Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2018

L'histoire de notre numéro de sécu...

Un brin normand, notre numéro de Sécu ! Je m'explique : son père s'appelait René Carmille. Né à Trémolat en Dordogne le 8 janvier 1886 et mort pour la France en déportation à Dachau (Bavière) le 25 janvier 1945, pour avoir, pendant les heures les plus dangereuses du gouvernement du Vichy, été un membre influent de la Résistance, ce polytechnicien et officier français, contrôleur général des armées, est le créateur en 1941 du Service national des statistiques (SNS), qui deviendra cinq ans plus tard l’Insee. Et c'est cet homme qui inventa en 1934 un numéro de code individuel qui sera repris tel quel à la Libération par la Sécurité sociale.

 

numero secu 1.jpg

René Carmille (1886-1945)

 

Rien de normand dans tout cela, pensez-vous. Et bien si, pionnier de l’utilisation administrative en France des machines mécanographiques à cartes perforées, l'objectif premier de René Carmille est de faciliter la mobilisation clandestine à des fins de résistance. Pour « identifier » les individus, il va attribuer un numéro à chacun. Pour ce faire, il mène plusieurs expériences concluantes sur la gestion mécanographique d’un bureau de recrutement dont la principale chez nous, en Normandie, à Rouen.

numéro secu 4.jpg

Ce numéro résulte d'une combinaison de 12 chiffres : deux pour l'année de naissance, deux pour le mois, deux pour le département, trois pour la commune (sachant qu'aucun département ne comptait plus de 999 communes et trois pour un numéro d'ordre dans le mois de naissance (aucune commune n'enregistrant plus de 999 naissances par mois). Bien sûr, de part sa finalité, ce numéro ne concerne que les hommes. Mais, pour mieux cacher son jeu, il va lui rajouter un treizième chiffre, qu'il place en première position : le chiffre 1 pour les garçons et le 2 pour les filles.

numéro secu 3.jpg

Dans les années 1970, lorsque l'informatique se généralisera, la Sécu ajoutera une "clé" à deux chiffres. Ces derniers ont été choisis de façon à permettre la vérification par l'ordinateur, en retenant un nombre qui est le complément à 97 du reste de la division du numéro à treize chiffres par 97.

 

 

Biblio. "Nos ancêtres étaient-ils plus heureux ?" de Jean-Louis Beaucarnot - Ed. JC-Lattès - 2017.