Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/01/2014

Carpaccio, le peintre vénitien qui aimait le rouge vif

Si on dit « Carpaccio », on pense immédiatement à cette préparation de viande de bœuf crue, coupée en tranches très fines, assaisonnée traditionnellement d’un filet d’huile d’olive, jus de citron, sel et poivre et parsemé ou non de copeaux de Parmigiano Reggiano ou de Pécorino. Il peut être agrémenté de pignons de pin grillés et de feuilles de roquette.

carpacco.jpeg

Mais, sait-on que ce plat porte le nom d’un peintre italien narratif de l’Ecole vénitienne, Vittore Carpaccio (1460-1526) apprécié notamment pour la prédominance dans ses œuvres de rouges vifs très particuliers.

Carpaccio 2.jpg

 Sainte-Ursule - Extrait du tableau de Vittore Carpaccio

Laissez-moi vous conter cette histoire ! Elle se déroule en Italie, à l’automne 1950. La ville de Venise rend alors hommage à ce grand peintre de la Renaissance. La scène se déroule tout près de la Place Saint-Marc, au Harry’sBar, un restaurant fondé en 1931 par Giuseppe Cipriani. Dans la salle, qui fait fonction de bar et de restaurant, se croisent le meilleur de la société mondiale attirée par la Sérénissime : Georges Braque, Charlie Chaplin ou Orson Welles, pour ne citer qu’eux.

Ce jour-là, une de ses clientes, la Comtesse Amalia Mocenigo, lui réclame un plat léger, facile à digérer mais néanmoins savoureux. Relevant le défi, quelques minutes plus tard, probablement influencé par l’air du temps et surtout cette couleur rouge dont tout Venise s’est drapée, le maître des lieux lui présente le plat qu’il a élaboré pour elle.  «  Ceci est un carpaccio de bœuf »  lui souffle t’il en lui présentant de fines tranches de filet mignon cru garni de sauce blanche à base de mayonnaise et de moutarde.

A noter qu’il existait déjà en Italie un plat à base de fins morceaux de viande crue appelé « Carne all’abese »

carpaccio 4.jpg

L'entrée du Harry's Bar à Venise.

Aujourd’hui, partout dans le monde, on sert du carpaccio, qu’il soit de viande de bœuf, de volaille, ou de poisson... voire de fruits frais.

Quant au Harry’sBar, il a été déclaré patrimoine national par le Ministre des Affaires Culturelles italien en 2001.

Biblio. Merci aux pages Wikipédia et au site de jcbourdais.net

29/12/2013

Belote et re et dix de der !

 « On fait une petite belote
Et puis ça va...
Tout le reste, c'est d'la gnognotte
A côté d'ça
 »

Extrait de la chanson « La belote » de 1924.

 

Y-avait-il un Monsieur Belote ? Et quelle est donc l'origine de ce jeu de cartes, aujourd'hui cité comme le préféré des français ? Eh bien, pour dire vrai, on ne sait pas très bien ...

belote 3.jpg

Pour certains, son nom viendrait de la déformation du terme « bel atout »,  la carte gagnante, dont la sonorité, au fil du temps, aurait évolué.

Pour d’autres, il s’agirait bien du patronyme d’un certain Monsieur F. Bellot, « l’inventeur » ou plutôt « l’adaptateur » de ce jeu en France.

Seule certitude, c'est un jeu de cartes relativement récent. Il aurait été introduit à Paris à la fin du XIXe siècle par des voyageurs de commerce, probablement des diamantaires hollandais. Il s’apparente d’ailleurs à deux autres jeux de cartes européens : le Klaverjassen, très répandu aux Pays-Bas, et le Jass, jeu national suisse.

Belote.jpg

Joueurs de cartes en 1900 (Musée dauphinois)

Et s’il présente également des similitudes avec le Bésigue originaire du Limousin, le valet de trèfle comme atout principal indiquerait quant à lui que ce jeu pourrait avoir également une origine hongroise…

Quoi qu’il en soit, au tout début du XXe siècle, il est de bon ton dans la bourgeoisie française de jouer le dimanche à la « belotte », qu’on orthographie alors avec deux « t ».

Et ce sont les Poilus de la guerre de 14-18 qui vont le vulgariser. En effet, durant la Première Guerre mondiale, les soldats le pratiquent dans les tranchées et ceux qui  reviendront de cet enfer vont continuer à le faire une fois rentrés chez eux. A noter que nos voisins allemands sont aussi de grands fans de la belote !

belote 2.jpg

Marius – La partie de cartes – Pagnol 1930

Trois associations ont été annoncées au Journal Officiel en tant que Fédération française de belote : la première à Dax en 1999, la deuxième à Bastia un an plus tard, et la dernière le 9 avril 2010 à Paris.

Biblio. merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

04/12/2013

L'aïeule des dulcinées du monde entier

Si le mot « dulcinée » sert aujourd’hui à désigner par ironie une femme aimée, toutes les « dulcinées » du monde qui inspirent une passion vive et romanesque à leur amoureux, n'ont qu'une même et unique aïeule, la Dulcinée de don Quichotte ! Mais qui était celle-ci ?  

dulcinée,don quichotte,cervantes

 Miguel De Cervantes Y Saavedra par Juan De Jauregui Y Aguilar  (1600)

 

Le roman « L’Ingénieux hidalgo Don Quichotte de la Manche »,  publié en 1605 par Miguel de Cervantes (1547-1616),  narre les aventures d'un pauvre gentilhomme  dénommé Alonso Quijano obsédé par les livres de chevalerie. Ceux-ci troublent son jugement au point qu’il se prend un beau jour pour le chevalier errant Don Quichotte, dont la mission est de parcourir l'Espagne pour combattre le mal et protéger les opprimés. Il prend la route, monté sur son vieux cheval, Rossinante, et accompagné d'un paysan naïf, Sancho Panza, trompé par ses promesses de récompense extraordinaire.

C’est au moment où il décide d'embrasser la carrière de chevalier errant, que ce héros rêveur, idéaliste et irraisonné choisit pour dame de ses pensées une jolie paysanne originaire de Tobosco dont il est tombé follement amoureux depuis longtemps sans pourtant jamais le lui avoir avoué.   

DULCINEE 1.jpg

Dulcinée (1957), sculpture de  Frederico Coullaut-Valera à Madrid.

 

Cette jeune femme, personnage fictif du roman puisqu'elle n'y apparaît  jamais, se nomme Aldonza Lorenzo. Elle deviendra pour le justicier autoproclamé «  Dulcinée du Toboso. »  Car, dans l'espagnol de l'époque, « Dulcinea » est une version très élégante du mot « douceur » : "dulce" voulant dire "doux" ou "sucré".  

DULCINEE 2.jpg

Au cours de son périple, c’est à sa Dulcinée que Don Quichotte va dédier ses actions. C'est pour elle qu'il combat, pour elle qu'il souffre, à elle qu'il adresse ceux que son bras terrasse. Et quand il parle de sa Dulcinée, il ne tarit pas d'éloges sur elle : elle est belle parmi les belles et n’a que des qualités, elle est sans pareille, sans égale. Elle est unique…

Comme nous toutes, Mesdames, non ?

Bilbio. Merci aux pages Wikipédia sur le sujet