Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2013

Recette médicinale de l’Eau de Dalibour

L’eau ou la pommade de Dalibour sont des préparations dermatologiques hydratantes et antiseptiques employées toujours de nos jours en traitement d’appoint lors d’infections cutanées bénignes.

Cette solution tient son nom de Jacques Dalibour, reçu maître chirurgien à Paris en 1677. L’homme, qui deviendra major de la Compagnie des Gens d’Armes de la Garde Royale, a été formé auprès de la Confrérie de Saint-Cosme et de Saint-Damien, première association professionnelle de chirurgiens en France mise en place par Saint-Louis (1214-1270).

Jacques Dalibour.jpg

 Jacques Dalibour, décédé en 1735.

 

Auparavant, à la différence de la profession de médecin qui requérait une formation, celle de chirurgien, comme celle de barbier, était considérée comme un simple métier manuel  s’apprenant « sur le tas ».

Grâce à l’initiative de Saint-Louis, on distingue désormais les chirurgiens dits « de robe longue » qui, formés avant d’exercer, doivent se soumettre à un examen devant leurs pairs et les chirurgiens dits « de robe courte », les barbiers, à qui on ne confie plus que des interventions minimes.  

COME ET DAMIEN.jpg

 Saint Côme et Saint Damien

 

Ce n’est qu’en 1741, soit 6 ans après la mort de Jacques Dalibour, que le vétérinaire François Alexandre de Garsault (1693-1778) dévoilera la première formule connue de ce qu’il nomme « Eau d’Alibour ou Eau de merveille ». La voici, telle que découverte dans les fonds privés des Archives de l’Eure. 

ALIBOUR.JPG

 « Eau d’Alibourg pour toutes sortes de playes excepté celles de la teste, c'est-à-dire qu’il ne faut point absolument en metre aux playes de la teste. Alun, Salermoniac, Tutie, Vitriol bleu, Verd de gris, de chacun un gros. Il faut faire pulvériser le tout et le metre dans deux ports d’eau de fontaine.

Nota qu’il faut séparément bien délayer le verd de gris en le metant dans l’eau parce quj’il est très dificile à fondre.

Par-dessus ce que dessus il faut metre une coquille d’œuf que vous aurés auparavant broyé dans la main.

Usage. On en lave la playe et ensuite on y met une compresse bien imbibée dans lad. Eau dessus la playe. On en peut mettre 3 ou 4 fois par jour plus ou moins.

Pour la bruslure, prenés une once d’alun de Rome que vous ferés dissoudre dans une pinte d’eau et en lavés la playe souvent en metant une compresse imbibée dessus la playe ; cette eau empêche la cloche de venir et s’il y en a une de venue elle la dissipe mais il ne faut pas crever la vessie. »

 

Biblio. « L’Eure et son passé. Recettes médicinales du XVIe au XIXe siècles » Académie Paléographique de l’Eure – Evreux 1986 »

Merci au site : adessertenne.pagesperso-orange.fr/alibour_ou_l_eau_de_merveille.