Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quand Chicago s'inspire de la cathédrale de Rouen...

La « Tribune Tower » de Chicago est l'un des plus célèbres gratte-ciel des États-Unis et le préféré des Chicagoans. Située sur le Michigan Avenue, elle fut jusqu'en 2018, le siège du « Chicago Tribune », le journal de la ville fondé en 1847, l'un des plus importants tirages au monde.

Tribune-Tower01.jpg

La « Tribune Tower » de Chicago (Illinois)

Son histoire débute il y a tout juste un siècle. En 1922. Le président de la société d'édition « Tribune Compagny »», un magnat des journaux de Chicago, propriétaire du « Chicago Tribune », Robert Rutherfort dit le Colonel McCormick (1880-1955), décide, pour fêter le 75ème anniversaire de son journal, de lancer un concours d'architecture international en vue de la construction du "plus bel édifice au monde » pour abriter son journal.

La récompense, un prix de 50 000 $, attire plus 260 participants. Le concours est remporté par les architectes américains John Mead Howells (1868-1959) et Raymond M. Hood (1881-1934).

Tribune-Tower 05 (2).jpg

A droite la tour de Beurre de la Cathédrale Notre-Dame de Rouen - A gauche la tribune Tower de Chicago

Leur projet consiste en une tour de style néogothique, à l'image d'une cathédrale, avec des sculptures de gargouilles et ses arcs-boutants rappelant le gothique flamboyant. Ils s'inspirent de « la cathédrale française de Rouen », puis explicitement de la tour de Beurre de la Cathédrale Notre-Dame de Rouen.

Cet édifice date du XVe siècle. Commandé par l'archevêque Robert de Croismare (vers 1445-1493), conçue et bâti par l'architecte et maître maçon rouennais Guillaume Pontifs (décédé en 1497) puis par Jacques Le Roux, il est destiné à rééquilibrer la façade occidentale de la cathédrale flanquée au nord par la tour Saint-Romain construite au début du XIIe siècle et au sud par la chapelle de la paroisse Saint-Étienne accolée à la nef. La couronne octogonale qui coiffe ladite tour est achevée en 1506. Quant à son nom de tour de Beurre, pour certains, il est dû à la couleur jaune de la pierre employée pour la construire. Pour d'autres, il a pour origine les aumônes collectées par le chapitre auprès des riches fidèles qui ne souhaitaient pas faire maigre durant le carême et qui ont servi à financer l'édifice.

Mais revenons à notre "Tribune Tower" inaugurée en 1925 après 4 années de travaux. Fière de ses 36 étages et de ses 141 mètres de hauteur, elle est aujourd'hui l'un des plus beaux monuments néogothiques de la ville et l'un des plus visités.

Tribune-Tower.jpg

Pour l'anecdote, à la demande du directeur de la tribune, la base du building est incrustée d’une centaine de pierres ou d’éléments décoratifs récupérés par les grands reporters du Journal sur les monuments les plus célèbres de la terre comme le Parthénon, le Colisée, le Taj Mahal, le Kremlin, la Grande Muraille de Chine, la Maison Blanche, Notre-Dame de Paris... et bien sûr une pierre de la tour de Beurre de notre belle cathédrale Notre-Dame de Rouen !

 

Biblio. « Guide secret de Rouen et de ses environs » de A. Degon – Ed. Ouest-France, 2017.

Écrire un commentaire

Optionnel