Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2014

Un bien curieux rébus...

La Normandie et ses mystères... Sur le terroir du Vièvre, perché sur un promontoire en rebord de plateau, le village eurois de Saint-Grégoire du Vièvre domine la vallée d’Authou, un affluent de la Risle. Au cœur de la cité, l'église présente un bien mystérieux rébus...

st gregoire 4.jpg

Sur son mur méridional court une sorte de bande dessinée en pierre blanche et silex noir dont on ignore tout ou presque de sa signification, de son auteur et de ses raisons ! Bien sûr, nombre d'hypothèses ont été émises. Mais encore aujourd'hui, le mystère reste entier..

st gregoire 6.jpg

Des scènes de combats d'animaux et un chevalier qui, armé d'une épée et d'un éperon étoilé, court après son cheval. Ce qui interpelle, c'est son allure surprenante : tendant une main, il est coiffé d'un pétase, chapeau rond à bord large et plat, et porte un étrange costume.

st gregoire 1.jpg

En alternance, un jeu de damiers où apparaissent des triangles, des barres verticales et horizontales, des croix blanches et noires. On distingue également quelques lettres et chiffres qui pourraient signifier: « le monde est corrompu et faucard ».

st gregoire 3.jpg

On sait que le damier symbolise l'équilibre du bien et du mal, la dualité, l'opposition, les forces contraires... Il faut dire qu'au moment de la construction de l'édifice, première moitié du XVIe siècle, la Normandie est tiraillée par des conflits à la fois religieux et idéologiques : implantation du protestantisme et des idées de réforme et début des guerres de religion.

Si on en ignore le sens, on peut se contenter d'apprécier l’originalité et la beauté de ce travail atypique.

 

Biblio. « Eure – 100 lieux pour les curieux » - D. Camus – Ed. Bonneton 2013

28/11/2012

Un cambriolage chrétien

A Damville, petite localité située dans le sud du département de l’Eure et traversée par l’Iton, l’église Saint-Evroult a été victime d’un larcin.  

 

Eglise Damville.jpg

Nous sommes dans la nuit du 15 au 16 juin de l’an de grâce 1741, sous le règne du roi Louis XV (1710-1774), le « Bien-aimé ».

Le curé de la paroisse relate ainsi le vol sur le registre des baptêmes, mariages et sépultures  de sa paroisse :  

DAMVILLE BMS.JPG

 

« La nuit du 15 au 16 de juin, l’église de Danville a esté volée de cette année 1741. Les voleurs ont entré par la fenestre qui est proche du petit dais, ils ont forcé et ouvert le trésor, n’i ont rien pris parce qu’ils n’ont pas vü 4 livres tournoi qui y estaient. Ils ont pris le cierge pascal. »

 

4 livres tournoi, soit l'équivalent de 60 euros, une bien belle somme à l’époque ! Les voleurs étaient-ils de bons chrétiens ou tout simplement malvoyants ?