Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/08/2019

Monnaie de nos aïeux : le quart-d'écu

En 1577, une série d’ordonnances monétaires impose une profonde réorganisation du système monétaire. Le roi Henri III (1551-1589) change officiellement le système de compte, abandonnant la livre au profit de l’écu.

quart d'écu henri iii.jpg

Portrait au crayon du roi Henri III - Dessin de Jean Decourt, après 1578

 

La monnaie de compte était représentée en nature depuis le 31 mai 1575 par l’écu d’or pesant 3,2g d'or, valant 60 sous donc 3 livres tournois. Le franc, créé la même année, faisait un tiers d’écu, soit 20 sols.

quart d'ecu rouen.jpg

Henri III, quart d'écu croix de face, 1588 Rouen

 

Suivaient les divisionnaires du franc, le demi et le quart, respectivement sixième et douzième d'écu. On leur ajouta alors une division binaire supplémentaire : les quarts et huitièmes d'écus d'argent créés le 28 septembre 1577.

 

quart 7.jpg

 

 

Pour vous, amis généalogistes, cette dernière grille, proposée par Marie Groult, animatrice de l'atelier de Paléographie des Archives Départementales de Seine, d'orthographe et de calligraphie du mot "quart" tel qu'on peut le trouver sur les actes officiels entre 1559 et 1693.

02/06/2019

Monnaie de nos aïeux : la livre

Au Moyen-âge, on "comptait" dans une monnaie et on "payait" dans une autre. La monnaie de compte, qui ne se confondait aucunement avec la monnaie de paiement, était une sorte de monnaie abstraite qui servait à définir le prix des denrées et à comptabiliser les recettes et les dépenses publiques ou privées. Durant toute la période de la monarchie capétienne (987-1328), jusqu'à la Révolution, cette pratique se maintint. Les unités de compte étaient la livre, le sou et le denier.

livre tournois.jpg

Livre-Tournois

La livre, fondée par les romains sous le nom de "libra" et importée en Gaule par Jules César, correspond à environ 409 grammes d'argent et vaut 240 deniers. Chaque livre se divise en 20 sous, chaque sou étant lui-même divisé en 12 deniers.

livre double sol parisis.png

Double-sol parisis

La livre était donc définie par rapport à un poids de métal. Mais comme les poids et mesures n'étaient pas uniformes dans le royaume, le système de compte va se trouver alourdi par l'existence de livres différentes, de poids différents et donc de valeurs différentes. Le terme générique de livre fut donc rapidement flanqué d'un adjectif géographique indiquant l'unité de masse de référence. Deux livres surtout se sont imposées durant l'Ancien régime : la livre parisis (lp) et la livre tournois (lt). Ce n'est qu'en 1667 que la livre parisis sera définitivement supprimée et, à partir de 1720, toute ambigüité ayant disparu, la livre tournois peut se laisser appeler simplement la livre.

livre.jpg

Pour vous, amis généalogistes, cette grille ci-dessus, proposée par Marie Groult, animatrice de l'atelier de Paléographie des Archives Départementales de Seine, d'orthographe et de calligraphie du mot "livre" tel qu'on peut le trouver sur les actes officiels entre 1540 et 1679.

 

A suivre...

31/03/2019

Monnaie de nos aïeux : le franc

La valeur du franc, qui a été l’unité monétaire de la France jusqu'au 31 décembre 1998, a beaucoup varié au cours des siècles. Il a connu tous les métaux, des plus précieux aux plus ordinaires comme les pièces en zing de la période de Vichy.

La tentation d'attribuer le parrainage du franc à nos ancêtres, les envahisseurs Francs, si tentante qu'elle soit, n'a rien à voir dans l'affaire. Voici l'histoire : les premiers francs furent frappés à Compiègne le 5 décembre 1360, pour aider à payer la rançon du roi Jean II dit Le Bon, (1319-1364) capturé par les Anglais le 19 septembre 1356 à la bataille de Poitiers.

franc à cheval jean le bon.jpg

Franc à cheval ou Franc jaune de Jean Le Bon

Ceux-ci exigèrent contre sa libération la somme de 4 millions d'écus. Pour ce faire, le régent Charles, futur Charles V, son fils, fit frapper une nouvelle pièce représentant un chevalier armé de pied en cape, sur son destrier : un chevalier "libre" pour la rançon d'un roi prisonnier. Cet écu d'or, ce "franc" au sens de "libre" (comme dans l'expression zone franche), qui va être appelé dès lors par nos ancêtres "le franc à cheval" ou "franc jaune", pesait 3,87 g d'or fin équivalant à 1 livre tournois ou 20 sols. Malgré cet effort financier Jean le Bon mourut en captivité et  Charles V fera frapper en 1366 une monnaie de même qualité et valeur, elle aussi en or, représentant un roi debout et appelée cette fois "franc à pied".

franc d'argent.jpeg

Franc d'argent ou Franc blanc d'Henri III

Un nouveau nom venait d'être donné à notre monnaie qui jusqu'alors avait porté celui de livre : ces deux noms désignèrent désormais une même "monnaie de compte" qui se perpétua en changeant souvent de valeur et donc aussi de métal.

On doit le franc d'argent ou "franc blanc" au roi Henri III (1551-1589) qui le fit frapper le 31 mai 1575. Il vaut 20 sols et 4 deniers, soit une valeur légèrement supérieure à la livre tournois. En même temps, on frappe ses subdivisions : le demi-franc et le quart de franc.

Avec la loi du 28 thermidor an III (15 août 1795), le franc devient l'unité monétaire française. Sa contenance est de 5 grammes d'argent. Le système décimal est confirmé : le franc est subdivisé en 10 décimes ou 100 centimes.

 

franc.jpg

Pour vous, amis généalogistes, une grille, proposée par Marie Groult, animatrice de l'atelier de Paléographie des Archives Départementales de Seine, d'orthographe et de calligraphie du mot "franc" tel qu'on peut le trouver sur les actes officiels entre 1466 et 1662.

 

A suivre...

 

Biblio. "Le Franc était notre monnaie" - Article de J. Réveilliez, Gé-Magazine n°211.