Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2015

Le signe de Musset

Alfred de Musset (1810-1857), ce grand poète et dramaturge considéré comme un des plus grands écrivains romantiques français, auteur entre autres des «Caprices de Marianne » (1833), «On ne badine pas avec l'amour»(1834) et de «Lorenzaccio» (1834), a, le saviez-vous, laissé son nom à un symptôme de la maladie cardiaque qui, le 2 mai 1857, allait l'emporter.

 

alfred de musset 1.jpg

 Portrait de Musset par Charles Landelle

  

En effet, on appelle « Signe de Musset » un hochement de la tête au rythme du pouls, un des signes périphériques de l'insuffisance aortique, à savoir l'hyperpulsatilité artérielle. Alfred de Musset a lui-même noté ce signe sur lui-même dans son poème « La Nuit de mai » :   

 

Pourquoi mon cœur bat-il si vite ?

Qu'ai-je donc en moi qui s'agite

Dont je me sens épouvanté ?

Ne frappe-t-on pas à ma porte ?

 

alfred de musset 3.jpg

Musset – La nuit de Mai - Illustration d'Eugène Lami (1800-1890)

 

Amateur de morphine, de chloroforme et bien sûr d'absinthe, le soir du 1er mai 1857, après un de ces malaises dont il était coutumier, le poète aurait murmuré « Dormir, je vais enfin dormir »... avant de rendre son dernier souffle.

 

alfred de musset 2.JPG

 

A noter que la description de l'Insuffisance Aortique a permis à de nombreux médecins de faire passer leur nom à la postérité : le signe de Hill, le pouls bondissant de Corrigan, le signe de Muller, le pouls capillaire de Quincke, le souffle d'Austin-Flint et le double souffle intermittent de Duroziez.

 

17/05/2015

Et si elle s'était appelée la Tour Bönickhausen ?

Saviez-vous que notre Tour Eiffel a bien failli, à quelques années près, s'appeler la Tour Bönickhausen  ? Car ce nom de Eiffel, mondialement célèbre, est en réalité un surnom, porté dans la famille de Gustave Eiffel depuis le début du XVIIIe siècle. Il renvoie sans doute à l'Eifel, un massif Sud-Ouest allemand de moyennes montagnes situé au cœur du massif schisteux rhénan, principalement en Rhénanie-Palatinat et en Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

 

eiffel 0.png

 

Carte de localisation schématique des principales subdivisions du massif schisteux rhénan

Le vrai nom de la famille des Eiffel est Bönickhausen, toponyme qui pourrait correspondre à la commune de Bönninghausen. En 1710, c'était celui de Jean René Bönickhausen, un tapissier venu d'Outre-Rhin s'établir à Paris, dans le Marais. Comme ses clients avaient quelques difficultés à se souvenir de son nom de famille, il choisit d'y ajouter celui d'Eiffel qui avait le double avantage de se prononcer plus facilement et de lui rappeler sa province natale.

Ce nom d'Eiffel que porteront tous ses descendants, ne deviendra le seul patronyme officiel de la famille qu'en 1870, soit 10 ans avant l'inauguration de notre tour Eiffel !

François Alexandre (1795-1879), l'arrière petit-fils du tapissier et le père de Gustave, fit campagne dans les armées de Napoléon en qualité d'Adjudant du 15ème Régiment de Chasseurs à cheval. En garnison à Dijon, il y épousa Catherine Mélanie Monneuse (1799-1878), fille d'un marchand de bois de la ville. Après huit ans d'union, leur fils unique, qu'ils vont prénommer Alexandre Gustave, naîtra le 15 décembre 1832.

 

eiffel 2.jpg

 Gustave Eiffel par Nadar

 

La suite, c'est tout le génie et le talent de cet homme, véritable « géant du fer ». A son actif, la construction de ponts prestigieux comme celui de Bordeaux, de Capdenac dans le lot, de Floirac sur la Dordogne, de Bayonne sur la Nive, de gares comme celles de Verdun ou celle de La Paz en Bolivie, mais aussi la conception en 1879 de la structure métallique de la Statue de la Liberté de Bartholdi à New-York, le viaduc de Garabit en 1884 et bien sûr, son triomphe, la Tour Eiffel !

eiffel 1.JPG

 

Prévue pour l'Exposition Universelle de 1889 à Paris, sa construction durera 26 mois. Inaugurée le 31 mars 1889, elle ne sera ouverte au public que le 15 mai suivant.

Gustave Eiffel est mort le 27 décembre 1923 à l'âge de 91 ans.

 

Biblio. « Tout sur tout – Petit dictionnaire de l'insolite et du sourire » - Cl. Gagnière – France-Loisirs 1986.

22/04/2015

De Robert aux roberts...

Il n'a laissé son nom à aucun produit, mais celui-ci existe pourtant bien dans notre langage populaire et ce, de manière plutôt inattendue. En effet, quand aujourd'hui on parle de « roberts » à propos d'une partie de l'anatomie féminine, on le doit à cet industriel dijonnais du XIXe siècle, Édouard Robert, un inventeur-fabricant qui a été pendant près d'un demi-siècle le symbole de l'allaitement artificiel.

 

biberons roberts 0.jpg

 

A l'origine d'un biberon qui porte son nom, le biberon Robert, il reçoit en 1873, pour la mise sur le marché d'un nouveau modèle à soupape, une médaille d'honneur à l'Exposition universelle de Paris et l'année suivante, une autre à Marseille qui lui est décernée par la Société protectrice de l'enfance.

C'est au cours de la révolution industrielle que les biberons en verre vont prendre leur essor. Dans les années 1860, une innovation va accentuer encore cette production : « le biberon à long tuyau souple en caoutchouc »  donnant plus de liberté à la nourrice qui n'est plus obligée d'être auprès de l'enfant.

 

biberons roberts.jpg

 

Cependant, à partir des années 1890, sur les recommandations de l'Académie de médecine, le biberon à long tuyau est de plus en plus décrié. En 1897, le docteur Léon Dufour (1856-1928), célèbre médecin normand de Fécamp à l'origine de la création de "L’œuvre de la Goutte de Lait" écrit même à son propos que « le tolérer, c'est favoriser l'infanticide ». La maison Robert n'a alors pas d'autre choix que de faire évoluer sa production vers les biberons à tétine. Le système reste cependant peu pratique : tétine étriquée et bouchon troué difficile à nettoyer.

 

biberons roberts2.jpg

 

Grâce à une abondante publicité et un système plus pratique à nettoyer, une tétine large sur goulot et un bouchon valve à l'arrière, la marque « Le Parfait nourricier » vient concurrencer sérieusement le Biberon Robert. Malgré tous ses efforts, ladite société disparaît , comme ses concurrents d'ailleurs, avec l'arrivée sur le marché de nouveaux protagonistes dont la seule préoccupation est l'hygiène et la simplicité. Pyrex donne le coup de grâce aux fabricants de « biberons du passé » !

 

Biblio."Le Grand Almanach de la France 2015" Textes d'Elie Durel - Ed Métive 2014

Merci au site www.histoire-du-biberon.com