Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/06/2014

Les Robinsonnais du Plessis

Saviez-vous que la ville du Plessis-Robinson, située au sud-ouest de Paris dans le département des Hauts-de-Seine, doit son nom au héros du célèbre roman d’aventure ?Robinson_Cruose_1719_1st_edition.jpg

Pendant des siècles, les habitants de ce petit village d’Ile-de-France ont vécu d’agriculture. Le « plessis » ou « plessage »  est une technique traditionnelle de taille des haies vives qui permettait de clôturer des pâturages et des cultures, les protégeant ainsi des bêtes. Les terres du Plessis furent tout d’abord rattachées à celles de la ville voisine de Châtenay. Au XIIIe siècle, elles vont prendre le nom de leur propriétaire et devenir Plessis-Raoul. Puis deux siècles plus tard, le hameau s’appellera Plessis-Picquet du nom de son nouveau seigneur, Jean de La Haye dit Picquet, Bourgeois de Paris originaire de Normandie, Conseiller du roi Charles VI (1368-1422) et Trésorier général des finances.

En 1840, la petite forêt du Plessis-Piquet, 500 âmes, attire chaque dimanche des centaines de parisiens à la recherche d’un peu de distraction et de verdure. Comme le mythe de Robinson Crusoé est très en vogue à l’époque, on va très vite appeler leurs escapades des « robinsonnades ».

robinson 2.jpg

Ce terme de « Robinson », diminutif de Robin, lui-même formé sur Robert, vient du livre de Johann David Wyss (1743-1818), « Le Robinson suisse », inspiré des aventures de  « Robinson Crusoé » de Daniel Defoe (1660-1731) publié en 1719 et dont le titre complet, traduit en français, est à lui seul un roman :  « La Vie et les aventures étranges et surprenantes de Robinson Crusoé de York, marin, qui vécut 28 ans sur une île déserte sur la côte de l’Amérique, près de l’embouchure du grand fleuve Orénoque, à la suite d’un naufrage où tous périrent à l’exception de lui-même, et comment il fut délivré d’une manière tout aussi étrange par des pirates. Ecrit par lui-même. »

robinson 1.jpg

"Au grand Robinson" à la belle époque

En 1848, un cabaretier avisé de la capitale, Joseph Gueusquin (1819-1889), fleurant là la bonne affaire, décide d ouvrir au hameau de Saint-Eloi une guinguette perchée dans un arbre qu’il baptise « Au Grand Robinson ». On y vient  boire et danser mais aussi déjeuner car des paniers repas sont livrés aux amateurs au moyen de judicieuses poulies.

Comme le succès est au rendez-vous, l’expérience va faire boule de neige ! Restaurants, bars, dancings, manèges et autres attractions vont se multiplier… Si bel et bien que le quartier va prendre tout simplement le nom de Robinson.

Et le 12 novembre 1909, sur proposition de la municipalité, un décret du Président Fallières rebaptise cette ville « Le Plessis-Robinson ». Elle compte aujourd’hui plus de 25 000 Robinsonnais.

 

Merci au site http://www.plessis-robinson.com