Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2012

Le diamant d'Alençon

Des mines de diamant en Normandie ? Le saviez-vous ? Autrefois, c’est  abondamment qu’on trouvait dans le département de l’Orne, notamment dans les carrières du Hertré et du Pont-Percé, celui qui prit naturellement le nom de sa région d’origine, le diamant d’Alençon.

 

 GeneraliteAlencon1774.jpg

 

 

Généralité Alençon 1774

 

Il gisait là, dans le sous-sol de la terre normande, à 5 ou 6 mètres de profondeur, aux côtés d’autres cristaux comme le béryl ou le mica, voire même quelques grenats et émeraudes. Traditionnellement taillé comme elle, il rivalisait avec la pierre précieuse… qu’il n’était pourtant pas. Car, en réalité, le diamant d’Alençon n’est qu’un quartz hyalin, un quartz enfumé de couleur brune, composé de silice, ne rentrant pas dans la catégorie des diamants vrais.

 

 

Diamant d'Alençon.jpg

 

 

C’est lors du percement de la route de Bretagne, située au bord de la carrière de la Butte du Pont-Percé, à la fin du règne de Louis XV, que la réputation du diamant d’Alençon s’est construite. Dès le XVIIe siècle, ces morceaux de cristal de roche, qui se trouvaient en grande quantité à la surface de la roche granitique, sont ramassés par les ouvriers des carrières et vendus à bas prix aux voyageurs à la recherche de curiosités locales. Ils vont très vite dès lors intéresser les orfèvres qui les taillent et les montent en bijoux à la façon des joailliers.  Cité dans le Dictionnaire de  l’Académie française de 1694, le diamant d’Alençon sert alors à la réalisation de très belles pièces de joaillerie et notamment de bijoux traditionnels normands aujourd'hui trèsrecherchés. 

 

 

Croix Normande.jpg

  

Croix Normande

 

Un de ceux-ci fut offert à la fille de Louis XVI et de la reine Marie-Antoinette, Marie Thérèse de France, Duchesse d’Angoulême (1778-1851) lors des sa visite officielle en Normandie en 1827.

Si, sous la Restauration et jusqu’à la première guerre mondiale, le diamant d’Alençon va connaître une grande vogue, les carrières de granites de la région d’Alençon, aujourd'hui épuisées, sont toutes fermées. La dernière, celle de Beauséjour, a cessé son activité en 1982. Le diamant d’Alençon est cependant toujours vendu dans la cité ornaise où quelques artisans locaux perpétuent cette spécialité locale en fabriquant des bijoux qui en sont pourvus.

 

Biblio. « Normandie, 500 coups de cœur » de M. Le Goaziou et M-C. Colignon -Editions Ouest-France 2011.

Images : Merci aux sites Wikipédia, Ouest-France et Normannia, la terre de nos pères.

  

28/04/2012

Le petit clown des marais

Les races normandes sont nombreuses, parfois rares et quelquefois surprenantes. Ainsi, l’épagneul de Pont-Audemer offre une physionomie particulière, unique et attirante. C’est à sa drôle de coiffure qu’il doit son surnom de « petit clown des marais ». 

 

PONT AUDEMER.JPG

 

Pourtant c’est un fin limier, spécialiste de la chasse en marais. Grand travailleur, sportif, intelligent, docile, vif d’esprit, ardent à la tâche, les chasseurs sont nombreux à l’apprécier. Sa fourrure, d’un poil formant des boucles fines et serrées de couleur marron plus ou moins mélangé de tâches grises, des rouannées, lui permet de ne craindre ni le froid ni l’eau, ni encore les broussailles épaisses.

 

Epagneul Pont Audemer.jpg

 

 

Quel est son point commun avec la jolie petite cité de Pont-Audemer, chef-lieu d’un canton du département de l’Eure ? On ne sait pas vraiment. Par contre, il semble certain qu’il soit issu d’un croisement réalisé au XIXe siècle d’un épagneul d’eau anglais avec un épagneul de pays autrefois très répandu en Normandie, notamment dans le Pays de Caux. Doit-il à cette lignée paternelle ancestrale ses qualités de merveilleux chien d’eau qui arrête, rapporte, sait être souple et se montrer peu encombrant ?

