Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2012

La Jeanne de Clément

On doit à Clément de Fauquembergue la seule effigie de Jeanne d’Arc exécutée de son vivant. Il l’a réalisée le 10 mai 1429 à l’annonce de la levée du siège d’Orléans.  

Jeanne d'Arc.jpg

 Portrait imaginaire de Jeanne d’Arc par Clément de Fauquembergue

 

Clément de Fauquembergue (? - 1438) est à cette époque greffier du Parlement de Paris. Successeur à ce poste de Nicolas de Baye (v. ma note 3.12.11), de janvier 1417 à septembre 1435, durant dix-huit années, il va noter scrupuleusement au jour le jour les nouvelles officielles, évènements politiques ou autres du Royaume de France.

Le témoignage qu’il va laisser sur l’épopée de Jeanne d’Arc (1412-1431) compte parmi les plus connus et les plus fréquemment invoqués. C’est en mai 1429 qu’il évoque pour la première fois la Pucelle d’Orléans. Il relate dans son journal le récit de la prise de la bastille des Tourelles le 7 mai 1429 par les « ennemis… qui avaient entre leurs rangs une pucelle portant bannière ». En marge de son texte, il trace à la plume un portrait imaginaire de cette Jeanne dont hérauts et crieurs colportent dans Paris la description. Il arme la bergère de Domrémy d’une épée et d’un étendard avec la simple devise « IHS ». 

 

 FAUQUEMB..JPG

 

Journal manuscrit de Clément de Fauquembergue.

 

 

« Mardi Xe jour de may, fu rapporté et dit à Paris publiquement que, dimenche derrain passé, les gens du Dauphin, en grant nombre, aprez plusieurs assaulz continuelment entretenuz par force d’armes, estoient entrez dedens la bastide que tenoient Guillaume Glasdal et autres capitaines et gens d’armes anglois de par le Roy, avec la tour de l’yssue du pont d’Orleans par delà Loyre, et que, ce jour, les autres capitaines et gens d’armes tenans le siege et les bastides par deçà Loyre, devant la ville d’Orleans, s’estoient partiz d’icelles bastides et avoient levé leur siege pour aller conforter ledit Glasdal et ses compaignons et pour combattre les ennemis, qui avoient en leur compagnie une pucelle seule ayant baniere entre lesdis ennemis, si comme on  disoit. »

 signature_jeanne_arc.gif

 

                                                                        

 

La signature de Jeanne d'Arc

 

Il témoignera encore des faits d’armes de la Pucelle, et notamment le 2 septembre suivant, quant, lors de l’attaque des remparts de Paris vers la porte Saint-Honoré, il écrira : « blecée en la jambe, de trait, une femme que on appeloit la Pucelle, qui conduisat l’armée avec les autres capitaines de Messire Charles de Valois. »

Plus tard, c’est en termes modérés et mesurés voire respectueux qu’il relatera la capture de Jeanne d’Arc par les Bourguignons sous les murs de Compiègne. Lors de son procès et de sa mort à Rouen, brûlée sur un bûcher comme hérétique et relapse, il fera aussi appel à la miséricorde divine pour son âme.

 

Biblio. « Les plus belles pages manuscrites de l’histoire de France » - R. Laffont Editions – 1993

Merci au site http:// www.stejeannedarc.net

 

08/02/2012

Les chroniques d’Enguerrand de Monstrelet

En l’an 1440, Enguerrand de Monstrelet est prévôt « en la noble cité de Cambrai, ville séant en l’empire d’Allemaigne ».

Il est né quarante ans plus tôt, au sein du Comté français de Ponthieu, dans le village de Montrelet, aujourd’hui Fieffes-Montrelet, commune proche de Doullens en Picardie, dont son père, Jean d’Enguerrand, est seigneur. 

