Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/08/2013

Le roi Henri IV et le chiffre 7

« Vive Henri IV ! Vive ce roi vaillant !

Ce diable à quatre a le triple talent

 de boire, de battre et d’être un vert galant ! »

 

 

sept.jpg

 

En raison d'un nombre de coïncidences historiques, physiques, ésotériques et mathématiques, le chiffre 7 est parfois considéré comme un « chiffre magique ».   

mariage Henri IV.jpg

Mention du mariage d’Henri IV et de Marie de Médicis, 17 décembre 1600, dans le registre des mariages et sépultures de la paroisse Sainte-Croix.

Ainsi, le jour de son mariage à la Cathédrale Saint-Jean de Lyon avec Marie de Médicis (1575-1642), le 17 décembre 1600, les jésuites éditent l’étude suivante : le roi a 7 fois 7 ans (49 ans) ; il est  le neuf fois 7e roi de France depuis Pharamond (ancêtre de Clovis plus ou moins mythique) ; il a vaincu à Arques en septembre (Septembre était à l'origine le 7e mois de l'année romaine et apparaît parfois abrégé en 7bre ) 1589, le 21, trois fois 7e jour, à Ivry, en mars, au jour deux fois 7 (14 mars 1590), et son armée était divisée en  7 escadrons…

Après sa mort, un autre numérologue pythagoricien constate qu’Henri IV est né (à Pau) le 14 (2 fois 7) de décembre (1553), et qu’il est mort le 14 de mai (1610) ; qu’il a vécu 4 fois 14 ans, 14 semaines et 14 jours… 

mort Henri IV.jpg

On peut ajouter que sa première épouse, Margueritte de Valois, « La Reine Margot » était née le 14 mai 1553 et que son fils le roi Louis XIII est mort le 14 mai 1643.

Et que la Paix de Bergerac, mettant fin à la sixième guerre de religion, a été signée le 14 septembre 1577.

 

Biblio. « 500 histoires de l’Histoire de France »  - Collectif sous la direction de G. Lechevallier – Ed. De Vecchi – 2010.

 

27/02/2013

Ce jour-là, 27 février 1594...

... Henri IV est sacré à Chartres. Pourquoi Chartres ? Parce que Reims est encore aux mains des ligueurs catholiques extrémistes qui ne veulent toujours pas admettre pour roi ce Béarnais, désigné héritier légitime par le roi Henri III sur son lit du mort cinq ans plus tôt et qui s’est pourtant converti dernièrement à leur religion !  Il faut dire que c'est tout de même la sixième  fois que l'homme en change ! Enfant, il avait dû se convertir selon qu’il passait sous la tutelle de son père catholique ou de sa mère protestante.

L’événement a  lieu  le 25 juillet 1593. Dans l’église de l’abbaye de Saint-Denis, la ville des rois de France, le futur roi de France est reçu par Monseigneur de Beaune, archevêque de Bourges, en grand apparat.  Henri de Navarre (1553-1610) s’agenouille devant lui,  abjure solennellement le protestantisme et rejoint dès lors le giron de l’Eglise catholique, apostolique et romaine. L’archevêque lui donne l’absolution et le roi baise son anneau. 

L'annonce de cette conversion produit l'effet recherché. Il faut dire que les français sont  particulièrment las de ces guerres entre catholiques et protestants qui ensanglantent le pays. Les défections des villes ligueuses, comme la ville de Rouen,  se multiplient.  Cependant, Paris et Reims résistent toujours ! 