 

Epagneul-de-Pont-Audemer_00.jpg

 

Sa présence a été forte en Haute-Normandie. Les chasseurs normands, notamment dans le marais Vernier situés entre Le Havre et Pont-Audemer, l’utilisaient volontiers pour ses qualités aquatiques dans la chasse aux canards. Proche de l’extinction il y a 30 ans, menacé de disparition, la race a été sauvée heureusement grâce au travail d’éleveurs éclairés et passionnés.

 

Biblio. « Les races normandes «  F. Callu et N. Vermeulen – Ed. C. Corlet 2004.

Merci au site http://www.ville-pont-audemer.fr et aux pages Wikipédia sur le sujet.

28/03/2012

Le château d'O en Normandie

En Normandie, entre Sées et Argentan, dans le département de l’Orne, sur la commune de Mortrée, se reflétant dans les eaux qui l’entourent, voici, né de la volonté d’un chambellan ambitieux, le Château d’O. Majestueux, à l’architecture flamboyante, on dit de lui qu’il rivalise en beauté avec les plus nobles fleurons de la Loire.

 

Chateau d'O.JPG

Edifié sur pilotis au centre d’un étang, sa construction débute en 1484 sous l’impulsion de Jean d’O, capitaine de la garde écossaise de François Ier (1494-1547).

La famille d’O s’est illustrée au fil de l’épée. L’un de ses membres a accompagné Robert le Magnifique (1010-1035) dans son pèlerinage en Terre sainte, pèlerinage dont le Duc de Normandie n’est d’ailleurs jamais revenu. Plus tard, en 1340, Robert d’O va combattre aux côtés de Jean d’Harcourt dans la malheureuse bataille de l’Ecluse, premier conflit d’importance de la guerre de Cent Ans. 

Chateau d'O.2.jpg

Mais revenons à notre château. A la fin du XVe siècle, vers 1484, Jean  d’O devient conseiller puis chambellan du roi Charles VIII (1470-1498). Cette haute fonction de gentilhomme de la chambre du roi enrichit le châtelain d’O qui décide de reconstruire la vieille forteresse médiévale de ses ancêtres. Il fait alors appel aux meilleurs architectes du moment et à l’élite des artisans qui vont bâtir sur une île située au centre d’un étang un château de charme, magnifique domaine Renaissance, de forme rectangulaire, flanqué de tours et entouré d’un parc.

Les descendants de Jean d’O vont, sur 3 générations, poursuivre son œuvre et embellir l’ouvrage. Ainsi Charles-Robert d’O, chambellan du roi Louis XII (1462-1515) et époux de la belle Louise de Gentil fait notamment bâtir le splendide châtelet d’entrée.

Mais voilà, les belles fortunes ont une fin. Leurs petit-fils, François d’O, né en 1435, Sénéchal de Normandie, est un familier du roi Henri III (1551-1589) dont il devient un des mignons. 

Henri III.jpg

                        Henri III et ses mignons - Tableau attribué à "Ulysse" - XIXe siècle - Château de Blois

 

En 1589, le roi Henri IV (1553-1610) le confirme pourtant dans ses titres et ses fonctions de surintendant des finances. Ses revenus lui permettent d’embellir son château d’O dans lequel il mène grand train. Le luxe dont il s’entoure égale celui du roi. A tel point que ses contemporains, à commencer par Sully (1559-1641) qui lui succèdera, le soupçonne de ne pas faire de différence entre les caisses de l’Etat et la sienne. ! Pourtant,  rapportera Sully, « Cet homme riche de tout l’argent du royaume dont il disposait presque absolument, plus splendide dans ses équipages, ses meubles et sa table que le roi lui-même, n’était pas encore abandonné des médecins que ses parents, ses domestiques et quelques autres à titre de créanciers, le dépouillèrent comme à l’envi et si parfaitement que longtemps avant qu’il expirât, il n’y avait plus que les murailles nues dans la chambre où il mourut », cet homme,  marquis d’O, seigneur de Fresnes et de Maillebois meurt misérable, sans descendance, le 24 octobre 1594.

Le château d’O passera ensuite aux mains de la famille Montagu, puis, après la Révolution, dans celles d’Albon avant d’être acheté en 1973 par Jacques de Lacretelle (1888-1985), membre de  l’Académie Française. Aidé de son épouse Yolande Jacobé de Naurois, ils vont se consacrer à la restauration du Château d’O qui est aujourd’hui inscrit au titre des monuments historiques.

 

Biblio : « Le château d’O, folies et ruine » de B. Dumas de Mascarel – Historia n° 37.