Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/08/2016

Le normand Charlus, "Roi du phono"

 "Viens, Poupoule !, Viens, Poupoule ! viens !
Souviens-toi que c'est comme ça
Que je suis devenu papa."

(Paroles d'Adolf Spahn adaptées par Henri Christiné et Alexandre Trébitsch,

musique d'Adolf Spahn )

 

Cette chanson faisait partie de son répertoire en 1903 ! Que de chemin parcouru par celui qui nait à Aumale, au cœur de la vallée de la Bresle, dans le département de la Seine-Maritime, un matin du 6 septembre 1860 ! Louis Napoléon Defer se fera connaître sous le pseudonyme de Charlus, prononcez "Charlusse". Très tôt attiré par la chanson, il monte à Paris dès l'âge de 17 ans. Après toutes sortes de petits boulots et un passage obligatoire sous les drapeaux, après une audition, il est engagé en 1886 au café-concert "L'Époque". Trois ans plus tard, il est à l'affiche du Concert Parisien aux côtés d'Yvette Guilbert (1865-1944) C'est grâce aux conseils de celle-ci qu'il va se créer un personnage bien à lui. Habillé en "romantiques", il se lance dans la création de chansons dans le style "diseur". Sa voix est douce, forte, posée, agréable. Une vie d’artiste fort honorable l'attend et il va chanter dans les plus grandes salles parisiennes de l'époque comme l’Alcazar, l'Empire ou Bobino.

charlus 0.jpg

Charlus ( 1860-1951)

Incarnant la joie de vivre, il excelle également dans le comique et le grivois et passe aisément du répertoire-troupier aux chansons de charme. Il interprète celles des autres et "emprunte" notamment volontiers le répertoire de Paulus (1845-1908), alors au sommet de sa gloire et auquel il ressemble un peu physiquement. C'est lui aussi qui lui inspire son nom de scène, un jour de Saint-Charles, il prend le nom de Charlus.

charlus 3.png

Doté d'une diction impeccable, Charlus est aussi l'un des premiers chanteurs français à avoir effectué des enregistrements sur cylindres. Il en aurait enregistré pas moins de 80 000 chansons pendant sa carrière ce qui lui vaut le surnom de « forçat du gramophone » Entré en 1896 chez Pathé Frères, il est nommé en 1901 directeur artistique des enregistrements du répertoire caf' conc' , puis directeur de la succursale Pathé à Marseille de 1914 à 1925. Promu chef de l'enregistrement du café-concert, il grave ainsi pour la postérité les voix d'Yvette Guilbert et des chanteurs de l'époque comme Anna Thibaud, Dranem, Fragson ou Polin.

charlus 0.jpg

Vers 1930, il se retire dans l'Oise pour rédiger ses mémoires. Publiées dans les années 1950, on y lit notamment ceci : "J'ai chanté : « Je gagnais des haricots, comme nous disons dans notre argot d'artistes. Mais comment aurait-il pu en être autrement ? Quand il fallait fabriquer de la façon que je viens de dire les cylindres destinés à la vente, et que le prix unitaire de ceux-ci était de 1fr.25 et de 2 francs, […], un chanteur ne pouvait raisonnablement demander plus de cinquante centimes par audition. Mais au moins, je chantais ! [...] J'étais au boulot dès huit heures du matin. Je me débarrassais de mes vêtements… superflus, retirais col et cravate, et je chantais. […]. Vous auriez ri de la posture que nous étions obligés de prendre pour chanter nos duos. Nous ne pouvions rester dans l'axe du pavillon, qui n'avait guère que 25 cm de diamètre, qu'en nous serrant l'un contre l'autre. Elle me tenait par le cou, moi je la tenais par la taille. Il ne fallait pas bouger…»

Le clap de fin sonne pour Charlus le 21 février 1951 à Verberie (Oise). Salut l'artiste !

 

Biblio. Merci notamment aux pages Wikipédia.