Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/08/2013

La théorie des quatre pommes

« Fondateur de l’Ecole-sociétaire », le philosophe Charles Fourier (1772-1837) est l’auteur de la « théorie des quatre pommes ».  Mais savez-vous ce que cette théorie doit à notre bonne ville de Rouen ? 

 

charles_fourier.jpg

 Charles Fourier (1772-1837)

 

Critique acerbe de la société commerçante et de la société industrielle dans laquelle il vit, qu’il n’hésite pas à qualifier d’anarchie industrielle, c’est parce que cette figure du « socialisme critico-utopiste » fut le témoin d’une anecdote qu’il va développer une théorie sur le progrès de l’humanité, jalonnée par quatre pommes « fameuses ».

L’histoire se passe un soir dans un restaurant parisien. Fourier, qui rentre le matin même d’un séjour à Rouen, entend qu’on réclame à un client (que la légende désignera plus tard comme le célèbre gastronome Brillat-Savarin), la somme de 14 sous pour la consommation d’une pomme, alors que le matin même à Rouen, ville qu’il connaît bien pour y avoir étudié, il en payé une pour le centième de cette somme !

Considérant qu’une telle distorsion dans les prix est  totalement injustifiée, condamnant dès lors et sans appel toute société fondée sur l’échange tarifé et la concurrence, il écrit « je fus si frappé de cette différence de prix entre pays de même température, que je commence à soupçonner un désordre fondamental dans le mécanisme industriel ».

C’est ainsi qu’il fonde sa « théorie des 4 pommes », sur le principe de l’attraction des passions humaines que lient les messages de la pomme.   

612827875.jpg

 Adam et Eve - L. Cranach - 1513

 

Les trois premières sont déjà  célèbres : le fruit défendu qu’Eve offre à Adam,  « la pomme de discorde » que Pâris offre à Aphrodite et celle que Newton prit sur la tête en dormant et grâce à laquelle il va concevoir la théorie de la gravitation.  

jugement_Paris.jpg

 Le jugement de Pâris -.Rubens

 

Il les complète d’une quatrième, symbole du désordre capitalistique, révélant la malfaisance des intermédiaires, la féodalité mercantile, l’ampleur de l’imposture commerciale.

 

Biblio. Merci aux pages Wikipédia sur le sujet

 

28/10/2012

Pomme et Normandie : un duo d'excellence

La pomme n’est pas l’emblème de la Normandie et pourtant elle le pourrait tant elle est indissociable de notre belle province. Elle n’y est pas née non plus. Les premières mentions de son existence apparaissent un millier d’années avant le Christ, dans l’Ancien Testament, sans pour autant que cela signifie qu’elle soit originaire du Proche-Orient. Ses traces peuvent être suivies dans l’Antiquité grecque, où Homère (-850 av. J.-C.) la cite dans l’odyssée. Plus tard, un romain du nom d’ Appius Claudius Caecus (fin du IVe siècle av. J.-C.), laissera son nom à l’une d’entre-elles, la pomme d'Api.

 

LA POMME 3.jpg

En France, nos ancêtres les gaulois considèrent le pommier comme sacré, au même titre que le chêne, car il est porteur du gui vénéré par leurs druides. A partir du Moyen-âge, monastères et couvents vont s’attacher à développer sa culture,  particulièrement en Normandie où il va devenir indispensable quand,  au XIIIe siècle, le cidre va remplacer la cervoise.  

pomme,pommier,pommé au calvados

A cette époque, on cuisine les pommes comme un légume. Elles entrent dans la composition des potages, des compotes d’oignons, des sauces épicées et des farces. Ce n’est qu’à partir du XVIIe siècle qu’on les intègre aux plats sucrés en les utilisant notamment pour fourrer les beignets et les chaussons.

On leur accorde aussi des vertus thérapeutiques. Selon un vieil adage « une pomme par jour tient le médecin au loin » ! Utilisées en cataplasmes, elles entrent dans la confection de nombreux onguents. D’ailleurs le mot « pommade » vient du mot pomme ».  

LA POMME 1.jpg

A partir du XVe siècle, grâce à l’imprimerie et à la diffusion des ouvrages traitant des arbres fruitiers et des techniques de greffe, le nombre de variétés de pommiers ne va cesser d’augmenter. 

Pommes à cidre, pommes de table ou pommes à couteau et pommes à cuire sont toutes issues de l’espèce « Malus pumila » qui compte aujourd’hui plus de 20 000 variétés dont 7 000 sont cultivées à travers le monde et 2 000 en Normandie.

Trouver une recette normande à base de pommes ? Rien de plus facile, il y en a tant ! Mais en choisir une en particulier est un exercice difficile... Alors, après avoir beaucoup réfléchi, voici celle que j’ai retenue : la recette du Pommé au calvados*. 

pomme%20calvados.jpg

Pour 4 personnes, il vous faut 4 pommes reinette, 200 g de sucre, 200 g de beurre demi-sel, 100 g de farine, 2 œufs, 50 cl de lait, 1 sachet de levure chimique, 7 cl de calvados.

Dans un saladier, mélangez vigoureusement le sucre et les œufs au fouet. Incorporez la farine tamisée et la levure. Ajouter le beurre ramolli et le lait tiède. Epluchez les pommes, coupez-les en épaisses tranches et incorporer-les à la pâte. Versez la pâte dans un moule à manqué antiadhésif et enfournez le gâteau une trentaine de minutes à 200° C. pendant 30 minutes. Au sortir du four, versez le calvados sur toute la surface du pommé et laissez tiédir avant de le déguster. Bon appétit !

  

*Recette extraite de « Souvenirs gourmands du Mont St Michel » de VB. Granet – Ed. S. Bachès – Juin 2012.

 

Biblio. Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

 

24/02/2012

La Bénédictin, une pomme normande d'excellence !

Il existe des milliers de variétés de pommes. Et parmi elles, nombre de pommes traditionnelles issues de notre terroir normand comme la Bénédictin. C’est l’une des meilleures pommes au monde ! 

benedictin.jpg

 

On l’appelle aussi « œil de Nèfle », parce qu’elle possède la particularité physique d’avoir son œil au milieu d’une cuvette ou bien encore « reinette normande », la bénédictin est originaire de notre région où elle est  produite en abondance.

 

pommier benedictin.jpg

C’est un beau fruit à stries rouges sur fond jaune-orangé. Sa peau est lisse et sa chair ferme, acidulée, sucrée et juteuse. Elle se récolte d’octobre à la fin février. On la déguste crue ou cuite et elle est excellente en accompagnement de chou rouge ou de boudin.

 

Alors, comme d’habitude, pour tous les gourmands aux babines alléchées, voici la recette normande du boudin aux pommes * :

 

boudin-noir-oignon.jpg

 

Pour 6 personnes, il vous faut 6 bouts de boudin, 6 pommes Bénédictin, 1 filet de vinaigre de cidre ou ½ verre de cidre, 50 g de beurre, du sel et du poivre.

Eplucher les pommes, les couper en grosses rondelles et les faire dorer au beurre dans une poêle. Laisser cuire 6 à 8 minutes : elles ne doivent pas se défaire à la cuisson. Pendant ce temps, piquer les morceaux de boudin avec une fourchette pour qu’ils n’éclatent pas et les faire sauter dans une autre poêle pendant quelques minutes. Saler, poivrer. Servir avec les pommes après avoir déglacé la poêle des boudins avec le vinaigre de cidre ou le cidre et verser le tout sur les pommes.

 

Bon appétit !

 

* Recette issue du carnet de recettes de Normandie de M. Nouet – Ed. Ouest-France 2011.