Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2018

"La fillette aux bulles de savon"

Dans la main de cette petite fille,  une bulle de savon, symbole du caractère éphémère de la vie... C'est ce que a voulu représenter Pierre Mignard (1612-1695), l'auteur de ce portrait peint en 1682, celui d'une enfant qui n'est déjà plus... Car "La fillette aux bulles de savon" est le portrait posthume du cinquième enfant de Madame de Montespan (1640-1707) et du roi Louis XIV (1638-1715), Louise Marie Anne de Bourbon, née le 12 novembre 1674 à Saint-Germain-en-Laye. 

melle de tours 1.jpg

En cette fin du XVIIe siècle, la mortalité infantile bat des records ! Près d'un nouveau-né sur trois décède avant son premier anniversaire, victime le plus souvent d’une maladie infectieuse ! Il naît beaucoup d’enfants, il en meurt aussi beaucoup. Toutes les familles, même les plus riches comme les familles royales, sont touchées. La mort frappe sans distinction de classe !

Confiée, comme ses frères et sœurs aux bons soins de Madame Scarron (1635-1719), la future marquise de Maintenon, Louise Marie Anne est légitimée en janvier 1676 avec le titre de « Mademoiselle de Tours ». Elle connaît une enfance discrète à la cour du Roi son père. Ses parents la surnomme "Toutou". On la dit jolie malgré un léger strabisme.

melle de tours 2.jpg

Pierre Mignard (1612-1695)

Elle tombe malade, probablement victime d'une maladie infantile, au début de mois de septembre 1681 et est confiée aux bons soins du médecin du roi, Guy-Crescent Fagon (1638-1718) qui ne peut sauver la fillette.

melle de tours 3.jpg

Église Saint-Pierre Saint-Paul de Souvigny

Elle meurt le 15 septembre 1681 à l'âge de six ans à Bourbon-l'Archambault, situé à plus de 300 km de Versailles. Sa mère, qui, avec la Cour, passe l'été à Fontainebleau, prend immédiatement la route pour la rejoindre mais arrive trop tard. La petite princesse est enterrée dans le cœur de l'église du prieuré de Souvigny, nécropole de la branche aînée des Ducs de Bourbon, le 19 septembre suivant. Sur ordre du roi, la marquise de Montespan n'assistera pas aux funérailles de sa fille. En effet, elle doit rester dans l'ombre. Comme son nom ne figure pas sur l'acte de légitimation de l'enfant et qu'elle n'a pas été officiellement déclarée sa mère, elle est tenue à l'écart du cérémonial. Toute la Cour, la Reine la première, défile devant Mademoiselle de Nantes, âgée de 8 ans, sœur aînée de la défunte, pour lui présenter des condoléances sincères...