Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

premier mai

  • les "mais" en Normandie

    Bien avant d'être la fête du travail, il y a très longtemps, en Normandie comme dans toutes les régions de France, la journée du 1er mai, celle du renouveau, était associée à l'amour.

    fleurs de mai muguet.jpg

    En France, c'est lors d'un Congrès international socialiste réuni à Paris, en juillet 1889, que cette date du 1er mai va s'inscrire comme "la" journée des travailleurs, celle durant laquelle la classe laborieuse du monde entier est appelée à exprimer ses revendications sur la place publique. En 1941, sous l'occupation allemande, le Maréchal Pétain (1856-1951) en fait officiellement une "Fête du Travail et de la Concorde sociale". L'initiative est bien sûr unanimement saluée par la presse et la radio... Il faut préciser qu'à l'époque la Saint-Philippe était fêtée le 1er mai... Supprimée à la Libération, la Fête du Travail renaît de ses cendres six ans plus tard, le 30 avril 1947, date à partir de laquelle le gouvernement en place déclare le Premier mai "chômé et payé" c'est-à-dire, avec une interdiction légale de travail sans réduction de salaire. A noter que, la jugeant "bien trop rouge", le pape Pie XII (1876-1958) tentera en vain en 1955 de la détourner au profit de l’Église en fixant au 1er mai la saint-Joseph, patron des travailleurs...

    Dans des temps beaucoup plus lointains, un rite voulait que, durant la nuit du 30 avril au 1er mai, les jeunes gens des villages aillent en cachette planter ou déposer un "mai", un rameau fleuri, au pied de la maison familiale de la jeune fille de leur pensée. Une façon timide d'avouer ses sentiments à une époque où n'existait pas les S.M.S. Car, c'est bien connu, les fleurs ont un langage et les fleurs de "mai" le leur ! Bien sûr, le choix des espèces se faisait en fonction des régions, de la rareté de la fleur choisie, de son parfum et de sa couleur, mais aussi de son univers imaginaire.

    fleurs de mai epine blanche.JPG

    Épine blanche

    Ainsi, si, au petit matin, une jeune seino-marine trouvait à sa porte une branche de sapin, porteuse d'amour et de respect, tout allait bien pour elle. Si de plus, au milieu du bouquet, son prétendant avait glissé une épine blanche, elle savait qu'il n'avait pas de doute sur son sérieux. Mais, le "mai" planté à une porte indiquait aussi à qui voulait le savoir défauts et secrets cachés de la belle. Gare au sureau dénonciateur de vertu douteuse, à la ronce, synonyme de mauvais caractère et à la branche de houx, de mépris et dédain !

    fleurs de mai sureau.jpg

    Fleur de sureau

    Et si ne pas être fleurie était un véritable affront pour toute jeune fille en âge de convoler, le pire était de ne trouver à sa porte qu'une carotte assortie de deux pommes de terre, façon peu élégante de dénoncer une très mauvaise réputation...

     

     

    Biblio. "Ces plantes qui ont marqué l'histoire" de H. Tierchant - Ed. Ulmer, 2016,

    "Almanach de la mémoire et des coutumes de Normandie " de C. Tiévant - Ed. Hachette,1982

    "Une histoire des fleurs" de R. De Ayala et M. Aycard - Ed. Perrin, 2001.

  • Le mois de Mai...

     « La rosée de mai

    fait tout beau ou tout laid."»

    Le joli mois de mai doit-il son nom au latin « maius » donné par les Romains en l’honneur de la déesse « Maïa » la fille d’Atlas et la mère de Mercure ? Ou au latin « majores » qui signifie hommes âgés, donné en leur honneur par le premier roi romain Romulus qui a consacré le mois suivant, celui de « Juin »,  aux « juniores », les jeunes gens ?  

    mai 02.jpg

    Vulcain et Maia (Bartholomeus Spranger- 1585)

    Quoi qu’il en soit, c’est en mai que les Romains fêtaient la déesse Flore, épouse de Zéphire. On en retrouve une survivance dans les jeux floraux, concours de poésie tenus à Toulouse tous les 3 ans le 3 mai.

    Charlemagne (742-814)  l’appelait le « mois des prairies » et naturellement, dans le calendrier républicain, il est devenu « Floréal ».

    Au Moyen-âge, dans Les Très Riches Heures du Duc de Berry (1416), on illustre le mois de mai par la cavalcade traditionnelle du 1er mai où des jeunes gens vont à cheval en forêt, précédés de joueurs de trompettes, chercher des rameaux qu’ils porteront sur la tête ou autour du cou.

     mai 01.jpg

    Selon la tradition chrétienne, mai est le mois de la vierge Marie. Parce que considéré depuis l’Antiquité comme défavorable au mariage, il était réservé exclusivement aux baptêmes et aux communions. C’est aussi au cours de ce mois qu’on fête l’Ascension, le jour où, selon les Evangiles, le Christ a quitté le monde pour s’élever dans les cieux.

    mai 03.jpeg

    Mois de réjouissances, puisque le 1er mai est le jour où l’on offre traditionnellement un brin de muguet porte-bonheur aux personnes qu’on aime, et que c’est aussi celui de la fête internationale du travail.  C’est également en mai, le 8, que l’on commémore  la Victoire de 1945. Et c’est encore en Mai, le 25, que toutes les mamans sont mises à l’honneur.

    D’après la tradition, le temps qu’il fera en mai serait celui qu’il a fait le 29 décembre de l’année précédente. Ce jour-là, en Normandie, le ciel alternait entre passages nuageux et belles périodes ensoleillées avec des températures de saison.

    Biblio. « Almanach de la mémoire et des coutumes 1980 » - Hachette 1979