Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/09/2013

I'r'pleut !

« Ça crachine, « ça vase », « ça bérouine », « ça verse », « ça écrase », « ça brousse », « ça drache », ou bien encore « y pleut comme vak ki pisse », « i tumbe dé l’iaô », « i broussène », « i frouasse », « i avrille », il y a des « pissies de ranne », des « pluies de rainette », des « lachies » (accompagnées de vents), des pluies « énarpées » (quand il pleut à sceaux),… Selon Christiane Lablancherie*, les normands peuvent être fiers de leurs temps humide car la pluie, les averses et autres ondées, ont, écrit-elle, généré plus de quarante expressions « ben cheu nous » ! 

pluie normande 1.JPG

A écouter les mauvaises langues, il ne pleuvrait que deux fois par semaine en Normandie : une fois 3 jours, et une autre fois 4 jours. C’est bien sûr entièrement faux, de la pure médisance !!!  Même si le parapluie est, il faut bien le reconnaître, le meilleur ami du normand,  prudent par nature !

Mais toutes ces pluies, brumes, averses, bruines et autres crachins sont essentiels à la fertilisation des riches terres de notre belle province.  Non seulement sans eux, herbages et vergers ne s’épanouiraient pas, mais surtout notre gastronomie n’existerait pas ! Adieu crème épaisse, fromages parfumés, pommes juteuses, viandes juteuses, calva et autres douceurs…

pluie normande 2.JPG

Et le normand, pour qui « la pluie n’arrête pas le pèlerin » le sait bien !  Quand le temps « s’graisse », « s’barbouille », « s’rembreunit », c’est que la pluie ne va pas tarder, qu’il va « tomber une pichée d’iâo ». Par contre, s’il « s’écaillot », l’éclaircie n’est pas loin.

Avant le « crachin », imprégnant tout d’une désagréable humidité, le temps est « mucre », mot venant du scandinave « mygla » signifiant « moisissure ». D’« eune pissie de cat », une petite averse, à l’averse maximale, « l’achanaée », terme venant du latin populaire « catabela » qui signifie « bois abattu par la force du vent », la graduation est fine : « Eune chilaée », une sacrée averse, une « apalanchie d’iâo », une très grosse averse, etc.

Copie de pluie normande 2.JPG

Et le saviez-vous, il pleut plus souvent au Havre (160 jours de pluie en moyenne par an) qu’à Rouen (131 jours seulement), pourtant surnommé « le pot de chambre de la Normandie" !

Et c’est au sud du département de l’Eure, surnommé « le Sahara normand » que la pluviométrie est la plus basse (510 mm contre 1 300 mm dans la Manche) !  

 

 

Biblio. « « Fier d’être Normand «  de C. Lablancherie – Ed. Ouest-France 2013

Images : « Boujou de Normandie – Dictionnaire humoureux et savoureux » de Miniac – Orep Ed. 2012 et « Bienvenue chez les normands » de N. Sterin – De Borée 2011.