 

Monstrelet.jpg

 Enguerrand de Monstrelet d’après une miniature anonyme

 

On sait peu de choses de sa vie si ce n’est qu’il était au service de Jean de Luxembourg (1392-1441), celui même qui vendit en 1430 Jeanne d’Arc aux Anglais, et que c’est pour ce maître qu’il va rédiger ses « chroniques » historiques,  prenant de fait, en la matière, la succession de Jean Froissart (v. ma note du 5 octobre dernier).

Les « chroniques de Monstrelet » recouvrent les années allant de 1400 à 1444. Elles s’attachent aux ducs de Bourgogne, l’un des deux partis en lutte pour le pouvoir dans le Royaume de France de cette époque. Les faits y sont relatés avec exactitude et impartialité.

Son récit est marqué par la guerre de Cent Ans dont l’assassinat de Jean Ier de Bourgogne dit  « Jean sans Peur » (1371-1419), le 10 septembre 1419  est un des épisodes majeurs.   

E D M 1.JPG

 Chronique, XVe siècle

 

Grâce à la plume de Monstrelet, historien consciencieux mais toutefois proche du camp bourguignon, on assiste à la scène du meurtre du Prince bourguignon. Ce jour-là, Jean sans peur et le dauphin Charles, futur Charles VII (1403-1461) doivent sceller la paix. La rencontre est prévue sur le Pont qui traverse la Seine à Montereau (Montereau-Fault-Yonne en Seine-et-Marne).Jean sans Peur se rend au rendez-vous sans protection armée. Il s'agenouille avec respect devant le dauphin. Monstrelet raconte que le Duc a peut être eu, alors qu’il se relevait, cherchant appui en posant la main sur le pommeau de son épée, un geste « équivoque ».

Aussitôt, les hommes en armes du Dauphin bondissent et se déchaînent sur le Duc qu’ils lardent de coups alors que le Dauphin, conduit à l’écart, demeure impassible.

Désigné comme le principal instigateur de l'assassinat du duc de Bourgogne, il ne pourra, malgré toutes ses dénégations et ses excuses, se justifier de ce crime.  

E D M 2.JPG

Extrait d’une page des Chroniques de Monstrelet (traduction ci-dessous)

 

« Et ledit duc, qui était à un genoux, comme dit est, avait son épée ceinte, laquelle selon son vouloir était trop demeurée derrière quant il s’agenouilla, si y mit sa main pour la remettre plus devant à son aise. Et lors ledit messire Robert lui dit : « Mettez-vous main à l’épée en la présence de monseigneur le Dauphin ! » Entre lesquelles paroles s’approcha messire Tanegui du Chastel, et en disant « il est temps ! » il férit ledit duc d’une petite hache qu’il tenait en sa main, parmi le visage, si rudement qu'il chut à genoux, et lui abattit le menton. Et quant ledit duc se senti féru, il mit la main à son épée pour la tirer et se cuida lever pour se défendre, mais, incontinent, tant dudit Tanegui comme d’aucuns autres, fut féru plusieurs coups et abattu par terre comme mort. »

 

Enguerrand de Monstrelet épousa Jeanne de Valhuon qui lui donna plusieurs enfants. Il mourut à Cambrai le 20 juillet 1453. Ses restes, retrouvés en 1959 dans la chapelle des Récollets à Cambrai, furent réinhumés en 1962 près du portail.

 

 

Biblio. et images « Les plus belles pages manuscrites de l’histoire de France » - Bibliothèque Nationale – Ed. R. Laffont Paris 1993

Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

 

 

04/01/2012

La "mâle journée d'Agincourt"

Eté 1415 : les anglais débarquent en Normandie. A la tête d’environ 10 000 soldats, le roi Henri V (1387-1422), veut s’emparer du trône de France occupé par Charles VI (1368-1422).  

1.JPG

 Vigiles de Charles VII, fin XVe siècle – B.N.

