Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

conquête de l'angleterre

  • La livre-sterling ? Encore un coup des normands !

    La livre sterling , "pound sterling" en anglais, souvent abrégé en "pound", unité monétaire officielle du Royaume-Uni datant des environs de la fin du XIe siècle, c'est-à-dire juste après l'invasion normande et la bataille de Hasting de 1066, est aujourd'hui la plus ancienne monnaie utilisée encore en circulation.

    livre sterling.jpg

    "La livre", l'unité monétaire, est née de la "livre romaine", l'unité de poids de 12 onces. A l’origine, elle correspondait à une livre d'argent, soit environ 409 grammes de ce métal. Avec ce poids d’argent, on frappait 240 deniers ou 20 sous.

    Pour ce qui concerne le mot "sterling", il pourrait provenir de "l'esterlin", transformé phonétiquement en "sterlin", prononciation "sterlin(e)", puis "sterling" sous l'effet de l'absence de nasale dans la langue anglaise.

    livre sterling double esterlin.jpg

    Double esterlin a l'ange.

    "L'estelin" ou "esterlin" est une ancienne unité de masse des orfèvres et bijoutiers en usage au Haut Moyen-âge dans le royaume de France, vraisemblablement sous les Carolingiens. Il valait le vingtième de l'once soit environ 1,53 grammes.

    Devenu monnaie, "l'esterlin" circule à la fois sur le territoire des Plantagenêt, rois d'Angleterre et ducs de Normandie, comme sur celui des Capétiens. D'ailleurs, son cours est fixé par le roi de France. C'est Saint-Louis (1214-1270) qui en interdira son usage sur ses terres.

    livre sterling g le conquerant.jpg

    Guillaume le Conquérant (1027/1028-1087)

    Il est fort probable, d'après les historiens, que, suite à sa réforme monétaire des années 1080, Guillaume le Conquérant (1027/1028-1087) ait imposé l'esterlin en Angleterre, après qu'il en soit devenu roi. Ah, ces normands !!!

  • « Dieu et mon droit », en français dans le texte…

    Comme chacun le sait, « Dieu et mon droit" est la devise de l’Angleterre et de la monarchie britannique et ce depuis l'époque du roi Henri V qui régna sur leur pays de 1413 à1422.  

    Armoiries royaume uni.jpg

    Armoiries royales du Royaume-Uni

     

    Mais savez-vous pourquoi cette devise est exprimée dans la langue de Corneille et non dans celle de Shakespeare ?

    Tout simplement parce qu’après la conquête de l’Angleterre par les normands, le français devient la langue officielle des souverains du royaume uni !

    Ça s’est passé en l’an 1066 quand William the Conqueror, c’est à dire Guillaume le Conquérant, Duc de Normandie (1028-1087), s’est emparé de la couronne d'Angleterre en remportant la bataille d'Hasting contre le Roi Harold.  

    mort d'Harold.jpg

     La mort d'Harold sur le champ de bataille d'Hastings

     

    A partir de ce moment, dans l'Angleterre médiévale, seul le peuple parlera l’anglais. La famille royale emploiera quant à elle le français. Le vieil anglais n`est plus la langue de l`élite anglaise et fait place dans un premier temps au franco- normand, puis à l`anglo-normand sous les règnes des Plantagenêt, cette langue mélangeant malgré son nom, le normand et ses langues d`oïl avoisinantes. Nombre de mots et d`expressions d`origine française et normande se retrouvent encore aujourd’hui abondamment dans la langue anglaise. Et notamment certaines devises d'ordres de chevalerie comme le "Honni soit qui mal y pense" de celui de la Jarretière. 

     richard coeur de lion.jpg

     

    Richard Ier d'Angleterre dit Cœur de Lion (1157-1199)

     

    Quant à la paternité de la devise « Dieu et mon droit »,  qui fait référence au droit divin des rois, elle revient à Richard Ier dit Cœur de Lion, roi d’Angleterre de 1189 à 1199 mais aussi duc de Normandie, duc d'Aquitaine, comte de Poitiers, comte du Maine et comte d'Anjou. Ses successeurs vont la conserver sans interruption, et c’est le roi Edouard III (1312-1377) qui, vers l'an 1340, voulant faire valoir ses prétentions sur le royaume de France, va apposer au bas de son écu, sous les armes de France et d'Angleterre écartelées, « ce cri que l'on y voit encore, pour exprimer sa confiance en Dieu et dans la justice de sa cause." (Saint-Allais)

    Même Guillaume III, prince d’Orange (1650-1702), qui avait choisi comme devise « Je maintiendrai », ordonna qu’on se servit toujours de « Dieu et mon droit » sur le grand sceau.

    C’est durant le règne du roi Henri V, au XVème siècle,  que l’usage de l’anglais par l’élite va reprendre son essor.

     

    Biblio. Merci notamment aux pages Wikipédia sur le sujet.