Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/03/2011

Alexandre Dumas et la Normandie

« Force de la littérature, force de la nature, comme son héros Porthos qu’il aimait tant, il choisit de vivre sa vie. Cette vie foisonnante, luxuriante, parfois criarde, jamais mesquine, tout entière habitée par une généreuse lumière… »

J. Chirac – Extrait du discours prononcé à l’occasion du transfert des cendres d’Alexandre Dumas au Panthéon le 30 novembre 2002.

 

A. DUMAS Père.jpg

Ce siècle avait deux ans… Comme Victor Hugo qu’il admirait, il était né en 1802, un 24 juillet  à Villers-Cotterêts (Aisne). Fils d’un général de l’Empire, petit-fils d’un marquis créole et d’une esclave noire, Alexandre Dumas Davy de la Pailleterie avait pour la Normandie, terre de ses ancêtres avant qu’ils ne choisissent l’Outre-Mer, un attachement particulier. Et c’est au cœur de cette Normandie où commença l’histoire de sa famille qu’il choisira de finir la sienne.

Manoir de Bielleville.jpg

Au nord de la commune de Bolbec, à une dizaine de kilomètres, se trouve le berceau des Davy de la Pailleterie, le Château de Bielleville (ci-dessus) situé sur la commune de Rouville et élevé en 1602 par Anne de Pardieu, veuve de Pierre Davy de la Pailleterie. C’est là que vont naître ceux qui ont précédé le romancier, jusqu’à son grand père Alexandre Antoine (1714-1786) qui s’installera par la suite à Saint-Domingue en 1738.

Dumas-timbre009.jpg

Et c’est à une soixantaine de kilomètres de là, au sortir de Dieppe, au hameau du Puys, commune de Neuville qu’il va s’éteindre. A son retour d’un voyage en Espagne, victime d’un accident vasculaire cérébral qui le laisse à demi paralysé, sentant ses forces le quitter, il se réfugie dans la villa de son fils Alexandre et y décède le 5 décembre 1870 à l’âge de 68 ans.

DECES DUMAS.JPG

Son corps est inhumé provisoirement dans le cimetière qui entoure la petite église de Neuville lès Dieppe (gravure ci-dessous), le 8 décembre suivant.

dumas pere .JPG

Transféré en 1872 au cimetière de son village natal, ses cendres vont rejoindre le Panthéon le 30 novembre 2002 à l’occasion du bicentenaire de sa naissance.

alexandre-dumas-pantheon.jpg

 Biblio. : "Ecrivains de et en Normandie" de R. Jouet - Orep Editions et le site  http://www.dumaspere.com

 

02/02/2011

Le coeur du Roi Charles V

La cathédrale de Rouen abrite nombre de trésors dont le gisant de Richard Cœur de Lion, mais savez-vous qu’elle renferme aussi  le cœur du Roi Charles V le Sage ?

cathedrale-rouen-g.jpg

La Cathédrale de Rouen

C’est le 24 septembre 1380, soit une semaine après sa mort qu’il y a été déposé. Le roi s’est éteint, à l’âge de 43 ans, le 16 septembre 1380 à Beauté-sur-Marne, sa résidence préférée. Son corps est inhumé dans la basilique de Saint-Denis. Son épitaphe est le suivant «  Cy gist le roy Charles le Quint, sage et éloquent… ». Son tombeau, aujourd’hui au Louvre, se trouvait à l’origine dans l’abbaye de Maubuisson, car, selon son souhait, une partie de lui devait rester près de la tombe de sa mère et son cœur, preuve de son attachement à notre belle province, devait être déposé en la Cathédrale de Rouen.

Fils aîné de Jean II dit « Le Bon » et de Bonne de Luxembourg, il est né à Vincennes, le 16 septembre 1380 et est sacré en la Cathédrale de Reims, le 19 mai 1364. Son règne marque véritablement  la fin de la première partie de la guerre de Cent Ans. De santé fragile, mais très instruit et très pieux, ce roi va réussir à restaurer l’autorité de l’Etat et à relever le royaume de ses ruines.

Alors qu’il est Dauphin de France, c’est sur ordre de son père qu’il arrive en Normandie en 1355 où il prend, dès le 6 janvier 1356, le titre  le de Charles Ier Duc de Normandie.

Charles V.jpg

En Roi avisé, réformateur et centralisateur, excellent gestionnaire, très économe, diplomate et fin juriste, il dirige tout du fond de son cabinet en s’appuyant sur les meilleurs conseillers. Parmi eux, le normand Nicolas Oresme, à qui il confie les finances, son ancien précepteur, évêque de Lisieux, traducteur d’Aristote, auteur d’un traité des monnaies et d’une étonnante étude de cosmographie, « De coelo et mundo », où il envisageait la possibilité d’une rotation de la terre sur son axe.  Privé de prouesses sur les champs de bataille du fait de l’infirmité dont  souffre sa main droite, c’est par la sagesse qu’il reconquiert ce que ses prédécesseurs ont perdu sur les champs de bataille. Il a pour général notamment Bertrand du Guesclin, qu’il fait connétable de France le 2 octobre 1370 et qui va l’aider à récupérer la quasi-totalité des terres du royaume.

