la poste de Ver. La mission du premier courrier aérien entre les États-Unis d'Amérique et la France est accomplie !

crash america 1.jpg

L'équipage de conduite de "America" ​​de gauche à droite - Lieutenant George O. Noville, le Capitaine de corvette Richard E. Byrd, Bertrand Acosta, et Bernt Balchen. Photo prise peu de temps après leur débarquement en France.

Pour la petite histoire, dans le sac postal, il y avait également un message du receveur des postes de New-York à son homologue de Paris. Mais ce fut en définitive la receveuse veroise qui en prit connaissance et qui répondit en ces termes " La receveuse des postes et les employés de la poste de ver-sur-Mer, Calvados (France), où l'avion "America" a amerri le 1er juillet 1927, accusent réception des vœux de M. le receveur des postes et des employés des postes de New-York. A leur tour, ils leur adressent leurs vœux sincères et leurs félicitations à l'occasion de l'inauguration du premier courrier par avion reçu directement en France venant des États-Unis."

 

Biblio. "L'Almanach de la Normandie" de B. et Cl. Quétel - Larousse, 2002.