 

En octobre, après avoir conquis la ville d’Harfleur, les anglais franchissent la Somme et prennent la direction de Calais. Mais sur leur chemin, le 25 octobre, une armée française forte de 30 000 hommes leur barre le passage ! Supérieurs en nombre, les français sont certains de leur victoire ! C’était sans compter sur la météo. Car en ce début d’automne, dans la clairière située entre le bois d‘Azincourt et celui de Tramecourt près du village d’Azincourt, dans l’actuel département du Pas-de-Calais, il pleut ! Il pleut sans discontinuer depuis plusieurs jours ! Il pleut à verse ! Les terrains, gorgés d’eau, sous l’action combinée de la pluie et des piétinements des chevaux, vont se transformer en champs de boue, en quasi-marécages, où bêtes et gens s’enfoncent inexorablement. La lourde armure des chevaliers, les côtes de maille, leur épée, le harnachement des chevaux, tout contribue à l’enlisement des montures et de leurs cavaliers. De son côté, Henri V n’a d’autre solution que d’aligner ses hommes en position défensive. A midi, les français lancent l’assaut. Entravés par leurs armures, gênés par la boue et les flèches ennemies, les chevaliers décident d’avancer à pied vers l’ennemi. Mais là encore ils s’embourbent. Leurs lignes sont tellement compactes qu’aucun d’eux ne peut se servir de ses bras pour manier la lance. Alors, les archers anglais, très disciplinés, vont de sang froid, à l’aide de leurs armes, de haches et de couteaux, exterminer l'armée ennemie. Après cinq heures de carnage, le camp Français compte 7 000 morts ! Craignant une contre-attaque qui ne viendra pas, le roi anglais fait de plus tuer sur place une partie des prisonniers. Seuls 1500 d'entre eux vont finalement prendre le lendemain la route vers l'Angleterre.  

En ce jour tragique, ce n'est pas seulement une grande partie de la chevalerie et de la noblesse de notre pays qui a été anéantie, mais le royaume de France.  

Jean Le Fevre.jpg

Jean Le Fevre de Saint-Remy – vers l’année 1450 – Auteur inconnu

 

De cette « male journée d’Agincourt », le chroniqueur Jean Le Fèvre (1395-1468), seigneur de Saint-Rémy, dit Toison d’or, qui avait assisté à la bataille, côté anglais, nous a laissé un récit détaillé dans sa « Chronique ou Histoire de Charles VI, roy de France ». Né à Amiens vers 1395, il n’avait que 19 ans au moment des faits. Il avait cependant confronté ses souvenirs avec ceux de Jean de Wavrin (1394-1475), homme de guerre mais aussi homme de lettres, qui lui se trouvait du côté français. 

2.JPG

Chroniques, XVe siècle – B.N.

 

« ... Quand le roi d’Angleterre vit et aperçut clairement qu’il avait obtenu la victoire contre ses adversaires, il remercia Notre Seigneur de bon cœur ; et bien y avait cause car de ses gens ne furent morts sur la place qu’environ 1 600 hommes de touts états, entre lesquels y mourut le duc d’York, son grand oncle, et de comte d’Oxford. Ensuite, le roi, se voyant victorieux sur le champ, et tous les Français départis, sinon ceux qui étaient demeurés prisonniers ou morts sur la place, appela avec lui aucuns princes au champ où la bataille avait été. Quand il eut regardé la place, il demanda comment avait nom le château qu’il voyait assez près de lui ; on lui répondit qu’il avait nom Agincourt. Alors le roi d’Angleterre dit : « Pour autant que toutes les batailles doivent porter le nom de la prochaine forteresse où elles sont faites, celle-ci, maintenant et perdurablement aura nom : la bataille d’Agincourt... »

  

 

Biblio : L’histoire de France pour les nuls de J-J. Julaud - First Edition 2006, 500 histoires de l’histoire de France – Collectif –Editions De Vecchi 2010, Les plus belles pages manuscrites de l’histoire de France – B.N. - Ed. R. Laffont 1993.

Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.