Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fête des mères

  • Bonne fête à toutes les maman !

    Maman, cette reine de France l'a été quatorze fois. Elle détient ainsi le record du nombre d'héritiers donné à un souverain français.

    marie d anjou.jpg

    Copie d'un portrait disparu de Marie d'Anjou - Collection Roger de Gaignières, XVIIe siècle, Paris, BnF.

    Elle, c'est Marie d'Anjou, l'épouse du roi Charles VII (1403-1461). Elle est née le 14 octobre 1404 au château d'Angers (Maine-et-Loir). Elle est la fille de Louis II d'Anjou (1377-1417), duc d'Anjou, comte de Provence, roi titulaire de Naples, et de Yolande d'Aragon (1381-1442), fille de Jean Ier, roi d'Aragon. A l'âge de 9 ans, elle a été fiancée au comte Charles de Ponthieu (1403-1461) d'un an son aîné, lequel en 1422, après la mort prématurée de ses deux frères, sera roi de France sous le nom de Charles VII.

    Les deux jeunes gens vont grandir ensemble entre le château d'Angers et le château de Tarascon avant que leur mariage ne soit célébré de façon fastueuse le 22 avril 1422 en la cathédrale Saint-Étienne de Bourges. L'année suivante, le 3 juillet 1423, Marie accouche de son premier enfant, Louis, un fils bien portant, héritier du trône, qui deviendra roi sous le nom de Louis XI. Vont suivre jusqu'à 1436 13 princes et princesses prénommés Jean, Radegonde, Catherine, Jacques, Yolande, Jeanne, Philippe, Marguerite, une autre Jeanne, deux Marie, Madeleine et Charles.

    D'après les historiens, si une amitié fraternelle liera les époux tout au long de leur vie, dès 1444, le roi n'aura vraiment d'yeux que pour « la dame de Beauté », Agnès Sorel (1422-1450), qui entrera dans l'histoire en qualité de première maîtresse officielle d'un roi de France.

    marie d anjou chateau chinon.jpg

    Vue du château de Chinon de la rive gauche de la Vienne, après la restauration de 2006-2009.

    Douce et vertueuse, pieuse et effacée, attentive à l'éducation et au bien-être de sa famille, Marie se sait aussi sans vraiment d'attrait physique. Bienveillante envers le roi son époux, elle s’efforcera de demeurer en retrait de la vie sentimentale de celui-ci . Elle n'en jouera pas moins un rôle non négligeable dans l'administration du royaume, assurant la présidence du conseil lors des déplacements de son mari. Elle organisera et supervisera aussi la rénovation complète du château de Chinon.

    marie d'anjou 3 (2).jpg

    Gisants de Charles VII et Marie d'Anjou - Basilique Saint-Denis

    Le 29 novembre 1463, deux ans après la mort du roi, elle s'éteint à l'Abbaye des Châtelliers (Deux-Sèvres), au retour d'une mission à la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle que lui avait confiée son fils aîné, le roi Louis XI (1423-1483). Ses cendres seront transférées à la nécropole royale de Saint-Denis.

     

  • Le mois de Mai...

     « La rosée de mai

    fait tout beau ou tout laid."»

    Le joli mois de mai doit-il son nom au latin « maius » donné par les Romains en l’honneur de la déesse « Maïa » la fille d’Atlas et la mère de Mercure ? Ou au latin « majores » qui signifie hommes âgés, donné en leur honneur par le premier roi romain Romulus qui a consacré le mois suivant, celui de « Juin »,  aux « juniores », les jeunes gens ?  

    mai 02.jpg

    Vulcain et Maia (Bartholomeus Spranger- 1585)

    Quoi qu’il en soit, c’est en mai que les Romains fêtaient la déesse Flore, épouse de Zéphire. On en retrouve une survivance dans les jeux floraux, concours de poésie tenus à Toulouse tous les 3 ans le 3 mai.

    Charlemagne (742-814)  l’appelait le « mois des prairies » et naturellement, dans le calendrier républicain, il est devenu « Floréal ».

    Au Moyen-âge, dans Les Très Riches Heures du Duc de Berry (1416), on illustre le mois de mai par la cavalcade traditionnelle du 1er mai où des jeunes gens vont à cheval en forêt, précédés de joueurs de trompettes, chercher des rameaux qu’ils porteront sur la tête ou autour du cou.

     mai 01.jpg

    Selon la tradition chrétienne, mai est le mois de la vierge Marie. Parce que considéré depuis l’Antiquité comme défavorable au mariage, il était réservé exclusivement aux baptêmes et aux communions. C’est aussi au cours de ce mois qu’on fête l’Ascension, le jour où, selon les Evangiles, le Christ a quitté le monde pour s’élever dans les cieux.

    mai 03.jpeg

    Mois de réjouissances, puisque le 1er mai est le jour où l’on offre traditionnellement un brin de muguet porte-bonheur aux personnes qu’on aime, et que c’est aussi celui de la fête internationale du travail.  C’est également en mai, le 8, que l’on commémore  la Victoire de 1945. Et c’est encore en Mai, le 25, que toutes les mamans sont mises à l’honneur.

    D’après la tradition, le temps qu’il fera en mai serait celui qu’il a fait le 29 décembre de l’année précédente. Ce jour-là, en Normandie, le ciel alternait entre passages nuageux et belles périodes ensoleillées avec des températures de saison.

    Biblio. « Almanach de la mémoire et des coutumes 1980 » - Hachette 1979