Conversion d'Henri IV.jpg

 L’adjuration d’ Henri IV à Sa int-Denis – Anonyme – Musée de Pau

  

Et comme pour monter sur le trône de France, il faut être sacré roi  ! ça sera donc Chartres ! En l'absence de tous les objets rituels habituels comme l’épée, le sceptre ou la main de justice, le sacre est bel et bien célébré, dans la cathédrale de Chartres, le 27 février 1594. Henri, roi de Navarre, devient ce jour-là roi de France sous le nom d’Henri IV.  

sacre.jpg

Le sacre d'Henri IV - Gravure Desmarets -  Paris BNF

 

Mais pour régner véritablement, le roi doit s’emparer de la capitale. Dans la nuit  du 22 mars 1594, il entre triomphalement dans la ville de Paris à laquelle il a juré de conserver toutes les prérogatives. Le 17 septembre suivant, le pape Clément VIII accorde son absolution au nouveau roi.   

entree_paris.jpg

Entrée d’Henri IV dans Paris - François Gérard - Musée du château de Versailles

 

 

Biblio. "Ils ont changé l'Histoire de France",  Larousse 2011 et "Histoire de France en 2000 dates " de Ph. Valode, Acropole  2011.

Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

 

19/08/2012

La mort du Roi de Navarre aux pieds de Château-Gaillard

Le cœur d’Antoine de Bourbon (1518-1562), le père de notre Roi Henri IV (1553-1610), a longtemps balancé entre Eglise Catholique et Eglise Réformée, sans réussir jamais à choisir son camp.

Faut dire que Jeanne d’Albret (1528-1572), qu’il a épousée en 1548 et qui règne sur le royaume de Navarre hérité de son père depuis l’an 1555, est une libérale qui a instauré sur ses terres une totale liberté de Culte…  

Antoine-de-bourbon.jpg

 Antoine de Bourbon par François Clouet (1560)

 

Prince de sang, Antoine de Bourdon est un soldat qui aime les champs de bataille. Alors que les guerres de religion déchirent la France, il a choisi de rallier le Roi Charles IX (1550-1574) tout juste âgé de 10 ans et de servir la régente du royaume, la très catholique Catherine de Médicis (1519-1589).

Le voici donc en cette fin d’été 1562 en Normandie, à Rouen. La ville est aux mains des huguenots depuis déjà plusieurs mois et l’armée catholique qu’il commande aux côtés de Françoise de Guise (1520-1563)  est chargée de la reprendre à l’ennemi et aux soldats anglais venus en renfort, tous sous les ordres du Comte Gabriel de Montgomery (1530-1574).   

Vue-1562-r.jpg

 Plan de la Ville de Rouen assiégée en 1562

 

En qualité de Lieutenant Général du Royaume,  Antoine de Bourbon est en première ligne. L’homme n’a peur de rien. A son  habitude, il se montre audacieux. Bravant les dangers, il  n’hésite pas à s’exposer. Dans le courant de l’après-midi du 16 octobre 1562, alors qu’il visite les tranchées, il s’écarte du talus protecteur pour satisfaire un besoin naturel. Pris sous le feu d’une arquebuse ennemie, il est touché à l’épaule gauche. La balle se loge dans la tête de l’humérus. On ne parvient pas à l’extraire. L’infection s’installe. A cette époque, on ne connaissait pas les antibiotiques !  

-Chateau-Gaillard.jpg

 Château Gaillard, surplombant la Seine

 

Le 15 novembre, le blessé est moribond lorsqu’il est embarqué à bord d’une galère pour remonter la Seine jusqu’à Paris. La gangrène a gravement progressé. Deux jours plus tard, à la hauteur des Andelys, c’est devant l’imposant Château Gaillard que le roi de Navarre expire. Il n’a que 44 ans. Dans la fièvre et le délire de l’agonie, il serait revenu au protestantisme. Pourtant, avant de s’embarquer, il s’est confessé et a reçu la communion d’un prêtre. Ses dernières pensées furent pour son fils, le futur Henri IV. En prenant par la barbe son valet italien, il lui aurait dit « Servez bien mon fils et qu’il serve bien le roi !».

On doit à Voltaire (1694-1778) d’avoir rapporté l’épitaphe sarcastique qu’on a brodée autour des circonstances triviales de sa blessure mortelle : « Ami français, le prince ici gisant, vécut sans gloire et mourut en pissant. »

 

 

Merci au site http://chrisagde.free.fr et aux pages wikipédia sur le sujet.