Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2020

Les malheurs de Sophie

"Je ne veux pas que mon testament soit remis à un notaire ou tout homme de loi, mais que tout soit fait à l'amiable entre mes enfans et petits enfans sous le contrôle de mon fils Gaston, auquel je recommande l'avenir de mes pauvres petits Louis et Gaston de Malaret* qui n'auront pas de quoi vivre s'il ne leur vient en aide et s'il ne leur laisse après lui une partie de mon capital."

COMTESSE DE SEGUR TESTAMENT.jpg

"Je ne veux pas que mon testament soit remis à un notaire" : Méfiance ou défiance ? De toute façon, une entrée en matière qui surprend d'une femme qui a toute sa vie prouvé son goût pour l'ordre et le respect des conventions.

Dès 1869, la Comtesse de Ségur, prenant conscience à la fois de sa fragilité et du temps qui passe, décide de rédiger ses dernières volontés : neuf documents au total, soit une lettre non datée écrite à son fils aîné Gaston suivie de huit testaments ou codicilles.

Issue d'une grande famille de noblesse russe, fille d'un comte qui,en 1817, choisit de s'exiler en France, Sofia Fiodorovna Rostoptchina (1799-1874) a épousé par amour à seulement 19 ans, Eugène de Ségur (1798-1863). Le couple aura huit enfants , quatre garçons, Gaston (1820-1881), Renaud (1821-1822), Anatole (1823-1902) et Edgar (1825-1920) et quatre filles, Nathalie (1827-1910), les jumelles Henriette (1829-1908) et Sabine (1829-1869), et Olga (1835-1920).

Comtesse_de_Ségur.JPG

Portrait de la comtesse de Ségur par Orest Adamovich Kiprensky, 1823.

Délaissée par un mari volage qui, préfère le vie parisienne et ne rend visite à sa famille qu'en de très rares occasions, c'est en Normandie, au château des Nouettes, à Aube (Orne), cadeau de mariage de son père, qu'elle va passer la plus grande partie de sa vie. Là, elle consacre son temps et toute son affection à ses enfants et, plus tard, à ses petits-enfants. C'est pour ces derniers qu'elle va s'amuser à écrire des histoires moralisatrices, composées de saynètes et inspirées de la vie quotidienne des "bonnes familles".

COMTESSE DE SEGUR CHATEAU.jpg

Le château des Nouettes - Aube (Orne)

Elle publie son premier ouvrage, "La santé des enfants", un livre de pédiatrie truffé de conseils médicaux, en 1855. Vont suivre notamment une vingtaine de romans parmi lesquels "Les malheurs de Sophie", "Les petites filles modèles", "Un bon petit diable", "Le Général Dourakine",... des ouvrages qui feront d'elle l'un des plus grands écrivains de littérature enfantine française.

Décédée à Paris le 9 février 1874, inhumée à Plumeret (Morbihan), sur sa tombe ont été gravés ces quatre mots qui résument toute sa vie "Dieu et mes enfants".

 

*Louis et Gaston de Malaret sont les enfants de sa fille ainée Nathalie.

Biblio. Revue "Historia" - Mars 2013.

13/10/2013

Des Petite Filles modèles bien normandes !

Elle n’est pas née en Normandie mais en Russie, à Saint-Pétersbourg, le 19 juillet 1799. Quand elle arrive en France avec sa famille en 1817, elle parle cinq langues, est parfaitement francophone et se convertit au catholicisme. Riche aristocrate, elle épouse deux ans plus tard un officier de cavalerie, le bel Eugène de Ségur (1798-1869) qui lui donnera « plus d’enfants que de motifs de satisfaction… » 

Contesse de segur.jpg

Sophie Rostopchine, Comtesse de Ségur

 

C’est en 1821 que Sophie Rostopchine, Comtesse de Ségur, s’installe dans sa propriété de Nouettes, située en Normandie, à Aube, à sept kilomètres environ de l’Aigle, sur la route de Paris à Cherbourg, au cœur du Pays d’Ouche, dans le département de l’Orne.

Il s’agit d'un vaste domaine de plus de 72 hectares, dont les bouleaux du parc lui rappellent sa terre natale. Cette demeure sera son refuge durant plus de cinquante ans ! Elle va y passer les plus beaux moments de son existence. C’est là qu’elle mettra au monde cinq de ses huit enfants, les y élèvera tous et c’est là aussi qu’elle recevra plus tard ses nombreux petits enfants qu’elle appelle « ses amourets ».  

Contesse de segur les nouettes.jpg

Et c’est pour ces derniers, en 1856, qu’à cinquante-sept ans, elle fera son entrée dans le monde de la littérature. Elle publiera 17 livres à succès qui seront les fleurons de la « Bibliothèque rose » des Editions Hachette.

Les Nouettes, Aube et la Normandie  y ont une place de première importance. « Le pays, écrit-elle, était charmant. La vallée de l’Aigle est connue par son aspect animé, vert et riant, le village d’Aube est sur la grand’route ». 

contesse de segur Dourakine.jpg

Ainsi Calichon commence à l’Aigle ses « Mémoires d’un âne » et c’est à Bagnoles-de-l’Orne que le général Dourakine se soigne...

Son premier livre, « Les Nouveaux Contes de fées » n’est autre qu’un recueil des comtes qu’elle raconte à ses petits-enfants. Le succès de cet ouvrage l’encourage à écrire les suivants,  un pour chacun de ses petits-enfants. C’est ainsi que vont paraître « Les malheurs de Sophie », « Les Petites Filles modèles », « Un bon petit diable », « Jean qui grogne et Jean qui rit »,…

Elle se sépare des Nouettes en 1872 et se retire à Paris où elle décède le 9 février 1874.

 

Biblio. "Histoire de la Normandie" de R. Jouet et C. Quétel - Larousse - 2005.