Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2010

Le festival Normandie-Impressionniste

En cet été 2010, la Normandie est en fête. Sur l’ensemble de son territoire, le festival Normandie-Impressionniste va rendre hommage à ce mouvement artistique né sur ses terres et à ces illustres ambassadeurs.

Plus de 200 évènements culturels et animations diverses vont être mis en place à cette occasion. Et si bien entendu, la peinture sera à l’honneur, elle va côtoyer d’autres formes d’expression créative comme la musique, la photographie, le théâtre, le cinéma, la danse…

Comme chacune le sait, le mouvement Impressionnisme, cette peinture du moment fugitif, est né sous les ciels capricieux de la Normandie, le long de ses rivages lumineux et de ses vallées verdoyantes. 

MONET.JPG

« Il tire son nom d’un tableau de Monet, « Impression, soleil levant », peint au Havre en 1872. Cette toile reflète à merveille une manière de peindre qui cherche à saisir l’instant éphémère, qui privilégie la couleur par rapport à la forme et qui laisse l’œil du spectateur recomposer ce que la touche fragmentée du peintre avait dissocié. En choisissant ce tableau pour cible de ses railleries et en qualifiant d’Impressionnistes les adeptes de cette manière de peindre, le critique satirique Louis Leroy (1812-1885) n’imaginait pas à quel point il était perspicace : ce faisant, à la fois, il révélait la naissance d’un courant pictural en quête de lumière, de plein air et d’impressions fugitives et il témoignait de l’origine géographique de ce mouvement. »*

Outre un aspect éducatif avec l’organisation de colloques, de conférences, de cours d’histoire de l’art, de visites guidées, … l’événement se veut aussi une fête populaire avec des déjeuners sur l’herbe, des guinguettes, des bals, des balades, des croisières, des ateliers de plein-air… De quoi se divertir en s’instruisant, passer d’agréables moments, emmagasiner de jolis souvenirs…

Impre 3.JPG

Quant à moi, en guise de modeste contribution à ce festival, je vous parlerai, si vous le voulez bien, au cours des jours et des semaines à venir, de ces personnages qui, grâce à leur talent, ont immortalisé cette Normandie que j’aime tant. 

 * Extrait de « L’impressionnisme est né en Normandie » http://www.normandie-impressionnistre.fr

19/05/2010

Le plus petit port de France est Normand !

Savez-vous que le plus petit port de France est Normand ?

Il est situé sur la commune de Saint-Germain-des-Vaux (Manche), à l’extrémité de la pointe de la Hague, et porte le nom de Port Racine.

PORT RACINE.jpg

Port Racine aujourd'hui

Abrité en bordure de la magnifique et légendaire Anse Saint-Martin, Port Racine tient son nom d’un corsaire du XVIIIe siècle, François Médard Racine (1774-1817) lequel, en 1813, prend le commandement d’un bateau corsaire nommé « L’embuscade ».

EMBUSCADE.gif

"L'Embuscade"

Le marin jette son dévolu et son ancre dans l’Anse Saint-Martin laquelle, d’un point de vue purement stratégique, est un bon refuge pour un corsaire. Le mouillage offre en effet le double avantage d’être abrité et à proximité de la pointe de la Hague. Quant à la renverse de la marée, elle permet d’une part de passer le Raz Blanchard entraîné par le courant – méthode toujours utilisée de nos jours par les plaisanciers pour voguer d’une traite vers l’Ile de Guernesey -  et d’autre part de croiser la route des navires marchands doublant le cap pour rejoindre l’Angleterre. Afin de protéger son navire au mouillage des vents du nord, Racine fait construire une petite jetée submersible en pierre sèches, laquelle deviendra plus tard Port Racine. Le navire, faute de pont, ne pouvant abriter les 16 hommes d’équipage, une cabane est montée à proximité du mouillage. Et c’est ici que, pendant une année, Racine et ses hommes vont arraisonner les navires anglais et leurs précieuses cargaisons.

Aujourd’hui, seules quelques barques de pêcheurs sont amarrées traditionnellement "tête et cul en va et vient" sur des aussières. Les cabanes de pêcheurs et les casiers qui trainent sur la jetée construite en 1870 font de cet endroit un lieu très apprécié des promeneurs.

 

21/04/2010

Honorine, une vierge gauloise

Sainte Honorine, vierge et martyre du IVe siècle, vécut en Normandie, dans le Pays de Caux, Elle est la patronne des Bateliers et aussi celle des Prisonniers.

 

STE HONORINE.jpg

 

Sainte Honorine, Prieuré de Graville

Originaire de la tribu des Calètes, peuple gaulois qui demeurait sur l’actuel Pays de Caux auquel ils donnèrent leur nom, et ayant refusé d’adjurer sa foi, elle aurait été martyrisée en l’an 303 lors de la première persécution romaine. Précipitée dans la Seine par ses bourreaux, entre Lillebonne et Harfleur, son corps serait venu s’échouer à Graville, aujourd’hui l’un des quartiers du Havre, où des Chrétiens le recueillirent, l’ensevelirent et construisirent sur son tombeau une chapelle. En 1867, on a redécouvert son sarcophage dans l’église du prieuré de Graville.

CHAPELLE GRAVILLE.jpg

 Eglise de l'abbaye de Graville - Gravure du XIXe siècle

En 876, ses reliques, menacées par la convoitise des Vikings qui désolaient alors l’estuaire de la Seine et volaient notamment les reliquaires faits d’or et d’argent, sont transférées à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). En 1080, le seigneur de Conflans fait venir des moines bénédictins de l’abbaye normande du Bec-Hellouin (Eure). Ils y fondent un prieuré consacré le 21 juin 1086 par l’abbé du Bec-Hellouin, saint Anselme, qui sera plus tard archevêque de Cantorbéry et déclaré docteur de l’Eglise. C’est là que furent déposées les reliques de la sainte.

PRIEURE GRAVILLE.jpg

Prieuré de Graville au Havre

La sainte est invoquée en Normandie pour guérir les fièvres rebelles. Après avoir récité quelques Pater et quelques Ave, on prononçait alors la formule :

« Au nom de saint Exupère et de sainte Honorine,

Arrière fièvre d’avant, fièvre d’arrière,

Fièvre printanière, fièvre quarantaine,

Fièvre quintaine, ago, superago,

Consumatum est !

Et si la fièvre persistait, on inscrivait cette formule sur un parchemin qu’on attachait au poignet du malade et qu’on retirait au bout de neuf jours. Et de fait, après tout ce temps, si le malade n’était pas mort, il était guéri !

La Sainte est aussi sensée protéger les enfants fragiles et infirmes, les femmes enceintes, et guérir les maladies de peau.

Honorine est fêtée le 27 février, et sur notre calendrier, elle a laissé sa place à Nestor.

« Gelée de Sainte-Honorine rend toute la vallée chagrine ».