Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2019

Le galuchon de t'cheu nous

"Pendant cha, la maîtresse au four
Pétrit des gâtiaux, des galettes
Pis chaqu’ marmiot à son tour
Veut des douillons et des boulettes
No cuit du galuchon
Qui vos enleuve, qui vos enleuve
No cuit du galuchon
Qui vos enleuve tant qu'cha sent bon !
"

 

Ces vers, en bon patois normand, sont tirés d'une chanson populaire, "Noter-Dame d'Autertot", que nous devons à l'abbé Antoine Sénateur Houlière (1803-1883), curé-poète d'Ouainville, un village du canton de Saint-Valéry-en-Caux. Longtemps chanté dans les noces et les banquets, cet air fut, au moins dans le Pays de Caux, aussi célèbre que "Ma Normandie".

galuchon 01.jpg

"Des gâtiaux, des galettes, des douillons, des boulettes, et du galuchon" dit l'un des couplets. Mais qu'est-ce donc que ce galuchon ? A l'origine, il s'agit là d'une pâtisserie picarde, sorte de brioche aux raisins secs. Tout porte à croire qu'en bons voisins, les normands du Pays de Caux se sont appropriés la recette originale pour la transformer en fonction des us et des coutumes locales.

galuchon 4.jpg

Le galuchon picard

 

Le résultat ? Un "galuchon normand" qui, à vrai dire, à part son nom, n'a plus grand chose à voir avec son modèle. Pour vous, amis gourmands aux babines alléchées, j'ai trouvé cette recette* simplissime que je m'empresse de vous communiquer.

galuchon 6.jpg

Il vous faut 250 g de pâte feuilletée et un œuf. Il suffit d'étendre la pâte au rouleau sur une épaisseur de 2 cm. La couper en rond. Inciser le dessus en losanges. Dorer au jaune d’œuf. Mettre au four chaud 20 minutes. Bon appétit !

 

 

* Recette extraite du "Manuel de cuisine normande" de Sylvie Charriot - Ed. Harriet, 1987.

Biblio. merci au site http://melao.free.fr/yainville_houliere.htm

10/03/2010

Le Mirliton, une spécialité normande

Si je vous dis « mirliton », vous pensez à quoi ? A l’instrument de musique ? A la bande dessinée animalière de Cauvin-Macherot ? Au panneau d’avertissement utilisé par la S.N.C.F. ? Au couvre-chef  en feutre orné d’une flamme en tissu utilisé par les régiments de hussards au XVIIIe siècle ? Au cabaret fondé à Paris en 1885 par Aristide Bruant ?

Maintenant, si je vous précise « Mirliton de Pont-Audemer » et « Mirliton de Rouen » ?

Ah oui, cette fois, vous y êtes ! Il s’agit de ces délicieuses pâtisseries originaires de notre belle province !

Le Mirliton de Pont-Audemer a été créé en 1340 par Guillaume Tirel dit « Taillevent », enfant du pays, cuisinier à la cour de France et auteur du « Viandier » considéré comme le plus ancien livre de recettes écrit en français à la demande de Charles V donc avant 1380 !

MIRLITON 2.jpg

C'est une pâte à cigarette roulée, garnie d’une mousse pralinée et fermée aux deux extrémités par du chocolat noir ! Divin !!!

MIRLITON 1.jpg

Quant au Mirliton de Rouen, il se présente sous la forme d’une tartelette garnie d’une crème parfumée à la vanille, à la fleur d’oranger et aux amandes. Un bonheur !!!

Et pour régaler vos papilles alléchées, en voici la recette originelle :

«  Garnir 8 moules à tartelette, préalablement beurrés, de pâte feuilletée. Préparez la crème aux amandes : réduisez en poudre un gros macaron aux amandes, battez 2 œufs. Réunissez les préparations et ajoutez 50 g de sucre semoule et 25 g de poudre d’amandes. Garnissez les moules et laissez reposer une heure au frais. Emondez puis coupez en trois dans le sens de la longueur plusieurs amandes. Elles doivent former comme une étoile sur le dessus du mirliton.

Enfournez dans un four bien chaud et poursuivez la cuisson une petite demi-heure. Cette délicieuse friandise peut se déguster tiède ou froide. »

Mirlitons 4.jpg