Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2016

Une toponymie caractéristique de Normandie

C'est en Normandie que l'on recense le plus grand nombre de localités dont le nom se termine par -ville comme Hattenville, Fauville, Martainville ou Auzouville... Environ 20% des communes de notre région ont cette particularité. Et plus fort encore : au niveau national, notre région remporte le pompon avec 460 communes sur les 1068 concernées.

toponymie -ville 1.png

Noms de communes de France composés avec l'appellatif -ville


Ce mot "ville" a bien entendu le sens de village. Au 1er siècle av. J.-C., sous Ciceron ( 106 à 43 avant J.-C.), la "villa" était une ferme ou travaillait des esclaves. À l'époque carolingienne puis capétienne, les exploitations rurales s' agrandissent et se regroupent pour former des hameaux qu'on continue à appeler "villae". Du Xe au XIIIe siècle, le mot latin "villa", qui désigne des lieux-dits, va se transformer progressivement pour devenir en français "vile" puis "ville".

 

toponymie -ville 2.png


Trace des vikings qui ont envahi notre région, chez nous, ce suffixe vient souvent compléter le  nom scandinave du lointain fondateur du domaine qu'il nomme. C'est le cas par exemple pour Tourville-en-Auge (Calvados) qui tire son nom de Torf ou Turold, d'Amfreville-la-Campagne (Eure), de celui Ásfríðr ou de  Bricqueville-sur-Mer (Manche), de Brekki.

 

toponymie -ville 3.png

 

Il faut savoir que le plus ancien nom en -ville de Normandie est celui de Bourville (Seine-Maritime), connu des l'an 715 sous la forme latinisée de "Bodardi villa", c'est-à-dire "le domaine rural de Bodardus ou Bodard". C'est dans ce village qu'André Raimbourg passa toute son enfance et c'est aussi celui qui lui a inspiré son surnom de Bourvil.



Biblio. Revue " ça m'intéresse Histoire" - Jan. -Fev. 2016.

Merci aux pages Wikipédia et Ouest-France.

 

15/01/2014

L’empreinte Viking dans la toponymie normande

Les Vikings ont laissé bien des traces dans la toponymie normande. Ainsi « bec », qui vient du norrois « bekkr » et qui signifie « ruisseau », se retrouve dans nombre de villages normands, tous traversés par une rivière. C’est le cas de Bricquebec, cette cité située dans le département de la Manche, au centre de la péninsule du Cotentin où "bec" est précédé de « brekka » signifiant  « pente ». A Bricquebec, coule l’Aizy, un affluent de la Scye, qui traverse la ville du nord vers le sud.

 topon. 1.jpg

De même, la « perle du Val de Seine »,  Caudebec, ville seinomarine du Pays de Caux, que l’on peut traduire par « Kaldr bekkr », littéralement « froid ruisseau ». C'est peut être l’ancien nom de la rivière Sainte-Gertrude qui la traverse ! Quant à la typique commune euroise du Bec-Hellouin, avec ses jolies maisons à colombages, qui est traversée par le Bec, elle doit son nom au bienheureux Herluin, fondateur de l’abbaye du lieu. N’oublions pas non plus Bolbec près du Havre ! La rivière qui traverse la ville, la Bolbec, lui a donné son nom dont la première syllabe a été formée avec le nom d’homme norrois « bolli » 

topon 2.jpg

La forêt de La Londe

De même, en norrois, « bois » se disait « lundr » que l’on retrouve dans le nom des villes de La Londe près d’Elbeuf et dans celle d’Yquelon dans le département de la Manche.

D’autres localités normandes se terminent par « tot », issu du norrois « toft » qui  signifiait « terre, terrain, ferme ». Ainsi, Yvetôt est la « terre d’Ivar », nom d’un chef lors des invasions normandes.

topon 3.jpg

Honfleur

Quant aux noms se terminant en « –fleur », comme Honfleur, Barfleur, Harfleur, ils seraient issus du norrois « floo » signifiant « flux, marée, flot ».

Biblio. "Normandie, secrets de Normands » de  R. Grimaud – Ed. Prat 2012 - Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.