Aimant les lettres, son surnom de Sage incluant sa grande culture et ses connaissances variées, un fait exceptionnel pour l’époque, il reconstruit le Louvre en 1367 et y fonde la première Librairie Royale, qui deviendra quelques siècles plus tard la Bibliothèque Nationale de France. Disposée sur trois étages, comptant jusqu’à un millier de manuscrits, la Librairie royale répond à un projet politique, celui de former une élite administrative.  Paris va lui devoir plusieurs édifices dont la forteresse de la Bastille mais aussi la mise en service du premier égout rue Montmartre en 1370.

charles_V_jeanne_de_bourbon_louvre.gif

Statues aux effigies de Charles V et Jeanne de Bourbon - XIVe siècme - Musée du Louvre

Marié à sa cousine Jeanne de Bourbon dont il aura 9 enfants, c’est son fils Charles qui lui succède sous le nom de Charles VI le Bien-Aimé.

Charles_VI_le_Fou.jpg

 Le Roi Charles VI

12/01/2011

911-2011 - L'aventure normande

Rollon, le fondateur

(° peu être vers 854 - + vers 931)

 STATUE ROLLON.jpg

                                         Statue de Rollon - Jardins de l'Hôtel de Ville de Rouen

En cette année 2011, la Normandie va fêter son anniversaire : ses onze siècles d’existence ! 

C'est en 911 que Charles III le Simple (879-929), roi carolingien qui règne sur notre pays depuis l’an 879, las de lutter désespérément contre le harcèlement incessant des redoutables bandits normands qui menacent maintenant Paris, se décide à signer avec le chef des pirates normands Rollon, un traité qui va donner naissance à notre belle province.

CHARLES III LE SIMPLE.jpg

                                                    Le roi Charles III Le Simple (879-929)

Car depuis le règne de Charlemagne (742/48-814), ces Vikings, excellents marins venant de Scandinavie, remontent, dans leurs solides drakkars à faible tirant d’eau et à grand mât amovible, mers et fleuves, pillant et ruinant sur leur passage villes et abbayes du royaume.

tapisserie_bateaux.jpg

                                                            Tapisserie de Bayeux (XIe siècle)

Mais qui sont donc ces Vikings ? Des agriculteurs, des éleveurs et des pêcheurs qui, poussés par la misère de leur terre et la rudesse de leur climat, vont à la recherche de contrées plus favorables. Ils sont décrits comme de grands travailleurs, durs au froid et à la faim, aventuriers et très débrouillards, plus opportunistes que véritablement brigands, dotés d’une extraordinaire faculté d’adaptation et d’une « mobilité géographique » sans égale. C’est d’ailleurs ces qualités qui vont leur permettre de se « fondre » sur le continent européen.

LES VIKINGS.jpg

 

Le 20 juillet 911, les troupes de Rolf ou Rollon, dit le marcheur, Viking d’origine danoise ou norvégienne (on ne sait pas trop…),   géant de 2 mètres et 140 kilos qui, d’après la légende, arpente à pied les terres conquises faute de trouver une monture capable de le porter, ces troupes donc, qui sévissent depuis plusieurs années sur la Seine et particulièrement dans la région de Rouen, décident de lancer une nouvelle attaque sur Chartres. Alors qu’ils remontent l’Eure, le duc de France Robert et de duc de Bourgogne Richard le Justicier s’unissent et contraignent les pirates à se retirer.  Ce qu’ils font certes, mais sans avoir été anéantis ! Cependant, Rollon, en bon guerrier, est bien conscient que ses assauts sont de plus en plus souvent repoussés par les soldats francs et que, après avoir tiré énormément d’argent des terres piratées, ses hommes et lui ont maintenant envie de s’installer à demeure sur ces espaces tempérés bien plus hospitaliers que leur pays d’origine.

C'est ainsi qu'à l’automne de cette année-là, le roi des Francs et le chef de cette tribu Viking, après de longues négociations, vont signer à Saint-Clair-sur-Epte un traité par lequel, en échange de la promesse de l’envahisseur de défendre le passage de la Seine contre les invasions des autres Vikings, d’assurer la paix et la sécurité sur son territoire et de reconnaître la suzeraineté du roi, celui-ci le fait Comte de Rouen, lui cède une partie de la Neustrie, c’est-à-dire les pays voisins de la Basse-Seine, soit à peu près les actuels départements de la Seine-Maritime et de l’Eure. Ce territoire, embryon du futur duché, va prendre naturellement le nom de « Normandie », c’est-à-dire  le  « Pays des Hommes du Nord » en vieux norrois.  

L’année suivante, en 912, le nouveau « jarl » (prince) Rollon se fait baptiser en la cathédrale de Rouen sous le nom de Robert et reçoit comme épouse officielle une fille de Charles le Simple, Gisèle, jeune princesse…  âgée au plus de 4 ans !

GISANT DE ROLLON.jpg

                                                 Gisant de Rollon - Cathédrale de Rouen

Rollon, et après lui ses successeurs, vont œuvrer pour agrandir leur territoire vers l’Ouest au détriment notamment des Bretons qui occupaient le Cotentin. Grâce à eux, la Normandie deviendra l’une des plus puissantes principautés du Royaume de France. La dynastie fondée par Rollon dominera la Normandie jusqu’en 1204 et l’Angleterre jusqu’à nos jours !