Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/05/2019

L'histoire d'un dessert de "petite-reine"

Mon premier est la capitale de la France. Mon second est un port breton du tonnerre. Mon tout est un gâteau en forme de roue de vélo. Vous avez deviné ?

paris brest.png

Le "Paris-Brest" bien sûr ! Mais commençons par le commencement. Au départ, il y a un normand. Comment pourrait-il en être autrement ici ? Un normand donc, un homme de lettres et un grand reporter, pionnier de la presse sportive, mais surtout promoteur acharné du vélocipède. Cet homme se nomme Pierre Giffard. Il est né le 1er mai 1853 à Fontaine-le-Dun, une petite commune du département de la Seine-Maritime d'un peu plus de 500 âmes à l'époque.

paris brest pierre giffard.jpg

Pierre Giffard (1853- 1922)

En 1891, Pierre Giffard publie un ouvrage qui traite de l’histoire du vélocipède, des temps les plus reculés jusqu’à nos jours et qu'il intitule "La Reine Bicyclette". L'expression va quelques années après, se transformer en « petite reine » et passer dans le langage courant.

La même année, directeur du "Petit-journal", il crée le "Paris-Brest-Paris", ou "Paris-Brest et retour", une course cycliste de1200 km sur la même bicyclette ! Durée maxima : sept jours ! L'objectif est de démocratiser le vélo en démontrant son caractère pratique. Le 6 septembre 1891, 206 cyclistes s’élancent, amateurs et professionnels confondus. L'opération est un succès ! Cinq éditions auront lieu sur un rythme décennal jusqu'en 1931, puis deux autres en 1948 et 1951.

paris brest louis durand.png

Louis Durant, le créateur du Paris-Brest

Et c'est lors de la 3ème édition, en 1911, que la gourmandise s'invite aux festivités. Le tracé de l'épreuve passe par la Croix de Noailles, non loin de Maisons-Laffitte, lieu de résidence de Pierre Giffard. Celui-ci demande à Louis Durant, fameux pâtissier originaire de Nantes (Loire-Atlantique) dont il est client, de réaliser un gâteau emblématique de l'évènement. Le Paris-Brest est né ! Le gâteau épouse la forme d'une roue de vélo avec des rayons en pâte à pain. Si ces derniers ont disparu avec le temps, pour le reste la recette n'a pas changé : une couronne de pâte à choux fourrée d'une crème mousseline pralinée et parsemée d'amandes effilées.

 

Biblio. "Paris-Brest" - Revue Cuisine d'Ici n° 5 - Printemps 2015 et "Un dessert dans la course" - Revue "Histoire Point de vue" - Juin 201.

Merci au site www.paris-brest.fr/

25/10/2015

Le « Petit-Journal », un grand quotidien français

25 octobre 1914 : pour la première fois de son histoire, le « Petit Journal », quotidien français fondé à grands renforts de publicité le 1er février 1863 par Moïse Millaud (1813-1871), journaliste, banquier et entrepreneur de presse, paraît sur quatre pages avec une « une » en couleur. C'est à l'époque, l'un des quatre grands quotidiens français avec « Le Petit Parisien », « Le Matin » et « Le Journal ».

 

le petit journal moise polydore millaud.jpg

 Moïse Millaud (1813-1871)

Son succès est lié à l'invention d'Hyppolyte Marinori (1823-1904) qui prendra la direction du journal en 1882. Quelques années plus tôt, en 1866, cet italien d'origine a mis au point « l'impression en rotative ». L'innovation permet d'abaisser le coût de vente du journal et de le proposer à seulement 1 sou, soit 5 centimes, alors que ses concurrents le vendent trois fois plus cher.

Dès sa parution, le « Petit-Journal » table tout sur le sensationnel et les faits-divers car, ayant choisi de ne pas s'acquitter du timbre (5 centimes par numéro), il n'est pas autorisé à traiter de politique. Vendu en soirée par des crieurs à la sortie des usines et des ateliers, il devient très vite le journal des milieux populaires, pas seulement de la capitale mais aussi des petites villes et des campagnes : 80% de son tirage est expédié en province.

Avec les années, le « Petit-Journal » évolue et son succès ne se dément pas. A partir de 1870, comme le timbre est supprimé, il va s'intéresser aux affaires publiques et diffuser des informations aussi bien nationales qu'internationales. Le 15 juin 1884 sort son « Supplément Illustré » : hebdomadaire dont la une et la dernière page sont, dès 1890, imprimées en couleurs.

 

le petit journal paris brest.jpg

 

En 1891, son rédacteur en chef, nommé le 1er octobre 1887, le normand Pierre Giffard (1853-1922), crée l’événement avec l'organisation de la course cycliste « Paris-Brest-Paris ». Le 22 juillet 1894, il récidive en instaurant ce qui restera comme la première compétition automobile de l'histoire, « le Paris-Rouen » que remporte le comte Jules Albert de Dion sur sa De Dion-Bouton.

 

le petit journal les voitures 1894.jpg

 

Quatre ans plus tard, le « Petit Journal » est à son apogée. Son déclin s'amorcera au début du XXe siècle. Le 1er août 1937 paraît le dernier numéro de « l'Illustré du Petit-Journal » avant qu'il ne disparaisse complètement en 1944.

 

Biblio : « Le Petit Journal » de R. Delcourt – Votre Généalogie n°63 – 2014.