Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une contredanse devenue chant révolutionnaire

« Le Carillon national » ! Si vous ne connaissez pas cet air de musique, vous connaissez au moins son refrain ! Allez, je vous aide : on le doit au composteur parisien Jean-Antoine Bécourt (1760-1794), violoniste de l'orchestre du théâtre des Beaujolais. Non?... Toujours pas ?... Si j'ajoute qu'il se dit que la reine de France Marie-Antoinette (1755-1793) aimait le fredonner en s'accompagnant de son clavecin... Toujours rien ?... Et si je complète par " ça commence par « Ah ! Çà ira, ça ira, ça ira »"?

ah ca ira 03.jpg

Portrait de Marie Antoinette a son Clavecin (1769)

On doit les paroles de cette chanson à un chanteur de rue du nom de Ladré, lequel s'est inspiré pour l'écrire de l’optimisme imperturbable dont faisait preuve Benjamin Franklin (1706-1790) !

ah ca ira Franklin.jpg

Benjamin Franklin reçu par Louis XVI en mars 1778

Lorsqu'on demandait des nouvelles de la guerre d’Indépendance américaine à cet éminent représentant du Congrès continental, l'assemblée législative commune aux treize colonies britanniques en Amérique du Nord à l'origine des États-Unis, il répondait invariablement dans un mauvais français : « Ça ira, ça ira ...»

« Ah ça ira, ça ira ! Pierrot et Margot chantent à la ginguette.

Ah ! ça ira, ça ira, ça ira ! Réjouissons nous, le bon temps viendra ! 

Le peuple français jadis à quia, L’aristocrate dit : « Mea culpa ! »

Ah ! ça ira, ça ira, ça ira ! Le clergé regrette le bien qu'il a,
Par justice, la nation l’aura.
Par le prudent Lafayette,
Tout le monde s’apaisera.
Ah ! ça ira, ça ira, ça ira ! »

ah ca ira 01.jpg

Mais dans le royaume de France l'orage gronde et l’optimisme fait place à une ambiance nettement plus menaçante. Le texte initial, qui va devenir symbole de la Révolution, est alors revu par des sans-culottes, des mains anonymes qui vont y ajouter notamment ce couplet assassin à l'égard de l'aristocratie et du clergé :

« Ah ! Çà ira, ça ira, ça ira,

Les aristocrates à la lanterne !

Ah ! Çà ira, ça ira, ça ira,

Les aristocrates on les pendra ! »

Le « Ah ! Ça ira, ça ira » va être chanté jusqu'à la fin du règne de la Terreur en 1794 avant d'être totalement interdit en 1799 sous le Consulat.

Écrire un commentaire

Optionnel