Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/08/2017

Le Roussin de la Hague, le plus normand des moutons !

Il est originaire de Normandie, de la Manche, et plus précisément du nord-ouest du Cotentin dans la région de La Hague. Il doit son nom à la couleur brune aux reflets roux de sa tête et de ses pattes. Cette race d’herbage est particulièrement bien adaptée au climat océanique de son environnement local, très exposé à la pluie et au vent.

roussin de la hague,mouton,navarin de mouton du cotentin

Le Roussin de la Hague est une race ovine française présente sur le sol normand depuis le XVIIIe siècle. Comme toutes les races de l’Ouest de la France, elle est née d’une population traditionnelle locale croisée avec des races anglaises comme la Dishley et la Southdown, dans le courant du XIXe siècle. Au XXe siècle, de nouveaux croisements ont été réalisés notamment avec des béliers Suffolk, dans le seul but de développer la taille et les formes bouchères de l’animal.

roussin de la hague,mouton,navarin de mouton du cotentin

En 1982, le ministère de l’Agriculture reconnaissait officiellement la race qui est célébrée depuis chaque année en août lors d’une foire annuelle à Jobourg, petite cité située à l'extrême nord-ouest de la péninsule du Cotentin.

Et maintenant, amis gourmands aux babines toujours alléchées, que diriez-vous d’une délicieuse recette de Navarin de Mouton du Cotentin*?

roussin de la hague,mouton,navarin de mouton du cotentin

Pour 4 personnes il vous faut 800 grammes de collier de mouton de pré salé, 2 cuillers d’huile, 2 cuillers de beurre, 100 grammes de lard de poitrine, 3 oignons, 2 cuillers de farine, 1 dl de vin blanc et autant d’eau, 3 cuillers de concentré de tomate, 1 bouquet garni, 300 g de carottes, 2 navets, 500 g de pommes de terre.

Détailler le collier en morceaux de 80 g à 100g ; prendre une cocotte, y faire fondre le beurre et joindre l’huile ; faire revenir le collier avec les oignons, en quartiers, le lard blanchi en dés. Quand le tout sera coloré, saupoudrer de la farine ; mélanger à la spatule. Mouiller avec l’eau, le vin blanc pour arriver à mi-hauteur des viandes. Ajouter le bouquet, le concentré de tomate, sel, poivre. Couvrir ; laisser mijoter une heure à feu doux. A mi-cuisson, ajouter les carottes et navets en rondelles. Laisser cuire 25 minutes. Ajouter les pommes de terre taillées en grosses gousses. Cuire 20 minutes. Dégraisser la sauce. Servir sur assiettes très chaudes.

Bon appétit.

 

* Recette issu du «Grand livre de la cuisine normande» de R. Compas – J-P. Delarge, Editions Universitaires, 1976.

Biblio. «Les Races Normandes» de F. Callu et N. Vermeulen – Ed. C. Corlet – 2004.

Merci aux images et aux pages Wikipédia.

16/03/2014

Le Roussin de la Hague : un fameux normand !

Il est originaire de Normandie, de la Manche, et plus précisément du nord-ouest du Cotentin dans la région de La Hague. Il doit son nom à la couleur brune aux reflets roux de sa tête et de ses pattes. Cette race d’herbage s’est particulièrement bien adaptée au climat océanique de son environnement local, très exposé à la pluie et au vent.  

Roussin de la Hague 2.jpg

Le Roussin de la Hague est une race ovine française présente sur le sol normand depuis le XVIIIe siècle.

Comme toutes les races de l’Ouest de la France, elle est née d’une population traditionnelle locale croisée avec des races anglaises comme la Dishley et la Southdown, dans le courant du XIXe siècle.   

ROUSSIN DE LA HAGUE.jpg

Au XXe siècle, de nouveaux croisements eurent lieu notamment avec des béliers Suffolk, dans le seul but de développer sa taille et ses formes bouchères.  

 

LA HAGUE.jpg

 

En 1982, le ministère de l’Agriculture reconnaissait officiellement la race qui est célébrée chaque année en août lors d’une foire annuelle à Jobourg situe à l'extrême nord-ouest de la péninsule du Cotentin.

Et comme toujours, pour tous les gourmands aux babines alléchées, voici la recette du Gigot à la Normande*. 

 

GIGOT .jpg

Pour 8 personnes, il vous faut 1 gigot raccourci de 1,5 kg à 1,8 kg, 3 gousses d’ail, 100 g de beurre, 25 cl de cidre brut, 1 cuillerée à soupe de farine, 5 cl de calvados vieux, 20 cl de crème fraîche épaisse, sel fin,poivre du moulin.

Piquer le gigot avec les gousses d’ail. L’enduire avec les ¾ du beurre et le faire dorer de tous les côtés dans une grande cocotte, sans laisser noircir le beurre ;

Quand il est uniformément doré, saler et poivrer, mouiller avec 15 cl de cidre, couvrir et laisser cuire 10 mn par livre, en retournant le gigot à la mi-cuisson.

Pendant ce temps, malaxer le reste du beurre et la farine et réserver ce beurre manié.

Quand le gigot est cuit, ôter le couvercle, verser le Calvados chaud et flamber. Retirer le gigot et le tenir au chaud.

Déglacer la sauce avec le reste de cidre, bien gratter à la spatule pour décoller tous les sucs, faire bouillir 2 à 3 mn, puis ajouter la crème et le beurre manié divisé en petites noisettes. Laisser alors mijoter sur feu très doux jusqu’à consistance veloutée, sans cesser de mélanger à la spatule.

Pour servir, découper le gigot et disposer les tranches sur un plat de service très chaud. Présenter la sauce dans une saucière chaude.

Bon appétit !

 

* Recette extraite de « Normandie, Produits du terroir et recettes traditionnelles »  - Inventaire du Patrimoine Culinaire de la France – Albin-Michel 2003.

 

Biblio. « Les races normandes » de F. Callu et N. Vermeulen – Ed. Ch. Corlet – 2004.

Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.