Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Du latin de cuisine pour le prince des gastronomes

« La littérature et la gastronomie sont inséparable, l'une est la fille de l'autre. La gastronomie est née le jour ou de grands écrivains ont consacré leur talent aux choses de la table. L'œuvre des cuisiniers n'a de raison de durer... qu’autant que les gourmets en parlent et en écrivent »

Curnonsky, "Paris-Soir", 2 juin 1929

 

Maurice Edmond Sailland est né à Angers (Maine-et-Loire), le 12 octobre 1872. Ce nom ne vous dit rien. Normal, car c'est sous le speudonyme qu'il s'est choisi de Curnonsky qu'il entrera dans l'histoire. Ce critique culinaire doit en réalité son "nom de scène" à la fois à un normand et au "latin de cuisine", cette imitation à but humoristique du latin, qui n’a avec le vrai que quelques assonances.

curnonssky 04.jpg

Archives Départementales du Maine-et-Loire" - Angers - 3ème arrondissement -

Registre des naissances de l'année 1872

Toute sa vie, l'homme s'attachera à défendre et à mettre en valeur la grande cuisine des terroirs. Son talent, son embonpoint et son appétit légendaire vont faire de lui une des grandes figures de la chronique gastronomique. Sa carrière, il l'a commence comme journaliste. En 1895, il devient l'un des nègres littéraire de Willy (1859-1931), le premier mari de Colette (1873-1954). C'est l'époque où il publie ses tous premiers romans tout en prêtant sa plume à la publicité et en rédigeant régulièrement des articles de presse.

curnonssky 05.jpg

Maurice Edmond Sailland dit Curnonssy (1872-1956)

C'est aussi à cette époque, et plus exactement le 12 juin 1895, que pour la première fois dans le quotidien de presse "Gil Blas", il signe un article sous le pseudonyme de Maurice Curnonsky.

Ce nom de plume, c'est le normand Alphonse Allais (1854-1905) qui lui aurait suggéré. "Pourquoi pas Sky", lui aurait-il soufflé, un nom "à la mode russe" qui colle bien à l'actualité de l'époque : la France et l'Empire russe sont alors en pleine négociation d'un accord de coopération, "l'Alliance Franco-Russe" qui restera en vigueur jusqu'en 1917. Le prenant au mot, Saillant qui, par ailleurs était un latiniste averti, se baptisa sur le champ "Curnonsky", "Cur" en latin signifiant "pourquoi" et "non" "pas". Plus tard, quand il traitera de gastronomie, il se contentera cependant de signer "Cur".

Choisissant de se spécialiser dans la bonne chère, avec pour grand cheval de bataille la connaissance et la défense de la «cuisine régionale», il passe sa vie dans les restaurants et les cafés, de Paris et des quatre coins de la France. Au service d'une seule et même cause, celle d'une cuisine simple, sans fioritures, "quand les choses ont le goût de ce qu'elles sont", il publie à partir de 1921 avec Marcel Rouff (1877-1936) "La France gastronomique", une collection planifiée de 32 fascicules sur la cuisine régionale et les meilleurs restaurants de France, qui sera suivie en 1933, en collaboration avec Austin de Croze (1866-1937), du "Trésor gastronomique de France. Répertoire complet des spécialités gourmandes des 32 provinces françaises".

curnonssky 03.jpg

Recettes des Provinces de France - Édition 1962

Le 16 mai 1927, la revue "Le bon gîte et la bonne table" lance l'idée d'une élection pour désigner "un Prince des Gastronomes". 3388 électeurs (gourmets fameux, chefs, hôteliers, membres de clubs et sociétés gastronomiques...) vont ainsi donner une majorité de voix à Curnonsky qui est alors un journaliste et auteur gastronomique aussi connu que reconnu".

Poursuivant sa carrière, il lancera en juillet 1947 le mensuel "Cuisine de France" qui deviendra "Cuisine et Vins de France" en 1948 et qui donnera naissance en 1953 à un monumental ouvrage du même nom, "3000 recettes les plus réputées des régions de France", édité par Larousse, signé Curnonsky, réédité jusqu’en 1987.

Décédé le 22 juillet 1956 d'une chute de la fenêtre de son appartement parisien au troisième étage du 14, Place Henri-Bergson, il est inhumé dans le cimetière de Beauchamp (Val-d'Oise).

Ayant contribué grandement à la renommée de l'art culinaire, en 2010, lorsque le repas gastronomique à la française sera inscrit au patrimoine immatériel de l'humanité, un vibrant hommage lui sera rendu par l'acteur Gérard Depardieu.

Écrire un commentaire

Optionnel