Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/12/2013

Belote et re et dix de der !

 « On fait une petite belote
Et puis ça va...
Tout le reste, c'est d'la gnognotte
A côté d'ça
 »

Extrait de la chanson « La belote » de 1924.

 

Y-avait-il un Monsieur Belote ? Et quelle est donc l'origine de ce jeu de cartes, aujourd'hui cité comme le préféré des français ? Eh bien, pour dire vrai, on ne sait pas très bien ...

belote 3.jpg

Pour certains, son nom viendrait de la déformation du terme « bel atout »,  la carte gagnante, dont la sonorité, au fil du temps, aurait évolué.

Pour d’autres, il s’agirait bien du patronyme d’un certain Monsieur F. Bellot, « l’inventeur » ou plutôt « l’adaptateur » de ce jeu en France.

Seule certitude, c'est un jeu de cartes relativement récent. Il aurait été introduit à Paris à la fin du XIXe siècle par des voyageurs de commerce, probablement des diamantaires hollandais. Il s’apparente d’ailleurs à deux autres jeux de cartes européens : le Klaverjassen, très répandu aux Pays-Bas, et le Jass, jeu national suisse.

Belote.jpg

Joueurs de cartes en 1900 (Musée dauphinois)

Et s’il présente également des similitudes avec le Bésigue originaire du Limousin, le valet de trèfle comme atout principal indiquerait quant à lui que ce jeu pourrait avoir également une origine hongroise…

Quoi qu’il en soit, au tout début du XXe siècle, il est de bon ton dans la bourgeoisie française de jouer le dimanche à la « belotte », qu’on orthographie alors avec deux « t ».

Et ce sont les Poilus de la guerre de 14-18 qui vont le vulgariser. En effet, durant la Première Guerre mondiale, les soldats le pratiquent dans les tranchées et ceux qui  reviendront de cet enfer vont continuer à le faire une fois rentrés chez eux. A noter que nos voisins allemands sont aussi de grands fans de la belote !

belote 2.jpg

Marius – La partie de cartes – Pagnol 1930

Trois associations ont été annoncées au Journal Officiel en tant que Fédération française de belote : la première à Dax en 1999, la deuxième à Bastia un an plus tard, et la dernière le 9 avril 2010 à Paris.

Biblio. merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

24/12/2013

JOYEUX NOËL A TOUS !

 

 

NOEL 2013.JPG

22/12/2013

Un trésor normand : le Pommeau

Si ces origines restent obscures, elles n’en sont pas moins lointaines. Prestigieuse spécialité de notre belle région, le Pommeau de Normandie serait né «  cidre de liqueur » au XVIe siècle.  

Pommeau.jpg

Mais durant plusieurs siècles, seuls les agriculteurs normands furent les seuls à pouvoir profiter de cette boisson de couleur ambrée. Car illicite jusqu’à la fin du XXe siècle, le « pineau normand » ne reçu l’autorisation d’être commercialisé qu’en 1981 !

 

Bedan, Doux Normandie, Noël des Champs, Marin Onfroy, … font partie des variétés de pommes à cidre utilisées pour sa fabrication. 

 

Pommeau zone de production.jpg

Zone de production du Pommeau de Normandie

Celle-ci est issue d’un mutage : savant mélange de moût ou jus de pommes non fermenté avec une eau de vie de Calvados. Vieilli en fût de chêne durant au moins 14 mois, il y acquiert sa rondeur et ses arômes originaux.

 

Le Pommeau de Normandie se déguste traditionnellement à l’apéritif mais il accompagne aussi avec bonheur le foie gras, les huîtres, le melon et certains desserts.

 

Il a été récompensé par une AOC en 1991. 

pommeau 2.jpg

Et comme d’habitude, pour tous les gourmands aux babines alléchées, voici la recette d’un « Mérienne »*, un cocktail normand qui étonnera vos invités. Petite précision, en patois normand, « mérienne » signifie sieste… Vous êtes prévenus !

 

Mélanger 2/10 de Calvados, 2/10 de Pommeau de Normandie, 5/10 de cidre ou jus de pomme et 1/10 de grenadine.

 

A votre santé !

 

* Recette issue de « Cuisine normande » de Ph. Baratte – Edisud - 2008

Biblio. « Normandie –Produits du terroir et recettes traditionnelles » - L’inventaire du patrimoine culinaire de France – Albin Michel 2003

Images : merci notamment au site www.iaa.cra-normandie