Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/06/2013

Jean Valjean serait-il normand ?

Victor Hugo (1882-1885) et la Normandie, c’est une longue, belle mais aussi douloureuse histoire. Il vint chez nous à plusieurs reprises et notamment au Havre. La légende raconte qu’il y fit une rencontre qui allait lui inspirer le personnage de Jean Valjean, héros de son roman le plus populaire « les Misérables » paru en 1862. 

VICTOR HUGO.jpg

Voici l’histoire. Nous sommes le 15 février 1843. En l’Eglise Saint-Paul Saint-Louis, en présence de leurs parents, Charles Vacquerie épouse Léopoldine Hugo, la fille chérie. L’un des témoins du mariage se nomme William Régnault. C’est un notable qui dirige une importante maison de négoce. Celle-ci appartenait auparavant et jusqu’à sa mort en 1842 à Nicolas Lefèvre, riche négociant havrais, beau-frère et employeur du jeune marié.

Très vite, Regnault devient un intime des Hugo auxquels il aurait même à plusieurs reprises accordé l’hospitalité. Fortuné, l’homme est un personnage en vue dont les ambitions, notamment politiques, vont cependant être contrariées. Car en 1848, Régnault se suicide laissant une femme et trois orphelins. Revers de fortune ? Affaire sentimentale ?

JEAN VALJEAN.jpg

 

Jean Valjean

 

Les hypothèses vont bon train jusqu’à ce qu’un journaliste dévoile dans la presse havraise le passé de forçat de l’homme qui s’appelait en réalité César Joseph Regnault et qu’un ancien bagnard dénommé Vallée, tenancier d’un cabaret louche sur le quai Lamblardie et d’une maison de rendez-vous à Graville, faisait chanter.

Le décor est planté. Hugo aurait donc emprunté les profils des deux hommes pour les transformer sous sa plume en Jean Valjean et Thénardier. 

le havre.JPG

Au cœur du quartier Graville du Havre, au 30 de la rue Bellefontaine, subsiste encore la maison de Régnault dans laquelle la famille Hugo aurait séjourné. L’ancienne propriété Lefevre a quant à elle été lotie en 1890. Le promoteur, inspiré à n’en pas douter par cette légende,  a baptisé ses voieries du nom des personnages du roman : l’escalier Jean Valjean, l’impasse Cosette, la rue Fantine et l’impasse Javert.

 

Biblio. Le Havre, Itinéraires insolites – Isabelle Letélié – Ysec Editions 2011.

26/05/2013

Cruel acharnement du sort...

Sur le plateau du Roumois, au nord du département de l’Eure, se situe la petite commune normande de Hauville, bordée par la majestueuse forêt domaniale de Brotonne.

Nous sommes en 1745. Le 15 mai précisément. Voilà quatre jours que l’armée du roi Louis XV (1710-1774) vient de remporter la victoire de Fontenoy. Belle bataille, mais cruelle victoire puisque remportée au prix de tant de vies humaines !   

St Paterne Hauville.jpg

En ce matin de printemps, les Hauvillais travaillent la terre et cultivent les champs. L’église du village,  placée sous le patronage de Saint-Paterne, évêque d’Avranches au Ve siècle et dotée d'une haute tour sur la croisée du transept est de pur style normand. Elle a été fondée six siècles plus tôt et a subi divers aménagements et reconstructions au fil des années.

Monsieur le curé est devant les fonds baptismaux et se prépare à accorder le sacrement du baptême à un nouvel enfant. Après la cérémonie, chacun appose sa marque au bas de l’acte qu’il vient de rédiger sur le registre paroissial des baptêmes, mariages et sépultures *… 

Hauville.jpg

« Cejourd’hui quinziesme de may mil sept cent quarante cinq nous a étté aporté par marie beuveuletre ( ?) veuve d’andré dulongs sage femme un enfan malle non légitime sorty d’anne delamare qui de naissance est sourde et muette qui na peu faire entendre et connaître aqui ledit enfan apartenait ainsi nous lavons baptisé pour la cas de nécessité et a été nommé Pierre par Pierre Battard de saint opotetune ( ?) et par magdeleine Dubocs veuve de Thomas Ferrand ses parrain et marraine ont déclaré ne savoir signer et ont mis leur marque fait par Mr le Curé en présence de Charles Savalle et de Louis Lehoux temoingts soussignés. »

 

Tristes destins que celui de cette femme et de son enfant ! "La liberté commence où l'ignorance finit" écrira Victor Hugo (1802-1885), un siècle plus tard.

 

 

* Registre paroissial d’Hauville (27) – Années 1734-1762 – p. 271