Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/10/2012

Un normand, premier maire de Montmartre

Saviez-vous que le premier maire de la commune de Montmartre était un normand ? Il s’agit de Félix Desportes, né à Rouen le 5 août 1763, où son père est un riche épicier. Après des études de droit à Paris, ce fils de bourgeois épouse dans sa ville natale, en l’église Saint-Gervais, le 5 mai 1788, une riche et très belle héritière, Victoire Berryer (1772-1857).   

DESPORTES 1.jpg

Photographie ancienne d'une miniature de la fin du XVIIIe siècle

Sitôt mariés, les jeunes époux s’installent dans le petit village de Montmartre situé au nord de Paris et qui, du haut de ses 130,53 mètres d’altitude constitue le point culminant de la capitale.

C’est le 29 mars 1790, à 27 ans, que Félix Desportes est élu Maire de la toute nouvelle commune de Montmartre. La mairie est installée tout près de son domicile, au premier étage de l’ancien presbytère, situé au n° 3 de la Place du Tertre. Le village ne compte alors que 400 âmes. C’est là son premier pas dans la vie politique. Le normand va assurer son mandat municipal pendant deux ans.  

carte-montmartre-tertre-mairie.jpg

Soutenant la révolution, amateur de répliques fortes et d’actes symboliques, c’est au cours de son mandant qu’il fait de sa commune la marraine de sa fille Flore Pierrette Montmartre née le 3 mai 1791.  

Menant grande vie, critiqué par les révolutionnaires notamment pour la particule qu’il ajoute à son nom, se faisant appeler « Desportes de Blinval », il est victime de la Terreur et incarcéré en 1794. Il échappera de peu à la guillotine.

Poursuivant sa carrière de diplomate, il traverse allégrement les régimes successifs en servant les pouvoirs en place. Chevalier de la Légion d’honneur 25 prairial an XII, il est nommé Baron de l’Empire par lettres patentes du 28 janvier 1809. Il sera destitué le 12 mars 1813, victime de calomnies jamais prouvées.

Envoyé à Genève par le Directoire, il va jouer un rôle décisif dans la « réunion » de ce territoire à la République française.  

DESPORTES 3.jpg

Sanctionné pour sa fidélité à Napoléon, arrêté le 1er août 1816, contraint à l’exil, il finit par renoncer à la carrière politique à partir de 1830 tout en demeurant un fidèle partisan de la cause bonapartiste et du prince Louis-Napoléon Bonaparte, futur Napoléon III, (1808-1873). 

Félix Desportes décède à Paris le 26 août 1849 à l’âge de 86 ans. Et c’est au cimetière du Calvaire de Montmartre qu’il sera inhumé.

La commune de Montmartre sera annexée à la Ville de Paris le 1er janvier 1860. L’essentiel de son territoire constitue aujourd’hui le 18ème arrondissement de la capitale.

 

Merci aux pages Wikipédia sur le sujet. 

22/08/2012

Poulbot père et fils

Le « Poulbot », c’est l’image sympathique du « titi parisien », un gamin de la rue, un gavroche sans barricade qui charge sa fronde de boulettes de papier mâché. Un gentil gosse qui porte tout naturellement, le saviez-vous, le nom de son père : Francisque Poulbot.   

Francisque_Poulbot_1913.jpg

 Francisque Poulbot en 1913

 

L’homme est né en banlieue parisienne, à Saint-Denis, le 6 février 1879. Aîné d’une fratrie de 7 enfants, malgré des parents instituteurs, il se révèle bien plus doué pour le dessin satirique et humoristique que pour les études.

Il n’a que 17 ans quand en 1895 il ose adresser au journal « Le Pêle-Mêle » un de ses croquis au dos duquel il a écrit pompeusement « Je vous autorise à le reproduire ». Son audace est récompensée, le dessin est publié ! Dès lors, l’artiste en herbe va bombarder littéralement la presse légère de ses compositions en noir et blanc. Il s’installe à Montmartre où il trouve son inspiration dans la misère sociale des faubourgs de la capitale : femmes légères, ivrognes, sans logis, vagabonds, mais surtout ces gamins dépenaillés qui deviennent sous ses doigts des « modèles » qu’il fige d’un trait de fusain.

Avec les années, Poulbot va créer un mioche plus consensuel à l’humour plus convenu : le Poulbot est né et très vite, il va trouver une compagne, une « Poulbote ». 

poulbot1.jpg

Très attaché à son quartier, Poulbot ouvrira en 1923 rue Lepic un dispensaire pour venir en aide aux enfants nécessiteux.  

poulbot_05.jpg

L’artiste est décédé à Paris le 16 septembre 1946 et est inhumé au cimetière de Montmartre. Figure légendaire, il ne nous a pas quitté tout à fait puisque que son « Poulbot » est devenu un nom commun !

 

Biblio. merci au site www.dionyversite.org et aux pages Wikipédia sur le sujet.